Archives par étiquette : Roberta Trapani

Dubuffet en Auvergne : un entretien avec Pauline Goutain

Pauline Goutain a été commissaire de l’exposition « Sur les pas de Dubuffet en Auvergne » présentée à partir du 8 juillet 2022 (qui a duré quatre mois et qui vient de s’achever le 30 octobre) au Musée d’art Roger-Quilliot, à Clermont- Ferrand (MARQ).

Pouvons-nous évoquer tout d’abord votre parcours ? Vous avez un doctorat : sur quel thème portait votre thèse ?

Je suis diplômée de l’École du Louvre. Ma thèse de doctorat s’intitulait Les mythologies matérielles de l’Art Brut (1945-1976) : dimensions, processus créateurs et matériaux à l’œuvre. Elle a été dirigée en cotutelle entre l’université Paris-Nanterre et Carleton University (Ottawa). Cela m’a apporté une double vision : celle liée à l’histoire de l’art grâce à l’université française, celle interdisciplinaire des études culturelles grâce à l’université canadienne. Mes recherches s’intéressaient à l’Art Brut, que Dubuffet collecta, présenta et documenta, de 1945 à 1976, dans le but de remettre en question le goût et les valeurs de son époque. Cette thèse s’attache à montrer en quoi les processus créateurs, les matériaux, et les dimensions des œuvres d’Art Brut ont servi à construire un « mythe », au sens où l’entend Barthes dans ses Mythologies.  J’ai soutenu ma thèse en 2017.

En quelle année êtes-vous entrée au musée ? Et dans la carrière de commissaire ?

Je suis originaire de Clermont-Ferrand, de Châtel-Guyon, pour être exacte. Je souhaitais me rapprocher de l’Auvergne. Je suis devenue en 2019 directrice adjointe et responsable des collections du Musée d’art Roger-Quilliot.

Avez-vous participé à des expositions au Canada ?

Oui, j’avais fait une exposition sur Scottie Wilson ; artiste majeur, d’origine irlandaise qui vécut à Toronto et à Vancouver. Son œuvre figure parmi les « classiques » de la Collection de l’Art Brut de Lausanne. Cette exposition présentait les œuvres préservées dans les collections canadiennes jusque là restées dans l’ombre des réserves. 

Vue de l’exposition Scottie Wilson and Art Brut.

Ma venue au musée de Clermont-Ferrand m’a permis de me confronter à des projets de plus grande envergure.

J’ai contribué à plusieurs expositions temporaires au sein du MARQ, avant celle sur Dubuffet et l’Auvergne. J’ai travaillé sur l’exposition Les mondes rêvés de Rosto, organisée dans le cadre du Festival international du court métrage. L’association qui s’en occupe (Sauve qui peut le court métrage) voulait rendre hommage à cet auteur néerlandais récemment décédé.  En outre, j’ai travaillé sur une exposition monographique consacrée à Joël Andrianomearisoa, créateur de portée internationale qui a représenté le pavillon malgache à la Biennale de Venise en 2019. Cette exposition était organisée en lien avec le Festival international des textiles extraordinaires (FITE). Elle s’intitulait WE WERE SO VERY MUCH IN LOVE,  et présentait des œuvres conçues spécifiquement par l’artiste pour l’espace du musée (du 15 octobre 2020 au 21 février 2021).

De quoi sont constituées les collections de votre musée le MARQ ?

C’est un musée que l’on peut qualifier de beaux-arts mais qui est en fait assez éclectique : on y retrouve des créations qui relèvent des arts et traditions populaires, des collections ethnographiques que l’on n’expose quasiment pas. Le parcours est chronologique, du Moyen-Âge au XXIe siècle. Tous les mediums sont concernés, peinture, sculpture, etc. y compris des textiles. Nous mettons l’accent dans le parcours, sur le lien que ces créations entretiennent avec le territoire. Les expositions sont organisées dans la Chapelle de l’ancien couvent des Ursulines où se situe le musée.

Recherche – POP (culture.gouv.fr)

Qui a décidé de votre désignation comme commissaire de l’exposition « Sur les pas de Dubuffet en Auvergne »

C’est une proposition d’exposition que j’ai formulée. Je l’avais en tête depuis mon retour  à Clermont- Ferrand : je voulais croiser mes recherches en histoire de l’art, ma thèse et le territoire.

Qui l’a financée ? Le MARQ est un «  musée de France » et un musée territorial, financé par la métropole. La métropole dont dépend le musée a financé une grande partie du projet avec l’aide du Ministère de la Culture et de la région.  Cette exposition a reçu le label « exposition d’intérêt national », ce qui nous a permis de disposer d’une certaine somme qui s’ajoutait à celle que nous a versée la Région et la DRAC. Nous avons également bénéficier, grâce à ce label, d’une visibilité meilleure, alors que nous allions documenter un pan entier de la vie et de l’œuvre de Jean Dubuffet en Auvergne, sur la terre des volcans. L’exposition a aussi bénéficié de la générosité de deux collectionneurs privés qui ont financé le transport des œuvres qu’ils prêtaient. La Fondation Dubuffet a été d’un grand soutien tant sur le plan du choix des œuvres que sur celui du catalogue. Sa directrice Sophie Webel et Deborah Lehot-Couette, en charge des collections, ont facilité le transport des œuvres, les contacts avec d’autres prêteurs : l’appui de cette fondation a été très bénéfique pour moi pour compenser les faibles moyens humains dont dispose notre petit musée.

Quelle est l’œuvre la plus touchante pour vous ?

Ce qui m’a le plus touchée dans cette exposition était de voir réunies des collections très différentes, notamment dans la salle consacrée aux sculptures dites Barbus Müller : je m’étais lancé un défi, celui de rassembler le plus de pièces de ce type. J’ai réussi à en réunir une trentaine. Les « Barbus Müller » occupent une place clé dans l’histoire de l’Art Brut.  Elles ont fait la couverture du premier numéro des fascicules de l’art brut. Réalisées pour la plupart en lave, elles sont liées au territoire auvergnat ; d’où leur présence dans l’exposition. Bruno Montpied  (avec l’aide de Régis Gayraud) a découvert en 2017 l’auteur de certaines de ces sculptures : Antoine Rabany dit «  Le Zouave » (1844-1919) un cultivateur originaire de Chambon-sur-Lac dans le Puy-de-Dôme.

Ces œuvres sont entre les mains de collectionneurs géographiquement et socialement très éloignés: certains vivent aux Etats-Unis, d’autres à Chambon-sur-Lac. Les habitants de la région qui étaient en possession de ces œuvres, parfois inédites, ont accepté de nous les prêter. C’est la richesse des relations que j’ai pu établir lors de cette recherche, qui m’a le plus touchée. Ces prêts privés se sont ajoutés à ceux effectués par les musées français et suisses – Collection de l’Art Brut, Musée des Confluences et Musée Barbier-Mueller.

C’est la même émotion que j’ai ressentie quand une œuvre comme celle du Paysage vineux  de 1944, peint par Jean Dubuffet, a rejoint l’exposition à Clermont où ce tableau n’était jamais venu. Il est habituellement visible au Centre Pompidou  et bouge rarement. Je l’avais toujours vu dans les salles de Beaubourg quand j’étais étudiante à l’École du Louvre.  C’était d’autant plus émouvant que ce tableau était exposé dans le  musée Roger-Quilliot, le premier musée que j’avais visité enfant (puisque que je suis née dans cette région). Tout ces aspects humains, relationnels et émotionnels font partie de l’histoire de ce commissariat.

Le prêt que vous n’avez pas eu ? Pourquoi ?

La Double Tête qui figure dans le Fascicule n°1 de l’Art Brut paru en 1947. Cette œuvre appartient à un collectionneur privé avec qui j’ai beaucoup échangé : il m’avait lancé le défi de réunir les 16 œuvres illustrant le Fascicule et de ne prêter celle qu’il possède qu’à la condition que ces œuvres soient toutes réunies. Or, l’une d’entre elles est aux USA et les coûts de transport ne me permettaient pas de l’obtenir, une autre n’est pas encore localisable. Il n’a donc pas prêté l’œuvre en sa possession, mais l’a regretté par la suite car sur les 16 pièces du Fascicule, 13 étaient exposées, constituant une belle famille en lave.

Covid et prêts d’œuvres : y a -t-il eu des conséquences ?

Pratiquement aucune. L’exposition a été préparée un an et demi à l’avance. Mes recherches ont été très peu enrayées par la pandémie, j’ai pu me déplacer et consulter facilement les documents voulus. Le transport d’œuvres s’est déroulé à un moment où les restrictions étaient levées.

Ce qui a été délicat, en revanche, était de faire face à la montée du prix de l’essence, à la pénurie des matériaux et au Brexit (5 œuvres venaient de Londres).

La scénographie :  qui l’a réalisée ?

Nous avons fait appel à Jean-Michel Fiori de l’agence Origami, avec la collaboration d’un graphiste  Frédéric Nolleau, de l’agence Oxygène. La salle d’exposition n’était pas très grande, mais j’avais beaucoup d’œuvres en prêt, il fallait que les visiteurs ne se sentent pas trop écrasés par leur nombre. La scénographie a été très réussie et appréciée par les visiteurs. Les œuvres de petit format dans l’ancienne Chapelle très haute de plafond (c’est  le lieu d’exposition du musée, un ancien couvent des Ursulines) auraient pu être dévalorisées: le scénographe a opté pour un vélum pour créer une atmosphère plus intime. La salle dédiée aux Barbus Müller a beaucoup plu aux visiteurs, les murs de la salle étaient recouverts d’une couleur un peu « lave ». Les sculptures rassemblées sur des podiums semblaient nous accueillir.

Pouvez-vous nous en dire plus sur le plan des 4 séquences de l’exposition ? (1-Les liens qui unissent Dubuffet et le milieu littéraire et artistique auvergnat- 2- Le rôle, jusque-là passé sous silence, que Emilie Cornu-Dubuffet dite Lili a joué dans la vie et la carrière de Dubuffet-3 L’appréciation de l’œuvre de Dubuffet par Alexandre Vialatte, à travers la notion de « grand magma », ses chroniques dans « La Montagne » et sa correspondance- 4- Les racines auvergnates du corpus « Barbus Müller »).

Cela correspond en fait aux grands thèmes qui ont émergé : il s’agissait d’élaborer une narration, sur les liens d’amitié, les liens avec le territoire que Dubuffet tisse au cours de ses séjours dans la région. Je suis partie de l’été 1945, un de ses premiers voyages en Auvergne où il va à la rencontre de Jean Paulhan et de René Drouin, son marchand, qui louaient à Roland Cailleux (écrivain et médecin thermal), le château de Saint Genes la Tourette.  C’est là que Jean Dubuffet rencontre l’écrivain Henri Pourrat.  Ce lien n’avait pas encore été mis en avant et on en a retrouvé les traces dans les archives de la Bibliothèque du patrimoine de Clermont-Ferrand qui conservent leur correspondance.

Le second séjour important de Dubuffet en Auvergne se déroule entre 1954 et janvier 1955, lorsqu’il accompagne son épouse Lili au sanatorium de Durtol, près de Clermont-Ferrand. Pendant ces mois-là  il collecte de nouveaux matériaux, de la pierre de lave d’Auvergne qu’il mêle à des branchages, à des pieds de vigne : il crée ainsi des petites statues de la vie précaire (comme Mme J’ordonne ).

(voir le dépliant pédagogique)

Il consacre aussi toute une série de dessins et de peintures aux vaches, qu’il voit dans la région, dont une qu’il dédicace à son épouse Lili.

J’ai inclus également dans l’exposition des œuvres de l’artiste croate Slavko Kopač, peintre, sculpteur et céramiste, qui a travaillé pour Jean Dubuffet en qualité de conservateur de sa collection d‘Art Brut. Il a aussi été commissaire de l’exposition de 1967 dédiée à cette collection au musée des Arts décoratifs, à Paris. Cet artiste était resté dans l’ombre de Dubuffet, il a des liens avec l’Auvergne (Vialatte lui a consacré une chronique dans le journal La Montagne ; Kopač, a également utilisé la lave dans ses œuvres). Nous avons récemment écrit à son propos un livre paru en janvier 2022 (avec Fabrice Flahutez et Roberta Trapani). La troisième partie de l’exposition est consacrée à l’amitié plus tardive mais très forte, qui s’est construite avec Alexandre Vialatte, autour des chroniques qu’il écrivait pour le journal La Montagne et dans lesquelles il évoque à de nombreuses reprise le travail de Dubuffet.

 La dernière partie de l’exposition est consacrée aux Barbus -Müller. Certains ont récemment été attribués à Antoine Rabany (1844-1919), cultivateur du Puy-de-Dôme, par Bruno Montpied (2017). Mais les attributions restent encore à être clarifiées pour la plupart des pièces. Le champ des découvertes s’est ouvert grâce aux recherches menées par la ville de Chambon-sur-Lac, à 40 kms de Clermont, en collaboration avec l’Université de Rennes II depuis 2020. Le maire de Chambon-sur-Lac a fait appel à deux universitaires travaillant déjà dans la région (Dominique Allios et Barbara Delamarre) pour valoriser la cabane où Rabany créait et faire des recherches sur sa vie. Dominique Allios et Barbara Delamarre ont cherché à mettre au jour les liens qu’aurait pu avoir Antoine Rabany avec un chantier de restauration qui s’est déroulé à la fin du XIXe siècle sur une église médiévale locale, et qui aurait pu inspirer ses propres créations. Ces initiatives ont permis de découvrir de nouvelles sculptures et des indices historiques qui précisent la personnalité d’Antoine Rabany et sa façon tout à fait particulière de travailler la pierre.

Y a-t-il d’autres créateurs méconnus dont votre musée conserve les œuvres ?

Oui, un artiste singulier, François Gerbal, toujours vivant, qui réside à l’hôpital Sainte Marie à Clermont-Ferrand. Il a été un peu mis de côté, alors que la Collection de l’Art Brut à Lausanne possède quelques-unes de  ses œuvres. Malgré le souhait d’un conservateur qui dans les années 1980 aurait souhaité poursuivre cette collection, il n’y pas eu de suites.

En revanche, je pense que s’agissant des Barbus Müller  d’autres recherches sont à mener s’agissant du cheminement des œuvres chez les antiquaires de Paris, Mâcon ou Lyon. Le volet « marché de l’art » qui a jusque-là été très peu exploré, m’intéresse.

Parlons communication et diffusion : l’affiche présentant l’exposition : avez-vous participé à son choix ? Y -t-il un catalogue ? un dépliant pour la visite ?

J’ai participé à la sélection des œuvres qui ont figuré sur les supports de communication et je les ai validés. Nous travaillons avec le service de la communication de la métropole, main dans la main. Le choix du graphisme de la vache retenue pour l’affiche a été unanimement validé. J’ai conçu tous les supports textes, le choix des œuvres, j’ai travaillé avec le scénographe qui avait bien sûr une très grande latitude d’action.

Comment s’est organisée l’association du jeune public ? l’association d’un autre type de public ? Vous êtes-vous engagée dans la partie pédagogique ?

J’ai conçu les supports texte, comme le dépliant d’aide à la visite, en collaboration avec le pôle médiation du musée. Nous avons en effet une équipe de deux médiatrices. Nous travaillons beaucoup avec les EPHAD, nous avons organisé beaucoup de communication hors les murs. Nous avons conçu des documents bilingue anglais-français pour les touristes étrangers, j’aurais voulu travailler avec le CHU mais cela ne s’est pas fait, faute de temps et de budget.

Quid du catalogue ?

 Je l’ai conçu, en fonction de la trame de l’exposition, j’ai fait appel à des spécialistes différents, comme Déborah Couette sur la thématique des « vaches », thème que Dubuffet avait déjà travaillé dans sa Normandie natale : cette exposition est partie en fait de la prédilection de Dubuffet pour les vaches et des Barbus Müller. Céline Delavaux  de formation littéraire a écrit un texte sur Alexandre Vialatte  et Jean Dubuffet, Bruno Montpied a bien sûr écrit sur les Barbus Müller, Dominique Allios et Barbara Delamarre ont écrit sur leurs recherches sur les sites médiévaux de Chambon-sur-Lac et sur la vie d’Antoine Rabany, Rachel Perry, que j’apprécie beaucoup et qui travaille beaucoup sur la matérialité des œuvres notamment celles de Dubuffet, a écrit un texte sur les Petites statues de la vie précaire. J’avais fait des recherches sur Lili Dubuffet une personne de l’ombre, mais je n’ai pas eu le temps de finaliser un article à son propos. Sophie Webel, de la fondation Dubuffet m’a beaucoup aidée tant sur la relecture que sur la reproduction fidèle des œuvres qui figurent dans le catalogue.

La presse a évoqué de façon détaillée le parcours et les objectifs de l’exposition :

Les œuvres que Dubuffet a créées à Durtol, les relations artistiques et littéraires qu’il a tissées en Auvergne, ainsi que sa vision de notre territoire. Pour autant, le rapport de cet artiste avec notre région n’a jamais été traité en tant que tel bien que le lien avec celle-ci soit fort. L’Auvergne est citée à plusieurs reprises dans ses écrits comme modèle d’authenticité en accord avec sa vision idéale de la ruralité.

Quelle a été la réaction des critiques, de la presse, du public ? Peut-on évoquer la fréquentation de l’exposition ?

La période de programmation à cheval entre l’été et l’automne nous a permis de recevoir un public très varié. L’exposition a beaucoup plu. En matière de presse je n’ai pas eu d’énormes retours, malgré la communication qui a été faite. En quatre mois nous avons reçu plus de 12 500 personnes ce qui correspond en général à notre fréquentation en 8 mois.

Un point important à signaler concernant cette exposition, oublié ici et que vous souhaitez préciser ?

Cela a été une vraie expérience humaine, cela a été pour moi une exposition d’envergure avec plus de 130 œuvres prêtées, plus de 30 prêteurs différents, cela est le résultat de nombreux et beaux échanges humains, les commentaires du public ont perçu également ce climat particulier qui a prévalu lors de la mise en place de l’exposition.

 Des projets ?

On ne peut pas encore les évoquer. Les projets d’exposition doivent être validés par la direction de la culture de la Métropole, par la direction du musée, mais je trouverais intéressante, par exemple, une exposition sur  le pneu dans l’art moderne et contemporain en lien avec l’histoire de Michelin, un sujet qui correspond au territoire et au thème de la matérialité des œuvres, thème qui recoupe l’art brut, le sujet de mes recherches.

 Enfin, hors les murs, nous souhaiterions travailler avec le Centre Pompidou, qui vient de recevoir une donation des œuvres de Slavko Kopač. J’espère pouvoir participer prochainement à une exposition sur cet artiste. La date reste à confirmer, il s’agirait d’un co-commissariat avec les auteurs de l’ouvrage évoqué ci-dessus (avec Fabrice Flahutez et Roberta Trapani) et avec la représentante du Centre Pompidou, Sophie Duplaix.

Je vous remercie.