Archives par mot-clé : Première guerre mondiale

Colloque “Art et Camouflage”

Le colloque “Art et camouflage” se déroulera les 14 et 15 décembre prochains à l’Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris : Ce colloque est proposé par Patrice Alexandre, artiste, ancien enseignant aux Beaux-Arts de Paris, Jean Yves Jouannais, critique d’art, essayiste, enseignant (Beaux-arts de Paris), Alexandre Lafon, historien, conseiller à la Mission du centenaire de la Première Guerre mondiale, Patricia Ribault, enseignante (Beaux-arts de Paris, Humboldt Universität Berlin) et Didier Semin, enseignant, (Beaux-arts de Paris), en collaboration avec le séminaire « Spatialisation de la mémoire » de l’Université Paris 1-Panthéon Sorbonne.

Avec le soutien de la Mission du centenaire 14-18, de la Première Guerre mondiale :

« Dans Autobiographie d’Alice Toklas, paru en 1933, Gertrude Stein raconte une anecdote restée célèbre : en 1914, Picasso, voyant, boulevard Raspail à Paris, un canon recouvert de motifs zébrés noirs, kaki et ocre, en partance pour le front, se serait écrié « c’est nous qui avons fait ça ! ». « Nous », c’est-à dire, bien entendu, les cubistes. L’affirmation n’était pas absurde. Guirand de Scevola, un portraitiste qui a créé dans l’armée française, au début de la Première Guerre mondiale, les « sections de camouflage», a dit même s’être inspiré des formes brisées de la peinture cubiste pour concevoir les premiers motifs destinés à dissimuler sur les champs de bataille combattants et matériels.”

 Si en 14-18, l’armée française crée donc la première section de camouflage ( dont l’emblème est un petit caméléon brodé sur un brassard rouge et blanc), il est moins sûr que ses activités soient inspirées du cubisme :

Ce « mythe cubiste » repose sur des bases fragiles. En fait, si certains liens existent en effet entre cubisme et camouflage, les cubistes n’ont pas été à l’origine de cette activité nouvelle au sein de laquelle ils ont toujours été en minorité. Car en 1915-1918, il s’agissait bien moins de décomposer les formes que d’imiter le plus scrupuleusement possible la nature afin de dissimuler armements, positions, routes, véhicules, etc. Ainsi, même si cette vision des choses paraît moins séduisante, peut-être est-il temps de reconnaître que ce sont finalement les décorateurs de théâtre, d’opéra ou de cinéma qui ont donné le ton dans cette pratique nouvelle.

A découvrir dans le programme : prg-Colloque-CAMOUFLAGE-cahier-maison-DEF.-1.12.18

L’artiste et le musée du mois : Courbet au musée Rath

courbet_montagneGustave Courbet (1819-1877), Panorama des Alpes, vers 1876
Huile sur toile – 140 x 64 cm, Genève, Musée d’Art et d’Histoire
Photo : Bettina Jacot-Descombes/MAH de Genève

Vu sur la Tribune de l’Art,http://www.latribunedelart.com/geneve-achete-un-panorama-des-alpes-de-gustave-courbet l’acquisition récente d’un tableau de Courbet par le musée d ’Art et d’Histoire de Genève : le tableau sera présenté pour la première fois dans l’exposition « Courbet, les années suisses » qui aura lieu au Musée Rath du 5 septembre 2014 au 4 janvier 2015 : http://institutions.ville-geneve.ch/fr/mah/expositions-evenements/expositions/gustave-courbet/2014-Courbet-visuel-expo-gde

Le “Panorama des Alpes” représente les massifs des Dents du Midi et du Grammont vus depuis la terrasse de la maison de “Bon Port”, à la Tour-de-Peilz (VD), a indiqué mardi le Musée d’art et d’histoire de la Ville de Genève. C’est là que Gustave Courbet a vécu ses années d’exil politique, de 1874 à sa mort en 1877. http://www.lacote.ch/fr/regions/geneve/geneve-achete-le-panorama-des-alpes-de-gustave-courbet-2139-1297300#sthash.ZJqixty8.dpuf

Juliette Courbet, sœur et légataire universelle du peintre, a possédé ce tableau jusqu’à sa mort en 1915, a expliqué Laurence Madeline, responsable du pôle beaux-arts au musée. Il est ensuite passé par ses héritiers avant d’être acheté par un collectionneur privé, dans les années 1920-1930, puis par un autre. Mme Madeline a retrouvé sa trace lors de ses recherches en vue de l’exposition “Gustave Courbet. Les années suisses”, prévue en septembre au Musée Rath. Pour la conservatrice en chef, le Musée d’art et d’histoire se devait d’acquérir “cette vue idéale des Alpes, qui enrichit notre collection de paysages alpins”  http://www.swissinfo.ch/fre/nouvelles_agence/international

Sur la réception des œuvres de Courbet voir : Réceptions de Courbet – Fantasmes réalistes et paradoxes de la démocratie (1848-1871) de Thomas Schlesser, paru en 2007 : http://www.lespressesdureel.com/ouvrage.php?id=925

171260325_zoom945Le Musée Rath “est un symbole de l’intérêt des Genevois pour les arts. Lieu culturel prestigieux, il accueille les grandes expositions temporaires du Musée d’art et d’histoire. Entre 1916 et 1919, le musée cessa son activité à cause de la Première Guerre mondiale. Il fut occupé par l’Agence internationale des prisonniers de guerre mise sur pied par le CICR: elle servait d’intermédiaire entre les prisonniers et leurs familles. Une exposition retracera prochainement ce pan d’histoire locale”: l’exposition du 30 avril 2014 au 20 juillet 2014 s’intitule “Humaniser la guerre” : http://institutions.ville-geneve.ch/fr/mah/expositions-evenements/expositions/humaniser-la-guerre/

2014_Humaniser-la-guerre-gde-affiche

 

 

EFG1914, European Film Gateway 1914

EFG1914 est un projet de numérisation incluant ​​des films et du matériel non-filmique, connexe, relatifs à la Première Guerre mondiale. Ce projet a débuté le 15 Février 2012 et dure deux ans. 26 partenaires y sont associés, dont 21 fonds d’archives cinématographiques européennes, ils poursuivent les objectifs suivants : http://project.efg1914.eu

EFG1914 is a digitisation project focusing on films and non-film material from and related to World War I.  It started on 15 February 2012 and runs for two years. 26 partners, among them 21 European film archives, are working towards the following  main goals : http://project.efg1914.eu

Voir à ce propos le commentaire de  sur un carnet d’hypothèses  : Le centenaire de la Première Guerre Mondiale et le European Film Gateway 1914 :  http://musermeku.hypotheses.org/968

Voir la Grande Guerre ailleurs qu’en France

L’année de commémoration de la Grande Guerre donne lieu à plusieurs mises en ligne en France mais aussi en Europe.

A cet égard signalons deux sites, un italien et un autrichien, qui mettent en ligne des photographies, des affiches ou des dessins de cette époque :

Vedere la Grande Guerra, Immagini della prima guerra mondiale :http://movio.beniculturali.it/mcrr/immaginidellagrandeguerra/index.php?pageId=1

La bibliothèque de la ville de Vienne : First World War in Vienna : https://erster-weltkrieg.wien.gv.at/site/

Sur les cent ans de la première guerre mondiale à Vienne, voir les nombreuses expositions à Vienne sur les années 1914 à 1918 : http://www.wien.info/fr/sightseeing/museums-exhibitions/world-war-one