Archives par mot-clé : Victor Hugo

La vie romantique en deux temps (2): les Salons littéraires

En association avec l'exposition "Paris Romantique", organisée au Petit Palais (1), le Musée de la Vie Romantique consacre ses espaces à une exposition illustrant "les pratiques des salons littéraires propres au XIXème siècle". 
Mme Gaëlle Rio, directrice du musée, présente l’exposition, notamment une œuvre de Delacroix, un portait de Baudelaire, par Émile Deroy ( 1820 – 1846), et le Panthéon Nadar.

Victor Hugo décrit  le romantisme comme “une révolution faite dans les arts qui commence par la poésie, continue dans la musique et  qui en renouvelle la peinture”.

L’exposition trace le portrait  d’une génération à laquelle appartient Alfred de Vigny (1797 -1863) dont on expose l’habit d’académicien, qui a obtenu cet honneur plutôt jeune en 1845.

Les salons littéraires sont le creuset de la création romantique, pendant la Restauration, la Monarchie de juillet. Ces salons (une quinzaine à Paris) contribuent à l’émergence  et à la gloire de cette génération qui vient tester dans ces salons leurs œuvres avant leur publication, à travers des lectures, des conversations. L’exposition montre les dessins et caricatures glorifiant les écrivains : le  Panthéon Nadar (une planche lithographiée) dresse le portrait collectif de 250 écrivains. Ils accèdent à la postérité grâce notamment à la Presse et aux caricatures.

Bustes et médailles à la gloire des écrivains, réalisés par David d’Angers et petits bustes d’hommage réalisés par Dantan, souvent caricaturaux.
Costume d’académicien d’Alfred de Vigny.
Peinture d’ Ary Scheffer.

L’exposition se déroule dans l’atelier et la maison du peintre d’origine néerlandaise Ary Scheffer (1795-1858) qui a précisément organisé là, un salon tous les vendredis. Il fut le professeur de dessin de Marie d’Orléans, fille de Louis-Philippe. Sa demeure située dans la Nouvelle Athènes a été transformée en musée.

un châle de cachemire (1820-1830) appartenant à la collection du Palais Galliera.

Si des œuvres célèbres d’Ary Scheffer (portrait de George Sand, portrait de Marie d’Orléans) ont été transportées au Petit Palais le temps de l’exposition, des oeuvred et objets appartenant au Palais Galliera, musée de la mode à Paris, au musée Carnavalet, ou au Château de Versailles sont en revanche visibles au sein de l’exposition au musée de la Vie Romantique.

L’exposition fait écho à la sociabilité romantique et mondaine qui caractérisent ces salons littéraires, et au rôle joué par les femmes collectant dans leurs albums “amicorum” ou “albums d’amis” les vers et dessins des artistes poètes qu’elles côtoyaient.

Album “amicorum” de la baronne Maria de Marches. 1833

Au Petit Palais l’exposition principale (600 numéros)  se déroule jusqu’au 15 septembre 2019 : Paris romantique, 1815-1848.

Eugène Lami, Scène de Carnaval, place de la Concorde, 1834. Huile sur toile. Musée Carnavalet. Crédit : © Musée Carnavalet / Roger-Viollet

La vie romantique au Petit Palais (1)

L’exposition actuellement visible au Petit Palais, s’attache à décrire la période romantique, entre 1814 et 1848 :  une réaction contre les règles de l’académisme et du néo-classicisme, en littérature, en musique, en peinture comme en sculpture. Le but de l’artiste romantique serait d’exprimer ses émotions en adaptant l’esthétique à ses besoins. 

Cette génération artistique vit une période historique mouvementée  : défaite du premier l’Empire (1814),  trois Restaurations (Louis XVIII, Charles X, Louis-Philippe) et deux révolutions (1830, 1848).

Politiquement, le jeune artiste romantique  est, au début du siècle,  un peu perdu, il s’avère difficile de l’associer à une culture politique donnée :

S’il fallait résumer l’idéologie romantique à son aurore, de 1820 à 1827, par exemple, on pourrait la réduire semble-t-il à trois caractères essentiels. Sur le plan des idées les romantiques sont essentiellement religieux et chrétiens. Sur le plan pittoresque et historique, ils sont admirateurs fervents du Moyen Age; […] De la Révolution ils ont hérité pourtant une idée profonde, qui, peu à peu, dominera et englobera les deux autres tendances; cette idée, c’est le culte de la liberté, l’importance nouvelle accordée au moi, à son développement intégral, à tout ce qu’on appellera l’égoïsme ou l’égotisme.

Pierre Paraf, Le Romantisme et la Politique, Revue d’Histoire du XIXe siècle – 1848, Année 1930, 132, p. 11-25.
 

 Ce n’est qu’en 1830 que s’affirme un romantisme libéral et révolutionnaire avec notamment Lamartine, Victor Hugo, George Sand, Alexandre Dumas. Le Romantisme se scinde ensuite entre légitimistes (Chateaubriand , Vigny, Balzac) et ceux qui demeurent auprès des insurgés, comme Dumas et Victor Hugo.

 Le parcours de l’exposition met en scène divers lieux d’expression du Romantisme à Paris : lieux de pouvoir (Les Tuileries), lieu d’exposition des beaux-Arts (Le Salon au Louvre),  lieux de plaisir et de distraction (Le Palais -Royal,  les grands boulevards dont le “boulevard du crime”, qui accueillent les théâtres), lieux d’habitation, ( les ateliers,  la sociabilité  de la Nouvelle Athènes,  du quartier latin), les places et les monuments qui vont incarner la révolution et la République, et une section consacrée à Notre-Dame, symbole du goût des romantiques pour le Moyen-Âge.

Le parcours n’est donc que partiellement chronologique  : le tableau de la duchesse  de Berry  réalisé en 1825 (égérie de la première restauration qui tentera après 1830 de soulever le sud de la France puis la Vendée contre le gouvernement de Louis-Philippe), figure donc au sein de la  section consacrée aux Tuileries, aux côtés de la famille de Louis- Philippe, au pouvoir de 1830 à 1848.

Christophe Leribault, commissaire de l’ exposition, résume le parcours.
Horace Vernet. La barrière de Clichy . Défense de Paris le 30 mars 1814 , détail.

L’exposition débute avec ce tableau, qui, comme le précise le cartel : immortalise la défense héroïque fin mars 1814, aux derniers jours de la campagne de France, de la barrière de Clichy, contre les troupes russes, par la garde nationale, composée alors d’un ensemble hétéroclite d’étudiants, d’invalides et de bourgeois sans expérience. La capitulation de Paris fut signée dans la nuit du 30 au 31 mars.

Voici quelques vues de la promenade parisienne proposée et de sa scénographie :

Devant les devantures du Palais Royal :

Au Salon : diverses œuvres présentées aux différents Salons organisés au Louvre durant cette période.

Au premier plan : Pierre-Jean David, dit David d’Angers, La jeune grecque au tombeau de Marco Botzaris, plâtre, Angers, Galerie David d’Angers.
Eugène Delacroix, Le Christ au jardin des Oliviers, 1826, Salon de 1827, huile sur toile, Paris, église Saint-Paul-Saint-Louis. Détail.
Auguste Préault. Tuerie, fragment épisodique d’un grand bas-relief. Bronze. Salon de 1850. Détail. Plâtre antérieur, Salon de 1834.

Notre-Dame, le goût des romantiques pour le Moyen-Âge :

Pendule de Notre-Dame, 1835-1845, bois incrusté de filets de laiton, bronze ciselé et doré, Paris, musée Carnavalet.
Charles de Steuben, La Esméralda, Salon de 1839, huile sur toile, Nantes, Musée d’Arts. Détail.

La vie de Bohème au quartier latin :

La Nouvelle Athènes : une évocation des ateliers, des salons de musique ( là où s’installèrent Chopin, George Sand, Ary Scheffer) :

Reconstitution d’un salon de musique. Un petit dispositif permet d’écouter des morceaux de piano créés à cette époque.

La représentation d’un modèle féminin :

Joseph-Désiré Court, Femme à mi-corps, couchée sur un divan,1829, huile sur toile, Montpellier, musée Fabre.

Le Paris des monuments :

Jean-Pierre Dantan, Portrait charge de l‘ingénieur Appolinaire Lebas dansant sur une corde en portant l’obélisque. Plâtre patiné.

Le parcours intègre de nombreuses caricatures, notamment d’œuvres d’Honoré Daumier, rappelant que la révolution de 1830 est liée à une demande de reconnaissance de la liberté de la Presse.

La  scénographie immersive, conçue et réalisée par Véronique Dolfus est  réussie même si elle ne crée pas le même effet spectaculaire obtenu pour l’exposition sur les chefs-  d’oeuvre du XVIIIe siècle des églises parisiennes, organisée au même endroit en mars 2017.

Les panneaux informatifs qui bouclent la fin du parcours traitent du sentiment des romantiques vis-à-vis de la révolution de 1848. Ils affichent le point de vue désenchanté du seul Gustave Flaubert (romantique ou réaliste ?), en reproduisant quelques lignes de son roman L’éducation sentimentale, paru en 1869. Pourtant Flaubert est rapidement hostile à la République, comme le rappelle Gisèle Séginger :

“Dans les années 1830, sous l’influence de son entourage familial et scolaire, le jeune Gustave [Flaubert] se dit libéral, et dans ses lettres de 1835, il tient des propos contre la censure et contre la répression des émeutiers de 1834 (Corr., I, 21 et 22), avec une exaltation de républicain. Flaubert est alors l’élève d’Adolphe Chéruel, un disciple de Michelet, et il commence à lire le grand historien dans ces années. […] Toutefois, à partir de ses études de droit à Paris, son entourage change. Il fréquente l’atelier de James Pradier, un sculpteur qui reçoit des commandes officielles de la Monarchie de Juillet. Il se lie avec Maxime du Camp vers 1842, puis avec Louis Bouilhet à partir de 1846, qui ne sont ni l’un ni l’autre des républicains. Maxime Du Camp présentera à Flaubert son ami Louis de Cormenin, le fils d’un homme politique conservateur, hostile à la Monarchie de Juillet. Les trois amis accompagnés de Bouilhet assisteront ensemble à la proclamation de la Seconde République, qui ne suscite pas leur enthousiasme. On sait par ailleurs, grâce à Maxime Du Camp, que Flaubert ainsi que lui-même se sont abstenus de voter au moment de l’élection présidentielle de décembre 1848. À 27 ans, Flaubert est devenu tout à fait sceptique en politique et antirépublicain.

Honoré Daumier, Le gamin de Paris aux Tuileries.

Victor Hugo quant à lui, donne un autre éclairage sur les journées historiques de 1848, dans un discours resté célèbre, prononcé en 1849, Le “grand discours de Victor Hugo contre la misère” sur le site Retronews – site de presse de la BnF.

Gravure de Victor Hugo en jeune homme ; source : Gallica-BnF .
A consulter :

Communiqué de Presse
cp_paris_romantique.pdf (PDF – 1M)

Dossier de Presse
dp_parisromantique_fr.pdf (PDF – 2M)

Visuels presse
presentation-_icono-paris_romantique.pdf (PDF – 8M)

 

Revue de cartels : “il n’y a rien à comprendre, il y a tout à voir”

 

 

Il fut un temps où l’on expérimentait leur suppression : Francois Mathey l’a fait lors de l’exposition  ” Equivoques” en 1973, lorsqu’il a choisi de questionner la valeur des oeuvres des peintres pompiers du XIXe siècle qu’il montrait sous un jour nouveau, démarche toujours débattue  depuis.

Daniel Cordier a effectué le même choix, lors de l’exposition consacrée à sa deuxième donation déposée  aux Abbattoirs à Toulouse, en 2009, intitulée  “Les désordres du plaisir” . Il n’y a rien à comprendre, il y a tout à voir », affirmait-il. Il avait en 2006 montré une sélection d’objets pour l’exposition  intitulée “Pas le Trocadéro, pas le musée d’Athènes”. Texte de Daniel Cordier pour l’exposition “Pas le Trocadéro, pas le musée d’Athènes”

A l’heure de la révolution numérique, les cartels des expositions temporaires  subsistent mais évoluent. Effet de mode ou recherche esthétique, le recours à une signalétique plus légère, transparente, voire parfois peu lisible, semble s’affirmer. Voici une brève revue de styles.

Au Musée de la Vie romantique à l’exposition Redouté, dans la partie de la maison-musée où sont présentées les créations contemporaines : le cartel coin de table a été adopté :

 

 

 

 

 

 

 

Les cartels figurant dans les autres pièces de l’exposition sont plus classiques, mais pas nécessairement à hauteur d’oeil.  Par exemple, ici, en bas (très en bas), à droite de cette présentation murale dédiée aux papiers peints :

ou bien le cartel est comme collé sur le mur de cet escalier, à côté de l’œuvre de Christine Coste, dont voici un détail :

L’expo ‘Redouté’ qui rencontre un grand succès, vient d’être prolongée, ce qui donnera lieu à un renouvellement des velins exposés.

Vu au Palazzo Braschi – Museo di Roma,  lors de l’exposition consacrée à Artemisia Gentileschi : accrochés sur une barre amovible, en bas des œuvres, mis à distance des murs :

L’ exposition Rodin au Grand Palais, opte pour ce buste de Victor Hugo, pour une grande étiquette mise en avant, sur le socle, en relief.

 

 

 

 

 

 

A l’exposition temporaire ” Jardins “: toujours au Grand Palais, un cartel en transparence, collé sur la vitrine qui accueille les objets en question : ici  une oeuvre en cire du militaire Louis Marie Antoine Robillard d’Argentelle, qui, passionné de botanique, s’était spécialisé dans la reproduction en cire de plantes et fruits tropicaux rencontrés lors des campagnes militaires auxquelles il participait. Ses oeuvres furent exposées à Paris une année aprés sa mort puis données par sa famille au Muséum d’Histoire Naturelle en 1887 :

Les cartels amovibles, au Château de Chantilly, sont conçus pour le Cabinet d’arts graphiques qui a ouvert ses portes au printemps. Ils ne peuvent pas être accrochés aux murs et sont posés sur la cheminée (pour renseigner sur le mobilier), ou intégrés aux vitrines qui présentent les dessins, ou bien, font comme partie du cadre :

Les rapports entre objets et cartels, la façon dont le public les perçoit, sont  essentiels et étudiés de façon appronfondie  :

“L’objet dépourvu de son étiquette dans l’exposition perd aussitôt son identité, est «muet». Inversement, une étiquette n’a de sens que lorsqu’elle accompagne un objet. Par conséquent, l’étiquette constitue la première étape de la médiation entre l’objet exposé et le visiteur”.

in Alice Chatzimanassis,  “Regarder et lire : Réflexion sur le rôle du texte dans une exposition d’art”, MuséologiesLa cybermuséologie, Volume 6, numéro 2, 2013.

Voir également  :

Anne-Sophie Grassin, « Le jonglage objet-cartel », La Lettre de l’OCIM, 110 | 2007 : mars – avril 2007.

Épilogue : quand il n’y a rien à voir ?

Depuis Victor Hugo, aucun courant pictural n’échappe au gothique ..

1909_1_32cathedralesDepuis le succès du roman de Victor Hugo sur Notre-Dame de Paris aucun courant pictural n’échappe au gothique, disent les organisateurs de la nouvelle exposition du musée des Beaux-Arts de Rouen (http://rouen-musees.com/fr/expositions/cathedrales-1789-1914-un-mythe-moderne) : jusqu’au 31 août 2014, l’expo retrace la place de la cathédrale gothique dans l’imaginaire artistique de 1789 à 1914.  180 œuvres, 15 sections, 1200 m2 : Ce projet franco-allemand réunit deux villes, Rouen et Cologne, qui chacune conservent une cathédrale mondialement renommée, et deux musées, Le musée des Beaux-Arts de Rouen et le Wallraf-Richartz Museum de Cologne (http://www.wallraf.museum/index.php?id=4&L=1). “L’exposition croise les arts et les regards : peintures, sculptures, mobilier, bijoux, photographies, maquettes, littérature, cinéma, art contemporain sont convoqués pour retracer un parcours inattendu à travers deux siècles d’aventures artistiques”.

Le reportage de France 3  Haute-Normandie : http://haute-normandie.france3.fr/2014/04/14/rouen-exposition-evenement-sur-les-cathedrales-459099.html