Archives par mot-clé : peinture

(Re)Découvrir des musées en régions

Exposition temporaire en cours au musée des Beaux-Arts de Lyon.

Grâce aux cours dispensés par L’École du Louvre  en régions, voici une série de musées à  (re)découvrir sur l’ensemble du territoire : ces cours débutent en septembre ou début octobre 2019 : leurs thèmes sont sans rapport direct avec les expositions temporaires en cours (ou à venir) dans ces divers lieux :
 

À Limoges, à l’école publique d’ingénieurs,  l’ENSIL:
De la manie érigée en art : portraits de collectionneurs, des Borgia aux Rotchschild 
Cycle thématique à partir du 3 octobre 2019.
Musée  Adrien Dubouché
Inscription en ligne. 
 
 
Exposition archivée : Entre Chine et Limoges, une expérience de céramique contemporaine. 1er février - 23 avril 2018.

À Lyon, au musée des Beaux-Arts :
Initiation à l’histoire générale de l’art en Europe (deuxième année) 
Cycle d’initiation à l’histoire générale de l’art à partir du 7 octobre 2019.
Musée des beaux-Arts de Lyon
Inscription en ligne .

 
Exposition en cours : Jusqu'au 22 septembre :L’art et la matière. Prière de toucher vous invite à vivre une nouvelle expérience sensorielle de la sculpture. Offrez à la paume de vos mains une contemplation tactile de chefs-d’œuvre de la figure humaine de l’Antiquité au XXe siècle.
 
À Marseille, au MuCEM
Initiation à l’histoire générale de l’art en Europe (troisième année)
Cycle d’initiation à l’histoire générale de l’art à partir du 2 septembre 2019.
MuCEM
Inscription en ligne.
Exposition en cours : Jean Dubuffet, un barbare en Europe. Vue de l'exposition© Solene de Bony Dubuffet(DR). 
 
À Montpellier, au Musée Fabre
“Bonjour Monsieur Courbet” : l’art vivant de Gustave Courbet
Cycle thématique à partir du 17 septembre 2019.
Musée Fabre
Inscription en ligne.
Exposition en cours : VINCENT BIOULÈS - CHEMINS DE TRAVERSE

15 juin 2019 - 6 octobre.
 
À Nancy, au musée des Beaux-Arts
Michel-Ange : grandeur et postérité
Cycle thématique de 5 séances à partir du 3 octobre 2019.
Musée des Beaux-Arts de Nancy
Inscription en ligne.
Exposition à venir :

Arlene Gottfried :
La rue nous appartient - New York, 1970-1980. Exposition temporaire présentant environ 80 photographies de l'artiste ; en lien avec "Fire on fire - Art Music/Street Club Studio" organisé dans la galerie Poirel.
 
À Nevers, au Palais Ducal
Tout ce qui brille : l’apogée des arts précieux 
Cycle thématique à partir du 23 septembre 2019.
Musée de la Faïence
Inscription en ligne.
Exposition en cours : Le verre au cœur de la France 7 avril – 22 septembre 2019


À Nice, au musée d’art moderne et d’art contemporain
Initiation à l’histoire générale de l’art en Europe (première année) 
Cycle d’initiation à l’histoire générale de l’art à partir du 19 septembre 2019.
Musée d’art moderne et d’art contemporain
Inscription en ligne.
 
Exposition en cours : le diable au corps*. Quand l’Op Art électrise le cinéma. Dans le cadre de la biennale des arts Nice 2019 : L’Odyssée du cinéma. La Victorine a 100 ans. 17 mai - 29 septembre 2019.


Henri-Georges Clouzot, Serge Bromberg et Ruxandra Medre, L’Enfer,1964, Photogramme Scénario de Henri-Georges Clouzot, José-André Lacour et Jean Ferry Avec Romy Schneider et Serge Reggiani . © 2009 Lobster Films / France 2 Cinéma Avec l’autorisation de mk2 films.(DR)


A Nîmes, au Musée de la Romanité
L’art romain : un art à part entière. 
Cycle thématique à partir du 8 octobre 2019.
 

Buste masculin, détail du décor incisé. Époque
préromaine, VIè siècle av. J.C.  Sainte-Anastasie, Gard. Camp Guiraud. Photographie Claire Buttner (DR).
Exposition en cours, prolongation exceptionnelle jusqu’au 20 octobre 2019: Pompéi,un récit oublié.
À Niort, au musée Bernard d’Agesci
Les cabinets de curiosités, entre découverte et connaissance (XVe siècle -XVIIe siècle).
Cycle thématique à partir du 8 octobre 2019.
Musée Bernard d’Agesci
Inscription en ligne. 
Exposition en cours:Bernard d’Agesci, Forgeur d’Histoires à Niort.
À Reims, au Musée des Beaux-Arts de Reims
Lumière et couleurs : quelques aspects de l’histoire de l’art du vitrail.
Cycle thématique à partir du 7 octobre 2019.
Musée des Beaux-Arts de Reims
Inscription en ligne.
 
Exposition en cours : 
Regard sur... Le portrait au siècle de Colbert. 

L’art brut japonais (2)

La mise en lumière internationale de l’art brut japonais remonte à l’exposition « Art Incognito » présentée en 1997 à la Collection de l’Art Brut à Lausanne. Le même espace a présenté en 2008 une exposition intitulée « Japon », qui se consacrait entièrement à la création japonaise. En 2010, la Halle Saint-Pierre a présenté la première exposition française sur l’art brut japonais — environ 1.000 œuvres créées par 63 auteurs. 2018 sonne le retour de l’art brut japonais à la Halle Saint Pierre avec « Art Brut Japonais II ». 

Cette nouvelle exposition  qui rassemble une cinquantaine d’auteurs : elle va permettre d’identifier certains créateurs. Au Japon, l’art brut a connu un vaste essor dans la province de Shiga à la fin du XXe siècle. Cette province, située au centre de l’île de Honshü, la plus importante de l’archipel, est pionnière dans la prise en compte et l’accompagnement des artistes handicapés. Les institutions spécialisées souhaitent y laisser libre cours à l’imagination et à la créativité de leurs patients.

Ces artistes sont soit issus d’ateliers pratiquant l’art-thérapie, soit ils sont autonomes. Ils utilisent des techniques et des matériaux divers comme la céramique, l’origami, le dessin, le textile, la sculpture ou bien l’assemblage d’objets comme Reiichi Hayashida :

Reiichi HAYASHIDA,  Technique mixte.
Reiichi HAYASHIDA,Publicité pour un dîner chinois, 2016, Technique mixte, 45 x 60 x 9,5 cm Collection de l’artiste.
Reiichi HAYASHIDA,  Technique mixte.

Parmi la cinquantaine de créateurs présentés, voici quelques artistes remarquables dont certains ont été  déjà exposés  à  Nantes en décembre 2017. Chacun de ces artistes est un monde à part dépourvu de toute influence artistique extérieure. Pour autant, ils ne sont pas hors du temps et de la société, dans lesquels ils vivent.

Takeru AOKI, Aki Yashiro, 1997-2004. ©Satoshi Takaishi.
Vues de l’exposition.
Ichiro YOSHIDA
Né en 1960. Vit dans la préfecture de Tokushima. Grand personnage Pocket-Pocket. 2010. Technique mixte.
Takayuki AYAMA. Tortue bleue dans la mer. 2017.
Takayuki AYAMA. Léopard, guépard et bébé léopard – Bois de Zelkova, stylo graveur électrique, crayon de couleur, 2016 © Takayuki Ayama.

Sinichi Sawada est déjà reconnu et a intégré les collections lausannoise ; il est devenu une figure emblématique de l’art brut japonais grâce à ses céramiques, présentées lors de la Biennale de Venise 2013 :

Vue de l’exposition à la Halle Saint Pierre
(visite de Lucienne Peiry).
Création de Sinichi Sawada 
Naoya MATSUMOTO, Shachihoko, 2014,
Argile, 32 x 38 x 48 cm, OMIGAKUEN

Les autres œuvres présentées dans l’exposition sont souvent le fruit de nouvelles créations. Marie Suzuki (née en 1979) peint de vastes paravents :

Marie SUZUKI, Bara Bara So Waka, 2014, Paravent, stylo, 172 x 357 x 1,5 cm, Collection de l’artiste.

 Les origamis en feuille d’arbre de Yoshihiro Watanabe, qui sont d’une grande délicatesse, représentent des animaux :

Kasu Suzuki tisse et réalise un tissage inversé pour des formes volumineuses qu’ il suspend sous forme des cordes polychromes de 4,40 m :

Textiles et abstraction avec Misuzu Seko (née en 1981) qui emploie des fils de coton et de laine colorés qu’elle brode. Elle est présente dans la collection de Bruno Decharme :

Satoshi Morita (né en 1978) conserve des restes de fils dans des boîtes en carton : il les brode sur un tissu irrégulier. Il figure également dans la collection Decharme :

De nombreux dessins sont présents  dans l’exposition, comme la série des véhicules de Takumi MATSUHASHI :

Takumi Matsuhashi, Camion de papier, 2014.

ou bien les panoramas réalisés au stylo par Norimitsu Kokubo, artiste qui réside dans la Préfecture de Shiga;

ou les dessins et écrits de l’artiste Hiroyuki Komatsu résidant dans la même région :

Makoto Toya (né en 1944) a peint 61 rouleaux gigantesques de papier japon à l’acrylique :

Les motos jouets d’Akira YAMANE :

Akira YAMANE Metal Ranger V, 20152018, Technique mixte, 10 x 27 x 16 cm, Collection de l’artiste.

Une salle à part présente les travaux de deux survivants de la bombe atomique d’Hiroshima, deux artistes hibakusha, Masaki HIRONAKA et Yukio KARAKI,  qui, comme beaucoup d’hibakusha, témoins de la bombe d’Hiroshima, n’ont pu témoigner de ces visions qu’à un âge avancé.

Yokio Karaki avait quinze ans ; il vivait à seulement trois kilomètres du bombardement atomique : à partir de 1984 et pendant huit ans, il a réalisé onze peintures à l’huile et a fait don de ses œuvres au musée de Kyoto. 

Masaki HIRONAKA avait alors cinq ans et dix mois.

Alors qu’il cesse, bien des années plus tard de travailler, en 2000, il décide de rassembler ses souvenirs sous forme de carnets dessinés :

 

Masaki HIRONAKA, La bombe atomique d’Hiroshima, 2002, Stylos sur papier (copie d’originaux), 21 x 29,7 cm Collection de l’artiste.

A voir jusqu’en mars 2019.

Quelques ouvrages et biographies en français :

Quelques liens :

Diamants bruts du Japon.

Diamants bruts du Japon
durée 145’, japonais et sous-titres français, Collection de l’Art Brut/Lokomotiv films, Lausanne/Le Tourne, 2007.

artbrut.ch
hallesaintpierre.org
abcd-artbrut.net
musee-lam.fr
outsiderartassociation.eu
rawvision.com
josefhofer.at
prinzhorn.ukl-hd.de
gugging.at
folkartmuseum.org
outsider-environments.blogspot.org

https://abcd-artbrut.net/collection/

Sonia Delaunay, l’exposition parisienne en vidéo

L’exposition Sonia Delaunay se poursuit à Paris jusqu’au 22 février 2014.
Une visite virtuelle et commentée par la commissaire Anne Montfort, est disponible ici : http://mam.paris.fr/flipbook/360/sonia/index.html#/soniadelaunay03/
Capture4
Capture
Capture2
Capture6
Capture7
Capture8

Arrivée en France en 1905, elle est d’abord peintre expressionniste puis se rallie à l’abstraction. Elle ne se limite pas à la peinture, son œuvre va au delà, elle s’exprime sur tous les supports, investit la mode et le design, pour que “l’art entre dans la vie”.
Après le décès de son mari Robert Delaunay, et plus précisément après 1945, elle devient pour les jeunes générations une figure, un relais historique, un témoin de l’époque de l’abstraction de l’entre deux-guerres. Elle se consacrera davantage à la peinture à partir de cette époque et l’exposition montre également ses dernières œuvres. Elle décèdera en 1979. Sonia Delaunay a été parfois oubliée, mais François Mathey l’a convie en 1965 au musée des Arts décoratifs à l’exposition qui rend hommage aux créateurs qui ont figuré au sein de l’exposition pionnière ” 1925″ (voir à ce propos : http://musearti.hypotheses.org/?p=1013 et http://musearti.hypotheses.org/?p=4451 ).

L’oubli créateur : un commencement, sans débris, sans cendres, sans braises anciennes ?

Le numéro 13 thématique « Trauma et création » de la revue Appareil, a pour pivot l’œuvre de Germain Rœszqui, alors que rien dans son contexte familial, culturel ou professionnel ne l’y destinait, s’est mis à manier la couleur et les mots après un très long coma. Le cours de son histoire individuelle s’est vu brisé par un temps impossible à récupérer, car échappant à la mémoire. Pourtant, ce blanc n’est pas rien…”

La revue Appareil prend pour départ “l’hypothèse que le trauma constitue une expérience-limite par rapport à laquelle penser la création. Il peut sembler paradoxal qu’une « blessure » (τραῦμα) aux conséquences apparemment seulement négatives : fractures, lésions, dysfonctionnements, déficiences et privation de fonctions corporelles, perte de conscience puisse être d’une quelconque fécondité pour la production plastique, poétique et philosophique. Pourtant, de la chute de cheval de Montaigne aux accidents d’avion de Sam Francis ou de Joseph Beuys, ces coupures sont perçues comme une matrice productive. Que nous disent les traumas, et notamment leur forme majeure qu’est le coma, du faire créateur ? Les concepts de corps, de mémoire, de conscience, les notions de durée, d’inscription, de volonté s’en voient réinterrogés”

Quelles sont les caractéristiques d’une production artistique qui surgit après un coma ? Telle est la question que se pose Jean-Louis Déotte (philosophe, professeur à Paris VIII)  dans un article intitulé Entre le trauma et le coma : http://appareil.revues.org/2002

Il commente l’expérience et l’œuvre de Germain Rœsz, ancien apprenti boucher des abattoirs de Colmar en Alsace, qui, à l’issue d’une longue hospitalisation,  devient artiste peintre en 1970 : “La question traitée sera celle des rapports entre les arts, ici la peinture, et les effondrements psychiques, individuels ou collectifs. Elle partira du constat qu’il y a de telles discontinuités historico-politiques que l’hypothèse métaphysique d’une « raison dans l’histoire » est bien problématique, parce que l’humanité n’est pas un sujet collectif, lequel pourrait se ressaisir, se réfléchir au moins comme « esprit » dans sa totalité depuis un supposé commencement.  […] Nous nous intéresserons donc à des artistes dont l’horizon ne fut pas muséal. Mais hospitalier, dans un sens large… “.

Jean-Louis Déotte  conteste  ” la thèse de Warburg et Didi-Huberman, celle d’une survivance des formes esthétiques. Pour qu’il y ait mémoire (individuelle ou collective), il faut bien un support continu. Et pour les arts, cela suppose l’existence du musée, qui n’est qu’une invention du XVIII e siècle.”  Il a conclu dans ses travaux précédents, que paradoxalement, le musée est un appareil d’oubli. Il insiste sur le fait que dans “la vie des individus comme dans celle des sociétés, il y a des blancs”. L’humanité est à son sens, “globalement épileptique”.

” Rœsz, jeune adulte, est revenu au monde à partir d’un long coma provoqué par un accident de la route qui aurait dû être son tombeau. C’est la très longue hospitalisation qui fut fondatrice, parce qu’elle interrompit durablement toute activité :  “L’origine de ma peinture se situe dans un choc fondateur, un trauma comatique. Ne pas voir ni penser le monde. Savoir, au retour, parmi les vivants et la parole qu’une partie de soi-même, de sa conscience fut abolie, oubliée. […] Mais cette anecdote qui est la mienne comment peut-elle interroger celui qui regarde ? Comment et pourquoi serait-il concerné ? ” Germain Rœsz, Peintures, 1970-2011, Paris, L’Harmattan / Cour carrée, 2012.

Cette expérience traumatisante fait écho à bien d’autres parcours individuels ou collectifs liés notamment aux génocides du XXe siècle, expériences vécues ou emblématiques des héros de La Storia d’Elsa Morante.

Germain Rœsz “n’était pas destiné à devenir artiste (qui l’est d’ailleurs en dehors de ceux qu’une loi commande un jour de peindre, d’écrire, etc. ?). Il faut souvent l’interruption de la vie par la maladie (Matisse), l’accident (l’avion de Sam Francis s’écrasant dans le désert), l’incarcération (Stiegler), l’isolement (Descartes), la solitude (Woolf) pour venir briser l’élan vital. Car sans cela, la répétition de l’habitus social, de l’hexis corporel s’imposeraient à tous, toujours. Et il n’y aurait pas d’art”.

Pour Jean-Louis Déotte : ” il faut donc considérer que la Mère des Muses, ce n’est pas Mnémosyne, mais l’Oubli.[…] Héraclite (frag. 30) chante un kosmos éternel, incréé, impérissable : Ce monde-ci, le monde pour tous, nul des dieux ni des hommes ne l’a fait. Mais il était toujours, est et sera feu éternel, s’allumant en mesure et s’éteignant à mesure”.

Articles du même auteur :