Archives par mot-clé : Turner

Vidéos et commentaires pour tous sur l’art des temps nouveaux

Comment rendre compte d’un mouvement artistique présenté dans une exposition ? Comment expliciter le thème d’un tableau, les préoccupations d’un peintre du temps des Lumières ? Comment rendre compte de la fascination des temps nouveaux, des élans  exprimés par ces artistes ? Quelques vidéos captent les commentaires  des conservateurs, des commissaires-d’exposition et des médiateurs des musées, qui formulent sur ces thèmes, des commentaires destinés à tous :

Entrée de la troisième exposition de l’UAM au pavillon de Marsan, musée des Arts décoratifs, Paris, en 1932. JEAN COLLAS, MUSÉE DES ARTS DÉCORATIFS, FONDS JEAN COLLAS, PARIS/ADAGP, PARIS 2018

La première  a trait à l’exposition en cours sur “l’UAM”, l’Union des artistes modernes, au Centre Pompidou : l’UAM fondée en 1929, dissoute en 1958, a rassemblé jusqu’à 250 artistes, décorateurs, créateurs de bijoux, de tissus, de mobilier, de tapisseries,  architectes, dont  Fernand Léger, Charlotte Perriand,  le fondateur du Salon d’Automne en 1903, Francis Jourdain, mais aussi Pierre Chareau , Sonia Delaunay, Jean Puiforcat, Robert Mallet-Stevens, l’architecte Lurçat, l’affichiste Cassandre, Le Corbusier, Jean Prouvé, le décorateur René Herbst, etc. Ils organisent au musée des Arts décoratifs, en 1949-1950 : « Formes utiles – objets de notre temps » dont l’exposition de 2018 conserve de multiples témoignages. Au total l’exposition de 2018 expose dans cette chronologie qui court sur près de quarante ans, pas moins de 780 pièces.

Certains membres de l’UAM, notamment des architectes, rejoindront dans les années 1950 le groupe Espace ( Durant l’été 1954, un événement original est organisé à Biot chez Fernand Léger, par le groupe Espace).

 Des vues de l’exposition de 2018 et une interview d’Anne-Marie Charon-Zucchelli, attachée de conservation au service architecture du musée national d’art moderne et co-commissaire de l’exposition, sont en ligne.

UAM” une aventure moderne, au Centre Pompidou, Paris
du 30 mai au 27 août 2018.

La seconde vidéo se concentre sur une œuvre,  dans la série intitulée “Talks for all” à la National Gallery : un conférencier commente de façon très pédagogique (en anglais) un tableau de Joseph Wright ‘of Derby’ (1734-1797) intitulé ” An enlightened experiment”  : le tableau appartient aux collections permanentes du musée. Cet artiste du temps des Lumières, est fier d’être originaire de Derby, la ville alors au centre de la révolution industrielle. Le tableau montre une « expérience sur un oiseau dans la pompe à air » :

Joseph Wright hailed from Derby, a city at the centre of the Industrial Revolution. What can we learn from ‘An Experiment on a Bird in the Air Pump’ about this advancing time and how does this painting represent the Enlightenment that was taking place around him? Unpick and explore the references scattered”. 

Ce peintre a fait l’objet d’une exposition  itinérante présentée au Grand Palais en 1990, (Exposition Joseph Wright of Derby, Grand Palais, Paris, 17 mai-23 juillet 1990), à la Tate Gallery et au Metropolitan Museum (commissariat de Judy Egerton). A Paris, l’exposition n’avait pas du tout trouvé son public : elle prenait place après la présentation de peintres anglais  plus fameux (Gainsborough, Turner et Reynolds) et dont les paysages et les portraits peuvent sembler plus accessibles.

Le monde de l’art et de la peinture vu par les cinéastes

Les relations entre peinture et cinéma sont anciennes mais assez convenues :  les cinéastes racontent souvent la vie d’un peintre avec plus ou moins de bonheur : c’est le cas du Van Gogh de Pialat en 1991 : http://www.cinematheque.fr/fr/dans-salles/hommages-retrospectives/revues-presse/pialat/vangogh1.html

ouartemisia  d’Artemesia d’Agnès Merlet, sorti en 1997  http://theidlewoman.blogspot.fr/2013/09/artists-on-film-artemisia.html

Le dernier en date vient d’être primé à Cannes : L’acteur britannique Timothy Spall a reçu  le prix d’interprétation masculine pour son rôle dans Mr Turner, de Mike Leigh, où il joue le célèbre peintre.imagesCAJLW7RY

Ces films sont très nombreux, voir à ce propos l’ouvrage de Patricia-Laure Thivat (dir.) Biographies de peintres à l’écran paru en 2011.

thivatbiographiesdepeintresalecrangrandD’autres films prennent le milieu de l’art comme toile de fond. Deux films italiens produits en 2013 sont actuellement visibles sur les écrans français :

– le film de Daniele Luchetti situe son action au milieu des années 1970 (en 1974 précisément) et se focalise sur le regard d’un enfant sur ses parents : le père est professeur d’art et artiste en parallèle mais n’arrive pas à percer dans son art. “Ton absence” traduction inattendue du titre italien Anni Felici.

anni_felici_posterhttp://www.lepasseurcritique.com/critique-film/anni-felici.html

– l’autre film ” the best offer” , réalisé par Giuseppe Tornatore, est davantage encensé par la  critique :  il prend place aujourd’hui  à Vienne dans le mondes des ventes aux enchères et fait le récit d’une arnaque entre un antiquaire d’apparence et une cliente fantôme : http://www.abusdecine.com/critique/the-best-offer

the-best-offer-affiche

491448_jpg-cx_160_213_x-f_jpg-q_x-xxyxxPlus inventifs encore certains films documentaires qui s’intéressent à une œuvre comme  Gaudi, Le Mystère de la Sagrada Familia sortie en mai 2014, réalisé par Stefan Haupt, ou bien le portrait d’une exposition de portraits justement : Manet : Portraits de la vie, l’exposition de la Royal Academy of Arts : http://www.royalacademy.org.uk/exhibitions-and-events

manet_portraying_life

http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19489563&cfilm=219685.html

Le film le plus frappant sur le monde de la peinture et des familles héritières de peintres, est passé relativement inaperçu,  il est sorti en 2008 : L’heure d’été (1h42) d’ Olivier Assayas (France 2008) avec Charles Berling, Juliette Binoche, Jérémie Renier, Edith Scob, Dominique Reymond, Valérie Bonneton :
18898050_jpg-r_160_240-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx“En vacances estivales, tous les membres d’une famille fêtent les trois quarts de siècle de la grand-mère. Peu de temps après, cette dernière meurt et la famille doit se mesurer à la dispersion de l’héritage dont les œuvres d’un oncle artiste peintre. « Un film élégant, fin touchant, où il est question d’une famille bourgeoise, d’une maison, du poids de ce qu’elle représente, de sa répartition entre les héritiers. “

http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=111361.html