Archives par mot-clé : Tomi Ungerer

Tomi Ungerer

En souvenir de ce dessinateur exceptionnel, deux vidéos relatives à son exposition monographique de 1981 :

L’exposition Tomi Ungerer 1981.
TF1 Dernière : vidéo du 3 mai 1981 : à Paris se tient une exposition sur le caricaturiste alsacien Tomi UNGERER.- Interview de l’artiste sur sa spontaneité dans son oeuvre Dominique SANDA s’exprime sur l’humour de Tomi UNGERER.

Tomi Ungerer, Zig Zag, vidéo du 22 avril 1981 : un documentaire sur le dessinateur Tomi Ungerer dont l’exposition des oeuvres a lieu au musée des arts décoratifs. Pour présenter Ungerer, le réalisateur a choisi de procéder à une longue interview de l’artiste, assis sur un divan, dessinant des crânes allongé sur une banquette, dans un vieil appartement.
Réalisateur : José Maria Berzosa
Producteur : Teri Wehn Damisch
Participants : François Mathey, Tomi Ungerer.

En 2001, Tomi Ungerer feuilletait le livre de sa vie avec Christian Hahn, à l’occasion de son 70e anniversaire :

Tomi UNGERER, né en 1931, est d’origine alsacienne, il fut témoin de la libération de COLMAR. Des instants qui ont marqué à jamais ses oeuvres futures et qui ont forgé son engagement européen :

Cinq émissions d’entretien radiophonique sur France Culture : “A voix nue” : Tomi Ungerer
s’exprime longuement sur son oeuvre.
Première diffusion le 09/01/2012
Producteur : Martin Quenehen
Réalisation : Anne Secheret
Prise de son : Yann Fressy
Avec la collaboration de Claire Poinsignon :
Tomi Ungerer A voie nue 1.
A voie nue. 2.
A voie nue. 3.
A voie nue.4.
A voie nue.5.

Thérèse Willer, directrice du Musée Tomi Ungerer à Strasbourg, lui rend hommage soulignant la richesse de ses donations successives qui ont débuté en 1975 :

1981, Reproduction offset, 850 x 590 mm.
Connue également sous le titre de “Der kleine Unterschied” (La petite différence), affiche réalisée par Tomi Ungerer pour la rétrospective que François Mathey lui organisa au Musée des Arts décoratifs de Paris à l’occasion de son 50e anniversaire.

Grand trouble à la Halle Saint Pierre

A la Halle Saint- Pierre, une nouvelle exposition collective  rassemble des artistes connus et moins connus, sous un titre englobant, Grand trouble.

Au rez-de-chaussée de chaussée,  une vidéo ( Flir) de Jérôme Cognet et dans l’ombre des oeuvres sur papier, très diverses.

A l’étage, Gilles Aillaud..

…côtoie les images montages /collages de Tomi Ungerer :

On peut découvrir aussi les travaux d‘Al Martin, qualifié d’un peu obssessionnel  par Philippe Cyroulnik, l’ancien   directeur du 19, le CRAC, Centre régional d’art contemporain de Montbéliard.

Al Martin fait surgir en effet des formes en ponçant de multiples couches d’acryliques,  les «thuilages », tuiles de peinture à l’huile rigoureusement alignées à l’aide d’un fin couteau à peindre, les «morceaux ou semis », fines pellicules de peintures acryliques disposées en semis sur des fonds préparés, les « lignes accumulées »

Non loin l’oeuvre d’ Edith Dufaux, le petit théâtre :

On retrouve d‘autres artistes remarquables, souvent suisses, comme Emilienne Farny :

A noter les grands formats de Sylvie Fajfrowska :

 Ce sont donc 46 artistes  qui sont réunis sous ce titre englobant :  Rien de ce que les hommes font ne leur est indifférent. Un état d’esprit a surgi, un mouvement s’est esquissé.

A signaler au catalogue des textes de Michel Thévoz, Jacques Roman, Delfeil de Ton ou Jean-Paul Demoule.

A écouter : Frédéric Pajak. Exposition jusqu’au au 30 juillet 2017.