Archives par mot-clé : Van Gogh

La Seconde Guerre mondiale et le Stedelijk museum

Du 27 février au 31 mai 2015, une exposition est consacrée au stedelijk museum et à la seconde guerre mondiale. Moins connues en France que les aventures de J. Jaujard au Louvre, les activités résistantes d’un responsable du Stedelijk museum, Willem Sandberg (1887-1984) méritaient elles aussi d’être soulignées, à l’occasion du 70 e anniversaire de la libération des Pays-Bas qui sera célébré en mai 2015. L’exposition est structurée à partir de la collection permanente mais présente également des documents photographiques inédits. Elle raconte cinq histoires fascinantes survenues durant de cette période. Ainsi, en 1943, sous l’occupation, le Stedelijk a été contraint d’organiser deux expositions de propagande: Kunstenaars zien den Arbeidsdienst et De Jeugdherberg van morgen. Mais le musée a également organisé sa petite résistance en programmant des thèmes plus patriotiques tels que Stad en Land (1942), Le musée est alors placé sous la direction de David Roëll (1936 – 1945) et de son adjoint Sandberg, responsable de la section d’art moderne : ils mettent à l’abri les collections dans un bunker situé dans les dunes, près de Castricum, aux côtés d’environ 500 collections dont celle de la famille royale, des héritiers de Van Gogh et de nombreux collectionneurs juifs. Après la guerre, des collectionneurs et des artistes juifs, en geste de remerciement, ont effectué des dons au profit du musée, notamment des œuvres de Van Gogh et de Kokoschka. 

 2014-04-06-17-39-26_schuilkelder tne bunker The bunker near Castricum, with work from a.o. Van Gogh. Foto Joh. de Haas.

 

matisse%20Odalisque%201921

Collectie Stedelijk Museum Amsterdam Henri Matisse, Odalisque, 1921

sandberg-portraitsandberg logo

W. Sandberg, graphiste de formation (il a notamment créé après la guerre le logo de son musée) s’est engagé dans la résistance et a fabriqué de faux papiers : il a dû à son tour se cacher à partir de 1943 au moment de l’arrestation des membres de son réseau (dont l’artiste Gerrit van der Veen). Après la libération, le Stedelijk était également impliqué dans la récupération internationale des œuvres d’art pillées depuis 1933.  Cette recherche se poursuit encore aujourd’hui : voir à ce propos le site du Dutch national research project

Directeur de son musée après la guerre (1945-1962) il est devenu une figure majeure parmi les conservateurs promouvant l’art contemporain dans les années 1950 aux années 1970, eu Europe, grâce à son implication et à l’intérêt constant  qu’il a porté à la création contemporaine, locale aussi bien qu’internationale : il a été salué par son collègue François Mathey qui a exposé son œuvre graphique au musée des Arts décoratifs à Paris en 1973 :Sandberg “désigne” le Stedelijk : Amsterdam, 1945-63… Typographie, muséographie. Musée des Arts Décoratifs, Paris, 30 mars-30 avril’73 l’Institut néerlandais de Paris lui a consacré des années plus tard une exposition très riche et intéressante, en 2007 : http://strabic.fr/Willem-Sandberg-precurseur

Le monde de l’art et de la peinture vu par les cinéastes

Les relations entre peinture et cinéma sont anciennes mais assez convenues :  les cinéastes racontent souvent la vie d’un peintre avec plus ou moins de bonheur : c’est le cas du Van Gogh de Pialat en 1991 : http://www.cinematheque.fr/fr/dans-salles/hommages-retrospectives/revues-presse/pialat/vangogh1.html

ouartemisia  d’Artemesia d’Agnès Merlet, sorti en 1997  http://theidlewoman.blogspot.fr/2013/09/artists-on-film-artemisia.html

Le dernier en date vient d’être primé à Cannes : L’acteur britannique Timothy Spall a reçu  le prix d’interprétation masculine pour son rôle dans Mr Turner, de Mike Leigh, où il joue le célèbre peintre.imagesCAJLW7RY

Ces films sont très nombreux, voir à ce propos l’ouvrage de Patricia-Laure Thivat (dir.) Biographies de peintres à l’écran paru en 2011.

thivatbiographiesdepeintresalecrangrandD’autres films prennent le milieu de l’art comme toile de fond. Deux films italiens produits en 2013 sont actuellement visibles sur les écrans français :

– le film de Daniele Luchetti situe son action au milieu des années 1970 (en 1974 précisément) et se focalise sur le regard d’un enfant sur ses parents : le père est professeur d’art et artiste en parallèle mais n’arrive pas à percer dans son art. “Ton absence” traduction inattendue du titre italien Anni Felici.

anni_felici_posterhttp://www.lepasseurcritique.com/critique-film/anni-felici.html

– l’autre film ” the best offer” , réalisé par Giuseppe Tornatore, est davantage encensé par la  critique :  il prend place aujourd’hui  à Vienne dans le mondes des ventes aux enchères et fait le récit d’une arnaque entre un antiquaire d’apparence et une cliente fantôme : http://www.abusdecine.com/critique/the-best-offer

the-best-offer-affiche

491448_jpg-cx_160_213_x-f_jpg-q_x-xxyxxPlus inventifs encore certains films documentaires qui s’intéressent à une œuvre comme  Gaudi, Le Mystère de la Sagrada Familia sortie en mai 2014, réalisé par Stefan Haupt, ou bien le portrait d’une exposition de portraits justement : Manet : Portraits de la vie, l’exposition de la Royal Academy of Arts : http://www.royalacademy.org.uk/exhibitions-and-events

manet_portraying_life

http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19489563&cfilm=219685.html

Le film le plus frappant sur le monde de la peinture et des familles héritières de peintres, est passé relativement inaperçu,  il est sorti en 2008 : L’heure d’été (1h42) d’ Olivier Assayas (France 2008) avec Charles Berling, Juliette Binoche, Jérémie Renier, Edith Scob, Dominique Reymond, Valérie Bonneton :
18898050_jpg-r_160_240-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx“En vacances estivales, tous les membres d’une famille fêtent les trois quarts de siècle de la grand-mère. Peu de temps après, cette dernière meurt et la famille doit se mesurer à la dispersion de l’héritage dont les œuvres d’un oncle artiste peintre. « Un film élégant, fin touchant, où il est question d’une famille bourgeoise, d’une maison, du poids de ce qu’elle représente, de sa répartition entre les héritiers. “

http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=111361.html

 

Un avenir se dessine pour les oeuvres du Detroit Institut of Art

Ville en faillite, Detroit envisageait en 2013 de vendre les œuvres de son musée :  http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2014/01/08/20002-20140108ARTFIG00212-detroit-pret-a-vendre-les-tresors-de-son-musee.php

Il contient l’une des plus belles collections d’Amérique, notamment s’agissant de la collection européenne de peintures qui comprend de vastes fonds de peintures italiennes, particulièrement riches en œuvres des années 1400 à 1700. Les écoles flamandes et hollandaises sont bien représentées : Bruegel , Rembrandt, Rubens. L’école française inclut des œuvres majeures de 1600 à 1800, puis des œuvres de Degas, Van Gogh, Seurat et Cézanne.

Le site du musée : http://www.dia.org/

Les pressions ont été fortes: Spinning off DIA from city could save both art and Detroit pensions : http://www.freep.com/article/20131204/BUSINESS06/312040157/Orr-DIA-bankuprtcy-Detroit-Rosen

Mais le musée est particulièrement “ancien” et riche en oeuvres diverses : “Fondé en 1885, il s’agit du premier établissement américain à avoir acquis une oeuvre de Vincent Van Gogh – l’un de ses autoportraits. Il possède aussi des Degas, des Caravage, des Matisse et des fresques monumentales de Diego Rivera : http://m.lesechos.fr/redirect_article.php?id=0202794069083

Certains tableaux sont inestimables : La Danse de la Mariée en plein air de Bruegel l’Ancien, circa1566

the-wedding-dance-in-the-open-air_jpg!Blog

 

 

 

 

 

Le portrait du Facteur Roulin datant de 1888 de Vincent van Gogh :

472px-Portrait_of_the_Postman_Joseph_Roulin_(1888)_van_Gogh_DIALe musée refuse de vendre sa collection : “Il est prêt à engager un bras de fer avec l’administrateur de la ville. Sa vice-présidente
 est catégorique. C’est une question de principe : “les collections appartiennent au public
 (…) Si des œuvres d’art sont vendues, ce sera uniquement au profit du  musée”. Comme nous sommes aux États-Unis, l’affaire a déjà pris un tour  judiciaire. Pour protéger ses trésors, le musée vient d’embaucher un avocat, un   spécialiste des faillites” : http://www.franceinfo.fr/emission/noeud-emission-temporaire-pour-le-nid-source-489799/2012-2013/au-bord-de-la-faillite-detroit-pourrait-vendre-les

Quatre fonds d’investissement ou maisons de ventes ont fait des propositions d’achat : Christie’s chiffre à près de 900 millions de dollars les œuvres dont la ville peut se séparer.33 000 œuvres sur 66 000 étaient vendables.

Depuis la situation semble évoluer rapidement : le 14 mai dernier, de grandes fondations privées de l’industrie automobile ont fait part de leur intention de sauver les collections du musée : Detroit’s automotive industry may bail out the DIA : http://news.artnet.com/in-brief/detroits-automotive-industry-may-bail-out-the-dia-20000

DIA-greathallLe grand hall d ‘entrée du Detroit Institute of Arts. Photo: bobosh_t, via Flickr.

Le 15 mai, la  justice a refusé que les œuvres sortent des murs pour une nouvelle estimation : Judge rules Detroit bankruptcy creditors can’t remove art from DIA walls : http://www.freep.com/article/20140515/ENT05/305150151/DIA-bankruptcy-detroit-rhodes-ruling

Villa Art Déco : la maison musée Van Buuren

Une autre maison musée privée à Bruxelles dont les jardins sont également exemplaires : la maison musée Van Buuren: la collection de peintures parcourt cinq siècles d’histoire de l’Art; Maîtres flamands et italiens du 15ème au 19ème s., dont plusieurs huiles des deux fils de P.Bruegel, une École de Rembrandt, Guardi, Fantin-Latour, Ensor ou Van Gogh. Au 20ème s., Signac,Van Dongen, Foujita, M.Ernst et l’école belge de C. Permeke, R.Wouters, G. Desmet et autres : http://www.museumvanbuuren.be/oeuvres.php

Les objets Art déco sont nombreux : certaines pièces ont notamment été acquises lors de l’Exposition universelle de 1925 comme ce lustre :  ima_5044ee38e547c

ima_5044edc59afd5

David van Buuren fut seul mécène de G. van de Woestyne, précurseur du surréalisme. La maison abrite 32 de ses tableaux.

ima_5044ea3c3ac41

Cette œuvre de Van Dongen ne figure plus dans la collection, elle a été volée.ima_5044e9a348936

C’est dans la maison même où vécurent les Van Buuren qu’est établi un musée à leur nom. David (1886-1955), d’origine hollandaise, s’installe à Bruxelles en 1909. Sa carrière financière s’inscrit parmi les grands événements sociaux, politiques et économiques mondiaux du XXème siècle. 

Les jardins accueillent actuellement une exposition originale : http://www.museumvanbuuren.be/home.php

expo-jardins-fr

L’art “dégénéré” bientôt en ligne

La lettre d’information du célèbre magasine d’art brut Raw Vision, relaie l’information selon laquelle le Victoria et Albert Museum de Londres va mettre en ligne, vers la fin de ce mois,  le seul inventaire subsistant des œuvres qui ont été listées et qualifiées par le régime nazi de “dégénérées” et dont certaines ont été exposées lors de la fameuse exposition itinérante (1937/1938) sur l’art dégénéré, “Entartete Kunst”. Le régime nazi a ainsi répertorié 16 558 œuvres d’art qui furent ensuite vendues, prêtées ou détruites.

Pour en savoir plus sur cette future publication en ligne voir :

V &A to publish German 1941-1942 list of ‘Degenerate Art’ :  “Scholars internationally have used the document since its arrival at the Museum, and copies have been shared with institutions around the world. However, images of the original pages have not been available online so far. Martin Roth, V&A Director, said: “This list is so significant for all those who work in the field of provenance research. The recent Gurlitt case highlights how important it is for this original document to be made available in its entirety to as wide an audience as possible by publishing it online.” The document will be accessible on the V&A website from late January 2014. online”http://www.vam.ac.uk/b/blog/network/history-page-va-publish-german-1941-1942-list-degenerate-art-online

La liste en question inclut tout aussi bien Picasso que Van Gogh, et d’autres artistes de la collection d’art brut d’Hans Prinzhorn.  Psychiatre et historien d’art, Prinzhorn a constitué une importante collection d’art des “fous” : http://www.rzuser.uni-heidelberg.de/~gf7/index_eng.shtml

Adresse

La collection Prinszhorn, cachée et sauvegardée, a été redécouverte et exposée en 1963 par Harald Szeemann à la Kunsthalle de Berne. Il considère  alors qu’il s’agit d’art psycho-pathologique.

Ce n’est pas la démarche qu’adoptera Jean Dubuffet, qui a constitué sa propre collection et qui crée le concept d’art brut, regroupant sous ce vocable les productions de personnes exemptes de culture artistique . C’est ainsi que des œuvres de sa collection personnelle seront présentées et exposées pour la première fois au musée des Arts décoratifs de Paris en 1967 à l’initiative de François Mathey.