Archives du mot-clé Tate Modern

« Once in a lifetime !  » : Matisse et Malevitch à la Tate Modern

« Once in a lifetime » :  c’est le même slogan qu’emploie la Tate Modern www.tate.org.uk, pour vanter ses deux expositions en cours :

– celle sur les papiers découpés de Matisse jusqu’au 7 septembre : http://www.tate.org.uk/whats-on/tate-modern/exhibition/henri-matisse-cut-outs

Vincent Noce dans son article :http://next.liberation.fr/arts/2014/08/25/matisse-decoupes-de-genie_1086747, fait allusion à la chapelle de Vence dont la décoration a été commanditée à Matisse par les dominicains. Le père dominicain Marie-Alain Couturier écrivait à ce propos :

« L’admirable vieillesse des très grands peintres. Souvent ce qu’il y a de plus pur chez un être apparaît à la faveur de certaines déchéances et de l’usure due à l’âge. La main tremble, ne fait plus que l’essentiel. Tout le reste tombe. » in Marie-Alain Couturier, Se garder libre : Journal (1947-1954),  éditions du Cerf, 1962.

672210-an-employee-poses-with-a-stained-glass-designed-by-henri-matisse-at-the-tate-modern-gallery-in-londo

Nuit de Noel», par Henri Matisse, exposé à la Tate Modern de Londres, en avril 2014.(Photo Luke MacGregor. Reuters).

et celle consacrée à Malevitch http://www.tate.org.uk/whats-on/tate-modern/exhibition/malevich, jusqu’au 26 octobre prochain.

malevichbanner

C’est l’occasion de rappeler deux expositions pionnières à Paris :

– celle organisée en 1961 par François Mathey : Henri Matisse : Les grandes gouaches découpées, mars-mai 1961, au musée des arts décoratifs, Paris :http://musearti.hypotheses.org/?p=2897

http://musearti.hypotheses.org/?p=858

–  et celle consacrée aux artistes de l’avant garde russe figurant dans la Collection Costakis au musée Maillol (http://www.museemaillol.com/)  en 2008-2009 : http://www.lexpress.fr/culture/art-plastique/l-avant-garde-russe-dans-la-collection-costakis_710555.html

9782070123490

Qui peut remplacer Kenneth Clark sur la BBC ?

Kenneth Clark,  a présenté une émission d’histoire de l’art sur la BBC  diffusée en 1969 et intitulée Civilisation.

220px-Civilisation_cover 200px-Civilisation-Skin_of_Our_TeethLa BBC entend renouveler l’expérience mais qui à qui recourir pour présenter l’émission aujourd’hui ? La revue Apollo nous fait part de la liste des pressenti(e)s :des présentateurs vedettes critiques de télévision comme Andrew Graham – Dixon, http://www.andrewgrahamdixon.com/ ou bien des historiens de l’art comme James Fox , http://www.hoart.cam.ac.uk/people/jf283@cam.ac.uk ; ou des directeurs de musées comme Neil MacGregor (du British Museum , qui a présenté Une histoire du monde en 100 objets pour Radio 4 :  http://www.bbc.co.uk/programmes/b00nrtd2) ou bien Nicholas Penny (de la National Galleryhttp://www.nationalgallery.org.uk/about-us/organisation/director/). La vraie question semble être ailleurs : le même format d’émissions peut-il aujourd’hui trouver son public ?  L’on déplore le manque de pédagogues enseignants dans les domaines de  l’éducation artistique et de l’histoire de l’art, universitaires ou conservateurs et personnels des musées, susceptibles de transmettre leurs connaissances au public, au Royaume-Uni comme à l’étranger. La télévision a également son rôle à jouer comme le rappelle la revue : http://www.apollo-magazine.com/civilisation-2-0-replace-kenneth-clark/

Voir l’exposition que consacre la Tate modern à Kenneth Clark : Kenneth Clark – Looking for Civilisation : www.tate.org.uk/whats-on/tate-britain/exhibition/kenneth-clark-looking-civilisation

L’artiste et le musée du mois. Henri Matisse : Les grandes gouaches découpées, mars-mai 1961, au musée des arts décoratifs, Paris

Les papiers découpés de Matisse sont une nouvelle fois à l’honneur pour une exposition qui se tient cette fois-ci à Londres, à la Tate Modern : http://www.tate.org.uk/whats-on/tate-modern/exhibition/henri-matisse-cut-outs

matissethesnail1953

Henri Matisse L’escargot, 1953 © Succession H. Matisse / DACS 2014

Le commissaire de l’exposition Nicholas Serota : http://www.tate.org.uk/context-comment/blogs/nicholas-serota-on-magic-matisse

Difficile de résister à la mise en valeur ici de la première exposition consacrée à Paris aux travaux du peintre en 1961, à l’initiative de François Mathey qui monte avec Mme Amic, la plus belle et la plus complète des expositions parisiennes sur ce thème, dixit Pierre Schneider, grand expert en ce domaine.

Le petit catalogue réalisé à cette époque (sur la demande de Marguerite Duthuit) par Fernand Mourlot n’en jette pas plein la vue mais garde trace de cet éblouissement :  » Mourlot sera fier, je crois, de ce petit album charmant, précis, sans sécheresse » écrit Mathey. Mourlot reproduit également pour l’affiche  Le danseur rouge. (Sur cette œuvre voir : http://www.christies.com/lotfinder/drawings-watercolors/henri-matisse-le-danseur-5157379-details.aspx )

d5157379lMatisse avait réussi à déplaire pourtant aux plus conservateurs et même à ses amis qui doutaient de la force de ces derniers travaux. Christian Zervos écrit dans Cahiers d’Art en 1949 :
« Est-il besoin de dire qu’on ne saurait faire aucun cas de ces papiers découpés qui constituent, avec les tentures décoratives, la grande affaire de l’exposition Matisse ? Pour mon compte, ils sont totalement négligeables et d’un mauvais voisinage à l’égard des tableaux. Ce qui rend de telles occupations inacceptables, c’est non seulement qu’elles ne touchent à aucune des initiatives esthétiques de Matisse, ne laissent d’en soupçonner de la tournure de son imagination ne mettent en lumière aucun de ses soucis des questions de fond, mais qu’elles nous laissent indifférents quand elles ne nous peinent de voir l’artiste trahi par son pouvoir de discrimination bien plus que par son talent. […] il était libre de se prendre d’affection pour eux. Mais, dès l’instant où il les propose à l’attention des visiteurs d’une exposition et les force, en quelque sorte, à prendre intérêt, on est en droit de trouver à redire. Je sais qu’il y a un moment où les plus vertes vieillesses ont peine à ne pas tourner à l’attendrissement pour tout ce qui sort de leurs mains ; il est néanmoins difficile de concéder à un artiste de la classe de Matisse de laisser aller son esprit sur n’importe quelle pente. Si entière que soit la confiance du créateur en ses moyens et quelque inépuisable que soit sa fertilité de ressources, il ne pourra jamais convertir en productions fortes des jeux qu’aucun coup de talent ne saurait élever au niveau de l’art ».

Le MNAM avait hésité à acheter puis avait négocié le prix le meilleur après que le musée d’Amsterdam (W. Sandberg) ou celui de Copenhague, aient exposé les gouaches et procédé aux acquisitions les plus belles qui s’imposaient. Enfin, en 1961, la critique est unanime et Michel Ragon écrit : « La plus jeune, la plus fraîche, la plus audacieuse et la plus parfaite exposition actuelle se trouve au Musée des Arts décoratifs, pour tout le printemps jusqu’au mois de mai ».

Elle se déroule du 22 mars au 15 mai 1961 et reçoit 10 708 visiteurs payants. Cela est bien sûr sans commune mesure avec l’exposition du centenaire de Matisse dont Pierre Schneider est le commissaire général, et qui reçoit (près de dix ans plus tard) 347 000 visiteurs au Grand Palais sur une période certes plus longue, d’avril à septembre 1970. En 1961, seul le public « averti » est venu. Michel Laclotte note le caractère exceptionnel de l’exposition (la présentation d’ensemble a été un éblouissement absolu). Pour Pierre Schneider, l’exposition fait date et inspire notamment les peintres américains résidant à Paris.

Un jeune témoin, prénommé Vincent, raconte : « Mercredi 22 mars 1961. Inauguration des gouaches découpées de Matisse. Le musée était à peu près vide quand nous sommes arrivés mais l’oeuvre en elle-même valait bien la petite heure que nous lui avons consacrée. Quand je dis qu’elle « valait bien » cela, j’ai l’air de faire une politesse, voire une concession ; c’est faux. Car c’est bien d’admiration qu’il s’agit, la joie du peintre survit dans l‘allégresse de la satisfaction que l’on a à faire danser ses yeux dans le rythme fort et admirable des taches de couleur ».

Sur l’exposition londonienne voir l’article d’Emma Crichton-Miller dans le numéro d’avril de la revue Apollo : http://www.apollo-magazine.com/matisse-april-apollo/

L’oeuvre d’art dans les musées : Please do not touch the objects !

Un intéressant article paru dans la revue Apollo de « Assistant Curator of Sculpture  au Victoria et Albert museum », intitulé Museum Etiquette: are there manners in museums anymore ? : http://www.apollo-magazine.com/museum-etiquette/

‘Please do not touch the objects. Please do not climb, poke, lick, draw on, or drape yourself around the objects. Please ?’ In museums and galleries around the globe, attendants and curators face a daily battle to protect their collections and displays from the wandering hands – and other body parts – of visitors. While trying to keep galleries accessible, friendly and interesting, we also have an imperative to protect and preserve. We encourage school groups, families, tourists and coach parties into our carefully-curated halls, and try to keep our screams internalised when we spot a six-year-old scaling the heights of a plinth, or a class of 16-year-olds shoving one another next to a glass case. Case in point: a nine-year-old girl climbs over a £6 million Donald Judd sculpture in the Tate Modern – her parents claim that she’s ‘anti-establishment’. At the other end of the damage spectrum, a Floridian artist deliberately smashes an Ai Weiwei vase in the Pérez Art Museum Miami – as a protest against the lack of local art on display. One wouldn’t wish to be accused of hysterical pearl-clutching, but it’s difficult not to wonder: are there manners in museums any more ?


Dans les musées et les galeries à travers le monde, les gardiens et les conservateurs sont confrontés à un combat quotidien pour protéger leurs collections et les objets de leurs expositions, des mains baladeuses – et d’autres parties du corps – des visiteurs . Tout en essayant de garder les musées accessibles, conviviaux et intéressants , il est impératif pour nous de les protéger et de les préserver. Les groupes scolaires, les familles, les touristes et les cars de touristes sont encouragés à visiter les salles des expositions et les responsables des musées ne saisissent pas les commissariats lorsqu’ils aperçoivent un enfant de six  ans escaladant les hauteurs d’un socle, ou un élève de 16 ans poussant un de ses camarades contre une vitrine. Exemple: une fillette de neuf ans, grimpe sur un « Donald Judd« , une sculpture de 6,000,000 £ à la Tate Modern -http://www.tate.org.uk/visit/tate-modern- ses parents affirment qu’elle est « anti-establishment ». À l’autre extrémité du spectre, un artiste de Floride fracasse délibérément un vase de Ai Weiwei dans le Pérez Miami Art Museum – http://www.pamm.org/- pour protester contre l’absence d’art local exposé en ce lieu. Difficile de ne pas se poser la question : N’y -a- t-il plus de manières  dans les musées aujourd’hui ?

Sur le fond, cette conservatrice a raison : les objets sacrés que sont les œuvres d’art dans les musées ( surtout un « Donald Judd« , de 6,000,000 £ à la Tate Modern« ) doivent être respectés et un vase ne doit pas être pris en otage pour défendre l’art local où qu’il soit. Face à cela, le prix de ces œuvres peut étonner et l’art dans les musées est parfois déconnecté de certaines réalités : il perd  sa capacité à contester, à remettre en cause, à interroger le monde, dès lors qu’il devient à son tour un objet précieux, sacré, intouchable, mais réduit paradoxalement à sa seule valeur monétaire.

WEB-AN36375334A-child-clambFury: the parents were said to be encouraging their children to climb the $10m sculpture, witnesses said (Picture: @TheodoreArt)

http://www.standard.co.uk/news/london/our-nineyearold-was-just-being-antiestablishment-say-parents-of-girl-who-climbed-on-10m-tate-modern-sculpture-9098440.html

Florida Man Deliberately Smashes $1M Vase by Chinese Artist Ai Weiwei

Ai Weiwei vase worth $1m broken in local artist protest. ai_weiwei_urn_0218

Chinese artist Ai Weiwei’s « Colored Vases » are shown at the Perez Art Museum Miami, Florida in this Dec. 3, 2013 photoZachary Fagenson—Reuters

Une nouvelle fondation privée Bacon à Monaco et la géolocalisation des oeuvres dans les musées britanniques

Lieu de documentation, de recherche et d’exposition, une Fondation Francis Bacon va être créée à Monaco. Baptisée la « Francis Bacon MB Art Foundation », elle ouvrira ses portes à l’automne 2014, au rez-de-chaussée de la Villa Elise, au 21 boulevard d’Italie. Mais « uniquement sur RDV » , ce qui devrait hélas restreindre sa fréquentation potentielle : http://www.connaissancedesarts.com/peinture-sculpture/actus/une-fondation-francis-bacon-a-monaco-105771.php

Rappelons par ailleurs l’existence du site « Bacon « : http://www.francis-bacon.com/

Plus « moderne » l’approche adoptée par les musées britanniques qui géocalisent leurs œuvres, à destination de tous ceux qui sont munis des moyens de communication adéquats :

 » La Tate, la famille de quatre musées britanniques développée autour de la Tate Gallery de Londres, a rendu publique le mois dernier une nouvelle application mobile, après deux années de tests, d’essais et d’évaluation. Ce dispositif innovant permet d’utiliser la géolocalisation en ligne, les appareils mobiles et le crowdsourcing pour enrichir de diverses manières les données géographiques sur les oeuvres de la collection des musées de l’institution (Tate Britain, Tate Modern, Tate Liverpool, Tate St Ives). ArtMaps est un dispositif qui met en lien les oeuvres des collections de Tate et des points sur des cartes interactives de Google Maps. Le public est appelé à contribuer à la documentation géographique des oeuvres d’art sur une carte globale » : http://cursus.edu/dossiers-articles/articles/21636/geolocaliser-ensemble-les-oeuvres-art/#.UyRsfo3jjIW