Archives par mot-clé : Sonia Delaunay

Vidéos et commentaires pour tous sur l’art des temps nouveaux

Comment rendre compte d’un mouvement artistique présenté dans une exposition ? Comment expliciter le thème d’un tableau, les préoccupations d’un peintre du temps des Lumières ? Comment rendre compte de la fascination des temps nouveaux, des élans  exprimés par ces artistes ? Quelques vidéos captent les commentaires  des conservateurs, des commissaires-d’exposition et des médiateurs des musées, qui formulent sur ces thèmes, des commentaires destinés à tous :

Entrée de la troisième exposition de l’UAM au pavillon de Marsan, musée des Arts décoratifs, Paris, en 1932. JEAN COLLAS, MUSÉE DES ARTS DÉCORATIFS, FONDS JEAN COLLAS, PARIS/ADAGP, PARIS 2018

La première  a trait à l’exposition en cours sur “l’UAM”, l’Union des artistes modernes, au Centre Pompidou : l’UAM fondée en 1929, dissoute en 1958, a rassemblé jusqu’à 250 artistes, décorateurs, créateurs de bijoux, de tissus, de mobilier, de tapisseries,  architectes, dont  Fernand Léger, Charlotte Perriand,  le fondateur du Salon d’Automne en 1903, Francis Jourdain, mais aussi Pierre Chareau , Sonia Delaunay, Jean Puiforcat, Robert Mallet-Stevens, l’architecte Lurçat, l’affichiste Cassandre, Le Corbusier, Jean Prouvé, le décorateur René Herbst, etc. Ils organisent au musée des Arts décoratifs, en 1949-1950 : « Formes utiles – objets de notre temps » dont l’exposition de 2018 conserve de multiples témoignages. Au total l’exposition de 2018 expose dans cette chronologie qui court sur près de quarante ans, pas moins de 780 pièces.

Certains membres de l’UAM, notamment des architectes, rejoindront dans les années 1950 le groupe Espace ( Durant l’été 1954, un événement original est organisé à Biot chez Fernand Léger, par le groupe Espace).

 Des vues de l’exposition de 2018 et une interview d’Anne-Marie Charon-Zucchelli, attachée de conservation au service architecture du musée national d’art moderne et co-commissaire de l’exposition, sont en ligne.

UAM” une aventure moderne, au Centre Pompidou, Paris
du 30 mai au 27 août 2018.

La seconde vidéo se concentre sur une œuvre,  dans la série intitulée “Talks for all” à la National Gallery : un conférencier commente de façon très pédagogique (en anglais) un tableau de Joseph Wright ‘of Derby’ (1734-1797) intitulé ” An enlightened experiment”  : le tableau appartient aux collections permanentes du musée. Cet artiste du temps des Lumières, est fier d’être originaire de Derby, la ville alors au centre de la révolution industrielle. Le tableau montre une « expérience sur un oiseau dans la pompe à air » :

Joseph Wright hailed from Derby, a city at the centre of the Industrial Revolution. What can we learn from ‘An Experiment on a Bird in the Air Pump’ about this advancing time and how does this painting represent the Enlightenment that was taking place around him? Unpick and explore the references scattered”. 

Ce peintre a fait l’objet d’une exposition  itinérante présentée au Grand Palais en 1990, (Exposition Joseph Wright of Derby, Grand Palais, Paris, 17 mai-23 juillet 1990), à la Tate Gallery et au Metropolitan Museum (commissariat de Judy Egerton). A Paris, l’exposition n’avait pas du tout trouvé son public : elle prenait place après la présentation de peintres anglais  plus fameux (Gainsborough, Turner et Reynolds) et dont les paysages et les portraits peuvent sembler plus accessibles.

L’exposition des métiers d’art au Salon Révélations

 feb94ffda98b75f197b98486777ea629

L e Salon Révélations s’achève ce soir au Grand Palais. Cette Biennale dont c’est la deuxième édition sous la nef ( voir quelques commentaires sur celle de 2013), rassemble des représentants des métiers d’Arts, de toutes nationalités. Il a accueilli de nombreux intervenants,  dont les créations se rapprochent souvent du design et de l’œuvre d ‘art. L’exposition Le Banquet au centre de cet espace,  a regroupé cette année des créateurs de la Corée du Sud dont c’est l’année en France, mais aussi entre autres, des représentants de la Suède (Bijoux de Christer Jonsson), des Pays-Bas et du Sénégal (meubles d’assise ).

La présence d’une création de Josette Rispal, une artiste “sous le vent de l’art brut”, qui expose notamment à la galerie Berst, confirme bien cet engouement actuel pour des artistes d’art brut ou s’en inspirant.

20150912_102626-1 20150912_102626-2

Yunhee Lee et Jaehyo Lee

20150912_102659-120150912_102743

 Simone Crestani

20150912_102923

Les meubles d’assise sénégalais Babacar et Balla Niang

20150912_103600-220150912_103607

Les papiers gouachés de Dienke Dekker

20150912_103147

20150912_102827Merry go round , un “tournez manèges”, de Christer Jonsson

Artefacts Encyclopédiques de Bernard Heesen

20150912_10331320150912_103307 

area 31Le dernier numéro (31) d’Area revue (Mains de maître) a pour thème les métiers d’art, il est centré sur les créateurs du Salon, mais pas seulement, une partie de son propos est plus historique et porte sur William Morris, Sonia Delaunay, mais aussi François Mathey, bien sûr, l’un des pionniers en matière d’expositions en ce domaine ( Artiste, Artisan ? 1977, Les métiers de l’Art, 1980).

1980

 

Cette exposition de 1980, voulue par les pouvoirs publics,  était d’ailleurs planifiée pour le Grand Palais et a finalement eu lieu au musée des Arts décoratifs à Paris.

L’actuel Directeur général des Arts Décoratifs , David Caméo, commente également  dans la revue, les évolutions récentes des métiers d’art et des Arts décos.

 

Sonia Delaunay, l’exposition parisienne en vidéo

L’exposition Sonia Delaunay se poursuit à Paris jusqu’au 22 février 2014.
Une visite virtuelle et commentée par la commissaire Anne Montfort, est disponible ici : http://mam.paris.fr/flipbook/360/sonia/index.html#/soniadelaunay03/
Capture4
Capture
Capture2
Capture6
Capture7
Capture8

Arrivée en France en 1905, elle est d’abord peintre expressionniste puis se rallie à l’abstraction. Elle ne se limite pas à la peinture, son œuvre va au delà, elle s’exprime sur tous les supports, investit la mode et le design, pour que “l’art entre dans la vie”.
Après le décès de son mari Robert Delaunay, et plus précisément après 1945, elle devient pour les jeunes générations une figure, un relais historique, un témoin de l’époque de l’abstraction de l’entre deux-guerres. Elle se consacrera davantage à la peinture à partir de cette époque et l’exposition montre également ses dernières œuvres. Elle décèdera en 1979. Sonia Delaunay a été parfois oubliée, mais François Mathey l’a convie en 1965 au musée des Arts décoratifs à l’exposition qui rend hommage aux créateurs qui ont figuré au sein de l’exposition pionnière ” 1925″ (voir à ce propos : http://musearti.hypotheses.org/?p=1013 et http://musearti.hypotheses.org/?p=4451 ).

Sonia Delaunay : les Couleurs de l’Abstraction

Le Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris (MAMVP) présente l’exposition « Sonia Delaunay : Les Couleurs de l’Abstraction ». http://www.mam.paris.fr/fr/expositions/exposition-sonia-delaunay

Commissariat : Fabrice Hergott, Anne Montfort et Cécile Godefroy.

http://www.mam.paris.fr/sites/default/files/liste_des_visuels_sonia_delaunay.pdf

rythme_couleur_1964

Sonia Delaunay, Rythme Couleur, 1964, © Pracusa 2013057,© Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris / Roger-Viollet

Cette rétrospective regroupant plus de 400 œuvres de l’artiste, se déroule du 17 octobre 2014 au 22 février 2015 et prend la forme d’une rétrospective itinérante. Après son passage à Paris, l’exposition sera installée à la Tate Modern de Londres du 15 avril au 9 août 2015.http://www.tate.org.uk/visit/tate-modern

voiture delaunay” Les œuvres présentées incluent des tissus, des peintures, des gouaches, des gravures, des articles de mode ainsi que des décorations murales. Figurant comme la première rétrospective parisienne majeure dédiée à Sonia Delaunay depuis 1967, cette exposition raconte le cheminement de l’une des artistes les plus remarquables de l’abstraction et de l’avant-garde du XXe siècle” :

http://fr.artmediaagency.com/99570/une-grande-retrospective-itinerante-de-sonia-delaunay/

Cofondatrice de l’orphisme avec Robert Delaunay, Sonia Delaunay a été une figure majeure de l’Art déco, comme une exposition temporaire récente permettait de le rappeler : http://musearti.hypotheses.org/?p=1013

S’agissant de ses créations textiles, il convient de signaler les œuvres données en 1966 par l’artiste au  musée des Arts décoratifs de Paris, soit 23 dessins de projets de tissu simultané créés dans les années 1920 et 7 créés en 1948/1949. Ce musée a en effet commémoré en 1966 l’exposition Arts décos de 1925, et Sonia Delaunay y participe, aux côtés de Charlotte Perriand :

L’INA garde trace de cette exposition et des témoignages de ces deux artistes femmes :

charlottesonia

1966, exposition « 1925 » : Captation d’images de l’émission « Le magasine des arts de l’actualité télévisée », ORTF, réalisation d’Adam Saulnier, « L’exposition 1925 », le 13 mars 1966. À gauche,  Charlotte Perriand. À droite, Sonia Delaunay. Source : INA.

mathey 1925François Mathey, 1966, exposition « 1925 » : Captation d’images de l’émission « Le magasine des arts de l’actualité télévisée », ORTF, réalisation d’Adam Saulnier, « L’exposition 1925 » Source : INA.

Lettre de Sonia Delaunay à Malraux :  « Le 2 mars 1966. Je viens de terminer l’accrochage au Pavillon de Marsan avec M. Mathey, de mon mur de 1925, de 8 m sur 4 m ; j’y serai demain à 11 heures et j’aurais grand plaisir à vous y rencontrer pour vous montrer moi-même mes œuvres et le beau poème de Cendrars au milieu du panneau. »
Ce don exceptionnel a été mis en valeur en 2012 par Agnès Callu : accrochage “Tissus simultanés de Sonia Delaunay : dessins en couleurs (1924-1949)”: http://dessins.hypotheses.org/382

Sur les créations de Robert Delaunay, voir : http://musearti.hypotheses.org/?p=938

Une exposition 1925, quand l’Art Déco séduit le monde

Une exposition temporaire à signaler à la la Cité de l’architecture et du patrimoine, du mercredi 16 octobre 2013 au lundi 17 février 2014 : “1925, quand l’Art Déco séduit le monde”:

“Formes géométriques, pures et dynamiques : le style Art Déco (1919-1940) se caractérise par son attractivité et sa vivacité. Né de l’impulsion des créateurs français tels que les architectes Henri Sauvage, Robert Mallet-Stevens, Pierre Patout, les décorateurs André Véra, Louis Süe, André Mare et Jacques-Émile Ruhlmann, le couturier Paul Poiret ou encore le sculpteur François Pompon, il est le fruit d’une vision d’ensemble émanant de champs artistiques variés. L’exposition “Art Déco” est la première depuis 1975 à rendre hommage à cette esthétique qui a su unir des créateurs du monde entier. Cette rétrospective de référence aborde avec détails l’Exposition internationale de 1925 et la diffusion mondiale de ce style à la popularité pérenne. Dans un premier temps, elle revient de manière didactique sur la distinction entre Art Nouveau et Art Déco.” :

http://www.citechaillot.fr/fr/expositions/expositions_temporaires/25226-1925_quand_lart_deco_seduit_le_monde.html

Effectivement c’est aux Arts décos, au musée des Arts décoratifs, au Pavillon de Marsan, qu’il appartenait régulièrement  de commémorer cette Exposition universelle de 1925.  C’est avec François Mathey et Yvonne Brunhammer que le le musée a organisé deux expositions- en hommage à 1925 : l’une en 1966, l’autre en 1975. Ce musée est indéfectiblement lié aux Expositions universelles, et François Carnot qui a présidé aux destinées de l’Union centrale des arts décoratifs (UCAD) jusqu’en 1961, a effectivement participé à l’organisation de l’exposition de 1925.

L’exposition de 1966 est la plus brillante  des deux expositions, car deux artistes  témoins de l’époque y participent et la promeuvent : Charlotte Perriand et Sonia Delaunay.

Sonia Delaunay s’adresse à André Malraux en 1966 :
« Le 2 mars 1966. Je viens de terminer l’accrochage au Pavillon de Marsan avec M. Mathey, de mon mur de 1925, de 8 m sur 4 m ; j’y serai demain à 11 heures et j’aurais grand plaisir à vous y rencontrer pour vous montrer moi-même mes œuvres et le beau poème de Cendrars au milieu du panneau. »
Les expositions temporaires au musée donnent souvent lieu à des dons d’objets, d’œuvres, de la part des artistes invités. Sonia Delaunay donne par exemple au musée des Arts décoratifs en 1966, 23 dessins de projets de tissu simultané créés dans les années 1920 et 7 créés en 1948/1949.

Ce don exceptionnel a été mis en valeur l’année dernière par Agnès Callu, du 28 mars 2012 au 2 juillet 2012 au musée : accrochage “Tissus simultanés de Sonia Delaunay : dessins en couleurs (1924-1949)”: http://dessins.hypotheses.org/382

Illustration : Projet de tissu simultané n° 6, Sonia Delaunay, 1924, gouache lavée, inv. 40393. © Les Arts Décoratifs.