Archives par mot-clé : photographie

Photographier paysages et ruines

Photographe français né en 1976, Thomas Jorion vit à Paris et parcourt le monde entier pour réaliser ses paysages singuliers et intemporels. Photographe autodidacte, il réalise ses images en lumière naturelle à l’aide d’un appareil photographique analogique grand format. Il capture des lieux en ruines ou délaissés.

Thomas Jorion figeait les ruines de l’empire colonial français dans le cadre de la série intitulée Vestiges d’Empire, des édifices abandonnés datant de la période coloniale française. Cette série a été présentée à la galerie DX à Bordeaux en 2017 :

Renaissance, Villa Kep, Cambodge.
© Thomas Jorion
Tribunal de Première Instance, Chandernagor, Inde, 2016.
© Thomas Jorion

L’exposition en cours s’intitule Veduta : le photographe propose cette fois une plongée dans l’Italie d’autrefois. Jusqu’au 13 avril 2019 :

A la Galerie Esther Woerdehoff, ouverte du Mercredi au Samedi, de 12h à 19h. 36 rue Falguière, 75015 Paris.

Ses photographies figurent dans les collections des musées :

Au Musée Nicéphore Niepce, à Chalon-sur-Saône :


© Thomas Jorion

A la National Gallery of Victoria, Melbourne, Australie : deux photographies issues de la série réalisée sur l’étrangeté intemporelle des lieux abandonnés :

Blednik, Pologne. © Thomas Jorion

Voir également la conférence ‘Autour de Thomas Jorion’, Cité de l’architecture, Paris, février 2018 avec Monique Sicard (CNRS) : co- auteure de :

La fabrique photographique des paysages avec Aurèle Crasson, Gabrielle Andries.

et Marianne Jakobi, Historienne de l’art comtemporain, co-auteure de l’ouvrage :

Élaborer, transmettre, créer. Essais pour une histoire de l’art diachronique et pluridisciplinaire. Fabienne Colas Rannou, Marianne Jakobi.

Thomas Jorion – Vestiges d’empire, un entretien de 2016 :

Sur la poésie des ruines, voir l’ouvrage de l’archéologue Alain Schnapp, paru en 2015 Ruines : Essai de perspective comparée.

Expo 2015, « Food in Art », Demetrio Paparoni, Celant et l’Arte povera

 » Le critique d’art Demetrio Paparoni,  a adressé une lettre ouverte au maire de Milan, Giuseppe Pisapia, au commissaire de l’Exposition universelle, Giuseppe Sala, et au commissaire gouvernemental pour l’exposition, Raffaele Cantone, pour se plaindre du salaire accordé à Germano Celant. « C’est immoral, écrit celui qui considère qu’en Italie, il existe des retraites à 800 euros par mois ; que Pompéi s’écroule ; que le jeune art italien est inexistant à l’étranger, à cause des mandarins du système de l’art italien qui ne promeuvent qu’eux-mêmes ; que le directeur des Offices de Florence gagne 1 890 euros par mois et que les salles du même musée ne sont pas correctement déshumidifiées par absence de fonds. » traduction  par le Journal des Arts :(http://www.lejournaldesarts.fr).

01_dettaglio_art_food_1280x500Expo 2015 : http://www.expo2015.org/en/explore/thematic-areas/art-and-food

Demetrio Paparoni sul caso Celant : http://www.artribune.com/2014/05/expo-2015-demetrio-paparoni-sul-caso-celant/

La réponse du commissaire Celant : http://www.artwireless.it/aw/ultima-ora/1885-presentato-arts-foods-per-expo-2015,-e-celant-risponde-alla-polemiche.html

Sur le même site, lire  : Germano Celant e la sua guerriglia culturale, di Valentina Spata : http://www.artwireless.it/aw/l-occhio-del-critico/251-germano-celant-e-la-sua-guerriglia-culturale.html

Sur Germano Celant et l’arte povera : Arte povera, une question d’image, Germano Celant et la représentation critique la néo-avant-garde, de Giuliano Sergio, Traduction de James Gussen :  » L’arte povera est un cas critique exemplaire. Inventé en 1967 par Germano Celant, ce label a eu une fortune extraordinaire qui a attiré l’attention des spécialistes et a suscité les jugements les plus divers » : http://etudesphotographiques.revues.org/3224

et 1967 : ARTE POVERA, Germano Celant,  – Flash Art  n.5 – 1967 : NOTES FOR A GUERRILLA WAR, FIRST COMES THE HUMAN : http://www.flashartonline.com/interno.php?pagina=articolo_det&id_art=352&det=ok&title=ARTE-POVERA

Site officiel de Demetrio Paparoni : http://www.demetriopaparoni.com/

Biographie : http://www.arte.rai.it/articoli-programma/demetrio-paparoni/17704/default.aspx

Site d’un acteur majeur de l’Arte povera , décédé lui en 1968,  Pino Pascali : http://www.museopinopascali.it/

Minolta DSCLe musée des Arts décoratifs à Paris (François Mathey), l’exposera en 1969, aux côtés de Ceroli, Kounellis et  Marotta .

Mathey souhaite alors exposer une œuvre « la mer faite d’eau » acquise par la Galleria nazionale d’arte moderna (GNAM), à l’époque de Palma Bucarelli : http://www.gnam.beniculturali.it/index.php?it/446/dalle-collezioni-della-galleria-nazionale-darte-moderna&pag=5

Nave,1964, tecnica mista su masonite, cm. 146 x 62

http://acoulange.wordpress.com/2013/05/13/pino-pacali-sauver-ce-qui-peut-letre-dune-forme/

Sala 40 – Pascali : http://www.gnam.beniculturali.it/index.php?it/371/sala-40-pascali

IMG_0665pino pascaliœuvre illustrant l’article du 15 juin 2011, par Lunettes Rouges :

Pour finir en beauté (Venise 6) :http://lunettesrouges.blog.lemonde.fr/2011/06/15/pour-finir-en-beaute-venise-6/

 

François Mathey et les collectionneurs

En écho au thème retenu cette année au Festival d’histoire de l’art de Fontainebleau, voici un nouvel article déposé sous Hal SHS– Il reprend l’essentiel des questions développées lors de mon intervention du 30 mai dernier :
En 1974, le conservateur en chef du musée des Arts décoratifs, François Mathey (1917-1993) organise une exposition collective intitulée  » Ils collectionnent « . Considérée à l’époque comme une exposition  » sociologique  » inédite, elle suscite l’intérêt et pose plusieurs questions : quelles sont les fonctions sociales de la collection ? Pourquoi crée-t-on une collection ? Que révèle la collection de l’identité de son auteur ? Quels objets collectionnent-on et pourquoi ? Dès lors que les objets de la collection évoluent et que de nouveaux collectibles apparaissent, quelles en sont les implications esthétiques ? François Mathey a depuis longtemps exposé des collections privées dans son musée : en 1957,celles des mécènes collectionneurs de Franche-Comté, données et rassemblées (depuis 1694) au musée de Besançon, en 1958 la collection privée américaine de Solomon R. Guggenheim, puis en 1967, la collection d’art brut de Dubuffet. Il a exposé également très tôt des créations qui n’étaient pas encore légitimes au musée : la photographie dès 1955, la science-fiction, la bande dessinée, l’art populaire, l’art brut dès 1967, etc. Il montre en 1974 80 collections privées :
http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01001983

La programmation des Rencontres de la Photographie d’Arles

La semaine d’ouverture aura lieu du 7 au 13 juillet. Au programme de cette 45e édition,  des artistes déjà exposés David Bailey, Martin Parr et Vik Muniz :

voir le diaporama sur le site du journal Le Monde: http://www.lemonde.fr/culture/portfolio/2014/04/14/photographie-les-rencontres-d-arles-en-images_4399970_3246.html#xtor=RSS-3208

 Le fondateur des Rencontres d’Arles, Lucien Clergue, est invité à présenter une rétrospective de son travail. Lucien Clergue a exposé pour la première fois dans un musée parisien au musée des Arts décoratifs en 1962 avec François Mathey.4400152_6_f035_lucien-clergue-l-arlequin-de-la-grande_f3ce88ec6f975fa30cf53f7eefd22310

Lucien Clergue, L’Arlequin de la grande récréation, Arles, 1954.

Crédits : RENCONTRES D’ARLES facebook

A signaler l’exposition en cours : « Lucien Clergue … à corps et âme »,
Musée des Tapisseries, Fondation Saint-John Perse, Aix-en Provence, du 5 avril au 15 juin 2014 : http://fondationsaintjohnperse.fr/la-programmation-culturelle/archives/exposition-lucien-clergue/

 

 

 

 

 

 

 

4399990_6_4b24_la-guerre-des-gosses-leon-gimpel-a_47f9a3522e4dd697fc4f3d7157182692La guerre des gosses : Léon Gimpel – Eglise des Frères Prêcheurs –

images de Leon Gimpel de 1915, où il met en scène des enfants qui jouent à la guerre dans les rues de Paris. En noir et blanc et en couleur.

Crédits : Leon Gimpel

Violences de guerre, Art et culture en temps de conflit : un colloque, deux expositions

Signalons, à Lens, en rapport avec l’exposition à venir sur « Les désastres de guerre » qui débute en mai (du 28 mai au 6 octobre 2014), la tenue d’un colloque international en octobre intitulé Violence, violence de guerre, violence de masse, les 2,3, 4 octobre 2014 – Institut national de recherches archéologiques :
http://www.inrap.fr/archeologie-preventive/Ressources/p-17800-Archeologie-de-la-violence-violence-de-guerre-violence-de-masse.htm

Le sujet est aussi d’actualité ailleurs en Europe avec l’exposition Ravage à Louvain, au Museum Leuven, du 20 mars au 1er septembre 2014 en Belgique, qui rassemble peintures et photographies :

Kunst en cultuur in tijden van conflict, « Art et culture en temps de conflit »

du  20.03. 2014  au 01.09. 2014 : http://www.ravage1914.be/