Archives par mot-clé : Rose Valland

Lire ou relire Rose Valland : après la mise au pilon, la reconnaissance..

… C’est en tout cas ce qu’espère la RMN, le nouvel éditeur de l’ouvrage de Rose Valland, qui décrit  son engagement, à Paris puis en Allemagne, à Lindau ou Baden-Baden.

Ce Front de l’art, a été édité une première fois par la RMN en 1947 puis réédité en 1997 : Deux éditions de cet ouvrage existent à la bibliothèque des Arts décos : http://www.bibliothequedesartsdecoratifs.com/consultation2/consultation.html

En 1961, Plon en édite 4000 exemplaires, qu’il pilonne en 1966 : “Rose Valland n’en sauvant que 500 exemplaires en les achetant, avec ses deniers, à 3 francs pièce” nous dit Art Aujourdhui.Hebdo

FrontDeLArtEn 1967, les Résistants sont passés de mode, Mai 68 se prépare et Rose Valland en tant que femme résistante est dévalorisée (voire un reproche muet ?). Il faut rappeler également que lorsque le CNAC a besoin de locaux en 1967/1968, on se demande où déménager Rose Valland qui a encore un bureau rue Berryer dans l’hôtel légué par les Rothschild à l’État. En 1968, elle part  à la retraite :

“Le Centre national d’art contemporain sur l’instigation d’André Malraux en 1967, il était une émanation du Service de la Création Artistique dirigé par Gaëtan Picon, et dépendait du Ministère des Affaires culturelles. Il  était situé dans l’Hôtel Salomon de Rothchild, 11 rue Berryer à Paris. Blaise Gautier fut son premier directeur. Le CNAC n’était pas un musée, mais un organisme de prospection et d’expérimentation. Son dynamisme faisait le pendant de la vocation historique du Musée national d’art moderne. Il eut pour rôle de développer une politique de promotion de l’art contemporain. Il a organisé et diffusé de très nombreuses expositions sur l’art d’avant-garde en France et  à l’étranger. Il était doté d’un Centre de documentation sur l’art actuel, monté par Julien Alvard“. http://bibliothequekandinsky.centrepompidou.fr/doc-generale/fondsdoc/cgi-bin/fonds.asp?fo=CNACFONDS

Cette ingratitude à son égard n’est pas récente comme le rappelle Emmanuelle Polack (http://www.inha.fr/spip.php?article4722): “En 1952, à 54 ans, elle est enfin nommée conservatrice des musées nationaux.  Pour elle, c’est une blessure. C’est super tardif pour faire une belle carrière. Un conservateur, on lui confie une collection, un musée, un département, des expositions prestigieuses […] On cantonne Rose Valland à des travaux d’intendance.” http://www.parismatch.com/Actu/International/Rose-Valland-un-chef-d-oeuvre-de-Resistance-550038

Elle remplira ses travaux avec brio (voir les musées dans la guerre froide : http://musearti.hypotheses.org/?p=2430 ) et suggère à Malraux, dans un courrier du 17 février 1965, mais sans succès, une idée et un projet qui visent à créer un musée de la dernière guerre et de la Résistance dans les blockhaus de Saint Germain-en-Laye, qu’elle avait obtenus en 1955 pour sauvegarder les œuvres d’art en cas de conflit. (Centre des Archives diplomatiques de la Courneuve, Carton 209 SUP/708, [vrac d’archives “Rose Valland”], D.2.

Les archives de Rose Valland  à partir de 1968 et de la rue Berryer, feront un curieux parcours : “En 1968, année du départ à la retraite de Rose Valland, ce fonds était encore à la Fondation
Rothschild, au 11 rue Berryer, 75008. Il a ensuite transité par Ecouen, puis au « 1er bureau » de la DMF à l’entresol Mollien et fut ensuite installé dans un local dit « salon de thé » au
pavillon de Flore en 1978, faute de place pour l’intégrer dans les magasins ordinaires des A.M.N., malgré un projet d’agrandissement proposé en partie dans ce but en 1972 (cf. série
4EE25, dossier « Archives Valland », 1951-1978). En 1979, peu avant son décès, Rose Valland donna sa correspondance avec le Général Blanc et ses rapports à Jacques Jaujard (1941-1944).
En 1982, un certain volume de papiers privés fut en outre récupéré auprès des ayants-droits de Rose Valland, décédée un an et demi plus tôt. En revanche, faute de place, ont été transférés à
Bois-Préau les archives de la C.R.A., de la Commission du Livre, des inventaires allemands et les archives de la protection des œuvres d’art. Il ne reste alors au Palais du Louvre que les
papiers personnels de Rose Valland, 172 feuillets de ses rapports journaliers à Jacques Jaujard, des photos du Jeu de Paume et du personnel. En février 1991 et mars 1992, le « Fonds dit Rose Valland » de la C.R.A est « restitué » au Ministère des Affaires étrangères et quitte donc Bois-Préau” : http://www.culture.gouv.fr/documentation/manuscrits/AMN-Recherches/O_30-438_Rose_Valland_en_cours.pdf

Mieux vaut tard… mais Rose Valland n’est plus là pour remercier Georges et ses Monuments men !

Le Front de l’art, défense des collections françaises, 1939-1945, par Rose Valland, Réunion des musées nationaux, 2014, 408 p.

Rose-Valland-un-chef-d-oeuvre-de-Resistance_article_landscape_pm_v8Sur le site de Paris Match: En 1934, Rose Valland (à droite) fait visiter l’exposition du sculpteur argentin José Fioravanti, au Jeu de Paume (photo colorisée). Pendant l’Occupation, le musée servira de lieu de transit pour les œuvres d’art destinées aux dignitaires du IIIe Reich. © Collection Camille Garapont

Paru ! “Des musées dans la Guerre froide : de Besançon à Paris, 1956-1957”

Dans le cadre de la recherche menée par le Réseau des Correspondants départementaux de l’IHTP- CNRS sur  « La Guerre Froide vue d’en bas : 1947-1967 », placée sous la direction de :
– Olivier Büttner IR IHTP-CNRS ;
– Philippe Buton, Professeur d’Histoire contemporaine à l’Université de Reims,
– Michel Hastings, Professeur de Science politique à l’Institut d’Etudes Politiques de Lille ; vient d’être publié sous Hal SHS, dans le cadre du thème IV, “Actions collectives et ordre public”, l’article suivant : ” Des musées dans la Guerre froide :
de Besançon à Paris 1956-1957″,  par Olivier Büttner, animateur du réseau des correspondants départementaux de l’IHTP et Brigitte Gilardet, docteure en Histoire de l’art contemporain, post doctorante à l’IHTP.
http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00952601

“En  1957 a lieu à Paris au musée des Arts décoratifs,  une exposition non programmée sur le plus ancien musée de province, Besançon. Cette exposition est le fruit des circonstances politiques internationales liées à la Guerre froide et qui ont marqué l’année 1956 (l’intervention des chars soviétiques à Budapest). Elle prend la place d’une exposition d’art tchèque reportée vue les circonstances. L’article a pour objet de déterminer dans quelle mesure la mise en caisses préalable des collections de Besançon  a correspondu à un exercice d’évacuation tel que les règlements émanant du Service de Protection des Œuvres d’Art (SPOA) dirigé par Rose Valland le recommandait, ou bien si le climat de crainte d’une troisième guerre mondiale a vraiment incité la conservatrice du Musée de Besançon à préparer dans le moindre détail l’évacuation des plus belles pièces du Musée  de Besançon. L’article se fonde sur les archives des Musées de Provinces conservées dans les locaux du Louvre, les Archives municipales de la ville de Besançon confrontés aux archives du SPOA établies par Rose Valland et accessibles à La Courneuve, au Centre des archives du Ministère des Affaires étrangères”.

La BD explosive

Pour un résumé des évènements du dernier festival d’Angoulême voir l’article sur ce carnet d’hypothèses, Des bulles explosives de  http://majerus.hypotheses.org/883

Le palmarès : http://www.bdangouleme.com/444,palmares-officiel-2014

A signaler la BD mettant en scène Rose Valland (encore elle !) publiée en 2009 et intitulée Rose Valland – Capitaine Beaux-Arts de Catel, Emmanuelle Polack et Claire Bouilhac : “La première partie de l’album retrace en bande dessinée la vie de Rose Valland, la seconde partie est une chronologie détaillée et illustrée de photographies et de documents originaux”.

Rose Valland et Cate Blanchett même combat

Sur le site de la RMN :
A l’occasion de la sortie du film Monument men le 12 mars 2014 : “Comprendre la mission de ces 350 hommes et femmes entre 1943 et 1951. Venus de 13 pays différents les Monuments Men se lancent dans la plus grande chasse au trésor du XXe siècle : retrouver les œuvres d’art volées par les Nazis durant la Seconde Guerre mondiale.
Inspiré par des faits réels, le film s’attache aux aventures de sept d’entre eux,  accompagnant les troupes alliées de libération en France, en Allemagne et en Autriche.”

Le dossier d’accompagnement et la bande annonce du film : http://www.grandpalais.fr/fr/article/monuments-men-dossier-daccompagnement#.dpuf
Le site de Rose Valland : http://www.culture.gouv.fr/documentation/mnr/pres.htm