Archives par mot-clé : UCAD

L’ancien temps du design, un thème d’exposition très actuel

Fauteuil-chapigon-BFFauteuil  Mushroom, 1960. Armature en tube d’acier, garnissage en mousse de polyuréthane, revêtement de crêpe de laine et élasthanne. Artifort. Coll. Centre Pompidou, Musée national d’art moderne / Photo B. Prévost.

Trois expositions sont consacrées à Pierre Paulin cette année : une exposition ciblant la période 1952-1959 à la galerie Pascal Cuisinier, une grande rétrospective  au Centre Pompidou et un focus sur les pièces conçues pour des Salons de l’Élysée à la Galerie Jousse Entreprise.

Le Centre Pompidou présente jusqu’au 22 août 2016 sa rétrospective. Comme le rappelle T. Hay, pour Paulin, il  existait “deux profils de designers :  les ingénieurs, qui envisagent le design de façon rationnelle et mentale et les aventuriers, les autodidactes dont je fais partie”. 100 meubles sont présentés  pour comprendre ses créations. La scénographie est de l’artiste Petra Blaisse. En 1950, Paulin fréquente le Centre d’art et de techniques, future école Camondo. qui dépend de l’Union centrale des Arts décoratifs. Il commence sa carrière dans le bureau d’études de Marcel Gascoin, lequel s’intéresse au style nordique et veut concevoir des produits en direction des jeunes.

Pierre Paulin est influencé par la simplicité du design scandinave qui marquera sa carrière. Il cherche aussi son inspiration du côté des designers américains : Eames, Bertoia, Saarinen.

Il s’intéresse très tôt au métal et réalise son premier fauteuil, dit fauteuil anneau à cause de son assise circulaire. Il participe à XIe Triennale de Milan en 1957. Il crée  notamment le fauteuil, dit Butterfly. Pierre Paulin est aussi le premier designer à utiliser le tissu élastique pour un meuble.

Ces années essentielles pour le design français, qui correspondent  peu ou prou aux “30 glorieuses”, sont retracées dans un ouvrage de référence  qui vient de paraître :site_56bc96f650415“Le temps des objets. Une histoire du design industriel en France (années 1950-1970) ” écrit par Claire Leymonerie, qui avait notamment consacré ses premiers travaux à la création du CCI par l’équipe  du musée des Arts décoratifs, alors dirigée  par Francois Mathey.

Résumé  de l’ouvrage par l’auteure  : L’engouement contemporain pour le design tendrait à faire oublier que ce terme a connu une entrée récente et d’emblée controversée dans la langue française. De fait, l’histoire du design français reste encore à écrire, la rareté des études récentes et l’ancienneté des monographies et ouvrages de synthèse contrastant avec la production britannique, américaine, allemande ou scandinave. Le design et son histoire soulèvent des enjeux importants : quelles sont les conséquences de l’industrialisation sur les formes de l’environnement quotidien, comment émerge et se définit une figure de créateur des formes pour l’industrie et comment trouve-t-elle sa place au sein ou aux marges de l’entreprise ? Quel positionnement ces créateurs ont-ils adopté face à l’essor de ce qui a bientôt été identifié, dans les années 1960, comme la « société de consommation » ?

A travers des portraits des personnalités qui font émerger les pratiques et la culture du design en France dès les années 50, mais aussi de projets de design emblématiques, d’objets quotidiens phares, ce livre propose de raconter la genèse de cette profession.

Celle-ci vit encore une situation ambiguë  entre création industrielle et art, qui se traduit dans ses rapports parfois complexes, voire conflictuels avec les artistes.

Un hommage à François Mathey rendu par le directeur du musée des Arts Décoratifs

A l’occasion  de l’exposition “Coucou Bazar” qui a lieu actuellement au musée des Arts décoratifs, il était difficile pour les Arts Décos de faire l’impasse sur celui qui est à l’origine de l’implantation d’une donation Dubuffet inattendue au sein de ce musée : François Mathey.

Sous le titre ” Jean Dubuffet, Coucou Bazar – « Jean Dubuffet aux Arts Décoratifs » par Olivier Gabet “,  le tout nouveau directeur du musée s’attache à faire comprendre cette époque étonnante où son musée jouait un rôle central sur la scène parisienne  grâce à ce drôle de personnage. L’hommage à Mathey a eu lieu, même s’il est parfois lacunaire. Il s’agissait en outre de parler de Dubuffet et non de Mathey :

http://www.lesartsdecoratifs.fr/francais/arts-decoratifs/expositions-23/prochainement-502/dans-la-nef-605/jean-dubuffet-coucou-bazar/jean-dubuffet-aux-arts-decoratifs

“Jusqu’à la création du Centre national d’art et de culture Georges-Pompidou, et à l’exception de l’effervescence que suscite dès les années 1960 l’ARC dirigée par Pierre Gaudibert et Suzanne Pagé au cœur du musée d’Art moderne de la Ville de Paris, le musée des Arts décoratifs est un lieu majeur de la scène moderne et contemporaine française, sous l’impulsion de son directeur François Mathey, personnalité aimant à jouer des « équivoques » et des chemins de traverse.”

Pour compléter ce commentaire, voici quelques précisions : rappelons que le fameux ARC est créé en 1967, donc fort tard pour susciter une quelconque effervescence au début des années 1960, et animé par Suzanne Pagé plus tard en fait, en 1970.
C ‘est Marie Claude Dane qui anime effectivement le musée municipal au début des années 60 avec ” Mythologies quotidiennes” en 1964 par exemple.

Quant à la création du Centre Pompidou inauguré en 1977, il peut être utile de dire que Mathey a participé à sa programmation-création et que le musée des Arts décoratifs lui a donné la dernière de ses innovations : le Centre de Création Industrielle CCI, initié par Mathey. Il a d’ailleurs accueilli, jusqu’en 1977, les premières expositions de ce département qui ne pouvait pas encore s’installer du côté de Beaubourg. Enfin, soulignons qu’après 1977, le musée des Arts décos n’a pas fermé ses portes et Mathey a continué sa carrière et ses expositions originales.

Le terme “d’équivoques”  fait allusion à l’exposition éponyme de 1973 organisée par Mathey sur les peintres académiques “pompiers” du 19e siècle, qui étaient fort peu appréciés au cours des années 1970 mais qui sont en grande partie redevenus à la mode depuis, à Orsay notamment.

” Les chemins de traverse ” ? L’expression évoque sans doute son goût pour l’art populaire, l’art brut , l’art singulier, l’art d’avant-garde qu’il salue bien avant ses collègues conservateurs en les exposant dès le début des années 1960, Dubuffet entre autres. Olivier Gabet précise qu’en 1967, l’artiste fait cette donation car il ” tient à témoigner une forme de reconnaissance et de complicité à l’égard d’un musée dont il se plaît à rappeler qu’il est « le seul en France à montrer au public depuis bon nombre d’années les productions de l’art contemporain le plus vivant » “. Olivier Gabet conclut sur la donation Dubuffet exceptionnelle faite au musée : ” Dubuffet dira qu’il lui semblait légitime de ‟ remettre [s]es ouvrages entre les mains de ceux qui leur portent estime ”.

Olivier Gabet reconnait le travail accompli par son prédécesseur en le réinscrivant dans la longue tradition de l’Union Centrale des Arts Décoratifs :

“Renouant avec une tradition d’expositions pionnières organisées depuis le début du XXe siècle au pavillon de Marsan sous l’égide de l’Union centrale des arts décoratifs, des premières expositions d’art islamique ou africain à la place accordée aux avant-gardes européennes, Mathey culbute les catégories de l’art, s’interroge sur les formes artistiques, s’affranchit des hiérarchies, créant ici cet espace de liberté et d’expérience sensible qu’est tout musée. Sans trop négliger la perspective historique de l’Union centrale des arts décoratifs, on voit alors rue de Rivoli quelques expositions mémorables consacrées à Fernand Léger, aux gouaches découpées d’Henri Matisse, à la collection du Guggenheim. Mathey s’enthousiasme pour nombre d’artistes contemporains qui souvent trouvent dans ces murs la liberté d’imaginer leurs premières rétrospectives “.

 

Une exposition 1925, quand l’Art Déco séduit le monde

Une exposition temporaire à signaler à la la Cité de l’architecture et du patrimoine, du mercredi 16 octobre 2013 au lundi 17 février 2014 : “1925, quand l’Art Déco séduit le monde”:

“Formes géométriques, pures et dynamiques : le style Art Déco (1919-1940) se caractérise par son attractivité et sa vivacité. Né de l’impulsion des créateurs français tels que les architectes Henri Sauvage, Robert Mallet-Stevens, Pierre Patout, les décorateurs André Véra, Louis Süe, André Mare et Jacques-Émile Ruhlmann, le couturier Paul Poiret ou encore le sculpteur François Pompon, il est le fruit d’une vision d’ensemble émanant de champs artistiques variés. L’exposition “Art Déco” est la première depuis 1975 à rendre hommage à cette esthétique qui a su unir des créateurs du monde entier. Cette rétrospective de référence aborde avec détails l’Exposition internationale de 1925 et la diffusion mondiale de ce style à la popularité pérenne. Dans un premier temps, elle revient de manière didactique sur la distinction entre Art Nouveau et Art Déco.” :

http://www.citechaillot.fr/fr/expositions/expositions_temporaires/25226-1925_quand_lart_deco_seduit_le_monde.html

Effectivement c’est aux Arts décos, au musée des Arts décoratifs, au Pavillon de Marsan, qu’il appartenait régulièrement  de commémorer cette Exposition universelle de 1925.  C’est avec François Mathey et Yvonne Brunhammer que le le musée a organisé deux expositions- en hommage à 1925 : l’une en 1966, l’autre en 1975. Ce musée est indéfectiblement lié aux Expositions universelles, et François Carnot qui a présidé aux destinées de l’Union centrale des arts décoratifs (UCAD) jusqu’en 1961, a effectivement participé à l’organisation de l’exposition de 1925.

L’exposition de 1966 est la plus brillante  des deux expositions, car deux artistes  témoins de l’époque y participent et la promeuvent : Charlotte Perriand et Sonia Delaunay.

Sonia Delaunay s’adresse à André Malraux en 1966 :
« Le 2 mars 1966. Je viens de terminer l’accrochage au Pavillon de Marsan avec M. Mathey, de mon mur de 1925, de 8 m sur 4 m ; j’y serai demain à 11 heures et j’aurais grand plaisir à vous y rencontrer pour vous montrer moi-même mes œuvres et le beau poème de Cendrars au milieu du panneau. »
Les expositions temporaires au musée donnent souvent lieu à des dons d’objets, d’œuvres, de la part des artistes invités. Sonia Delaunay donne par exemple au musée des Arts décoratifs en 1966, 23 dessins de projets de tissu simultané créés dans les années 1920 et 7 créés en 1948/1949.

Ce don exceptionnel a été mis en valeur l’année dernière par Agnès Callu, du 28 mars 2012 au 2 juillet 2012 au musée : accrochage “Tissus simultanés de Sonia Delaunay : dessins en couleurs (1924-1949)”: http://dessins.hypotheses.org/382

Illustration : Projet de tissu simultané n° 6, Sonia Delaunay, 1924, gouache lavée, inv. 40393. © Les Arts Décoratifs.

Jean Dubuffet, Coucou Bazar aux Arts décos

Donation Jean Dubuffet : l'affiche de l'exposition
Donation Jean Dubuffet : l’affiche de l’exposition

Du 24 octobre 2013 au 1er décembre 2013
Les Arts décos fêtent le 40e anniversaire de “Coucou Bazar”, tableau animé, imaginé par l’artiste Jean Dubuffet en 1970.
Le  spectacle a été présenté au Guggenheim à New York en 1973 : danseurs costumés, chorégraphie anarchique et modules peints donnent à l’œuvre plane ou bidimentionnelle de Dubuffet une troisième dimension.
Plus de 35 ans après la dernière présentation de Coucou Bazar à Turin grâce au financement de l’entreprise FIAT, les Arts Décoratifs rendent ainsi hommage à Jean Dubuffet, qui a fait une donation exceptionnelle de 160 œuvres en 1967 à l’Union centrale des arts décoratifs (UCAD) grâce aux liens d’affection qui unissaient l’artiste et le conservateur en chef de l’époque François Mathey. Espérons que l’hommage rendu englobera également ce précurseur, promoteur de l’art vivant, quelque peu oublié depuis.

Voir le dossier de presse :
http://www.lesartsdecoratifs.fr/IMG/pdf/111-CP-Coucou-Bazar1.pdf

Le parcours et l’action de François Mathey feront l’objet d’un ouvrage tiré de ma thèse (soutenue en novembre 2012) , à paraître aux Presses du réel, au premier semestre 2014.

Comprendre les musées du XXe siècle : François Mathey à l’Union Centrale des Arts décoratifs.

Communication de B. Gilardet du 15 mars 2011, à l’INHA (salle EPHE) au séminaire ” Histoire des institutions et acteurs culturels au XXe siècle” dirigée par Agnès Callu.

“François Mathey (1917-1993) a été le conservateur en chef du musée des Arts décoratifs de Paris de 1967 à 1985. Il a débuté son activité au sein de ce musée dès 1953. Son action, aujourd’hui relativement méconnue, a été particulièrement marquante et singulière, des années 1950 jusqu’au milieu des années 1980. Il a en effet réalisé plus de 350 expositions, essentiellement tournées vers l’art contemporain, l’art vivant, alors que cela ne semblait pas être la vocation première de son musée. Une approche biographique et chronologique de cet acteur du monde culturel français d’après-guerre a permis de balayer tous les champs de la création (peinture, sculpture) mais aussi les nouveaux modes d’expression qui ont conquis leur légitimité comme le cinéma, la photographie, la BD ou le design. Car au sein de son musée, F. Mathey expose avant tout le monde tous les modes d’expression les plus marginaux comme l’art populaire, l’Art brut, l’art éphémère, à une époque où les centres pluridisciplinaires comme le Centre Beaubourg n’existent pas encore.

Le lieu d’exercice des activités de F. Mathey est en soi un « acteur principal » qui épaule son action. L’Union Centrale des Arts Décoratifs (UCAD) est une institution privée qui s’inscrit dans le paysage muséal parisien, au sein du Palais du Louvre, au Pavillon de Marsan depuis 1905. L’UCAD englobe à la fois un musée mais aussi une bibliothèque et des écoles d’enseignement artistique. Si l’histoire de l’UCAD a été longuement étudiée s’agissant de ses origines et de son champ de compétence avéré (les Arts décoratifs), la période considérée est moins bien connue. Elle correspond pourtant (du moins entre 1965 et 1975) à un moment de son histoire particulièrement crucial s’agissant de ses rapports avec l’État, qui mérite d’être tout particulièrement étudié. Plus qu’une toile de fond, ces relations influencent directement les activités de François Mathey et jouent un rôle capital dans le développement de son action. Il va incarner pendant plus de trente ans la politique de son musée et participer de façon décisive à l’évolution institutionnelle de l’UCAD.”

Actes du séminaire, ouvrage collectif à paraître fin 2015. http://www.ihtp.cnrs.fr/spip.php%3Frubrique206&lang=fr.html