Archives par mot-clé : Paul Virilio

Claude Parent, un architecte utopique parmi les artistes

L’architecte Claude Parent, qui vient de décéder,  est “connu pour son architecture originale au service de l’imaginaire et de l’utopie, Claude Parent est le créateur de l’architecture oblique. Élu membre de l’Académie des beaux-arts en 2005, au fauteuil de l’architecte Jean Balladur, il raconte d’un humour distancié, son parcours, son engagement passionnel au service de l’architecture et ses rencontres avec les artistes du monde de la peinture et du théâtre. Fernand Léger, Yves Klein, Michel Carrade, Sylvain Dhomme, Polieri, les architectes Nicolas Shöffer, Lionel Mirabaud, le théoricien Paul Virilio et beaucoup d’autres ont nourri ses expériences de créateur.”

Dans une émission proposée par  Marianne Durand-Lacaze, l’Académie a salué en 2008 l’un des siens : Claude Parent, l’architecte de l’oblique , entretien avec l’académicien des beaux-arts  :

Avant l’académisme,  dans les années 1950 et 1960, Claude Parent a en effet été l’acteur d’une époque qui associait dans un même mouvement utopique, sans distinction, artistes peintres, sculpteurs et architectes  : Claude Parent a revendiqué pour sa création l’importance primordiale des rencontres et compagnonnages successifs. Les duos formés avec Ionel Schein, André Bloc, et Paul Virilio en témoignent, marquant l’actualité architecturale et intellectuelle des années 1950 et 1960.

Dès le début des années 1950, il multiplie les collaborations artistiques (Nicolas Schöffer, Yves Klein, Jean Tinguely, André Bloc) et adhère au Groupe Espace créé par André Bloc en 1951 (avec Jean Dewasne, Étienne Béothy, Jean Gorin, Félix Del Marle, Edgard Pillet, Victor Vasarely et Nicolas Schöffer), qui défend une nouvelle synthèse des arts.

De sa rencontre en 1963 avec Paul Virilio naîtra le groupe Architecture Principe (1963 – 68) – dont l’Église Sainte-Bernadette du Banlay (1963 – 66) à Nevers deviendra le projet-manifeste. Paul Virilio et Claude Parent imaginent le concept de « fonction oblique » cherchant ainsi à redéfinir nos espaces de vie en édifiant des bâtiments perturbateurs, aux sols et aux murs inclinés. L’expérimentation est son champ d’investigation permanent. Des bâtiments faits de rampes, de pentes, d’angles, privés d’ameublement – l’espace lui-même est censé déterminer la surface. Des concepts tels que « mur », « sol », « au dessus », « en dessous » sont écartés de leur signification première. Les relations sociales sont dynamisées par l’oblique et par une compréhension de l’espace pleine de spiritualité.

A la fin des années 1950, il mène une collaboration pionnière et intense avec l’artiste Yves Klein :

Au printemps 1959, Yves Klein travaille avec l’architecte Claude Parent sur son projet de Fontaines d’eau et de feu ; il dessine un projet de sculpture aéromagnétique. L’architecte Claude Parent évoque le projet des fontaines de feu dont Klein souhaitait doter les jardins du palais de Chaillot : « Ce qui intéressait Klein au maximum c’était la rencontre de l’eau et du feu avec le dégagement des fumées produites qui flattait certainement le goût wagnérien du théâtre qu’il avait. Il m’avait demandé de travailler aux fontaines de Varsovie devant le palais de Chaillot. Avec ce principe de l’eau et du feu de la rencontre d’un peu d’eau frappée diagonalement à son sommet par un jet de flamme qui dégage à ce moment-là une vapeur d’eau, une fumée dans l’atmosphère ». À travers son délire créatif, Klein avait su conférer un mythe à son personnage, celui du vide. En échange d’une « zone de sensibilité picturale et immatérielle », il exigeait suivant les dimensions de son œuvre entre un kilogramme et quelques grammes d’or fin, et dans son journal du vide, il écrivait, « Le territoire doit ressembler aux yeux de l’espace ». Actualités cinématographiques de Gaumont-Pathé « Yves Klein, quatrième dan », 3 mns 38 s, 1969.

Ainsi, Claude Parent a participé à l’exposition pionnière organisée par François Mathey, au musée des Arts décoratifs à Paris : l’exposition Antagonismes II, l’Objet, au printemps 1962 : elle associait aussi bien des peintres et sculpteurs, que des architectes : Michel Ragon, critique d’art, a salué la maquette d’un théâtre à scènes multiples d’AGAM réalisée avec l’aide de Claude Parent, mais aussi, la création d’Yves Klein présentée au sein de l’exposition : un panneau documentaire, présentant  ” l’architecture de l’air » et « la climatisation de l’atmosphère à la surface de notre globe ». Le panneau était composé d’esquisses d’architecture immatérielle, faites par l’architecte.

archi13

Michel Ragon a écrit sur Parent une monographie critique d’un architecte.

claude-parent-480x582

A la demande de Michel Ragon, en 1963, Claude Parent expose à la galerie Anderson-Mayer, aux côtés de Gilioli, Chavignier, Kowalski, Niemeyer, Gaudi, André Bloc, Claude Parent, Jacques Polieri, Alain Bourbonnais, Labourdette, Stahly, di Tinea, Schöffer, Szekely, Ionel Schein.

L’Espace de l’Art Concret à Mouans-Sartoux a consacré une exposition sur la collaboration entre l’architecte Claude Parent et l’artiste Yves Klein, du 31 mars au 25 août 2013 : YVES KLEIN / CLAUDE PARENT À MOUANS—SARTOUX.

Claude Parent a prolongé cette collaboration unique avec Yves Klein avec un projet de monument qui vise, selon ses termes, « à une interprétation architecturale de la pensée d’Yves Klein dans ce qu’elle propose de plus fondamental ».

g_ArtConcret13crKleinMemorial05a

Claude Parent/Mémorial Yves Klein, 1964 -1965/Maquette Bois 40 x 49.5 x 49.5 cm, inv. 008 59 01, Collection FRAC Centre.

 

Les Bunkers s’exposent

 Les Bunkers s’exposent : cette démarche avait été entreprise par Paul Virilio en 1975 dans le cadre d’une exposition pionnière ( Bunker archéologie  au CCI,  musée des arts décoratifs)

FORTER~2 FORTER~1observation-post-on-a-channel-island

“Il découvre sur les plages de l’Atlantique les blockhaus de l’organisation Todt, ces puissantes architectures en attente face au vide et à l’horizon et, dès lors, il s’intéresse au paysage de la guerre, y compris dans sa dimension technique. Sa démarche est esthétique et philosophique. Esthétique, car il est d’abord captivé par la plasticité massive des bunkers qu’il photographie durant des années, travail qui aboutira, en 1975, à l’exposition « Bunker archéologie ». Dans la sensibilité de l’époque, la modernité de ces monolithes fait écho à cette nouvelle expressivité du béton armé, dite brutaliste, qui se développe dans le sillage de Le Corbusier : http://www.editions-galilee.fr/f/index.php?sp=livAut&auteur_id=2051

 

 Voici deux nouvelles visites-expositions qui mettent en scène ce mode de construction militaire :

En  Albanie : l’art contemporain investit le bunker d’Enver Hoxha comme le précise Le Courrier des Balkans : http://balkans.courriers.info/article26086.html

Bunkart“Inauguré en 1978, ce bunker a été officiellement baptisé « objet souterrain 0774 ». C’était le quartier-général de l’état-major des forces armées albanaises. Sa construction a commencé en 1972 et s’est achevée en 1978. 2 685 m² répartis sur cinq niveaux, 106 bureaux et une salle de réunion ou de projection, le tout construit pour garantir le fonctionnement politique et militaire du pays en temps de crise, mais aussi protéger les élites. Ce bunker est la seule structure capable d’accueillir l’ensemble du Parlement albanais en cas de guerre. L’idée de la salle de réunion revient aux chefs de l’armée, inspirés par une visite en Corée du Nord en 1964.[…]Les mystères de cet espace souterrain aménagé pour protéger la dictature communiste d’un éventuel danger impérialiste ont été dévoilés dans une exposition intitulée Bunk’art, sous la tutelle de l’historienne Sonila Boçi et de la journaliste Admirina Peçi. Grâce à des photos et documents d’archives, l’exposition a pour but de mieux faire comprendre l’Albanie des années communistes. L’exposition commémore également le 70e anniversaire de la Seconde Guerre mondiale. « En utilisant diverses formes d’expression, photos, documents d’archives, vidéos et objets authentiques, l’exposition revient sur la Seconde Guerre mondiale en Albanie et sur ses conséquences d’une façon plus équilibrée, sans se limiter à la résistance, et présente d’autres aspects de la vie politique et sociale »

Bunkart-1“Grâce aux œuvres de jeunes artistes albanais et étrangers Bunk’art réunit diverses approches historiques et artistiques pour illustrer la Seconde Guerre mondiale et le régime communiste, deux périodes particulièrement controversées de l’histoire nationale albanaise”.

En Allemagne, c’est le Bunker Valentin  qui devient un un lieu de visite dans le cadre d’un atelier de recherche qui porte sur  la “stratégie des émotions dans les expositions muséales” : “Emotional Strategies in Museum Exhibitions”.
“The Bunker Valentin is a monumental concrete structure set on the edge of the quiet town Bremen Farge. It was built by the Nazis towards the end of the Second World War using forced labour and approximately two thousand workers died during its construction. After decades being used as storage by the Bundeswehr, part of the Bunker site has recently been turned over to the Landeszentrale für politische Bildung Bremen for transformation into a ‘Denkort’ – a place for thinking”. http://musermeku.hypotheses.org/2031?utm_source=alert

L’ancien bunker à sous-marins « Valentin » est considéré de nos jours comme étant le deuxième plus grand bunker aérien d’Europe. Il est l’héritage le plus visible de trois grands projets d’armements nazis qui dès le milieu des années 1930 transformèrent radicalement une région, à l’origine agricole. Déjà dès 1935, la société de recherches économiques Forschungsgesellschaft mbH (Wifo), une société écran du ministère du Reich à l’Économie, commença la construction d’un dépôt de carburant souterrain entre Farge et Neuenkirchen. En 1938, d’autres bunkers à carburant furent érigés aux alentours par la Kriegsmarine (marine de guerre). Ces deux aménagements servirent comme préparatifs de guerre. À partir de la mi-1943, on réutilisa l’infrastructure existante et les camps de travail destinés au projet du « bunker à sous-marins Valentin ». De nos jours, il ne reste que très peu de témoignages des projets de dépôts de carburant des années 1930, de l’immense chantier de construction du bunker à sous-marins et des camps. Seul le bunker subsiste, nous offrant un témoignage indubitable de la machine de guerre nazie.

 a.cundy_bunker1-672x372Pour la première fois dans son histoire – bientôt vieille de soixante-dix ans – le bunker est utilisé à des fins civiles depuis janvier 2011. Le « Bunker Valentin » a laissé la place au « lieu de mémoire du bunker Valentin », créant ainsi un mémorial. De nombreux citoyens de Farge, Rekum et Neuenkirchen virent enfin leur vœu se réaliser. En collaboration avec les associations d’anciens détenus, ceux-ci s’investissent depuis les années 1980 pour que l’on n’oublie pas les événements survenus entre 1935 et 1945.  http://www.denkort-bunker-valentin.de/index.php?id=231&PHPSESSID=1e21195f97e76590858cffce9bce0cdc

Guerre froide, églises et photographies

“Le photographe marseillais Guillaume Chamahian présente sa nouvelle série personnelle Guerre froide au Magasin de jouets à Arles. Il y expose des clichés de l’église Sainte-Bernadette, symbole d’une période noire de l’histoire. Construite en 1966 par l’architecte Claude Parent et l’urbaniste Paul Virilio, l’église adopte l’esthétique du bunker et fait référence au grand épouvantail de l’époque : l’attaque atomique. Le monument, longtemps menacée de destruction, fait aujourd’hui partie des neuf églises classées du XXe siècle. Avec cette série oppressante, Guillaume Chamahian aborde une nouvelle fois la question de l’humanité confrontée à un avenir incertain” :

Paul Virilio est notamment l’auteur de Bunker Archéologie, Virilio paru au moment de son exposition à Paris du 10 décembre 1975 à fin février 1976, organisée par le Centre de Création Industrielle et présentée au Musée des Arts Décoratifs. Le livre et l’exposition utilisaient les documents de son fonds photographique, fruit de ses recherches sur les fortifications de la Seconde Guerre mondiale.