Archives par mot-clé : Victor Simon

Arts et cinéma à Rouen au musée des Beaux-arts/Itinérances

Entrée de l’exposition, patio du musée.

Élaborée notamment essentiellement grâce aux collections de la Cinémathèque française accumulées à l’origine par Henri Langlois, l’exposition « Arts et cinéma : les liaisons heureuses  » s’achève au musée des Beaux-arts de Rouen , musée partenaire de la RMN-GP. (Commissariat : Dominique Païni, Joanne Snrech, Sylvain Amic).

Voici quelques vues de l’exposition rouennaise, qui déroule un parcours qui va des années 1890 aux années 1970, mêlant extraits de films, peintures, sculptures, photographies, affiches, dessins, maquettes. Elle met en évidence les relations que les artistes du 20 e siècle ont noué avec l’art, les images en mouvement.

Pédagogique, chronologique et thématique, elle comporte plusieurs sections : « avant le cinéma », « les frères Lumière et la coïncidence impressionniste », « Charlot, peintre cubiste », « abstractions, rythmes formels », « l’inquiétude expressionniste », « zoom sur… le robot Metropolis », « le dynamisme révolutionnaire », « le cinéma, art surréaliste par excellence », « filmer les gestes des peintres », « l’invention du cinéma moderne : la Nouvelle vague ».

Vue de l’entrée de l’exposition. Le mouvement avant l’apparition du cinéma.

La première séquence évoque le mouvement « avant le cinéma  » avec notamment une peinture de Géricault. Puis viennent les années 1895-1900 – Les frères Lumière et la coïncidence impressionniste ( l’occasion de voir et revoir les très beaux tableaux impressionnistes du MBA de Rouen et des œuvres notamment de Monet).

C est aussi l’époque de la danse serpentine de Mme Bob Walter, un film français d’Alice Guy datant de 1897.

Extrait. Danse serpentine par Mme Bob Walter/ film francais d’Alice Guy.1897

Les rythmes formels élaborés par les avant-gardes caractérisent la période 1910-1920 grâce aux travaux notamment de Duchamp, Léger, Delaunay..

Une section est consacrée à Charlot. Dans les années 1910/1920, il devient l’un des personnages de cinéma les plus célèbres de son temps et inspire de nombreux peintres.

Hommage à Charlot par Gino Severini. circa 1920. coll. La Cinémathèque française (DR).

L’inquiétude expressionniste s’exprime ensuite avec de nombreux décors qui ont été réalisés pour le film de Robert Wiene sorti en salle en 1920, « Le cabinet du docteur Caligari« . Il s’agit de tableaux peints par les décorateurs Walter Reimann, Hermann Warm et Walter Röhrig.

Anonyme. Maquette du cabinet du docteur Caligari. Robert Wiene (1919) pastel. Collection La Cinémathèque française. (DR).

L’ incontournable film Metropolis est également évoqué.

La reproduction du robot de Metropolis créé par Walter Schulze- Muttendorff. pour le film de Fritz Lang. (1927), 1994. Collection La Cinémathèque française.(DR).

La section sur le « dynamisme révolutionnaire » est illustrée par de nombreux films et affiches, dont celle du film du réalisateur et scénariste allemand, Johannes Guter,  » Le rapide de l’Amour », dont l’affiche a été réalisée par le Français d’origine russe, Boris Bilinsky, costumier, chef décorateur et affichiste, qui a réalisé notamment de nombreuses affiches pour le film Metropolis et l’affiche La Rue sans joie, film allemand réalisé par Georg Wilhelm Pabst, sorti en 1925.

Boris Bilinsky. Le rapide de l’Amour (Johannes Guter, 1925).Collection La Cinémathèque française.(DR).

La section consacrée au « cinéma, l’art surréaliste par excellence. 1925/1935″évoque Man Ray mais aussi Cocteau.

Jean Cocteau. Le sang d’un poète, 1930. plâtre polychrome. Collection La Cinémathèque française.(DR).

« Filmer les gestes des peintres  » constitue une section à part, consacrée aux films qui ont mis en lumière Picasso Matisse, Pollock, en train de peindre.

Extrait du film « Le mystère Picasso ». GH Clouzot.
Matisse peignant.

La section 1950/1970 clôt le parcours. Elle est consacrée à l’invention du cinéma moderne – La Nouvelle vague : Godard/ Mai 68/ Fromanger/Monory/ Yves Klein..Mimmo Rotella : Nouveau Réalisme et Figuration Narrative rassemblés.

Mai 68. Le cinéma s’insurge. Sérigraphie. Collection La Cinémathèque française.(DR).
Extrait. Le rouge- film -tract. G Fromager et JL Godard. 1968.
Extrait. Le rouge- film -tract. G Fromager et JL Godard. 1968.

Extrait. J.L. Godard, Pierrot le fou. 1965. La Cinémathèque française (DR).
Vue de l’exposition mêlant film et peinture, dans la section 1950/1970.
Affiche de Mimmo Rotella : La storia del cinema, 1991. Couverture du catalogue de l’exposition.

Cette exposition se rendra ensuite à Lausanne, à la Fondation de l’Hermitage (du 26 juin au 1er novembre 2020). Adaptant une version de l’exposition montrée en Espagne en 2017 (Caixa Forum de Madrid et de Barcelone), l’étape lausannoise mettra l’accent sur le volet plastique.

Actuellement, de nombreuses expositions temporaires sont organisées ou accueillies dans les grandes métropoles régionales françaises, au sein de musées, tant nationaux que régionaux. Elles effectuent une itinérance sur la base d’un ensemble d’œuvres donné (le cœur de l’exposition) et sont ainsi réinventées, réadaptées au lieu/ musée qui les accueillent. Ces différentes étapes se déroulent sur une période de deux à trois ans, en France comme à l’étranger.

Cette itinérance permet souvent d’organiser localement des expositions connexes dans les espaces des collections permanentes ou en dehors du musée, et de renouveler les activités proposées aux visiteurs, en dialoguant avec eux.

Un autre exemple d’exposition en itinérance : JEAN DUBUFFET, UN BARBARE EN EUROPE. (Commissariat : Baptiste Brun et Isabelle Marquette. Scénographie : Atelier Maciej Fiszer) : après le Mucem de Marseille, elle sera présentée à l’IVAM (Institut Valencià d’Art Modern) de Valence (du 8 octobre 2019 au 16 février 2020) et au Musée d’ethnographie de Genève (du 8 mai 2020 au 3 janvier 2021).

Victor Simon. La Toile bleue (mai 1943 – octobre 1944). Détail. Dépôt du Musée des Beaux-Arts d’Arras. LaM. (DR)

Un dernier exemple, cette fois, de liens entre expositions temporaires, présentes et à venir : l’exposition du LaM à Villeneuve d’Ascq consacrée aux peintres spirites Augustin Lesage, Victor Simon et Fleury-Joseph Crépin, jusqu’au 5 janvier 2020, est à l’origine d’une future exposition,« Esprit, es-tu là ? Les peintres et l’Au-delà » programmée du 1er avril au 26 juillet 2020 : l’exposition fera la part belle à Victor Simon et sera présentée au musée Maillol à Paris, musée privé qui accueille actuellement une exposition sur les peintres naïfs grâce au commissariat d’une conservatrice du LaM, Jeanne-Bathilde Lacourt : Du Douanier Rousseau à Séraphine. Les grands maîtres naïfs, du 11 septembre 2019 au 23 février 2020. ( en co-commissariat avec Àlex Susanna, écrivain, critique d’art).

Les partenariats entre musées publics nationaux ou régionaux, et musées gérés par des entreprises privées, y compris en France, se multiplient donc. Parallèlement les catégorisations du temps passé, séparant art et ethnographie ou art brut/ art naïf semblent oubliées et les « mineurs, peintres spirites » du Nord qui plaisaient tant à André Breton, regagnent leur autonomie par rapport à l’art brut défini par Dubuffet.

Dubuffet et Breton ont fait l’objet de deux expositions organisées par le LaM en 2017 : André Breton et l’art magique et une exposition consacrée à Jean Dubuffet à l’occasion d’un don d’une oeuvre de ce peintre au musée, l’occasion de rappeler qu’ils furent un temps complices puis opposés (« Breton vs Dubuffet, une lutte en art brut« ).