Archives par mot-clé : Vincent Darré

Bien aimable Biennale Paris 2019

Un accueil aimable et pédagogique a été réservé aux visiteurs de ce lieu éphémère de vente d’objets d’art, mis en valeur au Grand Palais pour quelques jours mi-septembre. Dans chaque stand (ou presque), médiatrices et médiateurs vous décrivent peintures et objets sous l’œil vigilant du galeriste : seriez-vous un acheteur sérieux, ou bien un visiteur-amateur qui n’a pas renoncé à venir malgré le coût du billet d’entrée ?

Vues du Grand Palais. L’entrée de la Biennale Paris 2019.
Le décor métaphysique de Vincent Darré.

La scénographie est belle, aérée. Parmi les 71 exposants, aux spécialités très variées, voici quelques œuvres choisies :

  • L’hommage à Carlos Cruz-Diez. Son œuvre se situe au fond de la nef.
Vues de l’œuvre de Carlos Cruz-Diez
« Transchromie ». 1965. Paris.

Figure de l’art cinétique, il est décédé le 27 juillet à l’âge de 95 ans, la biennale le met à l’honneur, en partenariat avec La Patinoire Royale – Galerie Valérie Bach, en exposant une œuvre majeure de l’artiste franco-vénézuélien, « Transchromie ».

Carlos Cruz-Diez lors de son exposition « Carlos Cruz-Diez. El Color Sucede, Museo de Arte Abstracto Espanol, Cuenca, Espagne, 2009 © Courtesy Atelier Cruz-Diez Paris (DR).

Cette œuvre se découvre après la traversée du pavillon du BAHREÏN, Pays invité d’honneur de la biennale (le catalogue est uniquement en anglais). Il comprend essentiellement des œuvres figuratives d’artistes contemporains.

Les regroupements des stands dans les allées, ne sont pas thématiques : ainsi deux galeries, très éloignées l’une de l’autre au Grand Palais, se consacrent à l’art aborigène d’Australie, la jeune Galerie Aborigène de Nicolas Andrin (qui propose un petit catalogue très instructif )et la galerie Arts d’Australie de Stéphane Jacob qui voisine avec un joaillier de Saint-Tropez.

La galerie Capazza basée à Nancay en Sologne, présente un dôme en vitrail 6m x 1,30m, aux motifs gravés et peints avec grisailles, réalisé par Éric Bonte, maître verrier à Paris.

Éric Bonte, Rêveries étoilées, Paris.

La galerie réserve ses espaces aux œuvres récentes de Goudji :

Une sculpture de Dubuffet au détour d’une allée, un peu seule :

et, à la galerie Bayart, la découverte d’un sculpteur, Christophe Charbonnel : ses statues en bronze, monumentales, séduisent.

Christophe CHARBONNEL
Poséidon monumental, photo d’atelier, ca. 200 x 95 x 90 cm, 2018 © M. di Maggio (DR).
Galerie Bayart, vue du stand.

L’historique galerie Claude Bernard  qui a longtemps exposé Goudji, expose Sam Szafran décédé il y a peu :  l’ artiste fera l’objet d’une future exposition rétrospective prévue à l’Orangerie.

Une conférence organisée  par le cabinet des Arts graphiques du Louvre lui rendait hommage en décembre 2018. Elle s’intitulait “Sam Szafran et l’art du pastel”, avec Xavier Salmon, directeur du département des Arts graphiques et Daniel Marchesseau, conservateur général honoraire du patrimoine et historien d’art :

Dans une toute autre galerie figure un portrait exécuté en 1919 par Matisse (“une femme au fauteuil”) dont voici le cartel :

Simon Hantaï, Blancs (détail), 1973, huile sur toile, 212 x 220 cm ©Opera Gallery , Paris (DR).

Dans deux ans, cette manifestation se tiendra ailleurs qu’au Grand Palais, pour cause de travaux.