Archives par mot-clé : Torun

Exposition Roger Tallon aux Arts Décos : aux origines de la création

20160907_192237tallon

La donation de Roger Tallon aux Arts Décos est ici célébrée à travers une exposition temporaire rue de Rivoli, qui est répartie sur deux étages. Françoise Jollant et Dominique Forest en sont les commissaires. 

L’exposition est  très riche, la revue de presse accueille l’exposition Roger Tallon avec intérêt, compte tenu de l’ingéniosité du designer et de l’incroyable diversité des objets qui l’intéressaient : Sage dans sa scénographie, l’exposition Roger Tallon des Arts décoratifs, à Paris, étonne par la diversité et la modernité des créations de ce designer disparu en 2011. Il a touché à tous les domaines, du “frigidaire” au TGV :

  • les moyens de transport ( une moto “Taon”, le rail, avec une collaboration au long cours avec la SNCF : le Corail, le TGV, mais aussi le funiculaire de Montmartre, etc. );
  • la maquette du journal Artpress toujours d’actualité,
  • les mobiliers ( les sièges comme la chaise Sentou ou le lit et les sièges qui figurent dans le film ” La piscine” )
  • le tube de produit solaire Bergasol et les lunettes de soleil ;
  • les bidons d’essence ;
  • les conditionnements de produits de pharmacie,
  • jusqu’à une improbable crèche composée de sièges, commandée pour l’aéroport d’Orly  et dont on expose ici le siège César.
  • L’enfant jésus apparaissait dans une télévision, ce qui est normal pour l’auteur de la célèbre Téléavia. televiseur_portatif_tallon

Roger Tallon était très lié aux Nouveaux réalistes dont Yves Klein, décédé prématurément. César a moulé le fameux pouce de Roger Tallon pour l’une de ses sculptures les plus connues.cesar-baldaccini-vgj

Le portrait et l’histoire de Roger Tallon par Françoise Jollant Kneebonne.

20160907_192552

Pour les amateurs d’art et de design, Roger Tallon (1929-2011), c’est l’extraordinaire escalier hélicoïdal Module 400 en aluminium (1966 et 1974).

tallon-tt-width-653-height-368-fill-1-crop-0-bgcolor-ffffff

Exposition des composants de l’escalier Module M400 édité par la galerie Lacloche, 1966.(©Les Arts Décoratifs, Paris/ADAGP 2016).

 

Car ces créations ont bien sûr été exposées avant cette très complète rétrospective. Michel Ragon, écrivain, critique d’art, a participé avec François Mathey à une exposition de la galerie Lacloche : “Je travaillais sur l’architecture, les objets, je connaissais bien Lacloche un bijoutier de grand luxe de la place Vendôme. Il avait ouvert sa galerie au premier étage, il faisait des expositions de peinture que je soutenais. Un jour, il m’a proposé de faire une exposition sur l’objet. L’exposition chez Lacloche était innovante : les artistes étaient invités à faire des sièges, des bijoux. J’ai incité Lacloche à faire des bijoux d’artistes, comme avec Penalba, puis la seconde exposition, je l’ai faite avec Mathey : ce qu’il avait réalisé au musée des Arts décoratifs sur le même thème m’avait beaucoup plu”.

Cette exposition rassemblait des sculptures, des mobiliers, des meubles de François Arnal, Arman, Alexandre Babeanu, Jef Banc, Berrocal, Martine Boileau, Cesar, Celine Chalem, Louis Chavignier, Michel Guino, James Guitet, Philippe Hiquily, Jacobsen, Radivoje Knezevic, Caroline Lee, Robert Malaval, Matta, Metcalf, Alicia Moi, Nikos, Marta Pan, Georges Patrix, Alicia Penalba, Philolaos, Bernard Rancillac, Day Schnabel, Jurgen Schneyder, François Stahly, Jose Subira Puig, Roger Tallon, Aurello Teno, Claude Viseux, Artigas, Bondt, Din Vanh, Filhos, Knoop, Torun.

C’était un clin d’œil à la célèbre exposition Antagonismes 2 , l’Objet organisée en 1962 au musée des Arts décoratifs.

 

 

 

L’art contemporain et le luxe : le cas du sac

Pour ceux qui aiment les sacs, signalons la création d’un nouvel espace commercial de luxe en plein Paris, à l’ombre du Grand Louvre : ce magasin a fait appel à des artistes contemporains : le chinois Gao Yu a inclus un gigantesque panda dans un immense sac à mains : http://www.lemonde.fr/economie/article/2014/01/15/le-printemps-du-louvre-temple-du-luxe-pour-les-touristes_4348168_3234.html#xtor=RSS-3208

Ce n’est pas la première fois que les magasins de luxe et l’art contemporain fonctionnent de concert, et que les marques de luxe s’associent aux artistes et vice versa :

Daniel Buren et Hermès exposé en 2010 à la Monnaie de Paris : http://editeur-fr.hermes.com/les-editions/h2-daniel-buren/photos-souvenirs-au-carre.html

Monnaie_de_Paris_5

Photographie © Tadzio

ou bien ” Daum et César”  exposés en 1969 au musée des Arts décoratifs http://boutique.ina.fr/art-et-culture/musees-et-expositions/video/CAF97001629/cesar-au-musee-des-arts-decoratifs.fr.html

H3643-L18495916_th

Sculpture en cristal DAUM signée CESAR (pouce)

 

La galerie des bijoux du musée des Arts décos est également significative en ce domaine  : elle accueille “des bijoux d’artistes (Georges Braque, Alexandre Calder, Henri Laurens, Jean Lurçat). Le renouveau des formes dans la décennie 60-70 est abordé avec les bijoux épurés de Torun, Jean Dinh Van, Costanza, Henri Gargat, Ettore Sottsass et des créations d’artistes scandinaves. Depuis les années 80, des bijoutiers tels que Gilles Jonemann ont contribué à développer un esprit d’indépendance dans la jeune création française. […] Particuliers, collectionneurs, marchands, joailliers, bijoutiers et créateurs ont ainsi permis de constituer d’importants ensembles de bijoux anciens et contemporains. L’annonce du projet de la galerie des bijoux a stimulé plus encore les dons et dépôts de la part de bijoutiers et de célèbres maisons de joaillerie comme Cartier, Boucheron, Chanel, Jar, Van Cleef & Arpels, Mellerio et Lorenz Baümer, complétés par d’importants dépôts des collections du Fonds national d’art contemporain-Centre national des arts plastiques, du musée national d’Art moderne, du Musée des Arts et Métiers et du Museum National d’Histoire Naturelle” : http://www.lesartsdecoratifs.fr/francais/arts-decoratifs/collections-26/parcours-27/thematique/galerie-des-bijoux/

Pour conclure, rappelons deux très belles expositions qui se sont tenues au  musée des Arts décos et qui ” font écho” :

La Publicité recycle l’Histoire,  du 16 juin 2011 au 28 août 2011 :

” L’exposition analyse à travers les affiches et films des collections du musée, l’utilisation que les publicitaires font de l’histoire. Privilégiant les éléments fédérateurs de notre mémoire collective, ces derniers appréhendent les faits et les personnages historiques les plus marquants pour mieux les manipuler. Très éloignée de la rigueur scientifique d’un historien, cette utilisation relève le plus souvent du détournement, de la parodie, ou du jeu de mot.” : http://www.lesartsdecoratifs.fr/francais/accueil-292/une-486/francais/publicite/expositions-96/actuellement-504/la-publicite-recycle-l-histoire/

et l’autre exposition sur les sacs :  Le cas du sac, du 7 octobre 2004 au 20 février 2005 : http://www.lesartsdecoratifs.fr/francais/mode-et-textile/expositions-70/archives-71/le-cas-du-sac-537/ et son catalogue : Le Cas du sac. Histoires d’une utopie portative : ” De tous les objets inventés pour en transporter d’autres, le sac est le plus universel, le plus ancien. Sacs de roi ou de vagabond, de sorcier ou de star, de nomade ou d’artisan, de griot ou de femme à la mode, de tous les jours ou de cérémonie, à ce serviteur muet chacun confie des choses essentielles : graines, argent, outils, dons oratoires, petits instruments de la féminité. Les pouvoirs et les secrets qu’il recèle en font un objet précieux, toujours unique “. http://boutique.lesartsdecoratifs.fr/le-cas-du-sac-histoires-d-une-utopie-portative.html