(Re)Découvrir des musées en régions

Exposition temporaire en cours au musée des Beaux-Arts de Lyon.

Grâce aux cours dispensés par L’École du Louvre  en régions, voici une série de musées à  (re)découvrir sur l’ensemble du territoire : ces cours débutent en septembre ou début octobre 2019 : leurs thèmes sont sans rapport direct avec les expositions temporaires en cours (ou à venir) dans ces divers lieux :
 

À Limoges, à l’école publique d’ingénieurs,  l’ENSIL:
De la manie érigée en art : portraits de collectionneurs, des Borgia aux Rotchschild 
Cycle thématique à partir du 3 octobre 2019.
Musée  Adrien Dubouché
Inscription en ligne. 
 
 
Exposition archivée : Entre Chine et Limoges, une expérience de céramique contemporaine. 1er février - 23 avril 2018.

À Lyon, au musée des Beaux-Arts :
Initiation à l’histoire générale de l’art en Europe (deuxième année) 
Cycle d’initiation à l’histoire générale de l’art à partir du 7 octobre 2019.
Musée des beaux-Arts de Lyon
Inscription en ligne .

 
Exposition en cours : Jusqu'au 22 septembre :L’art et la matière. Prière de toucher vous invite à vivre une nouvelle expérience sensorielle de la sculpture. Offrez à la paume de vos mains une contemplation tactile de chefs-d’œuvre de la figure humaine de l’Antiquité au XXe siècle.
 
À Marseille, au MuCEM
Initiation à l’histoire générale de l’art en Europe (troisième année)
Cycle d’initiation à l’histoire générale de l’art à partir du 2 septembre 2019.
MuCEM
Inscription en ligne.
Exposition en cours : Jean Dubuffet, un barbare en Europe. Vue de l'exposition© Solene de Bony Dubuffet(DR). 
 
À Montpellier, au Musée Fabre
“Bonjour Monsieur Courbet” : l’art vivant de Gustave Courbet
Cycle thématique à partir du 17 septembre 2019.
Musée Fabre
Inscription en ligne.
Exposition en cours : VINCENT BIOULÈS - CHEMINS DE TRAVERSE

15 juin 2019 - 6 octobre 2019
  Vincent Bioulès, L’Ile Maïre I, juin 1994-mars 1995, huile sur toile, 200 x 300 cm, Collection du Musée d’Art de Toulon, photo Aleksander Rabczuk, © ADAGP, Paris, 2019.     
 
À Nancy, au musée des Beaux-Arts
Michel-Ange : grandeur et postérité
Cycle thématique de 5 séances à partir du 3 octobre 2019.
Musée des Beaux-Arts de Nancy
Inscription en ligne.
Exposition à venir :

Arlene Gottfried :
La rue nous appartient - New York, 1970-1980. Exposition temporaire présentant environ 80 photographies de l'artiste ; en lien avec "Fire on fire - Art Music/Street Club Studio" organisé dans la galerie Poirel.
 
À Nevers, au Palais Ducal
Tout ce qui brille : l’apogée des arts précieux 
Cycle thématique à partir du 23 septembre 2019.
Musée de la Faïence
Inscription en ligne.
Exposition en cours : Le verre au cœur de la France 7 avril – 22 septembre 2019


À Nice, au musée d’art moderne et d’art contemporain
Initiation à l’histoire générale de l’art en Europe (première année) 
Cycle d’initiation à l’histoire générale de l’art à partir du 19 septembre 2019.
Musée d’art moderne et d’art contemporain
Inscription en ligne.
 
Exposition en cours : le diable au corps*. Quand l’Op Art électrise le cinéma. Dans le cadre de la biennale des arts Nice 2019 : L’Odyssée du cinéma. La Victorine a 100 ans. 17 mai - 29 septembre 2019.


Henri-Georges Clouzot, Serge Bromberg et Ruxandra Medre, L’Enfer,1964, Photogramme Scénario de Henri-Georges Clouzot, José-André Lacour et Jean Ferry Avec Romy Schneider et Serge Reggiani . © 2009 Lobster Films / France 2 Cinéma Avec l’autorisation de mk2 films.(DR)


A Nîmes, au Musée de la Romanité
L’art romain : un art à part entière. 
Cycle thématique à partir du 8 octobre 2019.
 

Buste masculin, détail du décor incisé. Époque
préromaine, VIè siècle av. J.C.  Sainte-Anastasie, Gard. Camp Guiraud. Photographie Claire Buttner (DR).
Exposition en cours, prolongation exceptionnelle jusqu’au 20 octobre 2019: Pompéi,un récit oublié.
À Niort, au musée Bernard d’Agesci
Les cabinets de curiosités, entre découverte et connaissance (XVe siècle -XVIIe siècle).
Cycle thématique à partir du 8 octobre 2019.
Musée Bernard d’Agesci
Inscription en ligne. 
Exposition en cours:Bernard d’Agesci, Forgeur d’Histoires à Niort.
À Reims, au Musée des Beaux-Arts de Reims
Lumière et couleurs : quelques aspects de l’histoire de l’art du vitrail.
Cycle thématique à partir du 7 octobre 2019.
Musée des Beaux-Arts de Reims
Inscription en ligne.
 
Exposition en cours : 
Regard sur... Le portrait au siècle de Colbert. 

La vie romantique en deux temps (2): les Salons littéraires

En association avec l'exposition "Paris Romantique", organisée au Petit Palais (1), le Musée de la Vie Romantique consacre ses espaces à une exposition illustrant "les pratiques des salons littéraires propres au XIXème siècle". 
Mme Gaëlle Rio, directrice du musée, présente l’exposition, notamment une œuvre de Delacroix, un portait de Baudelaire, par Émile Deroy ( 1820 – 1846), et le Panthéon Nadar.

Victor Hugo décrit  le romantisme comme “une révolution faite dans les arts qui commence par la poésie, continue dans la musique et  qui en renouvelle la peinture”.

L’exposition trace le portrait  d’une génération à laquelle appartient Alfred de Vigny (1797 -1863) dont on expose l’habit d’académicien, qui a obtenu cet honneur plutôt jeune en 1845.

Les salons littéraires sont le creuset de la création romantique, pendant la Restauration, la Monarchie de juillet. Ces salons (une quinzaine à Paris) contribuent à l’émergence  et à la gloire de cette génération qui vient tester dans ces salons leurs œuvres avant leur publication, à travers des lectures, des conversations. L’exposition montre les dessins et caricatures glorifiant les écrivains : le  Panthéon Nadar (une planche lithographiée) dresse le portrait collectif de 250 écrivains. Ils accèdent à la postérité grâce notamment à la Presse et aux caricatures.

Bustes et médailles à la gloire des écrivains, réalisés par David d’Angers et petits bustes d’hommage réalisés par Dantan, souvent caricaturaux.
Costume d’académicien d’Alfred de Vigny.
Peinture d’ Ary Scheffer.

L’exposition se déroule dans l’atelier et la maison du peintre d’origine néerlandaise Ary Scheffer (1795-1858) qui a précisément organisé là, un salon tous les vendredis. Il fut le professeur de dessin de Marie d’Orléans, fille de Louis-Philippe. Sa demeure située dans la Nouvelle Athènes a été transformée en musée.

un châle de cachemire (1820-1830) appartenant à la collection du Palais Galliera.

Si des œuvres célèbres d’Ary Scheffer (portrait de George Sand, portrait de Marie d’Orléans) ont été transportées au Petit Palais le temps de l’exposition, des oeuvred et objets appartenant au Palais Galliera, musée de la mode à Paris, au musée Carnavalet, ou au Château de Versailles sont en revanche visibles au sein de l’exposition au musée de la Vie Romantique.

L’exposition fait écho à la sociabilité romantique et mondaine qui caractérisent ces salons littéraires, et au rôle joué par les femmes collectant dans leurs albums “amicorum” ou “albums d’amis” les vers et dessins des artistes poètes qu’elles côtoyaient.

Album “amicorum” de la baronne Maria de Marches. 1833

Au Petit Palais l’exposition principale (600 numéros)  se déroule jusqu’au 15 septembre 2019 : Paris romantique, 1815-1848.

Eugène Lami, Scène de Carnaval, place de la Concorde, 1834. Huile sur toile. Musée Carnavalet. Crédit : © Musée Carnavalet / Roger-Viollet

La vie romantique au Petit Palais (1)

L’exposition actuellement visible au Petit Palais, s’attache à décrire la période romantique, entre 1814 et 1848 :  une réaction contre les règles de l’académisme et du néo-classicisme, en littérature, en musique, en peinture comme en sculpture. Le but de l’artiste romantique serait d’exprimer ses émotions en adaptant l’esthétique à ses besoins. 

Cette génération artistique vit une période historique mouvementée  : défaite du premier l’Empire (1814),  trois Restaurations (Louis XVIII, Charles X, Louis-Philippe) et deux révolutions (1830, 1848).

Politiquement, le jeune artiste romantique  est, au début du siècle,  un peu perdu, il s’avère difficile de l’associer à une culture politique donnée :

S’il fallait résumer l’idéologie romantique à son aurore, de 1820 à 1827, par exemple, on pourrait la réduire semble-t-il à trois caractères essentiels. Sur le plan des idées les romantiques sont essentiellement religieux et chrétiens. Sur le plan pittoresque et historique, ils sont admirateurs fervents du Moyen Age; […] De la Révolution ils ont hérité pourtant une idée profonde, qui, peu à peu, dominera et englobera les deux autres tendances; cette idée, c’est le culte de la liberté, l’importance nouvelle accordée au moi, à son développement intégral, à tout ce qu’on appellera l’égoïsme ou l’égotisme.

Pierre Paraf, Le Romantisme et la Politique, Revue d’Histoire du XIXe siècle – 1848, Année 1930, 132, p. 11-25.
 

 Ce n’est qu’en 1830 que s’affirme un romantisme libéral et révolutionnaire avec notamment Lamartine, Victor Hugo, George Sand, Alexandre Dumas. Le Romantisme se scinde ensuite entre légitimistes (Chateaubriand , Vigny, Balzac) et ceux qui demeurent auprès des insurgés, comme Dumas et Victor Hugo.

 Le parcours de l’exposition met en scène divers lieux d’expression du Romantisme à Paris : lieux de pouvoir (Les Tuileries), lieu d’exposition des beaux-Arts (Le Salon au Louvre),  lieux de plaisir et de distraction (Le Palais -Royal,  les grands boulevards dont le “boulevard du crime”, qui accueillent les théâtres), lieux d’habitation, ( les ateliers,  la sociabilité  de la Nouvelle Athènes,  du quartier latin), les places et les monuments qui vont incarner la révolution et la République, et une section consacrée à Notre-Dame, symbole du goût des romantiques pour le Moyen-Âge.

Le parcours n’est donc que partiellement chronologique  : le tableau de la duchesse  de Berry  réalisé en 1825 (égérie de la première restauration qui tentera après 1830 de soulever le sud de la France puis la Vendée contre le gouvernement de Louis-Philippe), figure donc au sein de la  section consacrée aux Tuileries, aux côtés de la famille de Louis- Philippe, au pouvoir de 1830 à 1848.

Christophe Leribault, commissaire de l’ exposition, résume le parcours.
Horace Vernet. La barrière de Clichy . Défense de Paris le 30 mars 1814 , détail.

L’exposition débute avec ce tableau, qui, comme le précise le cartel : immortalise la défense héroïque fin mars 1814, aux derniers jours de la campagne de France, de la barrière de Clichy, contre les troupes russes, par la garde nationale, composée alors d’un ensemble hétéroclite d’étudiants, d’invalides et de bourgeois sans expérience. La capitulation de Paris fut signée dans la nuit du 30 au 31 mars.

Voici quelques vues de la promenade parisienne proposée et de sa scénographie :

Devant les devantures du Palais Royal :

Au Salon : diverses œuvres présentées aux différents Salons organisés au Louvre durant cette période.

Au premier plan : Pierre-Jean David, dit David d’Angers, La jeune grecque au tombeau de Marco Botzaris, plâtre, Angers, Galerie David d’Angers.
Eugène Delacroix, Le Christ au jardin des Oliviers, 1826, Salon de 1827, huile sur toile, Paris, église Saint-Paul-Saint-Louis. Détail.
Auguste Préault. Tuerie, fragment épisodique d’un grand bas-relief. Bronze. Salon de 1850. Détail. Plâtre antérieur, Salon de 1834.

Notre-Dame, le goût des romantiques pour le Moyen-Âge :

Pendule de Notre-Dame, 1835-1845, bois incrusté de filets de laiton, bronze ciselé et doré, Paris, musée Carnavalet.
Charles de Steuben, La Esméralda, Salon de 1839, huile sur toile, Nantes, Musée d’Arts. Détail.

La vie de Bohème au quartier latin :

La Nouvelle Athènes : une évocation des ateliers, des salons de musique ( là où s’installèrent Chopin, George Sand, Ary Scheffer) :

Reconstitution d’un salon de musique. Un petit dispositif permet d’écouter des morceaux de piano créés à cette époque.

La représentation d’un modèle féminin :

Joseph-Désiré Court, Femme à mi-corps, couchée sur un divan,1829, huile sur toile, Montpellier, musée Fabre.

Le Paris des monuments :

Jean-Pierre Dantan, Portrait charge de l‘ingénieur Appolinaire Lebas dansant sur une corde en portant l’obélisque. Plâtre patiné.

Le parcours intègre de nombreuses caricatures, notamment d’œuvres d’Honoré Daumier, rappelant que la révolution de 1830 est liée à une demande de reconnaissance de la liberté de la Presse.

La  scénographie immersive, conçue et réalisée par Véronique Dolfus est  réussie même si elle ne crée pas le même effet spectaculaire obtenu pour l’exposition sur les chefs-  d’oeuvre du XVIIIe siècle des églises parisiennes, organisée au même endroit en mars 2017.

Les panneaux informatifs qui bouclent la fin du parcours traitent du sentiment des romantiques vis-à-vis de la révolution de 1848. Ils affichent le point de vue désenchanté du seul Gustave Flaubert (romantique ou réaliste ?), en reproduisant quelques lignes de son roman L’éducation sentimentale, paru en 1869. Pourtant Flaubert est rapidement hostile à la République, comme le rappelle Gisèle Séginger :

“Dans les années 1830, sous l’influence de son entourage familial et scolaire, le jeune Gustave [Flaubert] se dit libéral, et dans ses lettres de 1835, il tient des propos contre la censure et contre la répression des émeutiers de 1834 (Corr., I, 21 et 22), avec une exaltation de républicain. Flaubert est alors l’élève d’Adolphe Chéruel, un disciple de Michelet, et il commence à lire le grand historien dans ces années. […] Toutefois, à partir de ses études de droit à Paris, son entourage change. Il fréquente l’atelier de James Pradier, un sculpteur qui reçoit des commandes officielles de la Monarchie de Juillet. Il se lie avec Maxime du Camp vers 1842, puis avec Louis Bouilhet à partir de 1846, qui ne sont ni l’un ni l’autre des républicains. Maxime Du Camp présentera à Flaubert son ami Louis de Cormenin, le fils d’un homme politique conservateur, hostile à la Monarchie de Juillet. Les trois amis accompagnés de Bouilhet assisteront ensemble à la proclamation de la Seconde République, qui ne suscite pas leur enthousiasme. On sait par ailleurs, grâce à Maxime Du Camp, que Flaubert ainsi que lui-même se sont abstenus de voter au moment de l’élection présidentielle de décembre 1848. À 27 ans, Flaubert est devenu tout à fait sceptique en politique et antirépublicain.

Honoré Daumier, Le gamin de Paris aux Tuileries.

Victor Hugo quant à lui, donne un autre éclairage sur les journées historiques de 1848, dans un discours resté célèbre, prononcé en 1849, Le “grand discours de Victor Hugo contre la misère” sur le site Retronews – site de presse de la BnF.

Gravure de Victor Hugo en jeune homme ; source : Gallica-BnF .
A consulter :

Communiqué de Presse
cp_paris_romantique.pdf (PDF – 1M)

Dossier de Presse
dp_parisromantique_fr.pdf (PDF – 2M)

Visuels presse
presentation-_icono-paris_romantique.pdf (PDF – 8M)

 

Tous saisis par la Préhistoire

Dans le cadre de la parution de son dernier ouvrage et de l’exposition actuellement présentée au Centre Pompidou, Maria Stavrinaki, universitaire et co-commissaire de l’exposition, raconte à Patrick Boucheron comment les artistes modernes ont été saisis par la Préhistoire :

Le livre : Saisis par la préhistoire – Enquête sur l’art et le temps des modernes.

De Cézanne, Dada, Bataille, Picasso, Miro…à Robert Smithson, d’Altamira, Lascaux, à l’ère d’Hiroshima :

Paul Cézanne. Les carrières de Bibémus.
Robert Smithson, Spiral Jetty,Rozel Point, Great Salt Lake, Utah. 1970.

Rémi Labrusse, autre co-commissaire de l’exposition, travaille sur ce sujet depuis longtemps. Il publie en 2019 PRÉHISTOIRE. L’ENVERS DU TEMPS, qui permet d’approfondir le sujet pour ceux que la question passionne :

L’exposition. Quelques oeuvres.

Chicago, foyer d’art brut des années 70-Hey ! 4

La Halle St Pierre présente une nouvelle exposition d’art brut cette fois consacrée aux créateurs ayant vécu à Chicago, découverts pour la plupart dans les années 1970 par de jeunes artistes. Parmi les dix créateurs présentés, le plus célèbre est HENRY DARGER (1892-1973) : son lieu de création, son appartement, son univers, est suggéré à travers deux photographies agrandies en noir et blanc :

L’américain d’origine italienne ALDOBRANDO PIACENZA (1888-1976), reconstituant son village natal :

Vue de l’exposition.
Vue de l’exposition.

L’afro-américain Dr. Charles Smith (né en 1940), vétéran de la guerre du Vietnam :

Le trône de MR. IMAGINATION (1948-2012) :

Les personnages peints par LEE GODIE (1908-1994) :

Les oeuvres de l’américain d’origine grecque DROSSOS SKYLLAS (1912-1973) :

Drossos Skyllas. Détail.

Les gratte-ciel dessinés par le musicien Wesley Willis (1963-2003) :

Wesley Willis. Détail.

le dossier de presse :

Au premier étage HEY! modern art & pop culture #4, poursuit son exposition de la scène artistique alternative. Son édition 2019 réunit 36 artistes issus de 17 pays, pour une mise en valeur d’œuvres Outsider Pop, essentiellement figuratives. Certaines sculptures rappellent des temps anciens : les bustes en résine, inspirés par des portraits florentins du 15ème siècle (Gerard Mas), une sculpture – rappelant les squelettes reliquaires – de la tatoueuse Nathalie Verdon, les panneaux d’un autre artiste tatoueur, spécialisé dans l’art du vitrail médiéval (Mikaël De Poissy), de spectaculaires guerriers en armure, réalisés à base de grillage à poules (Brigitte Lajoinie) ou des sculptures proliférantes, évoquant l’univers des sagas (Kris Kuksi).

Nathalie Verdon (Suisse). Détail
Brigitte Lajoinie (France). Vue de l’exposition.
Brigitte Lajoinie (France). Vue de l’exposition.
Mikaël De Poissy. Détail.
Gerard Mas, Call center lady, 2016. Détail.
Gerard Mas. Détail.
Gerard Mas. Vue de l’exposition.
Kris Kuksi (États-Unis). Imperial Fowl. 2013. Assemblage technique mixte. 78.7 x 83.8 x 22.9 cm. Détail.

Les 36 artistes présentés :

Vasilis Avramidis (Grèce)
Gil Batle (États-Unis)
Jürg Benninger (Suisse)
Nils Bertho (France)
Troy Brooks (Canada)
Chen M (Belgique)
Maryrose Crook (Nouvelle-Zélande)
Mikaël De Poissy (France)
Fulvio Di Piazza (Italie)
Claire Fanjul (France)
Alessandro Gallo (Italie)
Séverine Gambier (France)
Davor Gromilovic (Serbie)
Masayoshi Hanawa (Japon)
Filip Hodas (République tchèque)
Nancy Josephson (États-Unis)
Kris Kuksi (États-Unis)
Brigitte Lajoinie (France)
Mathieu Lewin (France)
Lizz Lopez (États-Unis)
mad meg (France)
Gerard Mas (Espagne)
Mothmeister (Belgique)
Heather O’Shaughnessy (États-Unis)
Agathe Pitié (France)
Osvaldo Ramirez-Castillo (Canada)
David Rochline (France)
Shelter Shirrstone (Russie)
Heidi Taillefer (Canada)
The Kid (Pays-Bas, Brésil)
Paul Toupet (France)
Yannick Unfricht (France)
Henriette Valium (Canada)
Nathalie Verdon (Suisse)
Quan Wansanit Deslouis (Thaïlande)
Betsy Youngquist & R. Scott Long (États-Unis).