Archives par mot-clé : Photographies

(Re)Découvrir des musées en régions

Exposition temporaire en cours au musée des Beaux-Arts de Lyon.

Grâce aux cours dispensés par L’École du Louvre  en régions, voici une série de musées à  (re)découvrir sur l’ensemble du territoire : ces cours débutent en septembre ou début octobre 2019 : leurs thèmes sont sans rapport direct avec les expositions temporaires en cours (ou à venir) dans ces divers lieux :
 

À Limoges, à l’école publique d’ingénieurs,  l’ENSIL:
De la manie érigée en art : portraits de collectionneurs, des Borgia aux Rotchschild 
Cycle thématique à partir du 3 octobre 2019.
Musée  Adrien Dubouché
Inscription en ligne. 
 
 
Exposition archivée : Entre Chine et Limoges, une expérience de céramique contemporaine. 1er février - 23 avril 2018.

À Lyon, au musée des Beaux-Arts :
Initiation à l’histoire générale de l’art en Europe (deuxième année) 
Cycle d’initiation à l’histoire générale de l’art à partir du 7 octobre 2019.
Musée des beaux-Arts de Lyon
Inscription en ligne .

 
Exposition en cours : Jusqu'au 22 septembre :L’art et la matière. Prière de toucher vous invite à vivre une nouvelle expérience sensorielle de la sculpture. Offrez à la paume de vos mains une contemplation tactile de chefs-d’œuvre de la figure humaine de l’Antiquité au XXe siècle.
 
À Marseille, au MuCEM
Initiation à l’histoire générale de l’art en Europe (troisième année)
Cycle d’initiation à l’histoire générale de l’art à partir du 2 septembre 2019.
MuCEM
Inscription en ligne.
Exposition en cours : Jean Dubuffet, un barbare en Europe. Vue de l'exposition© Solene de Bony Dubuffet(DR). 
 
À Montpellier, au Musée Fabre
“Bonjour Monsieur Courbet” : l’art vivant de Gustave Courbet
Cycle thématique à partir du 17 septembre 2019.
Musée Fabre
Inscription en ligne.
Exposition en cours : VINCENT BIOULÈS - CHEMINS DE TRAVERSE

15 juin 2019 - 6 octobre 2019
  Vincent Bioulès, L’Ile Maïre I, juin 1994-mars 1995, huile sur toile, 200 x 300 cm, Collection du Musée d’Art de Toulon, photo Aleksander Rabczuk, © ADAGP, Paris, 2019.     
 
À Nancy, au musée des Beaux-Arts
Michel-Ange : grandeur et postérité
Cycle thématique de 5 séances à partir du 3 octobre 2019.
Musée des Beaux-Arts de Nancy
Inscription en ligne.
Exposition à venir :

Arlene Gottfried :
La rue nous appartient - New York, 1970-1980. Exposition temporaire présentant environ 80 photographies de l'artiste ; en lien avec "Fire on fire - Art Music/Street Club Studio" organisé dans la galerie Poirel.
 
À Nevers, au Palais Ducal
Tout ce qui brille : l’apogée des arts précieux 
Cycle thématique à partir du 23 septembre 2019.
Musée de la Faïence
Inscription en ligne.
Exposition en cours : Le verre au cœur de la France 7 avril – 22 septembre 2019


À Nice, au musée d’art moderne et d’art contemporain
Initiation à l’histoire générale de l’art en Europe (première année) 
Cycle d’initiation à l’histoire générale de l’art à partir du 19 septembre 2019.
Musée d’art moderne et d’art contemporain
Inscription en ligne.
 
Exposition en cours : le diable au corps*. Quand l’Op Art électrise le cinéma. Dans le cadre de la biennale des arts Nice 2019 : L’Odyssée du cinéma. La Victorine a 100 ans. 17 mai - 29 septembre 2019.


Henri-Georges Clouzot, Serge Bromberg et Ruxandra Medre, L’Enfer,1964, Photogramme Scénario de Henri-Georges Clouzot, José-André Lacour et Jean Ferry Avec Romy Schneider et Serge Reggiani . © 2009 Lobster Films / France 2 Cinéma Avec l’autorisation de mk2 films.(DR)


A Nîmes, au Musée de la Romanité
L’art romain : un art à part entière. 
Cycle thématique à partir du 8 octobre 2019.
 

Buste masculin, détail du décor incisé. Époque
préromaine, VIè siècle av. J.C.  Sainte-Anastasie, Gard. Camp Guiraud. Photographie Claire Buttner (DR).
Exposition en cours, prolongation exceptionnelle jusqu’au 20 octobre 2019: Pompéi,un récit oublié.
À Niort, au musée Bernard d’Agesci
Les cabinets de curiosités, entre découverte et connaissance (XVe siècle -XVIIe siècle).
Cycle thématique à partir du 8 octobre 2019.
Musée Bernard d’Agesci
Inscription en ligne. 
Exposition en cours:Bernard d’Agesci, Forgeur d’Histoires à Niort.
À Reims, au Musée des Beaux-Arts de Reims
Lumière et couleurs : quelques aspects de l’histoire de l’art du vitrail.
Cycle thématique à partir du 7 octobre 2019.
Musée des Beaux-Arts de Reims
Inscription en ligne.
 
Exposition en cours : 
Regard sur... Le portrait au siècle de Colbert. 

Ecomusées, musées de société : quelques expositions d’été

Grâce à la carte interactive établie par la FEMS – Fédération des écomusées et des musées de société, il est possible de faire un tour des expositions de l’été dans ces musées  de toutes sortes qui ne sont ni Beaux-arts, ni consacrés aux sciences. Il sont destinés à valoriser le patrimoine matériel (outils, habitat…) et immatériel (savoir-faire, métier…) d’un territoire et d’une population. Leurs expositions temporaires racontent  une histoire locale, nationale et internationale,  à travers la photographie, le cinéma, les métiers et leurs outils,  la céramique ou les papiers peints panoramiques. En voici  quelques exemples :

–  Dans le Nord, à Lewarde, le Centre Historique Minier créé en 1982 et qui reçoit 150 000 visiteurs par an en moyenne, propose une exposition des photographies de Thierry Girard, qui a photographié l’environnement des mines dans les années 80, au moment de leur fermeture. Cette exposition présente un “avant – après”, conçu comme un carnet de voyage, mêlant des photos des années 70-80 et d’aujourd’hui. Carnets du Nord :

Au sein de l’exposition, un espace de consultation permet de découvrir les travaux d’autres photographes qui ont travaillé sur le thème du paysage : Naoya Hatakeyama, Charles Delcourt, Sophie Deballe à travers leurs catalogues d’expositions. Par ailleurs, les visiteurs sont invités à réaliser leurs propres photographies.

-Sur la façade Atlantique, en Bretagne “L’Empreinte de Rome” – au Port musée de Douarnenez  :

“Parfois perçue comme une région peu romanisée, la péninsule armoricaine dévoile aujourd’hui aux scientifiques un tout autre visage : cette pointe avancée de la province lyonnaise a connu une intégration complète à l’Empire romain.

Le  nom du Douarneniste le plus ancien connu, Caius Varenius Varus, figure sur une dédicace à Neptune. A la faveur de cette exposition, le Port-musée questionne l’héritage latin insoupçonné d’une région revendiquant sa celticité”.

 

 

A l’occasion du 30e anniversaire du musée des Phares et Balises d’Ouessant, Le Port-musée s’associe à cette démarche en programmant 2 films :

Le Chant de la mer. Film irlandais d’animation pour enfants  de Tom Moore, et Un Feu d’enfer. Documentaire 2018 .

Dans les Landes, le plus ancien des écomusées, celui de Marquèze,  évoque un photographe,  Émile Vignes, le “Nadar du pignadar”. Du 3 juillet au 31 août : Les photographies constituant cette exposition ont été puisées parmi les photographies les plus célèbres et représentatives de l’œuvre d’Emile Vignes, photographe landais (1896-1983) qui a immortalisé les scènes de vie quotidienne des Landes de 1916 aux années 1950.

Emile Vignes, « Après la tempête. Le Ellen échoué ». Capbreton, hiver 1928. Photo éditée dans le Pictorial Photography in America  et primée.

A Mane, dans les Alpes-de-Haute-Provence, au Prieuré de Salagon,  le céramiste et peintre chinois Bai Ming est accueilli du 29 juin au 28 octobre : Ming / La Lumière : Artiste largement reconnu en Chine, Bai Ming expose depuis plusieurs années en Europe : après le musée Cernuschi à Paris et Lisbonne, il a souhaité présenter ses œuvres – céramiques et peintures – dans l’église du prieuré de Salagon, sous les vitraux d’Aurélie Nemours.

salagon-museeprogramme-2018

Au musée Dauphinois à Grenoble,  ce sont les jeux Olympiques de 1968 qui font l’exposition : l’héritage culturel des Jeux  comprend notamment la fresque de l’artiste Pierre Vasarely qui avait orné les tribunes de l’Anneau de vitesse dans le parc Paul-Mistral).

Jean Dewasne avait aussi contribué  au décor en créant  des panneaux pour la pour le Stade de Glace de la ville :

Jean Dewasne (1921 – 1999) /Projet pour la décoration du stade de glace de Grenoble : 4ème élément/1967 – 1968/Gouache sur papier bristol/20 x 44,9 cm/Donation M. Daniel Cordier, 1989. Centre Pompidou.

-L’écomusée du Creusot évoque Mai 68 en photographies :

MAI 68, 50 ANS APRÈS En 1968, au Creusot, Paul Dalliance, photographe amateur, immortalise les acteurs et les événements. 50 ans après, il décide de faire don à l’Écomusée de la centaine de clichés préservés par le temps. Près de 80 ont été sélectionnés pour constituer la colonne vertébrale de l’exposition. Ils sont complétés par un fonds d’archives privé, prêté à l’Écomusée pour l’occasion. L’exposition s’appuie également sur la presse de l’époque, les archives des syndicats, les rapports et les télégrammes échangés entre les différents services de l’État et donne la parole aux principaux témoins ou acteurs pour proposer une radiographie locale des événements.

-En Haute-Saône au Musée départemental des arts et traditions populaires Albert et Félicie Demard à Champlitte :

L’exposition Murs & Merveilles. La papier peint s’expose au salon  : le musée s’est associé avec  le Musée du papier peint à Rixheim, le Centre de documentation Joseph Dufour à Tramayes, le Château de Saulx-de-Vesoul. Le musée de Champlitte présente des papiers panoramiques, prêtés ou issus de ses collections permanentes. Le panoramique Les Sauvages de la mer Pacifique de Dufour, (1804), dernière installation des marquis de Toulongeon au château de Champlitte, en est le point de départ. Œuvre réalisée pour agrémenter un salon d’hiver, ce décor fantasmé et exotique projette toutes les envies des propriétaires de l’époque. Installé au début du siècle, il témoigne de l’engouement de ce type de sujet auprès de différents collectionneurs.

-En Haute Vienne :

 

 

 

 

A Saint-Léonard-de-Noblat au Moulin du Got, une dizaine d’artistes présentent leurs créations originales en papier sur le thème des contes des cinq continents. Des sculptures, tableaux, découpages, peintures, pop up … illustrent les récits d’un patrimoine universel, plongent petits et grands dans un univers familier et les fait voyager vers d’autres cultures.

D’autres écomusés, en Alsace, dans les Vosges et ailleurs, ont rejoint la FEMS qui inclut également des musées des pays voisins.

 

Dianne Bos : The Sleeping Green et ses poètes

Ploegsteert, Belgique, 2014 © Dianne Bos – Centre Culturel Canadien

L’espoir renaît toujours. Tel était le titre de l’exposition présentée au Centre  Culturel canadien qui vient de s’achever : « The Sleeping Green », sous-titré par le Centre Culturel Canadien « Un no man’s land cent ans après » :

« Dianne Bos : The Sleeping Green » est une véritable évocation enchantée d’un passé pourtant rougi du sang de millions d’hommes, de femmes et d’animaux tombés au champ d’honneur.          Coquelicot, Ploegsteert, Belgique, 2014 © Dianne Bos

Mémorial britannique de la Première Guerre mondiale à Ploegsteert.

 À l’aide de photographies réalisées via des boîtiers généralement très anciens (dont une chambre noire), Dianne Bos exploite toute la force esthétique du format carré pour parler, poétiquement, de cette guerre qui fit débuter le XXe siècle sous l’égide de l’horreur. Aberration chromatique, flou de bougé, flare et autres décolorations partielles ne doivent pas ici être considérées comme des erreurs techniques de la part d’un photographe débutant maîtrisant encore mal son appareil photo. Dianne Bos a volontairement choisi de mettre en scène les failles de ses anciens boîtiers de sorte à en faire surgir un lyrisme étonnant : utiliser des faiblesses pour mieux parler du chagrin, de l’horreur de la guerre, de la perte, mais aussi et surtout de l’espoir qui pourtant, renaît toujours”.

« Un no man’s land cent ans après ». Encore faut-il avoir en tête un code culturel typique des pays du Commonwealth pour pouvoir le déceler et comprendre le message. Dans l’exposition d’indénombrables taches écarlates, brillantes ou sourdes, fanées ou éclatantes : Ce sont des coquelicots, qui constellent de pourpre les photographies de Dianne Bos. Le coquelicot rouge, au Canada comme au Royaume-Uni, est devenu un symbole parfaitement éloquent de la question du souvenir, le « poppy » :

Comme le rappelle le musée canadien de la guerre, on trouve ses racines dans les écrits du poète et soldat canadien John McCrae et son poème le plus connu, « Au champ d’honneur » :

 

Manuscrit de “In Flanders fields. John McCrae a écrit ce poème pendant la Bataille d’Ypres. Cela deviendra le plus célèbre poème de guerre. Source : Bibliothèque et Archives Canada/C-128809).

L’exposition évoque également Break of Day in the Trenches, du poète britannique  Isaac Rosenberg, décédé en 1918 dans les tranchées.

  • Vues de l’ exposition au Centre culturel canadien :

  • Évocations canadiennes de la Bataille d’Ypres :

Richard Jack (1866-1952), La deuxième bataille d’Ypres, décembre 1917. Collection d’art militaire galerie d’art de Beaverbrook.

 

Hommage à Lucien Clergue, aux origines de l’exposition photographique

Capturelucien“Il a réalisé 800 000 clichés et est l’initiateur des “Rencontres d’Arles” : le photographe Lucien Clergue est mort cette nuit à l’âge de 80 ans. 

Le revoir : http://france3-regions.francetvinfo.fr/provence-alpes/2014/11/15/le-photographe-arlesien-lucien-clergue-est-decede-592660.html

Lucien Clergue était très fier d’avoir été exposé par Steichen au  Museum of Modern Art de New York en 1961 et au
“Louvre (musée des Arts décoratifs)” en 1962. Le commissaire de cette exposition parisienne, était François Mathey.

Dans notre entretien du 21 mai 2011 , il se souvenait avoir eu cette chance grâce à une première exposition de ses photographies à Zurich : “J’avais exposé en 1958 au musée des Arts et métiers de Zurich. Le musée était mitoyen avec l’École des arts et métiers, qui était très célèbre en Europe et où avaient étudié les grands noms de la photographie suisse : Robert Franck, Burri, Werner Bischoff (qui est mort trop jeune). L’exposition d’Edward Steichen, « Family of man », était montrée au même moment dans ce musée. C’est donc à ce moment-là qu’Edward Steichen, ou son assistante Grace Mayer ont dû voir mon travail. Il a acheté neuf de mes photos qui sont ainsi entrées dans le fonds photographique du MoMA. J’ai ensuite été exposé au MoMA deux ans plus tard, en 1961, aux côtés de Yasuhiro Ishimoto et de Bill Brandt : Edward Steichen faisait une série d’expositions intitulées « Diogenes with a camera » et m’a fait figurer dans la cinquième et dernière d’entre elles. J’avais vingt-sept ans, c’était inespéré. Edward Steichen a achevé sa carrière au musée sur cette exposition”.

Comment  Mathey a-t-il eu l’idée d’organiser cette exposition ? Je n’en sais rien, peut-être avait-il entendu parler de l’exposition de New York. Il était dans une veine d’expositions de photographes, il avait exposé auparavant Cartier-Bresson, puis après moi, je crois, Denis Brihat. Nous avons préparé ensemble l’exposition, avec son assistante,  (Yolande Amic) et avec qui nous avons réglé bien des détails”.

A l’époque, par exemple, j’ai réalisé et payé l’affiche (le musée n’avait pas de moyens pour cela). Je l’ai même distribuée moi-même rue de Rivoli, au grand dam de Jean Cocteau ! Avec l’accord de François Mathey, l’affiche mentionnait que l’exposition se déroulait au « Louvre, Pavillon de Marsan, musée des Arts décoratifs ». On avait l’impression d’exposer au Louvre, ce qui est vrai, d’une certaine façon, puisqu’il s’agit des bâtiments du Louvre. Pour accéder à l’exposition, on montait le grand escalier pour se diriger vers de grandes salles, à droite, munies de grandes fenêtres.”
Les lieux d’expositions étaient rares à cette époque : le musée des Arts décoratifs était connu pour favoriser la photographie mais il n’y avait pas beaucoup d’autres lieux d’exposition, ni d’ailleurs de marché :
Il n’y avait pas grand-chose, c’est d’ailleurs pourquoi j’ai créé en 1970 les Rencontres de la photographie d’Arles. À vrai dire, c’était le vide sidéral ! Le seul lieu valable c’était le hall de la Bibliothèque Nationale, rue de Richelieu, où une fois par an, dans le cadre d’un concours national mélangeant amateurs et professionnels, nous montions les photos sur des panneaux en bois.”

La photographie n’était pas alors considérée comme un art  : ” Le fait d’avoir exposé au MoMA à New York a déclenché toutefois des choses. L’exposition chez François Mathey a provoqué quant à elle la réaction de Jean-Marie Drot qui est venu, pour la télévision, réaliser un film sur moi, à Arles, accompagné de toute son équipe. Il avait déjà réalisé toute une série d’émissions sur les artistes contemporains, cela a donc joué un rôle certain dans la reconnaissance de mon travail. Mais il ne faut pas oublier qu’à l’époque, le MNAM ne s’occupait pas du tout de la photographie, il n’y avait pas de galeries, ni à Paris, ni à New York et pas d’amateurs ni de collectionneurs non plus : il n’y avait pas de marché. Mon exposition à New York en 1961 n’a pas abouti à la signature d’un quelconque contrat avec une galerie, cela n’existait tout simplement pas à l’époque”.

Il exposait des nus dans la mer, des animaux, des études de marécages. Lucien Clergue avait bien voulu témoigné sur Mathey et cette exposition dont il se souvenait avec plaisir : “Jean Cocteau, Georges Mathieu, Michel Tournier, César étaient présents au vernissage“. Mathey avait “un côté très humain, très direct, il se mettait au service de l’artiste, il n’y a pas eu de heurts. D’autres artistes m’ont fait part de son comportement très respectueux, il était merveilleux. Il n’était pas très grand, sa corpulence lui donnait un air un peu terrien, accroché à la terre, il était sans doute d’origine paysanne, il faisait preuve vis-à-vis de moi, si jeune, de beaucoup d’attention : c’était très agréable”.

Lucien Clergue est retourné plus tard au musée des Arts décos : “Beaucoup plus tard, car une partie de mon travail a consisté à réaliser des surimpressions de photos de nus ou de corridas sur des tableaux, j’ai eu l’accord de Marie-Claude Beaud[1] pour aller dans les salles du musée prendre quelques photos, mais je suis allé plus souvent au Louvre dans le cadre de ce travail”.

corrida


Le tournage du Testament d’Orphée par Lucien Clergue : Le photographe Lucien  CLERGUE raconte le tournage du film Le Testament d’Orphée dans le Val d’Enfer des Baux de Provence : http://www.ina.fr/video/I00006527

[1]Directrice générale des musées de l’UCAD (et directrice du musée de la Publicité), de 1996 à 1999.

L’exposition « Henri Cartier-Bresson » d’hier et d’aujourd’hui

L’exposition « Henri Cartier-Bresson »  écrit le Journal des arts, “a totalisé 424 535 visiteurs entre le 12 février et le 9 juin 2014, un record pour une exposition de photographies au Centre Pompidou”.

Soit en 101 jours d’ouverture, une moyenne quotidienne de 4 200 visiteurs. « Elle se classe comme l’exposition de photographies la plus fréquentée de l’histoire du Centre Pompidou”.

Remontons le temps à la recherche des expositions pionnières.

Les premières expositions rétrospectives d’Henri Cartier-Bresson à Paris ont eu lieu  au musée des Arts décoratifs en 1955 puis en 1966.

Octobre-novembre 1955 : Henri Cartier-Bresson. (Commissaires Robert Delpire, Henri Cartier-Bresson).

Voici grâce à la fondation Henri Cartier Bresson http://www.henricartierbresson.org/la petite revue de presse qui a pu être retrouvée, pour une exposition de quinze jours seulement, masquée par la grande rétrospective Picasso accueillant  dans les mêmes lieux, au Pavillon de Marsan le fameux tableau Guernica :

LATTES, Jean, « Henri Cartier-Bresson ou la volupté de l’œil », Journalistes reporters photographes, no 12, 1955.

MAUROIS, André, « Cartier-Bresson et Kant », Carrefour, 2 novembre 1955.

OURDIN, Georges, « Un grand artiste, M. Cartier-Bresson », Le Monde, 23 novembre 1955.

OSCHE, Madeleine, « Henri Cartier-Bresson, témoin et poète de notre temps », Le Leicaiste, no 27, novembre 1955, p. 5-7.

« The singularity of Cartier Bresson », article non signé, Industrial image, décembre 1955, p. 5- 6.

« Cartier-Bresson exhibition in the Louvre », article non signé, Leica fotografie, no 1, 1956, p. 13-14.

Deuxième rétrospective en 1966/1967 ; cette fois on dénombre les visiteurs, ils sont 23 448 du 30 novembre 1966 au 30 janvier 1967 : Le commissaire est François Mathey.

La revue de presse est plus fournie, l’intérêt (pour la photo et pour Cartier-Bresson) a grandi, la presse spécialisée est plus nombreuse, la presse généraliste plus intéressée et l’impact est international  :

–              « Musée des Arts décoratifs : Henri Cartier-Bresson », article non signé, Terre d’Images, no 33, novembre 1966.

CHARLES-ROUX, Edmonde, « Cartier-Bresson au musée des Arts décoratifs, une exposition sans bavardages », Les Lettres Françaises, 24 novembre 1966, p. 18.

WEISS, R. Margaret, « Encore at the Louvre : Henri Cartier-Bresson », Saturday Review, 26 novembre 1966, p. 23.

BOCCHI, Lorenzo, « Una sua mostra in una sala del Louvre. Bresson mago dell’obbietivo non vuol mai essere fografato », Corriere della sera, décembre 1966.

DENTAN, Yves, « Un portrait de Henri Cartier-Bresson », titre du journal non signalé, 3 décembre 1966.

DESCARGUES, Pierre, « Henri Cartier-Bresson : « La photographie, qu’est-ce que c’est ? », La Tribune de Lausanne, 4 décembre 1966.

MARCHAND, Sabine, « Au musée des Arts décoratifs, photographies d’Henri Cartier-Bresson », Le Figaro, 6 décembre 1966.

KEIM, Jean-A., « Au musée des Arts décoratifs, les 1 000 yeux de Cartier-Bresson », titre du journal non signalé, 8 décembre 1966.

CRESPELLE, Jean-Paul, « Cartier-Bresson (œil photographique) veut disparaître derrière ses photos », France Soir, 9 décembre 1966.

CUTLER, Carol, « Paris, Artists of Paint Camera », New York Herald Tribune, Washington Post, 13 décembre 1966.

CARTIER, Jean-Albert, « Au musée des Arts décoratifs, Henri Cartier-Bresson », Combat, 19 décembre 1966.

CHABAUD, Isabelle, « Le cœur du photographe », Ouest France, 21 décembre 1966.

FERMIGIER, André, « Un géomètre du vif », Le Nouvel Observateur, n° 109, 14-20 décembre 1966, p. 44-45.

GASSER, Manuel, « Henri Cartier-Bresson : Im Polizeirevier bei der Cartier Bresson – Ausstellung in Louvre (Paris) », Wettvoche Zurich, décembre 1966.

SCHWARTZ, Paul Waldo, « Paris sees the photos of an artist », New York Times, 20 décembre 1966.

« La photographie est un art », article non signé, Le Figaro, 29 décembre 1966.

HEYMANN, Danièle, « Cartier-Bresson ne croit plus à la photo », L’Express, 2-8 janvier 1967, p. 30-31.

PLECY, Albert, « Cartier-Bresson », Point de vue images du monde, 3 février 1967.

RUFFINI, Giovanna, « La mostra parigina del piu grande fotografo », Corriere di Napoli, 3 mars 1967.

Hélène Adant photographe française (1903-1985) est de tous les vernissages de cette époque au musée des arts décos et prend de cette exposition des instantanés savoureux  : http://bibliothequekandinsky.centrepompidou.fr/clientBookline/service/reference.asp?INSTANCE=INCIPIO&OUTPUT=PORTAL&DOCID=0843522&DOCBASE=CGPP

Les archives des vernissages des expositions du musée des arts décoratifs auxquels elle participe se trouvent au fonds Hélène Adant, à la Bibliothèque Kandinsky, au Centre Pompidou,  et la boucle est bouclée..