Archives par mot-clé : sculpture

L’art brut japonais (2)

La mise en lumière internationale de l’art brut japonais remonte à l’exposition « Art Incognito » présentée en 1997 à la Collection de l’Art Brut à Lausanne. Le même espace a présenté en 2008 une exposition intitulée « Japon », qui se consacrait entièrement à la création japonaise. En 2010, la Halle Saint-Pierre a présenté la première exposition française sur l’art brut japonais — environ 1.000 œuvres créées par 63 auteurs. 2018 sonne le retour de l’art brut japonais à la Halle Saint Pierre avec « Art Brut Japonais II ». 

Cette nouvelle exposition  qui rassemble une cinquantaine d’auteurs : elle va permettre d’identifier certains créateurs. Au Japon, l’art brut a connu un vaste essor dans la province de Shiga à la fin du XXe siècle. Cette province, située au centre de l’île de Honshü, la plus importante de l’archipel, est pionnière dans la prise en compte et l’accompagnement des artistes handicapés. Les institutions spécialisées souhaitent y laisser libre cours à l’imagination et à la créativité de leurs patients.

Ces artistes sont soit issus d’ateliers pratiquant l’art-thérapie, soit ils sont autonomes. Ils utilisent des techniques et des matériaux divers comme la céramique, l’origami, le dessin, le textile, la sculpture ou bien l’assemblage d’objets comme Reiichi Hayashida :

Reiichi HAYASHIDA,  Technique mixte.
Reiichi HAYASHIDA,Publicité pour un dîner chinois, 2016, Technique mixte, 45 x 60 x 9,5 cm Collection de l’artiste.
Reiichi HAYASHIDA,  Technique mixte.

Parmi la cinquantaine de créateurs présentés, voici quelques artistes remarquables dont certains ont été  déjà exposés  à  Nantes en décembre 2017. Chacun de ces artistes est un monde à part dépourvu de toute influence artistique extérieure. Pour autant, ils ne sont pas hors du temps et de la société, dans lesquels ils vivent.

Takeru AOKI, Aki Yashiro, 1997-2004. ©Satoshi Takaishi.
Vues de l’exposition.
Ichiro YOSHIDA
Né en 1960. Vit dans la préfecture de Tokushima. Grand personnage Pocket-Pocket. 2010. Technique mixte.
Takayuki AYAMA. Tortue bleue dans la mer. 2017.
Takayuki AYAMA. Léopard, guépard et bébé léopard – Bois de Zelkova, stylo graveur électrique, crayon de couleur, 2016 © Takayuki Ayama.

Sinichi Sawada est déjà reconnu et a intégré les collections lausannoise ; il est devenu une figure emblématique de l’art brut japonais grâce à ses céramiques, présentées lors de la Biennale de Venise 2013 :

Vue de l’exposition à la Halle Saint Pierre
(visite de Lucienne Peiry).
Création de Sinichi Sawada 
Naoya MATSUMOTO, Shachihoko, 2014,
Argile, 32 x 38 x 48 cm, OMIGAKUEN

Les autres œuvres présentées dans l’exposition sont souvent le fruit de nouvelles créations. Marie Suzuki (née en 1979) peint de vastes paravents :

Marie SUZUKI, Bara Bara So Waka, 2014, Paravent, stylo, 172 x 357 x 1,5 cm, Collection de l’artiste.

 Les origamis en feuille d’arbre de Yoshihiro Watanabe, qui sont d’une grande délicatesse, représentent des animaux :

Kasu Suzuki tisse et réalise un tissage inversé pour des formes volumineuses qu’ il suspend sous forme des cordes polychromes de 4,40 m :

Textiles et abstraction avec Misuzu Seko (née en 1981) qui emploie des fils de coton et de laine colorés qu’elle brode. Elle est présente dans la collection de Bruno Decharme :

Satoshi Morita (né en 1978) conserve des restes de fils dans des boîtes en carton : il les brode sur un tissu irrégulier. Il figure également dans la collection Decharme :

De nombreux dessins sont présents  dans l’exposition, comme la série des véhicules de Takumi MATSUHASHI :

Takumi Matsuhashi, Camion de papier, 2014.

ou bien les panoramas réalisés au stylo par Norimitsu Kokubo, artiste qui réside dans la Préfecture de Shiga;

ou les dessins et écrits de l’artiste Hiroyuki Komatsu résidant dans la même région :

Makoto Toya (né en 1944) a peint 61 rouleaux gigantesques de papier japon à l’acrylique :

Les motos jouets d’Akira YAMANE :

Akira YAMANE Metal Ranger V, 20152018, Technique mixte, 10 x 27 x 16 cm, Collection de l’artiste.

Une salle à part présente les travaux de deux survivants de la bombe atomique d’Hiroshima, deux artistes hibakusha, Masaki HIRONAKA et Yukio KARAKI,  qui, comme beaucoup d’hibakusha, témoins de la bombe d’Hiroshima, n’ont pu témoigner de ces visions qu’à un âge avancé.

Yokio Karaki avait quinze ans ; il vivait à seulement trois kilomètres du bombardement atomique : à partir de 1984 et pendant huit ans, il a réalisé onze peintures à l’huile et a fait don de ses œuvres au musée de Kyoto. 

Masaki HIRONAKA avait alors cinq ans et dix mois.

Alors qu’il cesse, bien des années plus tard de travailler, en 2000, il décide de rassembler ses souvenirs sous forme de carnets dessinés :

 

Masaki HIRONAKA, La bombe atomique d’Hiroshima, 2002, Stylos sur papier (copie d’originaux), 21 x 29,7 cm Collection de l’artiste.

A voir jusqu’en mars 2019.

Quelques ouvrages et biographies en français :

Quelques liens :

Diamants bruts du Japon.

Diamants bruts du Japon
durée 145’, japonais et sous-titres français, Collection de l’Art Brut/Lokomotiv films, Lausanne/Le Tourne, 2007.

artbrut.ch
hallesaintpierre.org
abcd-artbrut.net
musee-lam.fr
outsiderartassociation.eu
rawvision.com
josefhofer.at
prinzhorn.ukl-hd.de
gugging.at
folkartmuseum.org
outsider-environments.blogspot.org

https://abcd-artbrut.net/collection/

Jardin infini à Metz

Un titre +  un événement + un lieu +des artistes modernes et contemporains  confirmés : soit une nouvelle  évocation des jardins cette fois à Metz.

Depuis mars au Centre Pompidou Metz, et jusquˋen août 2017, Emma Lavigne  (et Hélène Meisel ) présentent  une exposition intitulée « Jardin infini, de Giverny à l’Amazonie ».

Il s’agit d’abord de célébrer l’anniversaire des 150 ans du jardin botanique de la ville de Metz.

 L’exposition ensuite « loin d’être un espace clos et limité, explore le jardin comme un territoire infini. Il représente un lieu d’hybridation, d’expérimentation et d’étrangeté aux yeux de nombreux artistes. Perpétuelle source d’inspiration, ce Jardin infini rassemble environ 300 œuvres de la fin du 19ème à nos jours.

A vocation pluridisciplinaire et sensorielle, l’exposition présente un grand nombre d’installations contemporaines, dont le monumental Léviathan-main-toth d’Ernesto Neto (2005).  La sculpture élargit le sujet jusqu’à évoquer l’Amazonie : dix ans après avoir été déployée au Panthéon, à Paris, cette œuvre donne d’ailleurs à Jardin infini l’illustration de son affiche, et une partie de son sous-titre. 

Centre Pompidou Metz

Panthéon

La scénographie est réalisée par l’artiste catalan Daniel Steegmann Mangrané, qui investit les deux galeries du Centre Pompidou-Metz.

Les artistes Bonnard ou Max Ernst sont  présents à travers des oeuvres peut-être moins connues :

Pierre Bonnard : « L’Atelier au mimosa », hiver 1939, octobre 1946 – huile sur toile. CENTRE POMPIDOU, MNAM-CCI, DIST. RMN-GRAND PALAIS/PHILIPPE MIGEAT

Max Ernst – « Pétales et jardin de la nymphe Ancolie » – 1934 © Adagp, Paris 2016

Des artistes vivants, de renom, Dominique Gonzalez-Foerster, Laurent Grasso, Rebecca Horn, Yayoi Kusama participent à l’exposition.

Le parcours libre est ouvert sur la ville de Metz, avec l’aménagement de trois jardins d’artistes hors les murs : au quai des Régates, le land artist Peter Hutchinson installe son œuvre Thrown Ropes : un tracé de plates-bandes sinueuses et aléatoires, planté de fleurs et de pierres. 

Qu’est-ce qu’une sculpture dans l’espace public ? Une oeuvre de l’artiste vénézuélien Carlos Cruz-Diez, détruite

Une oeuvre d’art a été détruite par erreur dans un collège en Vendée : http://m.huffpost.com/fr/entry/5598153 Une oeuvre d’art de l’artiste vénézuélien Carlos Cruz-Diez, en mauvais état, a fini par mégarde dans une déchetterie à l’occasion de travaux entrepris par le conseil général de la Vendée devant un collège de La Roche-sur-Yon, a-t-on appris ce 18 juillet auprès du conseil général. La colonne Chromointerférente, qui avait été installée devant le collège des Gondoliers de la ville en 1972 dans le cadre du 1% artistique, était estimée à 200.000 euros. Laissée à l’abandon dans une friche et rongée par la rouille, « cette pièce métallique de six mètres de haut s’était fortement détériorée et la chute de certains de ses éléments aurait pu gravement blesser des enfants ou des adultes travaillant dans l’établissement », souligne le département dans un communiqué publié le 17 juillet.

colonne chromointerférente http://www.cruz-diez.com/fr/work/chromointerference/1970-1979/colonne-chromointerferente_1/ Sa sculpture jetée, l’artiste Carlos Cruz-Diez réagit :http://www.ouest-france.fr/art-la-roche-sa-sculpture-jetee-lartiste-carlos-cruz-diez-reagit-2705329:  » Pour ceux qui ont demandé la destruction de ma « Colonne Chromointerférente » […], l’art n’existe pas et n’a aucun sens. S’il en avait été autrement, l’œuvre aurait été entretenue depuis longtemps », a-t-il souligné, dans une lettre titrée L’insignifiance de l’art. L’artiste franco-vénézuélien, référence dans l’art cinétique, n’aurait jamais pensé « qu’un tel incident puisse avoir lieu dans un pays que tous considèrent comme cultivé et fervent défenseur des arts ». C’est à la demande de la direction du collège « et pour assurer la sécurité des personnes » que les services du conseil général ont enlevé entre fin avril et début mai l’œuvre mais « il est cependant évident que celle-ci aurait dû être entreposée pour évaluer les possibilité d’une éventuelle réparation », reconnait le département. En fait l’œuvre « est partie en déchetterie » . Devant cette mésaventure le conseil général va lancer un inventaire des œuvres d’art des collèges du département. Il a aussi promis que dans le cadre des travaux pour la rénovation et l’extension du collège des Gondoliers il commandera une nouvelle œuvre.

Qu’est ce qu’une sculpture d’art contemporain dans l’espace public défini par le code de l’urbanisme ? Les Actes du Séminaire Paris 8 juin 2006 – L’art contemporain confronté au droit donnaient à ce propos quelques réponses : http://artdroit.org/wp-content/uploads/2013/11/Actes-du-colloque.pdf, dans l’intervention de Philippe BILLET, Professeur à l’Université de Bourgogne, L’œuvre d’art revue et corrigée par le droit de l’urbanisme : « L’oeuvre d’art n’est mentionnée qu’une seule fois en tant que telle par le Code de l’urbanisme. Mentionnée seulement et pas définie. L’oeuvre d’art se retrouve sans contours matériels, sans corps. Elle se retrouve également sans repère moral, sans âme. Il ne s’agit pas ici d’observer qu’elle est exclusive de toute intervention de la police de l’ordre public en cas de risque d’atteinte aux bonnes moeurs, mais de constater que le droit moral sur l’oeuvre est exclu du droit de l’urbanisme. » Et de citer les précédents relatifs à l’absence de protection de ces œuvres non restaurées lorsqu’elles entrent en contradiction avec les règles de protection du public comme la  » Tour Arman », dans le parc du domaine de Montcel.

Une structure en béton d’un volume de 600 mètres cubes et d’une hauteur de 18 mètres soit soixante voitures automobiles repeintes de couleurs vives qui pouvait être déplacée sans qu’aucun droit moral de l’artiste puisse s’y opposer, car il s’agissait d’une tour  » édifiée dans un site classé, sans avoir obtenu l’autorisation nécessaire et sans qu’un permis de construire ait été délivré »: (http://legimobile.fr/fr/jp/j/c/crim/1986/6/3/85-91433/).

arman-long-term-parking_350x350Sur cette œuvre (toujours en place) et sa composition : http://histoiredarts.blogspot.fr/p/arman-long-term-parking-1982.html « En 1982, Arman crée Long Term Parking de l’ex-Fondation Cartier à Jouy-en-Josas(Domaine de Montcel, 3 rue de la manufacture des Toiles de Jouy en Josas), une tour […] se dressant dans un parc tel un énorme fossile, témoin d’une société de consommation de masse[…] La construction a duré 6 mois et son coût, s’est élevé à plus d’1 million de francs. Pour tout entretien, la sculpture est nettoyée aux jets d’eau tous les 3 ans afin de décoller les mousses, et fait l’objet d’une révision de sécurité. »

 Sur le 1% et son développement, la commande publique et les nombreux artistes qui ont répondu à ces commandes, lire par exemple : L’ESSOR DU 1% ARTISTIQUE ET DE L’ART CONTEMPORAIN DANS LE NOUVEAU MINISTERE DE L’ECONOMIE, DES FINANCES ET DE L’INDUSTRIE DE BERCY (1982-1990) Septembre 2005 : http://crdaln.documentation.developpement-durable.gouv.fr/documents/EQUTEXA0005318/EQUTEXA0005318.pdf  

Stahly, braderie, expos à Ratilly

« François Stahly, né le 8 mars 1911 à Constance (Allemagne) et mort le 2 juillet 2006 à Meudon, est un sculpteur appartenant à la nouvelle École de Paris » nous dit Internet. C’est aussi un grand ami de la famille Pierlot pour qui il a notamment créé une sculpture qui est installée dans la cour du château de Ratilly où ce week-end il y avait à la fois une braderie et deux expositions en une. En voici quelques témoignages photographiques. Sur le site touristique de Guédélon à peu de kilomètres de là, se construit un château d’aujourd’hui,  avec les mêmes pierres que celles utilisées pour Ratilly :

69c98c53ed7b260c17118874539b147c8072e3c23d1ab2fe92fad34f21732fb4 François Mathey a bien sûr été le premier à consacrer à Stahly une rétrospective dans un musée parisien en 1966, il a également exposé les tapisseries conçues et réalisées avec son épouse Claude Stahly : Stahly-Paris66g

 Le numéro  N°884 de la Bibliothèque de Travail consacre à François Stahly Sculpteur un reportage illustré par les photographies de l’exposition de 1966.collectif-collectif-bt-bibliotheque-de-travail-n-884-francois-stahly-sculpteur-livre-862054414_ML

Mathey est resté un ami proche : il a préfacé son catalogue pour l’exposition de 1980 (Exposition du Museum am Ostwall de Dortmunt, Engen Thiemann, François Mathey, Dortmund, 1980 ), et celui pour l’exposition de 1987 à Constance : http://www.academie-des-beaux-arts.fr/membres/actuel/sculpture/Stahly/fiche.htm

b768d84a94926e16551b6ab5a0a3c0f8

Le cyclop ouvre un œil en avril

Une sculpture de 22,50 mètres et de 350 tonnes d’acier : cette œuvre collective créée à partir de 1969, à l’initiative de Jean Tinguely est à nouveau visible à partir d’avril.

À Milly-la-forêt au milieu des bois, une tête appelée Cyclop, abrite un nombre important d’œuvres, conçues par les amis de Jean Tinguely : une colonne de Niki de Saint Phalle, une accumulation de gants composés par Arman et un pénétrable sonore de Jesus-Rafael Soto, une œuvre de César, une cheminée du Centre Pompidou… L’œil du cyclop est toujours en mouvement.

Description de l’oeuvre au CNAP : http://www.cnap.fr/le-cyclop-de-jean-tinguely

À Milly : http://www.millylaforet-tourisme.com/Le-Cyclop

Le programme : http://www.lecyclop.com/Programmation-program

Actuellement en Suisse, au musée Tinguely  : une exposition Objets ludiques – L’Art des possibilités :

http://www.tinguely.ch/fr/ausstellungen_events/aktuell_und_vorschau.html