Archives par mot-clé : surréalisme

Roman Cieslewicz : les coupes sombres d’un chirurgien de l’image

“Un simple assortiment de rêve sans les associations d’idées du rêveur,  sans connaître les circonstances dans lesquelles ils survinrent, ne m’intéressent guère, et j’imagine difficilement  qu’ils puissent intéresser qui que ce soit” écrivit un jour Freud à André Breton. Pour John Barnicoat citant Freud : “Le rêve ainsi détaché de son contexte est peut-être en effet dénué de sens pour un diagnostic,  mais utilisé  en tant que méthode et principe d’art visuel,  il a apporté à toute l’histoire de l’art et à celle de l’affiche en particulier, quelques idées d’une grande richesse.” (John Barnicoat, Histoire concise de l’affiche, Hachette, 1972, p. 181).

Roman Cieslewicz a été l’un de ces brillants illustrateurs, un artiste/artisan, un affichiste qui a oscillé entre expressionnisme et surréalisme. Sa grande efficacité visuelle, ses découpages et collages ont fait son succès. Mais si son inspiration vient des grands mouvements artistiques d’avant-garde, elle est aussi liée directement aux manifestations de l’histoire politique de son temps.

 Cette exposition rétrospective, si réussie (et dont la commissaire est Amélie Gastaut), s’achève le 23 septembre prochain.  C’est grâce à la donation effectuée en 2013 par la veuve de Cieslewicz au musée des Arts Décoratifs (MAD) et aux nombreux prêts effectués par l’IMEC, et par le musée de Grenoble, que l’exposition est en mesure de retracer le parcours de ce graphiste de talent. Les créations de  Roman Cieslewicz  sont ici en pays connu. Il a  en effet (avec Jean Widmer)  réalisé les plus belles affiches des expositions et les couvertures de catalogues du  musée des Arts décoratifs, du CCI, puis du Centre Pompidou, mais aussi les couvertures de la revue Opus international dès 1967 ou bien l’affiche de la première exposition d’art contemporain, organisée par la RMN,  au Grand Palais en 1972.

Il est fêté en 1972  (18 février /17 avril 1972) par le Centre de Création Industrielle (CCI) au Musée des Arts décoratifs, l’exposition est alors vue par 3000 personnes.

Roman Cieslewicz a fait l’objet d’un livre et d’une exposition (1993), réalisés par Margo Rouard au Centre Pompidou :  il a d’ailleurs activement apporté son concours à cette première rétrospective.

 La presse évoque aujourd’huiLa grande rétrospective autour de celui qui se définissait comme « chirurgien de l’image » ou « aiguilleur de rétine », Roman Cieslewicz, […] exposition où se télescope l’incroyable travail de l’artiste avec l’histoire du XXe siècle, l’histoire de l’art, graphique et visuelle, l’histoire de la presse, du cinéma ou encore de l’édition…”. Et  surtout l’histoire politique de l’Europe, celle de la guerre, de l’après-guerre et sa  guerre froide, des tentatives de libération des pays d’Europe centrale, des années 68 et 70. Les cartels rappellent la biographie d’un créateur  au cœur de toutes les propagandes, où l’art  est éminemment politique.

Roman Cieslewicz est d’origine polonaise, né en 1930 à Lvov, Lemberg, là où ont eu lieu des pogroms, puis des exterminations de masse exécutées par les Einsatzgruppen. Ce lieu de naissance n’est pas anecdotique pour cet enfant de la guerre qui évoquera beaucoup ensuite la période nazie dans son travail.

Il entame à l’âge de douze ans dans cette ville, de 1943 à 1946, sa formation à l’École de l’Industrie Artistique de Lwów (1943-1946). La ville polonaise devient ukrainienne à la suite des accords de Yalta et intègre l’URSS. La famille de Roman Cieslewicz se déplace alors à Opole. En 1947, il va étudier à Cracovie. Diplômé en 1955 de l’école des beaux-arts, il part s’installer ensuite à Varsovie où il est engagé comme graphiste dans l’agence d’Etat WAG, qui éditait des affiches de propagande à thématique sociale, culturelle, politique.

La Pologne connaît alors une période d’ouverture qui ne dure que huit ans, et le retour au réalisme socialiste l’incitera au départ.

En 1961, il reçoit un prix du ministère de la Culture et de l’Art de son pays, pour l’ensemble de son travail. Avant de quitter la Pologne pour la France en 1963, Roman Cieslewicz a en effet réalisé une cinquantaine d’affiches, essentiellement pour des spectacles de théâtre qui sont dûment  représentées dans l’ exposition.

Son processus de création part d’images hachées menues, les critiques soulignent cette caractéristique :

Plus qu’il ne les crée, Roman Cieslewicz fabrique de toutes pièces les images. Grâce à une paire de ciseaux, de la colle, une photocopieuse, et surtout un œil acéré, il devient une figure majeure de l’art visuel en France, où il s’installe dès 1963.
Le graphiste (décédé en 1996) aura une brillante carrière de directeur artistique pour le magazine Elle, grâce à Peter Knapp, puis pour l’agence de pub Mafia dans les années 1970. Il crée l’identité visuelle des éditions 10/18 et des Guides bleus. Il s’engage au sein du groupe Panique aux côtés de Topor et d’Arrabal et de Jodorowsky et crée en 1976, la revue Kamikaze (revue d’information du groupe Panique).

La boîte rouge.

“Inlassablement, il découpe, classe, archive méthodiquement dans des boîtes thématisées : les yeux, la bouche, les mains, le cercle, la guerre, Auschwitz, États-Unis, etc., qui pourront lui servir de matériaux de création”.

L’exposition comprend 700 documents, son processus créatif et ses références sont souvent puisées dans l’iconographie de l’histoire. 

“Là, le corps féminin est disséqué et passé à sa propre moulinette, dans un esprit parfois surréaliste. On s’aperçoit que les couleurs rouge, blanche et noir, l’offset ou la trame du papier le fascinent. Il décortique absolument tout.”

Affiche polonaise de Roman Cieslewicz pour le film d’Hitchcock “Sueurs froides” (1958).

Exposition Lam : peindre le drame, défendre la dignité de la vie et saluer la Liberté

Exposition Wifredo Lam au dernier étage du Centre Pompidou. 30 septembre 2015 – 15 février 2016, Galerie 2.

Sur le site consacré à l’artiste, ce résumé : “Le peintre cubain Wifredo Lam (1902-1982), de renommée internationale, est l’initiateur d’une peinture métissée alliant modernisme occidental et symboles africains ou caribéens. Il a côtoyé tous les mouvements d’avant-garde de son époque – cubisme, surréalisme, CoBrA – qui incitent à la liberté, favorisent l’accès à l’inconscient ou explorent le merveilleux, à travers l’automatisme graphique… Mais Lam affronte également les problèmes du monde ; il poursuit dans son œuvre le même combat que son ami, Aimé Césaire : « peindre le drame de son pays, la cause et l’esprit des Noirs ». Il a ainsi inventé un langage propre, unique et original, pour « défendre la dignité de la vie » et « saluer la Liberté »”. 

Le commissariat est de Catherine David qui connait parfaitement l’artiste et son œuvre. La grande richesse de la rétrospective, tient aussi à la mise en avant des livres des poètes illustrés par Lam comme René Char (A la santé du serpent ):

20151102_123358

Il reste une profondeur mesurable là où le sable subjugue la destinée.

Comme dans d’autres scénographies actuellement, de grandes reproductions photographiques rythment le parcours  de l’exposition et (ou !) marquent les césures temporelles (Pour un autre exposition en cours,  “Fragonard amoureux” au Luxembourg, ce sont des reproductions de gravures)..20151102_122422

Il s’agit de découvrir le ” multiculturalisme original et sensuel ” de Lam évoqué ici, et les autres dimensions de son œuvre, forte, soulignées par  Aimé Césaire : “Et c’est libre de tout scrupule esthétique, libre de tout réalisme, libre de tout souci documentaire, que Wifredo Lam tient, magnifique, le grand rendez-vous. Terrible : avec la forêt, le marais, le monstre, la nuit, les graines volantes, la pluie, la liane, l’épiphyte, le serpent, la peur le bond, la vie”.

Un regret : le plafond du Centre est omniprésent et domine l’exposition. Le gris enrobe des grands formats cernés par la vidéosurveillance, des tubulures partout…

01-10-15-18-vue-de-salle-wifredo-lam-photo-georges-meguerditchian-centre-pompidou20151102_122949

Pour d’autres angles de vues, plus poétiques et plus chaleureux,au plus près des œuvres, voir et écouter Catherine David, ici.

S’y ajoutent des extraits SLIPCASE lamd’un coffret DVD passionnant et vivant, une production Aube & Oona Elléouët-Breton – Seven Doc, sortie en 2011, (Réalisateur Fabrice Maze et Barbro Schultz Lundestam).
Ce coffret contient un livret et quatre films répartis sur deux DVD et un livre de 88 pages retraçant la vie et l’oeuvre de Wifredo Lam :
« Au carrefour des mondes » 1902-1946, réalisé par Fabrice Maze (87 min)
 « A la recherche de l’unité perdue » 1946-1982, réalisé par Fabrice Maze (80 min) 
« Wifredo et les poètes », réalisé par Barbro Schultz Lundestam (52 min) 
« Poussière d’atomes », réalisé par Barbro Schultz Lundestam (48 min)

Dans “A la recherche de l’unité perdue » 1946-1982″, son ami Riccardo Porro, l’architecte cubain qui va aussi  rejoindre Paris et s’y installer à partir de 1968 témoigne. Il rappelle à quel point l’artiste était traumatisé, angoissé par sa vie d’exils et d’errances : il avait peur encore, lui confiait-il dans les années 1970, de finir sa vie dans un camp de concentration.

Riccardo Porro, décédé il y a peu, a été fortement influencé par Lam : Il a développé une idée de son métier largement dérivée du romantisme allemand, proclamant qu’il fallait, par le biais de l’architecture, « romantiser la vie ». Mais c’est peut-être sa vision de la sexualité, de l’érotisme et des mythes de la fécondité en tant que ferments de son œuvre qui constitue la dimension la plus originale de son travail. Il la doit notamment à son ami le peintre surréaliste Wilfredo Lam, et à un désir de ressusciter à Cuba ce qu’il appelle la « tradition noire », celle du vaudou par exemple. Cette intention culminera dans son chef-d’œuvre, l’école des arts de la Havane, réalisée à la demande de Castro et Che Guevara au lendemain de la révolution castriste. »  : une rencontre en deux parties avec Riccardo Porro à réécouter ici sur France Culture, émission réalisée par François Chaslin dans le cadre des « jeudis de l’architecture », diffusions des 9 juin et 8 octobre 2011.

Paul Duchein : allégories martiales et reliques apprivoisées

Une nouvelle exposition de Paul Duchein, Paul Duchein : Reliques apprivoisées : Press kit ) est actuellement visible à la Galerie Robert Vallois – Sculpture moderne – Paris VIe,  du 3 avril 2014 au 3 mai 2014. Les lundis et samedis de 14h à  19h, du mardi au vendredi de 10h à 19h.

Sur le site de la galerie : http://www.vallois.com/page.php?P=fo/public/menu/sculpture_contemp/index

Figure de Montauban, Paul Duchein est aussi écrivain et  notamment l’auteur de deux ouvrages : Les épis de faîtage en France Méridionale et la France des Arts populaires :

 

 

 

 

imageregards eblpuis


 imagesfetages

.

896249073_duchein

Né en 1930 à Rabastens. Fait ses études de pharmacie à Toulouse. Vit et travaille à Montauban.

Commence à peindre à l’âge de 14 ans et travaille avec le céramiste Giovanni Leonardi pendant ses études secondaires.  Parallèlement à son métier, il fréquente les artistes et s’intéresse à la création artistique sous toutes ses formes,  organise des expositions, écrit de nombreux articles et préfaces, se passionne pour l’art brut, l’art populaire  et les arts premiers. Découverte du surréalisme et de Breton, rencontres déterminantes avec François Mathey, conservateur non conventionnel du Musée des Arts Décoratifs,  le peintre surréaliste Jacques Hérold, Alphonse Chave, galeriste hors normes, passionné d’art brut, Vieira da Silva.  Dès 1966, il réalise « clandestinement » des assemblages ;  il a composé à ce jour près de 2000 boîtes et plusieurs centaines de collages et assemblages par cycles thématiques.

Première exposition en 1986 à la galerie Chave à Vence préfacée par François Mathey.

catalogue_rituels de memoire

Durant vingt ans (1974-1994) Paul Duchein est directeur de la rédaction de la revue nationale des pharmaciens pour laquelle il rédige des chroniques régulières et compose des photomontages pour les couvertures. Paul Duchein préside et anime depuis 1972 les « Rencontres d’Art » au musée Ingres de Montauban. Paul Duchein vient d’écrire un autre ouvrage paru en 2014 aux éditions ADABS.

Le site de Paul Duchein : http://paul-duchein.com/

Paul Duchein sur le site de la galerie Chave : http://galeriechave.com/artiste-paul-duchein.html

artiste duchein chez chave

 

 

 

 

 

 

Le CNDP lui consacre un dossier en 2010 : http://www.cndp.fr/crdp-toulouse/spip.php?page=dossier&num_dossier=2737

« Lorsque le rideau se lève sur l’univers insolite de Paul Duchein, un vent de fraîcheur et de fantaisie s’élève, qui déride les visages, chasse le poids du sérieux, donne droit de cité au plaisir et à la gaité.
« Petites histoires entre nous » : tout un programme délicieusement narratif, radicalement créatif, sans complexe ni prétention. Un tourbillon ludique, enjoué, d’inventions cocasses, de rencontres inopinées, d’assemblages improbables. Ingres, Galilée, Mozart, Chopin, Clémence Isaure… revisités par un esprit facétieux sans doute, tendre à l’occasion, drôle toujours… »
Brigitte Quilhot-Gesseaume,  Extrait du texte du catalogue de l’exposition,  (septembre 2010).

Paul Duchein à Montauban : Les Coups de cœur de Paul Duchein, article de La Dépêche  le 18/04/2013 : http://www.ladepeche.fr/article/2013/04/18/1608750-montauban-les-coups-de-coeur-de-paul-duchein.html

 Site du musée Ingres à Montauban : http://www.museeingres.montauban.com/

 

 

Sur un carnet d’hypothèses (Dissidences) : présentation du livre de Peter Burger, “Théorie de l’avant-garde”

Intéressante rubrique “Histoire de l’art” http://dissidences.hypotheses.org/category/lectures-readings/histoire-de-lart

dans le carnet d’hypothèses intitulé Dissidences qui veut “contribuer à l’élaboration d’une approche dépassionnée et scientifique des mouvements révolutionnaires d’extrême gauche, sociaux et ouvriers, ainsi que des avant-gardes artistiques et politiques, en mettant à contribution le plus grand nombre de disciplines, histoire, histoire de l’art, sociologie, sciences politiques, etc.” http://dissidences.hypotheses.org/dissidences-presentation/vous-avez-dit-dissidences

Voir notamment la critique du livre de Peter Burger, “Théorie de l’avant-garde” par Frédéric Thomas :

Le livre s’appuie de manière critique sur les analyses de Benjamin, Adorno, Brecht… et propose une lecture stimulante de l’histoire des avant-gardes. Il est dommage cependant que l’échec de leur tentative, tel que diagnostiqué par l’auteur, ne soit pas plus discuté ni mis en relief. Par ailleurs, il est étonnant que l’Internationale situationniste n’y soit pas discutée (faute d’information à l’époque ?). Cet essai offre néanmoins une lecture renouvelée autrement plus complexe de l’histoire de Dada et du surréalisme, et qui ne peut être que bienvenue dans la discussion sur ces mouvements” : http://dissidences.hypotheses.org/4484

 

Peter Buger a enseigné la philosophie et la théorie de la littérature générale et comparée à l’université de Brême. Il est l’auteur de livres traduits dans plusieurs langues, parmi lesquels : Der französische Surrealismus (1971), Zur Kritik der idealistischen Ästhetik (1983), et La Prose de la modernité (1988), traduit chez Klincksieck en 1995 par Marc Jimenez, le seul qui était accessible au lecteur français jusqu’à présent. http://www.questions-theoriques.com/auteur/24/Peter%20Burger