Archives par mot-clé : Rubens

Revisiter les collections permanentes (1) : Rennes, le MBA.

Les expositions temporaires peuvent être le moyen de revisiter les collections permanentes des musées. Le Musée des Beaux-arts de Rennes illustre cette démarche, confrontant avec succès art ancien et art contemporain.

Le parcours du musée débute par ses riches collections égyptiennes qui ont donné lieu récemment à une étude sur une momie de chat analysée récemment.

 

Doté de son patio intérieur caractéristique, le MBA accueille plusieurs expositions temporaires simultanément :

Avec Auréole Boréale, Vincent Leroy nous entraîne dans son monde imaginaire. Pièce monumentale de 8 mètres de diamètre qui semble flotter dans les airs avec douceur et volupté, ce gigantesque anneau s’invite au centre du Musée des beaux-arts de Rennes, évoquant le rythme lancinant d’une aurore boréale.
Tel un balancier, le mouvement lent et fluide de cette douce et improbable installation invite le spectateur à prendre le temps de la contemplation. Avec cette architecture gonflable, Vincent Leroy explore une vision poétique des nouvelles technologies, créant une installation contemporaine qui plonge le spectateur dans une expérience mystérieuse de la lenteur, visuelle mais également corporelle.
En étroite relation avec le mouvement de l’installation, le compositeur et sound designer Jérôme Echenoz produit une composition sur mesure. Une recherche sonore décomposée et synchronisée sur la vitesse de l’œuvre.

VINCENT LEROY. Aurore boréale.

Carole Rivalin présente une œuvre, Jenn, créée in situ en 2014 :

Son travail s’articule autour du trait et de la ligne qu’elle fait varier afin de questionner, de faire dialoguer plutôt que de confronter, les notions d’espace, de plan et de volume, de surface et de profondeur, de blanc et de couleurs… Les œuvres encouragent le spectateur à voir autrement, en créant un espace mouvant, comme si les éléments architectoniques étaient emprunts d’une vibration, d’un tremblement à la fois hypnotique et décoratif.

Carole Rivalin.
Exposition en galerie de Carole Rivalin.
  • Une autre partie du musée montre temporairement des travaux de Liam Everett :

Le musée consacre une exposition temporaire à Armand-Felix Jobbé-Duval Breton républicain qui a vécu à Paris au 19e siècle. C’est une donation récente (de plus de 250 dessins) au profit du musée qui est ainsi saluée.

Par ailleurs le musée accueille actuellement en dépôt exceptionnel, deux œuvres de Joan Mitchell appartenant au Mobilier National :

Joan MITCHELL sans titre. 1967.
Joan MITCHELL. Sans titre. 1969.

Non loin, ce tableau du peintre Sam Francis, qui a été acquis par le musée des Beaux-Arts de Rennes : Composition bleue sur fond blanc, il date de 1960 :

Sam Francis. Composition bleue sur fonds blanc. 1960.

D’autres œuvres témoignent de l’art des années 1960 avec César ( L’échassier de 1969) :

César, L’échassier, 1969.

L ‘exposition Et si on parlait d’art ? (dont le commissaire est Guillaume Kazerouni), traverse les collections permanentes et ses incontournables grâce aux œuvres de Vincent-Michël Vallet.

Et si on parlait d’art ?
Double portrait de l’artiste et du commissaire.

Le parcours est libre : chronologiquement, il est possible de remonter le temps en débutant la visite par les siècles les plus proches, et la conclure par la Renaissance et les Primitifs italiens. Voici un aperçu de quelques phases du parcours.

Ainsi, le 17 e siècle, par exemple, les cartels explicitent les grandes questions qui ont pu être débattues à cette période donnée de l’histoire de l’art, comme la querelle du coloris (au cours du dernier quart du XVIIe siècle).

L’Académie royale de peinture et de sculpture se déchire autour d’une question : en matière de peinture, faut-il préférer la couleur à la ligne ou inversement ?

En 1671, Philippe de Champaigne, proche du rigorisme des milieux jansénistes et pourtant admirateur de Titien, blâme les coloristes qui privilégient un « bel éclat extérieur » qui leur fait « oublier l’âme et l’esprit » qui doivent animer « un beau corps ». La couleur serait donc du côté de l’immoralité, du mensonge, de la dissimulation. En 1673, le théoricien de l’art Roger de Piles publie son essai, Dialogue sur le coloris, dans lequel il fait l’éloge de la peinture de Rubens et affirme la primauté du coloris. R. de Piles défend cette approche de la couleur qui est alors audacieuse. Pour la première fois depuis la Renaissance, un théoricien affirme clairement la primauté du clair obscur (donc de la couleur) par rapport à la perspective linéaire.

Cartel sur Charles Le Brun et la Descente de la croix.

Cette œuvre de Charles Le Brun La descente de croix vers 1679, rappelle qu’il fût un brillant coloriste.

En remontant le temps, l’artiste contemporain s’inspire de l’œuvre iconique du musée “Le nouveau-né ” de Georges de La Tour :

Georges de La Tour (1593 – 1652)
Le Nouveau Né, vers 1645.

Non loin, cette œuvre du 16e siècle de Leandro Bassano : Pénélope défaisant son ouvrage

Leandro Bassano (1557 – 1622) – Pénélope défaisant son ouvrage.

La partie des collections permanentes consacrée à des temps plus anciens, ceux de la Renaissance et des Primitifs italiens, permet de découvrir cette Vierge à l’enfant de Vicenzo Civerchio (circa1470-1564) et une Vierge à l’enfant Jésus et quatre saints du Maître de la Miséricorde (Actif à Florence dans le 3e quart du XIVe siècle) :

Vicenzo Civerchio. Vierge à l’enfant.
Maître de la Miséricorde. Vierge à l’enfant Jésus et quatre saints. Vers 1370-1375.

Sur ces thèmes et les textes fondateurs auxquels renvoient ces peintures, voir le dossier pédagogique réalisé par le musée : Les collections du musée des beaux-arts de Rennes sont très riches en œuvres d’inspiration religieuse. Elles sont à la fois des références pour comprendre les textes fondateurs contenus dans la Bible et des repères pour mieux connaître l’histoire de la peinture. Les Primitifs italiens sont à ce titre, doublement intéressants.

A leurs côtés cette œuvre contemporaine de Gérard Traquandi de 2014.

Gérard Traquandi, Sans titre, 2014.