Archives par mot-clé : photographe

Ecomusées, musées de société : quelques expositions d’été

Grâce à la carte interactive établie par la FEMS – Fédération des écomusées et des musées de société, il est possible de faire un tour des expositions de l’été dans ces musées  de toutes sortes qui ne sont ni Beaux-arts, ni consacrés aux sciences. Il sont destinés à valoriser le patrimoine matériel (outils, habitat…) et immatériel (savoir-faire, métier…) d’un territoire et d’une population. Leurs expositions temporaires racontent  une histoire locale, nationale et internationale,  à travers la photographie, le cinéma, les métiers et leurs outils,  la céramique ou les papiers peints panoramiques. En voici  quelques exemples :

–  Dans le Nord, à Lewarde, le Centre Historique Minier créé en 1982 et qui reçoit 150 000 visiteurs par an en moyenne, propose une exposition des photographies de Thierry Girard, qui a photographié l’environnement des mines dans les années 80, au moment de leur fermeture. Cette exposition présente un “avant – après”, conçu comme un carnet de voyage, mêlant des photos des années 70-80 et d’aujourd’hui. Carnets du Nord :

Au sein de l’exposition, un espace de consultation permet de découvrir les travaux d’autres photographes qui ont travaillé sur le thème du paysage : Naoya Hatakeyama, Charles Delcourt, Sophie Deballe à travers leurs catalogues d’expositions. Par ailleurs, les visiteurs sont invités à réaliser leurs propres photographies.

-Sur la façade Atlantique, en Bretagne “L’Empreinte de Rome” – au Port musée de Douarnenez  :

“Parfois perçue comme une région peu romanisée, la péninsule armoricaine dévoile aujourd’hui aux scientifiques un tout autre visage : cette pointe avancée de la province lyonnaise a connu une intégration complète à l’Empire romain.

Le  nom du Douarneniste le plus ancien connu, Caius Varenius Varus, figure sur une dédicace à Neptune. A la faveur de cette exposition, le Port-musée questionne l’héritage latin insoupçonné d’une région revendiquant sa celticité”.

 

 

A l’occasion du 30e anniversaire du musée des Phares et Balises d’Ouessant, Le Port-musée s’associe à cette démarche en programmant 2 films :

Le Chant de la mer. Film irlandais d’animation pour enfants  de Tom Moore, et Un Feu d’enfer. Documentaire 2018 .

Dans les Landes, le plus ancien des écomusées, celui de Marquèze,  évoque un photographe,  Émile Vignes, le “Nadar du pignadar”. Du 3 juillet au 31 août : Les photographies constituant cette exposition ont été puisées parmi les photographies les plus célèbres et représentatives de l’œuvre d’Emile Vignes, photographe landais (1896-1983) qui a immortalisé les scènes de vie quotidienne des Landes de 1916 aux années 1950.

Emile Vignes, « Après la tempête. Le Ellen échoué ». Capbreton, hiver 1928. Photo éditée dans le Pictorial Photography in America  et primée.

A Mane, dans les Alpes-de-Haute-Provence, au Prieuré de Salagon,  le céramiste et peintre chinois Bai Ming est accueilli du 29 juin au 28 octobre : Ming / La Lumière : Artiste largement reconnu en Chine, Bai Ming expose depuis plusieurs années en Europe : après le musée Cernuschi à Paris et Lisbonne, il a souhaité présenter ses œuvres – céramiques et peintures – dans l’église du prieuré de Salagon, sous les vitraux d’Aurélie Nemours.

salagon-museeprogramme-2018

Au musée Dauphinois à Grenoble,  ce sont les jeux Olympiques de 1968 qui font l’exposition : l’héritage culturel des Jeux  comprend notamment la fresque de l’artiste Pierre Vasarely qui avait orné les tribunes de l’Anneau de vitesse dans le parc Paul-Mistral).

Jean Dewasne avait aussi contribué  au décor en créant  des panneaux pour la pour le Stade de Glace de la ville :

Jean Dewasne (1921 – 1999) /Projet pour la décoration du stade de glace de Grenoble : 4ème élément/1967 – 1968/Gouache sur papier bristol/20 x 44,9 cm/Donation M. Daniel Cordier, 1989. Centre Pompidou.

-L’écomusée du Creusot évoque Mai 68 en photographies :

MAI 68, 50 ANS APRÈS En 1968, au Creusot, Paul Dalliance, photographe amateur, immortalise les acteurs et les événements. 50 ans après, il décide de faire don à l’Écomusée de la centaine de clichés préservés par le temps. Près de 80 ont été sélectionnés pour constituer la colonne vertébrale de l’exposition. Ils sont complétés par un fonds d’archives privé, prêté à l’Écomusée pour l’occasion. L’exposition s’appuie également sur la presse de l’époque, les archives des syndicats, les rapports et les télégrammes échangés entre les différents services de l’État et donne la parole aux principaux témoins ou acteurs pour proposer une radiographie locale des événements.

-En Haute-Saône au Musée départemental des arts et traditions populaires Albert et Félicie Demard à Champlitte :

L’exposition Murs & Merveilles. La papier peint s’expose au salon  : le musée s’est associé avec  le Musée du papier peint à Rixheim, le Centre de documentation Joseph Dufour à Tramayes, le Château de Saulx-de-Vesoul. Le musée de Champlitte présente des papiers panoramiques, prêtés ou issus de ses collections permanentes. Le panoramique Les Sauvages de la mer Pacifique de Dufour, (1804), dernière installation des marquis de Toulongeon au château de Champlitte, en est le point de départ. Œuvre réalisée pour agrémenter un salon d’hiver, ce décor fantasmé et exotique projette toutes les envies des propriétaires de l’époque. Installé au début du siècle, il témoigne de l’engouement de ce type de sujet auprès de différents collectionneurs.

-En Haute Vienne :

 

 

 

 

A Saint-Léonard-de-Noblat au Moulin du Got, une dizaine d’artistes présentent leurs créations originales en papier sur le thème des contes des cinq continents. Des sculptures, tableaux, découpages, peintures, pop up … illustrent les récits d’un patrimoine universel, plongent petits et grands dans un univers familier et les fait voyager vers d’autres cultures.

D’autres écomusés, en Alsace, dans les Vosges et ailleurs, ont rejoint la FEMS qui inclut également des musées des pays voisins.

 

Jeunes créateurs au château de Ratilly, du 5 avril au 10 juin 2014

Ce centre d’art installé dans un château médiéval ( http://chateauderatilly.fr/chateau_anc.html) est né grâce à Jeanne et Norbert Pierlot, en 1951. Elle, potière ayant fait son apprentissage à St Amand-en-Puisaye chez Eugène Lion, et lui comédien, décident de s’installer à Ratilly et d’y créer un atelier de poterie, un lieu de stages et un centre d’animation culturelle qui deviendra, à partir des années 60 et 70, l’un des tout premier Centre d’Art Contemporain Privé. Chaque année, depuis plus de cinquante ans, des concerts, des spectacles originaux et des expositions d’arts plastiques majeures servent les artistes contemporains dans le cadre unique du château. La démarche originale de Jeanne et Norbert Pierlot, aujourd’hui disparus, est désormais perpétuée par leurs cinq enfants, soutenus par les Amis de Ratilly.

Toujours aussi actif,  le château de Ratilly  accueille du 5 avril au 10 juin 2014,  l‘ EXPOSITION DE PRINTEMPS  : http://chateauderatilly.fr/saison_expo.html

Margaux Shore, photographe. Sensible au noir et blanc, à la pellicule et au tirage argentique traditionnel, Margaux Shore rend compte de ses nombreux voyages aux États-Unis et en Amérique latine par une saisie de l’espace naturel, de la lumière ou de l’architecture comme autant de compositions et de géométries abstraites abandonnées au hasard et à la solitude.

Margaux_SHORE_Cassis_2011_pCassis, France, tirage sur papier baryté, 60 x 40 cm, 2011

 

 

 

 

 

 

 

 

Jérémy Gobé Plasticien
Jeremy_Gobe_L_adresse_1_2013_pL’adresse 1, chutes de feutre découpées et enroulées, 438 x 300 cm, 2013

Jérémy Gobé prolonge souvent des éléments naturels — oursins, papillons, coraux — par des biais manuels — tricot, dessin, sculpture, vidéos — afin de créer des objets hybrides surprenants. Ses œuvres prennent forme à partir de ce qu’il trouve sur son chemin, tissus, laines ou feutrines, objets abandonnés, auxquels il donne un sens nouveau, toujours original en fonction du lieu où il expose. Il est lauréat du Prix Bullukian 2011 pour la création contemporaine, Lyon 2012, et résident comme artiste invité en 2013-2014 au 104, rue Curial à Paris.

 

Le Château de Ratillly accueillera également du 21 juin au 15 septembre 2014  Claude VIALLAT pour une exposition intitulée  peintures et objets récents.

Dans les riches archives du château, quelques témoignages des expositions et manifestations passées :

1967, Peintures de Vieira da Silva, sculptures d’Étienne-Martin, au catalogue « Neuf merci pour Viera da Silva » de René Char et un texte de Pierre Joly pour Étienne-Martin.

I LE PALAIS ET LES MAISONS
   Paris est aujourd’hui achevé. J’y vivrai. Mon bras
 ne lance plus mon âme au loin. J’appartiens.
   
 II  DANS L’ESPACE
   Le soleil volait bas, aussi bas que l’oiseau. La nuit
 les éteignit tous les deux. Je les aimais.
 
   III  C’EST BIEN ELLE
   Terre de basse nuit et des harcèlements.
   *
   Nuit, mon feuillage et ma glèbe.
   
 IV LA GRILLE
   Je ne suis pas seul parce que je suis abandonné.
 Je suis seul parce que je suis seul, amande entre les
 parois de sa closerie.
    
 V LES DIEUX SONT DE RETOUR
   Les dieux sont de retour, compagnons. Ils viennent
 à l’instant de pénétrer dans cette vie ; mais la parole
 qui révoque, sous la parole qui déploie, est apparue,
 elle aussi, pour ensemble nous faire souffrir.
 
   VI ARTINE DANS L’ECHO
   Notre emmêlement somptueux dans le corps de
 la voie lactée, chambre au sommet pour notre couple
 qui dans la nuit ailleurs se glacerait.
    
 VII  BERCEUSE POUR CHAQUE JOUR  JUSQU’AU DERNIER
   Nombreuses fois, nombre de fois,
 L’homme s’endort, son corps l’éveille ;
 Puis une fois, rien qu’une fois,
 L’homme s’endort et perd son corps.
 
 VIII  AUX MIENS
   Je touche à l’étendue et je peux l’enflammer. Je
 retiens ma largeur, je sais la déployer. Mais que vaut
 le désir dans votre essaim jaloux ? Terne est le bouton
 d’or sans le ton des prairies.
 Lorsque vous surgirez, ma main vous requerra,
 ma main, le petit monstre resté vif. Mais, à la réserve
 de vous, quelle beauté ? … quelle beauté ?
 
 IX  LA FAUVETTE DES ROSEAUX
   L’arbre le plus exposé à l’œil du fusil n’est pas
 une arbre pour son aile. La remuante est prévenue : elle
 se fera muette en le traversant. La perche de saule
 happée est à l’instant cédée par l’ongle de la fugitive.
 Mais dans la touffe de roseaux où elle amerrit, quelles
 cavatines ! C’est ici qu’elle chante. le monde entier le sait.
 
 Eté, rivière, espaces, amants dissimulés, toute une
 lune d’eau, la fauvette répète : “Libre, libre, libre,
 libre …”                                                                          


Capturecun

19 Juin 1970 :  Fêtes du Solstice » en collaboration avec l’ORTF : Merce Cunningham  et Dance Company, John Cage et David Tudor au pupitre.

Merce Cunningham à Paris en juin 1970 : http://fresques.ina.fr/en-scenes/liste/recherche/John%20Cage/s#sort/-pertinence-/direction/DESC/page/1/size/10

 

 

 

L”histoire du centre d’art de Ratilly : http://chateauderatilly.fr/centre_art_expo.html

Ce centre de création de poteries en grès a été honoré à deux reprises par le musée des Arts décoratifs. L’exposition de 1962, Grès d’aujourd’hui, d’ici et ailleurs, rassemble des pièces de Cumella, Del Pierre, Derval, Hamada, Jouve, Leach, Lerat, Mohy, de Montmollin, Pierlot, Tuumi, de Vinck. Elle est accueillie en octobre 1962 au Musée des Arts Décoratifs de Paris sous le titre : « Maîtres potiers contemporains ». « Cette sélection réalisée d’abord à Ratilly par Norbert Pierlot avait le mérite de révéler pour la première fois au grand public la diversité des recherches actuelles d’un art qui recherchait son autonomie », comme le rappelle  en 1976 François Mathey qui consacre une nouvelle exposition à  ” Ratilly”: 

En 1975, Norbert Pierlot s’isole dans une ferme voisine où il poursuit une recherche personnelle de grandes pièces fortement chamottées. C’est le début d’une évolution personnelle du pot vers la sculpture.

pieceunique1« Dans ces pièces, dont certaines mesurent plus d’un mètre, le stade de la poterie est dépassé. Plusieurs reprennent la forme du pot mais décentrées, déformées, s’inscrivant sans ambiguïté dans une problématique de l’espace et de la lumière. D’autres s’affranchissent du prétexte premier pour s’affirmer comme de véritables sculptures. Les surfaces, alternativement traitées par lissage et arrachement des grains de chamotte, donnent un frémissement épidermique à ces volumes sévères, secrets comme des roches. Pas d’émail, pas d’habillage. Norbert Pierlot semble avoir fait sienne la parole de Beethoven : Dans le monde de l’art comme dans la création toute entière, la liberté et le fait d’aller plus loin sont le but. Si l’on songe à ses pièces antérieures il est en effet allé bien plus loin car il a renoncé aux séductions premières. » in Marcel Poulet, “L’Aventure de Ratilly”, Revue de la Céramique et du Verre, juillet-août 1988.
Ce travail sera présenté au Musée des Arts Décoratifs à Paris en 1976 dans l’importante exposition consacrée à Ratilly. Ce seront les dernières pièces de Norbert Pierlot avant son décès à Ratilly en janvier 1979.

François Mathey, catalogue de l’exposition : « Ratilly » au Musée des Arts Décoratifs de Paris en 1976.31b3tJFITbL

 

 

 

 

 

 

 

Les Grès de Ratilly, plus de 200 modèles de poterie utilitaire dessinés par Jeanne Pierlot, dont l’emblème est une chouette, y sont toujours réalisés.
La vente aux particuliers a lieu principalement sur place, dans le vaste grenier devenu salle d’exposition._ILL4193

chouette_defGrâce à Nathalie Pierlot, potière, le centre poursuit sa production de grès : http://chateauderatilly.fr/Gres_de_Ratilly_Catalogue.pdf

couverture_g