Archives du mot-clé vitraux

Un art d’État ? Commandes publiques aux artistes plasticiens (1945-1965)

L’exposition programmée par les Archives nationales à Pierrefitte, du 31 mars au 13 juillet 2017, s’intitule « Un art d’État ? Commandes publiques aux artistes plasticiens (1945-1965) ».

small11rayarn

« L’exposition, réalisée en partenariat avec le centre national des arts plastiques CNAP, s’attache à retracer les liens étroits qui unirent, à la fin de la Seconde Guerre mondiale et jusqu’aux prémices de la décentralisation, artistes et pouvoirs publics ».

Les archives audiovisuelles de l’INA, pour la période des années 1980- 2000, illustrent fort bien ce thème, à travers l’exemple de Pierre Soulages et de la commande publique des vitraux de Sainte-Foy de Conques.

26 mars 1991 : le Ministère de la Culture, mené par Jack Lang, décide de confier à Pierre Soulages une commande exceptionnelle : composer un nouvel ensemble de vitraux pour l’abbatiale romane Sainte-Foy de Conques. L’annonce de ce projet est fraîchement reçue par la critique qui craint de voir le « peintre du noir » assombrir l’édifice et qui remet en cause la dépose des précédents vitraux, témoins des arts décoratifs limousins d’après-guerre.

15 juin 1994 :  un nouveau reportage porte sur la conception et la réalisation des vitraux de l’abbatiale Sainte-Foy de Conques par Pierre Soulages et le maître verrier Jean-Dominique Fleury.

Il débute par quelques vues de la mise en presse de l’ouvrage consacré à ce sujet, coécrit par Christian Heck, Jean-Dominique Fleury, Pierre Soulages et préfacé par Georges Duby.

22593_couverture_hres_0

En novembre 2016  c’était l’anniversaire des vingt ans :

< C’est dans la sobriété et dans la lumière diffuse que l’abbatiale de Conques s’apprête à célébrer un anniversaire un peu particulier. Les 106 vitraux blancs de Pierre Soulages qui ornent l’ abbatiale  fêtent leurs vingt ans d’existence. En 1994, l’installation de vitraux abstraits au sein d’une église romane suscitait une certaine réticence, aujourd’hui, la fierté a gagné le cœur des aveyronnais>.

1936 – 1946 : oeuvres d’Otto Dix : « C’est beau… à en vomir… »

Otto Dix qui jeune aimait tant la guerre puis l’a si bien décrite dans toutes ses conséquences dans ses nombreuses œuvres, comme dans le triptyque  » La Guerre » réalisé entre 1929 et 1932 et conservé à Dresde, au Stadtmuseum http://www.stmd.de/ : dix_wartriptycha laissé des témoignages artistiques jusque là moins vus et moins connus : certains furent retrouvés dans une maison qu’il a habitée en 1936 sur la presqu’île d’Höri sur le lac de Constance : lac de constanceconstance 2« C’est beau… à en vomir… » Ces mots sont du peintre allemand Otto Dix, arrivé sur la presqu’île d’Höri en 1936 dans le Bade Wurtemberg.[…] Il s’installe dans une magnifique villa qui surplombe le Lac.  » Arrivé ici, Dix s’est retrouvé coupé de sa source d’inspiration, la ville et les laissés pour compte de la société urbaine. Alors il a décidé de peindre ce qu’il avait sous les yeux, des paysages ! « . Sven Beckstette est le conservateur d’un petit musée très spécial : le musée de la maison d’ Otto Dix à Hemmenhofen.  » Dix était intéressé par la proximité de la Suisse, juste de l’autre côté du lac. Comme cela, en cas de coup dur – il était considéré comme un artiste dégénéré par les nazis, ne l’oublions pas – il pouvait fuir » […] Otto Dix le fêtard, a décoré sa cave d’une fresque à l’occasion d’une fête de carnaval.  » La cave n’est ouverte qu’exceptionnellement au public. Elle est très humide, et les fresques pourraient être détériorées. Même si ces fresques ne sont pas extraordinaires, nous voulons les préserver »: « http://alsace.france3.fr/2013/08/17/otto-dix-hermann-hesse-sur-le-lac-de-constance-la-presquile-de-hori-est-un-refuge-pour-les-artistes-302653.html La maison-musée  (http://kunstmuseum-stuttgart.de/index.php?site=Museum_Haus_Dix;Das_Haus&id=25&1401297170# ) est gérée par le Kunstmuseum de Stuttgart :http://www.kunstmuseum-stuttgart.de/Bild: 10_1306_MHD_EOE_167_FB_082440.jpg

ottodixatelier
 
Atelier Otto Dix © Kunstmuseum Stuttgart
Photo Frank Kleinbach © VG

 

 

 

ottodixgraffitiottodixgraffiti2Photo Frank Kleinbach © VG Bildkunst Bonn

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Très récemment le musée privé d’Unterlinden  à Colmar ( http://www.musee-unterlinden.com/) a acquis une représentation du Christ : otto_dix-a2668Otto Dix (1891-1969) Tête de Christ, 1946 Huile sur bois –   Colmar, Musée Unterlinden Photo : Musée Unterlinden Vu sur la Tribune de l’Art :  » C’est bien malgré lui qu’Otto Dix passa plusieurs mois à Colmar, prisonnier de guerre entre avril 1945 et février 1946. Il multiplia alors les représentations du Christ – dessins ou peintures – incarnation des soldats sacrifiés et d’une humanité immolée. C’est de cette période que date la superbe tête offerte au Musée Unterlinden par la Société Stihlé, qui l’a acquise dans une vente aux enchères à Belfort le 23 novembre 2013. Sa facture et son style évoquent les maîtres anciens, Schongauer, Grünewald, une influence  que le Musée Unterlinden avait plus généralement analysée dans une exposition en 1996″ : http://www.latribunedelart.com/un-tableau-d-otto-dix-pour-le-musee-unterlinden hoeri-1_1174991386_35461449Otto Dix est mort à Hemmenhofen en 1969, il est enterré dans son cimetière. La toute petite église Saint Pierre de Katterhorn, construite en 1958, possède des vitraux que l’artiste dessinés pour les habitants de la presqu’île d’Höri.

Un drone immortalise les trésors de la cathédrale de Sens (Yonne)

Première cathédrale gothique de France (donc du monde) la cathédrale de Sens (Yonne) a bénéficié d’une nouvelle mise en valeur grâce à l’utilisation d’un drone qui permet de s’approcher le plus possible des éléments architecturaux et qui a pris des vues inédites des vitraux. Cette émission devrait être diffusée à la télévision sur FR3, en 2014 pour le magazine « Pourquoi chercher plus loin ? » :

http://www.lyonne.fr/accueil/brightcove/2014/02/05/un-drone-immortalise-les-tresors-de-la-cathedrale-de-sens_93157217278001.html

Par ailleurs, des pièces de broderies ayant appartenu à Henri IV viennent de subir une restauration complète. Retrouvées dans le Trésor de la cathédrale de Sens, elles sont exposées au musée de Sens. Des vêtements de messe ayant appartenu à Thomas Becket, archevêque de Cantorbéry de 1162 à 1170, ont également été retrouvés dans les réserves et ont été restaurés. En effet, Thomas Becket trouva refuge en France alors qu’il était poursuivi par le roi d’Angleterre Henri II. Il résida à l’abbaye de Sainte-Colombe de Sens, ainsi que dans l’abbaye cistercienne de Pontigny.

L’exposition Braque offre une aide à la visite exceptionnelle, jusqu’au 6 janvier

braque1braque platresbarque sculpture2014-01-03 11.25.12tete mortL’exposition Braque est exceptionnelle à plus d’un titre : cette rétrospective monographique met en effet au premier plan un peintre laissé dans l’ombre de Picasso. Il ne bénéficie pas d’un musée, ces œuvres sont en général peu connues, réduites à la période cubiste. D’où l’intérêt d’une aide à la visite particulièrement riche et c’est le cas ici.
L’audioguide est particulièrement instructif, ces « notices sonores » sont longues et détaillées, elles donnent quelques indications bibliographiques : outre les rapports étroits entretenus avec Paulhan et René Char, l’amitié de Braque avec Pierre Reverdy et l’intérêt que lui porte Carl Einstein, grand spécialiste des primitivismes, sont ici précisément évoqués.
Le catalogue est, comme il se doit, complet et imposant. Le journal de l’exposition va à l’essentiel laissant la parole au « méthodique » Braque. Une chronologie est à disposition du visiteur, à l’entrée, résumant l’essentiel d’une vie.

Le DVD complète la visite: il fait parler Braque et illustre richement sa vie, grâce à un texte écrit  par Harry Bellet et dit impeccablement par le comédien Jean-François Ballmer.
Certes, l’exposition rassemble  le « grand nu », des oiseaux, des tableaux cubistes ( tour à tour cézanniens, analytiques ou synthétiques), mais au delà du cubisme, on découvre tous les « autres Braque » : fauve, épris de Cézanne, sculpteur, inventeur de l’idée même des papiers découpés et collés, matiériste ( il crée des insertions de matières comme le sable ou la terre dans ses compositions) d’où surgissent d’ailleurs les premières lettres typographiées découpées dans les journaux ou réalisées au pochoir : C’est lui qui en est l’inventeur et non Picasso. 14/18 cueille le soldat Braque de plein fouet. Gravement blessé d’un éclat d ‘obus à la tête, il arrête de peindre pendant deux ans.

Ses grandes compositions, comme ces porteuses d’offrandes du « retour à l’ordre » des années 1920 d’après guerre, ou bien ces grandes gravures sur plâtre créées lors de sa période mythologique ( la théogonie d’ Hésiode) sont à la fois impressionnantes et délicates.

Durant l’Occupation des années 40, il peint notamment des têtes de mort et des poissons noirs. Braque, après guerre, va travailler comme d’habitude par séries : les billards, les ateliers, et bénéficier de la commande publique et privée ( Malraux et Maeght) pour qui il peint ses fameux oiseaux.

Vieillissant, il recrée des paysages de Varengeville, il peint lui même les cadres de ces tableaux : il s’agit de petits formats, rectangulaires, étroits, tout en longueur comme des prédelles, format qu’utilisent aussi en leur temps les Macchiaioli italiens. Ces petits tableaux sont remarquables car comme le note dans son journal Marie-Alain Couturier, qui accompagne Matisse lors de la décoration de la chapelle de Vence :  » L’admirable vieillesse des très grands peintres. Souvent ce qu’il y a de plus pur chez un être apparaît à la faveur de certaines déchéances et de l’usure due à l’âge. La main tremble, ne fait plus que l’essentiel. Tout le reste tombe ».

Braque a lui aussi (comme Matisse), créé des vitraux, ils sont destinés à l’église de Varengeville et sont d’un bleu profond.S’ils ne sont pas évoqués dans le parcours de visite, l’exposition s’avère en tout état de cause très complète et mérite d’être vue.

REVERDY (P.) – BRAQUE (G.), Une aventure méthodique, Paris, Maeght, 1950.

Georges Braque et l’anthropologie de l’image onirique de Carl Einstein : Dossier Carl Einstein et les primitivismes – coordonné et présenté par Isabelle Kalinowski et Maria Stavrinaki : http://gradhiva.revues.org/2294

 

.