Archives par mot-clé : Robert Delpire

L’exposition « Henri Cartier-Bresson » d’hier et d’aujourd’hui

L’exposition « Henri Cartier-Bresson »  écrit le Journal des arts, “a totalisé 424 535 visiteurs entre le 12 février et le 9 juin 2014, un record pour une exposition de photographies au Centre Pompidou”.

Soit en 101 jours d’ouverture, une moyenne quotidienne de 4 200 visiteurs. « Elle se classe comme l’exposition de photographies la plus fréquentée de l’histoire du Centre Pompidou”.

Remontons le temps à la recherche des expositions pionnières.

Les premières expositions rétrospectives d’Henri Cartier-Bresson à Paris ont eu lieu  au musée des Arts décoratifs en 1955 puis en 1966.

Octobre-novembre 1955 : Henri Cartier-Bresson. (Commissaires Robert Delpire, Henri Cartier-Bresson).

Voici grâce à la fondation Henri Cartier Bresson http://www.henricartierbresson.org/la petite revue de presse qui a pu être retrouvée, pour une exposition de quinze jours seulement, masquée par la grande rétrospective Picasso accueillant  dans les mêmes lieux, au Pavillon de Marsan le fameux tableau Guernica :

LATTES, Jean, « Henri Cartier-Bresson ou la volupté de l’œil », Journalistes reporters photographes, no 12, 1955.

MAUROIS, André, « Cartier-Bresson et Kant », Carrefour, 2 novembre 1955.

OURDIN, Georges, « Un grand artiste, M. Cartier-Bresson », Le Monde, 23 novembre 1955.

OSCHE, Madeleine, « Henri Cartier-Bresson, témoin et poète de notre temps », Le Leicaiste, no 27, novembre 1955, p. 5-7.

« The singularity of Cartier Bresson », article non signé, Industrial image, décembre 1955, p. 5- 6.

« Cartier-Bresson exhibition in the Louvre », article non signé, Leica fotografie, no 1, 1956, p. 13-14.

Deuxième rétrospective en 1966/1967 ; cette fois on dénombre les visiteurs, ils sont 23 448 du 30 novembre 1966 au 30 janvier 1967 : Le commissaire est François Mathey.

La revue de presse est plus fournie, l’intérêt (pour la photo et pour Cartier-Bresson) a grandi, la presse spécialisée est plus nombreuse, la presse généraliste plus intéressée et l’impact est international  :

–              « Musée des Arts décoratifs : Henri Cartier-Bresson », article non signé, Terre d’Images, no 33, novembre 1966.

CHARLES-ROUX, Edmonde, « Cartier-Bresson au musée des Arts décoratifs, une exposition sans bavardages », Les Lettres Françaises, 24 novembre 1966, p. 18.

WEISS, R. Margaret, « Encore at the Louvre : Henri Cartier-Bresson », Saturday Review, 26 novembre 1966, p. 23.

BOCCHI, Lorenzo, « Una sua mostra in una sala del Louvre. Bresson mago dell’obbietivo non vuol mai essere fografato », Corriere della sera, décembre 1966.

DENTAN, Yves, « Un portrait de Henri Cartier-Bresson », titre du journal non signalé, 3 décembre 1966.

DESCARGUES, Pierre, « Henri Cartier-Bresson : « La photographie, qu’est-ce que c’est ? », La Tribune de Lausanne, 4 décembre 1966.

MARCHAND, Sabine, « Au musée des Arts décoratifs, photographies d’Henri Cartier-Bresson », Le Figaro, 6 décembre 1966.

KEIM, Jean-A., « Au musée des Arts décoratifs, les 1 000 yeux de Cartier-Bresson », titre du journal non signalé, 8 décembre 1966.

CRESPELLE, Jean-Paul, « Cartier-Bresson (œil photographique) veut disparaître derrière ses photos », France Soir, 9 décembre 1966.

CUTLER, Carol, « Paris, Artists of Paint Camera », New York Herald Tribune, Washington Post, 13 décembre 1966.

CARTIER, Jean-Albert, « Au musée des Arts décoratifs, Henri Cartier-Bresson », Combat, 19 décembre 1966.

CHABAUD, Isabelle, « Le cœur du photographe », Ouest France, 21 décembre 1966.

FERMIGIER, André, « Un géomètre du vif », Le Nouvel Observateur, n° 109, 14-20 décembre 1966, p. 44-45.

GASSER, Manuel, « Henri Cartier-Bresson : Im Polizeirevier bei der Cartier Bresson – Ausstellung in Louvre (Paris) », Wettvoche Zurich, décembre 1966.

SCHWARTZ, Paul Waldo, « Paris sees the photos of an artist », New York Times, 20 décembre 1966.

« La photographie est un art », article non signé, Le Figaro, 29 décembre 1966.

HEYMANN, Danièle, « Cartier-Bresson ne croit plus à la photo », L’Express, 2-8 janvier 1967, p. 30-31.

PLECY, Albert, « Cartier-Bresson », Point de vue images du monde, 3 février 1967.

RUFFINI, Giovanna, « La mostra parigina del piu grande fotografo », Corriere di Napoli, 3 mars 1967.

Hélène Adant photographe française (1903-1985) est de tous les vernissages de cette époque au musée des arts décos et prend de cette exposition des instantanés savoureux  : http://bibliothequekandinsky.centrepompidou.fr/clientBookline/service/reference.asp?INSTANCE=INCIPIO&OUTPUT=PORTAL&DOCID=0843522&DOCBASE=CGPP

Les archives des vernissages des expositions du musée des arts décoratifs auxquels elle participe se trouvent au fonds Hélène Adant, à la Bibliothèque Kandinsky, au Centre Pompidou,  et la boucle est bouclée..

 

Cartier-Bresson : une nouvelle exposition du 12/02/2014 au 09/06/2014

Où a-t-il fait sa première exposition à Paris ? Au musée des Arts décoratifs en 1955 avec François Mathey et  Robert Delpire. 15 jours seulement pour le photographe alors peu connu. Il exposera à nouveau dans le même musée dix ans plus tard en 1966. Entretemps la photographie et le photographe seront connus et légitimés au musée.

cartier bresson

http://www.ina.fr/video/CPD12002955/le-siecle-de-cartier-bresson-video.html

http://www.centrepompidou.fr/cpv/agenda/expositions?agenda.dateCal=22-10-2013

” Dix ans après la disparition de l’artiste, le Centre Pompidou consacre au photographe français Henri Cartier-Bresson, figure emblématique de l’art moderne, la première grande rétrospective présentée en Europe, événement particulièrement attendu dans le monde de la photographie. En réunissant plus de trois cent cinquante tirages, films, documents et archives, cette exposition inédite propose une relecture des grands événements du XXe siècle à travers le regard de celui que l’on surnomme « l’oeil du siècle » : du Surréalisme à la Guerre froide, en passant par la guerre d’Espagne, la Seconde Guerre Mondiale et la décolonisation” :http://www.exponaute.com/expositions/8140-henri-cartier-bresson/

Ralf Lauren après les Arts décos, occupe les beaux-arts

« Le défilé et le dîner jet-set organisés par Ralph Lauren mardi 8 octobre à l’Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris ont mis le feu aux poudres. Pendant cinq jours, en raison de la préparation de l’événement, les étudiants n’ont pas pu accéder à quatorze ateliers de l’école. “On s’est fait déborder”, a concédé au Monde Nicolas Bourriaud, le directeur. Il a justifié la réquisition de l’établissement par le mécénat de 1,5 million d’euros conclu avec le groupe de prêt-à-porter américain pour équiper l’amphithéâtre d’honneur en matériel audiovisuel » : http://www.lemonde.fr/culture/article/2013/10/11/ralph-lauren-declenche-une-fronde-aux-beaux-arts_3493976_3246.html

 Ralf Lauren a déjà investi de façon spectaculaire, au sens propre du terme, le musée des Arts décoratifs en présentant cette fois sa collection de voitures de course (du 28 avril 2011 au 28 août 2011) : “Une sélection de ses plus prestigieuses voitures de sport des années 1930 à nos jours est présentée pour la première fois en Europe au musée des Arts Décoratifs […] A travers cette collection, Ralph Lauren démontre que l’automobile est un art majeur dessiné par les plus grands noms : Bugatti, Alfa Romeo, Bentley, Mercedes-Benz, Jaguar, Porsche et, bien sûr, Ferrari, point culminant de cet ensemble exceptionnel.”

http://www.lesartsdecoratifs.fr/francais/arts-decoratifs/expositions-23/archives-25/l-art-de-l-automobile-chefs-d/

En fait, s’agissant du caractère inédit de cette exposition, on joue ici un peu sur les mots car, le musée des Arts décoratifs a déjà par le passé exposé des automobiles, et ce à deux reprises :

“Bolide design”, du 31 janvier au 30 avril 1970, est une exposition organisée par le CCI dont le commissaire était Piero Fornasetti (1913-1988). Le musée des Arts décoratifs, dans un communiqué de presse datant de mars 2011, le rappelait d’ailleurs avec justesse :

« Une exposition rendant hommage à l’automobile n’est pas tout à fait une première dans l’histoire de l’institution. En 1970, Les Arts décoratifs présentaient une sélection de voitures de compétition “Bolide Design”. Un jury particulier issu du monde de l’art et du design avait alors été constitué autour de François Mathey pour composer cette exposition. Les designers Joe Colombo, Roger Tallon, Pio Manzù, les artistes Jean-Paul Riopelle, Jean Tinguely, Victor Vasarely, auxquels il faut ajouter Robert Delpire, avaient choisi les modèles avec l’idée de montrer que “l’art et la technique, chacun à leur niveau, sont l’expression de l’homme et de ses rapports avec la création” : le bolide comme objet de design, comme œuvre d’art. »

Un quasi-circuit automobile est installé dans la nef du musée, pour présenter ces bolides. L’exposition rencontre un vrai succès, (50 00 visiteurs). Le catalogue est préfacé par Jacques Chaban-Delmas, alors Premier ministre. Le commentaire des actualités cinématographiques consacrées à cette exposition évoque le rôle mythologique joué dans la société française par l’automobile.  Jean-François Jaeger concluait alors ainsi son article dans La Quinzaine : «  Aucune confusion de genre n’a sans doute été cherchée dans la manifestation du musée des Arts décoratifs, nous y trouverons le plaisir un peu masochiste de côtoyer des vedettes dont l’usage nous sera, hélas, refusé, objets de culte et mirages pour nos instincts de puissance. »

Autre exposition, liée au “BMW Art cars” des années 1970, celle de la Mercédès dessinée (“tunée ?!”)  par Alexandre Calder à la demande d’Hervé Poulain et destinée à la course des 24 Heures du Mans. François Mathey a accepté de la montrer très brièvement au musée en 1975 car il s ‘agissait là d’un phénomène de société qui subsiste d’ailleurs encore aujourd’hui  :

http://www.les24heures.fr/index.php/1975/208-1975-voitures/287-1975-93-bmw-calder