Archives du mot-clé Yves Klein

Exposition Roger Tallon aux Arts Décos : aux origines de la création

20160907_192237tallon

La donation de Roger Tallon aux Arts Décos est ici célébrée à travers une exposition temporaire rue de Rivoli, qui est répartie sur deux étages. Françoise Jollant et Dominique Forest en sont les commissaires. 

L’exposition est  très riche, la revue de presse accueille l’exposition Roger Tallon avec intérêt, compte tenu de l’ingéniosité du designer et de l’incroyable diversité des objets qui l’intéressaient : Sage dans sa scénographie, l’exposition Roger Tallon des Arts décoratifs, à Paris, étonne par la diversité et la modernité des créations de ce designer disparu en 2011. Il a touché à tous les domaines, du « frigidaire » au TGV :

  • les moyens de transport ( une moto « Taon », le rail, avec une collaboration au long cours avec la SNCF : le Corail, le TGV, mais aussi le funiculaire de Montmartre, etc. );
  • la maquette du journal Artpress toujours d’actualité,
  • les mobiliers ( les sièges comme la chaise Sentou ou le lit et les sièges qui figurent dans le film  » La piscine » )
  • le tube de produit solaire Bergasol et les lunettes de soleil ;
  • les bidons d’essence ;
  • les conditionnements de produits de pharmacie,
  • jusqu’à une improbable crèche composée de sièges, commandée pour l’aéroport d’Orly  et dont on expose ici le siège César.
  • L’enfant jésus apparaissait dans une télévision, ce qui est normal pour l’auteur de la célèbre Téléavia. televiseur_portatif_tallon

Roger Tallon était très lié aux Nouveaux réalistes dont Yves Klein, décédé prématurément. César a moulé le fameux pouce de Roger Tallon pour l’une de ses sculptures les plus connues.cesar-baldaccini-vgj

Le portrait et l’histoire de Roger Tallon par Françoise Jollant Kneebonne.

20160907_192552

Pour les amateurs d’art et de design, Roger Tallon (1929-2011), c’est l’extraordinaire escalier hélicoïdal Module 400 en aluminium (1966 et 1974).

tallon-tt-width-653-height-368-fill-1-crop-0-bgcolor-ffffff

Exposition des composants de l’escalier Module M400 édité par la galerie Lacloche, 1966.(©Les Arts Décoratifs, Paris/ADAGP 2016).

 

Car ces créations ont bien sûr été exposées avant cette très complète rétrospective. Michel Ragon, écrivain, critique d’art, a participé avec François Mathey à une exposition de la galerie Lacloche : « Je travaillais sur l’architecture, les objets, je connaissais bien Lacloche un bijoutier de grand luxe de la place Vendôme. Il avait ouvert sa galerie au premier étage, il faisait des expositions de peinture que je soutenais. Un jour, il m’a proposé de faire une exposition sur l’objet. L’exposition chez Lacloche était innovante : les artistes étaient invités à faire des sièges, des bijoux. J’ai incité Lacloche à faire des bijoux d’artistes, comme avec Penalba, puis la seconde exposition, je l’ai faite avec Mathey : ce qu’il avait réalisé au musée des Arts décoratifs sur le même thème m’avait beaucoup plu ».

Cette exposition rassemblait des sculptures, des mobiliers, des meubles de François Arnal, Arman, Alexandre Babeanu, Jef Banc, Berrocal, Martine Boileau, Cesar, Celine Chalem, Louis Chavignier, Michel Guino, James Guitet, Philippe Hiquily, Jacobsen, Radivoje Knezevic, Caroline Lee, Robert Malaval, Matta, Metcalf, Alicia Moi, Nikos, Marta Pan, Georges Patrix, Alicia Penalba, Philolaos, Bernard Rancillac, Day Schnabel, Jurgen Schneyder, François Stahly, Jose Subira Puig, Roger Tallon, Aurello Teno, Claude Viseux, Artigas, Bondt, Din Vanh, Filhos, Knoop, Torun.

C’était un clin d’œil à la célèbre exposition Antagonismes 2 , l’Objet organisée en 1962 au musée des Arts décoratifs.

 

 

 

Claude Parent, un architecte utopique parmi les artistes

L’architecte Claude Parent, qui vient de décéder,  est « connu pour son architecture originale au service de l’imaginaire et de l’utopie, Claude Parent est le créateur de l’architecture oblique. Élu membre de l’Académie des beaux-arts en 2005, au fauteuil de l’architecte Jean Balladur, il raconte d’un humour distancié, son parcours, son engagement passionnel au service de l’architecture et ses rencontres avec les artistes du monde de la peinture et du théâtre. Fernand Léger, Yves Klein, Michel Carrade, Sylvain Dhomme, Polieri, les architectes Nicolas Shöffer, Lionel Mirabaud, le théoricien Paul Virilio et beaucoup d’autres ont nourri ses expériences de créateur. »

Dans une émission proposée par  Marianne Durand-Lacaze, l’Académie a salué en 2008 l’un des siens : Claude Parent, l’architecte de l’oblique , entretien avec l’académicien des beaux-arts  :

Avant l’académisme,  dans les années 1950 et 1960, Claude Parent a en effet été l’acteur d’une époque qui associait dans un même mouvement utopique, sans distinction, artistes peintres, sculpteurs et architectes  : Claude Parent a revendiqué pour sa création l’importance primordiale des rencontres et compagnonnages successifs. Les duos formés avec Ionel Schein, André Bloc, et Paul Virilio en témoignent, marquant l’actualité architecturale et intellectuelle des années 1950 et 1960.

Dès le début des années 1950, il multiplie les collaborations artistiques (Nicolas Schöffer, Yves Klein, Jean Tinguely, André Bloc) et adhère au Groupe Espace créé par André Bloc en 1951 (avec Jean Dewasne, Étienne Béothy, Jean Gorin, Félix Del Marle, Edgard Pillet, Victor Vasarely et Nicolas Schöffer), qui défend une nouvelle synthèse des arts.

De sa rencontre en 1963 avec Paul Virilio naîtra le groupe Architecture Principe (1963 – 68) – dont l’Église Sainte-Bernadette du Banlay (1963 – 66) à Nevers deviendra le projet-manifeste. Paul Virilio et Claude Parent imaginent le concept de « fonction oblique » cherchant ainsi à redéfinir nos espaces de vie en édifiant des bâtiments perturbateurs, aux sols et aux murs inclinés. L’expérimentation est son champ d’investigation permanent. Des bâtiments faits de rampes, de pentes, d’angles, privés d’ameublement – l’espace lui-même est censé déterminer la surface. Des concepts tels que « mur », « sol », « au dessus », « en dessous » sont écartés de leur signification première. Les relations sociales sont dynamisées par l’oblique et par une compréhension de l’espace pleine de spiritualité.

A la fin des années 1950, il mène une collaboration pionnière et intense avec l’artiste Yves Klein :

Au printemps 1959, Yves Klein travaille avec l’architecte Claude Parent sur son projet de Fontaines d’eau et de feu ; il dessine un projet de sculpture aéromagnétique. L’architecte Claude Parent évoque le projet des fontaines de feu dont Klein souhaitait doter les jardins du palais de Chaillot : « Ce qui intéressait Klein au maximum c’était la rencontre de l’eau et du feu avec le dégagement des fumées produites qui flattait certainement le goût wagnérien du théâtre qu’il avait. Il m’avait demandé de travailler aux fontaines de Varsovie devant le palais de Chaillot. Avec ce principe de l’eau et du feu de la rencontre d’un peu d’eau frappée diagonalement à son sommet par un jet de flamme qui dégage à ce moment-là une vapeur d’eau, une fumée dans l’atmosphère ». À travers son délire créatif, Klein avait su conférer un mythe à son personnage, celui du vide. En échange d’une « zone de sensibilité picturale et immatérielle », il exigeait suivant les dimensions de son œuvre entre un kilogramme et quelques grammes d’or fin, et dans son journal du vide, il écrivait, « Le territoire doit ressembler aux yeux de l’espace ». Actualités cinématographiques de Gaumont-Pathé « Yves Klein, quatrième dan », 3 mns 38 s, 1969.

Ainsi, Claude Parent a participé à l’exposition pionnière organisée par François Mathey, au musée des Arts décoratifs à Paris : l’exposition Antagonismes II, l’Objet, au printemps 1962 : elle associait aussi bien des peintres et sculpteurs, que des architectes : Michel Ragon, critique d’art, a salué la maquette d’un théâtre à scènes multiples d’AGAM réalisée avec l’aide de Claude Parent, mais aussi, la création d’Yves Klein présentée au sein de l’exposition : un panneau documentaire, présentant   » l’architecture de l’air » et « la climatisation de l’atmosphère à la surface de notre globe ». Le panneau était composé d’esquisses d’architecture immatérielle, faites par l’architecte.

archi13

Michel Ragon a écrit sur Parent une monographie critique d’un architecte.

claude-parent-480x582

A la demande de Michel Ragon, en 1963, Claude Parent expose à la galerie Anderson-Mayer, aux côtés de Gilioli, Chavignier, Kowalski, Niemeyer, Gaudi, André Bloc, Claude Parent, Jacques Polieri, Alain Bourbonnais, Labourdette, Stahly, di Tinea, Schöffer, Szekely, Ionel Schein.

L’Espace de l’Art Concret à Mouans-Sartoux a consacré une exposition sur la collaboration entre l’architecte Claude Parent et l’artiste Yves Klein, du 31 mars au 25 août 2013 : YVES KLEIN / CLAUDE PARENT À MOUANS—SARTOUX.

Claude Parent a prolongé cette collaboration unique avec Yves Klein avec un projet de monument qui vise, selon ses termes, « à une interprétation architecturale de la pensée d’Yves Klein dans ce qu’elle propose de plus fondamental ».

g_ArtConcret13crKleinMemorial05a

Claude Parent/Mémorial Yves Klein, 1964 -1965/Maquette Bois 40 x 49.5 x 49.5 cm, inv. 008 59 01, Collection FRAC Centre.

 

L’artiste et le musée du mois : Paul Delvaux au musée des Arts décoratifs, 1969

Il fallait avoir un certain sens de l’audace pour exposer un peintre surréaliste belge un an après mai 68. C’est ce qu’a fait François Mathey en 1969 en consacrant à Paul Delvaux une rétrospective du 22 mai  au 28 juillet 1969. Les critiques de l’époque  ne s’y  trompent pas :

« Paul Delvaux aux Arts Décoratifs, un frisson nouveau », Les Nouvelles Littéraires, 29 mai 1969.
Robert Goffin, « Paul Delvaux », Jardin des Arts, no 174, mai 1969, p. 68-79.
Jérôme Peignot, « Visite à Delvaux », Connaissance des arts, no 207, mai 1969, p. 78-85.
Françoise Choay, « Rétrospective Paul Delvaux », La Quinzaine Littéraire, no 74, le 1er juin 1969.
André Fermigier, « Les femmes nues de Paul Delvaux », Le Nouvel Observateur, 3 juin 1969, p. 50-51.

L’année 1969 a été particulièrement nourrie en matière d’expositions temporaires au Pavillon de Marsan, qu’on en juge :
Dubuffet édifices, 11 décembre 1968/ 17 février 1969
Yves Klein, 25 janvier/10 mars 1969 (première rétrospective dans un musée parisien)
Architectes méconnus, inconnus, 15 février/24 février 1969
Evard Munch, gravures, 6 mars/7 avril 1969
Niko Pirosmanachvili, 6 mars/7 avril 1969
Arman accumulations, 21 mai / 28 juillet 1969
César Daum, 2 octobre 1969 / 30 avril 1970
Ceroli, Kounellis,  Marotta, Pascali, quatre artistes italiens plus que nature, octobre 1969.

L’exposition de l’art contemporain à Paris, avant le Centre Pompidou, existait ailleurs que dans les galeries, il avait bien lieu au musée des Arts décoratifs. En témoigne le riche fonds de la photographe Hélène Adant conservé à la Bibliothèque Kandinsky.

Le peintre Delvaux, âgé de 72 ans en 1969, a réalisé 200 tableaux. 77 toiles sont exposées. Delvaux a le  trac face au public parisien et se confie à François Mathey qui lui a rendu visite dans son atelier à Bruxelles :
« 12 mai 1969. J’ai reçu ce matin votre gentille lettre avec beaucoup de plaisir. Et vous me donnez du courage pour affronter le public parisien, car il y a déjà plus de vingt ans que je n’ai plus exposé à Paris. Comme vous, j’espère que cela sera une réussite. J’ai beaucoup travaillé ces derniers temps au grand tableau que vous avez vu à Bruxelles et il est presque terminé. » L’exposition fut un succès.

Paul Delvaux a contribué à décorer le métro de Bruxelles, en réalisant en 1978, à la station de métro  » Bourse » une fresque intitulée  » Nos vieux trams bruxellois« :

2014-04-26 13.15.25

80 œuvres d’art contemporain sont en effet exposées sur ce réseau de transport : www.stib-mivb.be/irj/go/km/…/12-1348-ArtDansLeMetro_FR_LR.pdf‎

Olivier Mosset et le musée des Beaux-arts de la Chaux-de-Fonds

La Chaux-de-Fonds n’est pas que le lieu de naissance de Le Corbusier. Elle abrite également un musée des Beaux-Arts qui a de très riches collections permanentes :

« En 2007, le musée a reçu une donation importante du peintre suisse Olivier Mosset. La collection privée d’Olivier Mosset est un ensemble exceptionnel qui contient un nombre important de peintures, dessins, sculptures, objets, installations, photographies, vidéos, estampes et de posters d’artistes majeurs de la seconde moitié du XXe siècle, tant américains qu’européens, dont Yves Klein, Joseph Beuys, Carl André, Sol Lewitt, Peter Halley, John Armleder.  Cette collection est très importante aussi dans l’étude de l’œuvre d’Olivier Mosset, elle permet de mieux comprendre le travail et les goûts artistiques de ce grand artiste suisse » : http://www.chaux-de-fonds.ch/musees/mba/mba-collections/art-contemporain

Le musée organise également des expositions temporaires, au programme éclectique  : en mars, Deux siècles d’art belge , les collections du musée d’Ixelleshttp://www.chaux-de-fonds.ch/musees/mba/mba-expositions/avenir/deux-siecles-d-art-belge

et en novembre : Blaise Cendrars au coeur des arts : http://www.chaux-de-fonds.ch/musees/mba/mba-expositions/avenir/blaise-cendrars-au-coeur-des-arts

OLIVIER MOSSET est le M du groupe BMPT, dont on ne retient en général que le B de Daniel BurenUn portrait d’ Olivier Mosset par Maurice Besset : htp://www.mamco.ch/artistes_fichiers/M/mosset.html

 Cet artiste suisse qui vit en partie aux USA, a une activité multiforme, notamment en France, où il est intervenu récemment à plusieurs reprises :

Son exposition à Sérignan au Mrac en 2013 :
http://mrac.languedocroussillon.fr/3118-archives-expositions-art-contemporain-montpellier-serignan.htm

O. Mosset a aussi réalisé la scénographie d’un ballet à l’Opéra de Paris en 2012 :  ‘un jour ou deux’ de Merce Cunningham repris du 31 octobre au 10 novembre 2012 :

http://gillot-cunningham.operadeparis.fr/unjouroudeux/

L’entretien de Mosset : il reprend le rôle de scénographe tenu en 1973 par Jasper Johns et se souvient de cette période :
http://gillot-cunningham.operadeparis.fr/en-video-entretien-avec-olivier-mosset-scenographie/

Le ballet a en effet été créé en 1973 à l’Opéra de Paris et fait alors scandale :

« Nous sommes en 1973. Cinq ans après Mai 68 pour toute la France, mais toujours en plein XIXe siècle au sein du Ballet de l’Opéra de Paris. Michel Guy, fondateur du Festival d’Automne, destiné à dévoiler aux Français l’avant-garde américaine, sera bientôt nommé secrétaire d’Etat à la Culture. Il persuade Rolf Liebermann, directeur de l’Opéra, de confier une création au chorégraphe new yorkais Merce Cunningham. Celui-ci est ainsi convié à créer un spectacle occupant toute une soirée, accompagné de John Cage pour l’univers sonore et de Jasper Johns pour la scénographie »:

http://tempsreel.nouvelobs.com/culture/20121030.OBS7444/1973-scandale-revolution-a-l-opera-de-paris.html

 

 

Que verra-t-on à l’exposition Lucio Fontana ?

Concetto spaziale, 1957, aniline et collage sur toile, inv. A23933, appartenant au Stedelijk Museum d’Amsterdam (Pays-Bas),

http://www.stedelijk.nl/en/artwork/4984-concetto-spaziale

un  tableau culte prêté pour l’exposition « Lucio Fontana (1899-1968), rétrospective », présentée au Musée d’art moderne de la ville de Paris du 24 avril 2014 au 24 août 2014 :

« Né en 1899 à Rosario en Argentine de père italien, sculpteur de formation, il passera la majeure partie de sa vie à Milan. Exploitant toutes les possibilités de la sculpture polychrome (terre cuite, céramique, mosaïque) et collaborant avec des architectes, il est un des premiers artistes abstraits italiens dans les années 1930. Il passe la Seconde Guerre Mondiale en Argentine. De retour à Milan en 1947, il devient la figure de proue du mouvement spatialiste qu’il définit dans divers manifestes. Ce mouvement part de l’espace et de la lumière pour concevoir des œuvres en relation avec le monde environnant et la conquête spatiale. Il s’incarne dans ses sculptures en céramique, ses toiles trouées et ses environnements. En 1949, il réalise ses premiers Concetti spaziali (Concepts spatiaux), toiles perforées sur lesquelles il intervient avec divers matériaux et couleurs vives. Après une rétrospective à la Biennale de Venise en 1958, il commence sa série de toiles fendues, les Tagli et devient une figure de référence pour les artistes des années 1960″ : http://www.mam.paris.fr/fr/expositions/lucio-fontana

Fontana a exposé  le monochrome intitulé Concetto spaziale, Attesa à la Biennale de Venise en 1958. L’artiste est exposé pour la première fois dans un musée français en 1960 au musée des Arts décoratifs à Paris, au sein de l’exposition collective sur la peinture intitulée « Antagonismes »  ( commissariat de François Mathey et Julien Alvard) : figuraient alors à ses côtés Bacon, alors peu connu, Dubuffet qui refusait en général de figurer en France dans les expositions collectives, mais aussi Soulages, Hartung, Yves Klein.. On ne dira jamais assez le rôle précurseur mené dans le domaine de l’exposition de l’art vivant, par ce musée et son conservateur durant ces années cinquante, soixante et soixante-dix.

Sa fondation : http://www.fondazioneluciofontana.it

Lucio Fontana ne manquait pas d’humour et a participé  en pleine période des  » Tagli (1958-1968) » à l’exposition collective « Antagonismes II l’Objet » au musée des Arts décoratifs en 1962 : il y présentait des robes bien entendu coupées portées par des mannequins.

L’album Maciet de la bibliothèque des Arts décoratifs en garde quelques clichés.