Archives par mot-clé : première rétrospective parisienne

La très attendue exposition “Cy Twombly”

Au Centre Pompidou : du 30 novembre 2016 au 24 avril 2017, est programmée la première rétrospective de l’œuvre de Cy Twombly, organisée en Europe depuis le décès de l’artiste survenu en 2011. Elle est donc très  attendue.

Elle bénéficiera  de la collaboration de la Cy Twombly Foundation et de son président Nicola del Roscio, de la Fondazione Nicola Del Roscio, à Gaeta et du soutien d’Alessandro Twombly, le fils de l’artiste.

“Elle reviendra sur la carrière de ce grand artiste américain. Construite autour de trois grands cycles: Nine Discourses on Commodus (1963), Fifty Days at Iliam (1978) et Coronation of Sesostris (2000), cette rétrospective propose un parcours chronologique de 140 peintures, sculptures, dessins et photographies entre l’héritage de l’expressionnisme abstrait américain et les origines de la culture méditerranéenne.

Si ses premiers travaux des années 1950 sont marquées par le primitivisme de l’époque, l’artiste achèvera sa carrière avec une oeuvre particulière, un plafond “bleu Giotto” rectangulaire réunissant une quarantaine de cercles d’autres couleurs figurant des boucliers antiques et sept cartouches portant le nom de sept sculpteurs célèbres de l’Antiquité grecque, commande du Musée du Louvre.

image_80

Rétrospective complète de l’oeuvre de Cy Twombly, elle souhaite souligner l’importance que celui-ci accorde aux cycles et aux séries dans lesquels il réinvente la grande peinture d’histoire.”

Toujours d’actualité pour découvrir l’oeuvre  de cet artiste, cette monographie intitulée ” Cy Twombly. Peindre, dessiner, écrire “(Paris, Éditions du Regard, 2004).

2016-08-15-21-28-48--2142378052

Et un site dédié à l’artiste retrace sa carrière artistique

Cy-Twombly-Fontainebleau-5-thumb-900x544-42564 pic01

 

 


Cy Twombly : Blooming, 2001 – 2008 Courtesy Archives Fondazione Nicola Del Roscio Photo : Studio Silvano, Gaeta © Cy Twombly Foundation
En savoir plus sur http://www.evous.fr/Exposition-Cy-Twombly-1190381.html#quGHmXqGKQwxXSih.99

 

 

LA PARTIE DE CAMPAGNE AU MUSÉE NATIONAL FERNAND LÉGER

c39d6ec4bf45248aacf3b0683040802778ba7f1bPour fêter les 50 ans de la Fondation Maeght,http://www.fondation-maeght.com/  le musée Léger de Biot accueille un tableau de l’artiste appartenant à la fondation :http://www.musees-nationaux-alpesmaritimes.fr/fleger/
LA PARTIE DE CAMPAGNE , ” chef-d’œuvre de Fernand Léger qu’il a réalisé en 1954. Pour cette présentation hors-les-murs, le tableau dialoguera avec les œuvres de la collection du musée, donnant à comprendre les étapes de travail de Léger qui “monte” sa composition afin de traduire son rêve d’un art pour tous au service d’une humanité fraternelle”.

Rappelons que c’est le musée des Arts décoratifs et François Mathey qui organisent la première rétrospective parisienne de l’œuvre de Léger, du 30 juin au 16 octobre 1956, après le décès de l’artiste, survenu le 17 août 1955, à Gif-sur-Yvette.

Le communiqué de presse du musée annonce la présentation de 100 œuvres couvrant la période de 1905 à 1955, figurent notamment Contrastes de formes  de 1913 ;  Adieu à New York, de 1946,  Hommage à David de 1948. Cette manifestation est organisée avec le concours des musées de Philadelphie, Bâle, le musée privé Kröller Muller, http://kmm.nl en Hollande, le Musée national d’art moderne de Paris, de grandes galeries privées et des collectionneurs, français et étrangers. L’exposition de 1956 va prendre en compte toutes les phases qui composent l’œuvre de cet artiste : outre la période cubiste, les années de guerre (1914-1918), la période mécanique et le retour à la figure (1918-1923), la préoccupation monumentale, la période puriste (1924-1927), les objets dans l’espace et leurs prolongements, à partir de 1928, puis la période américaine (1940-1945), ainsi que la dernière période française (1945-1955).

Cette exposition va voyager en Europe pendant plus d’un an, à Bruxelles, au Palais des Beaux-arts, dans un format plus réduit, d’octobre à novembre 1956 , puis à Amsterdam, au  Stedelijk Museum, du 11 décembre 1956 au 28 janvier 1957, puis à Munich, au Haus der Kunst de mars à mai 1957, au  Kunsthalle de Bâle, de mai à juin 1957, au Kunsthaus de Zurich, de juillet à août 1957, à Dortmund du 29 septembre au 27 octobre 1957, au Museum am Ostwall http://www.dortmund.de/en/index.html. François Mathey va consacrer beaucoup d’énergie à cette exposition itinérante : il l’organise à Munich puis l’accompagne à Bâle en mai 1957.

 

Autre invité cet été à Biot, John Armleder :

Actif depuis la fin des années 60, notamment au sein du groupe genevois Écart, l’artiste suisse John Armleder voit la reconnaissance de son œuvre à partir des années 80. Les « ameublements » ou « Furniture Sculpture », ainsi que l’artiste nomme ses agencements d’objets mobiliers « retouchés », le révèlent sur la scène internationale. Marquée par les propositions multimédias du mouvement Fluxus, l’œuvre d’Armleder questionne les notions d’authenticité et d’originalité et plus globalement l’art dans son rapport au réel. Les objets combinés à ses peintures, les formes élémentaires (rayures, pois) ou libres (coulures) comme l’ensemble des procédés mettant en scène son travail (échafaudages, plantes vertes, téléviseurs) interrogent la réception de ses œuvres, entre art et décoratif, objet et sujet et plus globalement entre art et vie. L’exposition que John Armleder a imaginée pour le musée national Fernand Léger poursuit cette interrogation qui, depuis l’émergence des avant-gardes artistiques au XXe siècle, constitue la réalité même de l’art.