Archives par mot-clé : Paris

La vie romantique au Petit Palais (1)

L’exposition actuellement visible au Petit Palais, s’attache à décrire la période romantique, entre 1814 et 1848 :  une réaction contre les règles de l’académisme et du néo-classicisme, en littérature, en musique, en peinture comme en sculpture. Le but de l’artiste romantique serait d’exprimer ses émotions en adaptant l’esthétique à ses besoins. 

Cette génération artistique vit une période historique mouvementée  : défaite du premier l’Empire (1814),  trois Restaurations (Louis XVIII, Charles X, Louis-Philippe) et deux révolutions (1830, 1848).

Politiquement, le jeune artiste romantique  est, au début du siècle,  un peu perdu, il s’avère difficile de l’associer à une culture politique donnée :

S’il fallait résumer l’idéologie romantique à son aurore, de 1820 à 1827, par exemple, on pourrait la réduire semble-t-il à trois caractères essentiels. Sur le plan des idées les romantiques sont essentiellement religieux et chrétiens. Sur le plan pittoresque et historique, ils sont admirateurs fervents du Moyen Age; […] De la Révolution ils ont hérité pourtant une idée profonde, qui, peu à peu, dominera et englobera les deux autres tendances; cette idée, c’est le culte de la liberté, l’importance nouvelle accordée au moi, à son développement intégral, à tout ce qu’on appellera l’égoïsme ou l’égotisme.

Pierre Paraf, Le Romantisme et la Politique, Revue d’Histoire du XIXe siècle – 1848, Année 1930, 132, p. 11-25.
 

 Ce n’est qu’en 1830 que s’affirme un romantisme libéral et révolutionnaire avec notamment Lamartine, Victor Hugo, George Sand, Alexandre Dumas. Le Romantisme se scinde ensuite entre légitimistes (Chateaubriand , Vigny, Balzac) et ceux qui demeurent auprès des insurgés, comme Dumas et Victor Hugo.

 Le parcours de l’exposition met en scène divers lieux d’expression du Romantisme à Paris : lieux de pouvoir (Les Tuileries), lieu d’exposition des beaux-Arts (Le Salon au Louvre),  lieux de plaisir et de distraction (Le Palais -Royal,  les grands boulevards dont le “boulevard du crime”, qui accueillent les théâtres), lieux d’habitation, ( les ateliers,  la sociabilité  de la Nouvelle Athènes,  du quartier latin), les places et les monuments qui vont incarner la révolution et la République, et une section consacrée à Notre-Dame, symbole du goût des romantiques pour le Moyen-Âge.

Le parcours n’est donc que partiellement chronologique  : le tableau de la duchesse  de Berry  réalisé en 1825 (égérie de la première restauration qui tentera après 1830 de soulever le sud de la France puis la Vendée contre le gouvernement de Louis-Philippe), figure donc au sein de la  section consacrée aux Tuileries, aux côtés de la famille de Louis- Philippe, au pouvoir de 1830 à 1848.

Christophe Leribault, commissaire de l’ exposition, résume le parcours.
Horace Vernet. La barrière de Clichy . Défense de Paris le 30 mars 1814 , détail.

L’exposition débute avec ce tableau, qui, comme le précise le cartel : immortalise la défense héroïque fin mars 1814, aux derniers jours de la campagne de France, de la barrière de Clichy, contre les troupes russes, par la garde nationale, composée alors d’un ensemble hétéroclite d’étudiants, d’invalides et de bourgeois sans expérience. La capitulation de Paris fut signée dans la nuit du 30 au 31 mars.

Voici quelques vues de la promenade parisienne proposée et de sa scénographie :

Devant les devantures du Palais Royal :

Au Salon : diverses œuvres présentées aux différents Salons organisés au Louvre durant cette période.

Au premier plan : Pierre-Jean David, dit David d’Angers, La jeune grecque au tombeau de Marco Botzaris, plâtre, Angers, Galerie David d’Angers.
Eugène Delacroix, Le Christ au jardin des Oliviers, 1826, Salon de 1827, huile sur toile, Paris, église Saint-Paul-Saint-Louis. Détail.
Auguste Préault. Tuerie, fragment épisodique d’un grand bas-relief. Bronze. Salon de 1850. Détail. Plâtre antérieur, Salon de 1834.

Notre-Dame, le goût des romantiques pour le Moyen-Âge :

Pendule de Notre-Dame, 1835-1845, bois incrusté de filets de laiton, bronze ciselé et doré, Paris, musée Carnavalet.
Charles de Steuben, La Esméralda, Salon de 1839, huile sur toile, Nantes, Musée d’Arts. Détail.

La vie de Bohème au quartier latin :

La Nouvelle Athènes : une évocation des ateliers, des salons de musique ( là où s’installèrent Chopin, George Sand, Ary Scheffer) :

Reconstitution d’un salon de musique. Un petit dispositif permet d’écouter des morceaux de piano créés à cette époque.

La représentation d’un modèle féminin :

Joseph-Désiré Court, Femme à mi-corps, couchée sur un divan,1829, huile sur toile, Montpellier, musée Fabre.

Le Paris des monuments :

Jean-Pierre Dantan, Portrait charge de l‘ingénieur Appolinaire Lebas dansant sur une corde en portant l’obélisque. Plâtre patiné.

Le parcours intègre de nombreuses caricatures, notamment d’œuvres d’Honoré Daumier, rappelant que la révolution de 1830 est liée à une demande de reconnaissance de la liberté de la Presse.

La  scénographie immersive, conçue et réalisée par Véronique Dolfus est  réussie même si elle ne crée pas le même effet spectaculaire obtenu pour l’exposition sur les chefs-  d’oeuvre du XVIIIe siècle des églises parisiennes, organisée au même endroit en mars 2017.

Les panneaux informatifs qui bouclent la fin du parcours traitent du sentiment des romantiques vis-à-vis de la révolution de 1848. Ils affichent le point de vue désenchanté du seul Gustave Flaubert (romantique ou réaliste ?), en reproduisant quelques lignes de son roman L’éducation sentimentale, paru en 1869. Pourtant Flaubert est rapidement hostile à la République, comme le rappelle Gisèle Séginger :

“Dans les années 1830, sous l’influence de son entourage familial et scolaire, le jeune Gustave [Flaubert] se dit libéral, et dans ses lettres de 1835, il tient des propos contre la censure et contre la répression des émeutiers de 1834 (Corr., I, 21 et 22), avec une exaltation de républicain. Flaubert est alors l’élève d’Adolphe Chéruel, un disciple de Michelet, et il commence à lire le grand historien dans ces années. […] Toutefois, à partir de ses études de droit à Paris, son entourage change. Il fréquente l’atelier de James Pradier, un sculpteur qui reçoit des commandes officielles de la Monarchie de Juillet. Il se lie avec Maxime du Camp vers 1842, puis avec Louis Bouilhet à partir de 1846, qui ne sont ni l’un ni l’autre des républicains. Maxime Du Camp présentera à Flaubert son ami Louis de Cormenin, le fils d’un homme politique conservateur, hostile à la Monarchie de Juillet. Les trois amis accompagnés de Bouilhet assisteront ensemble à la proclamation de la Seconde République, qui ne suscite pas leur enthousiasme. On sait par ailleurs, grâce à Maxime Du Camp, que Flaubert ainsi que lui-même se sont abstenus de voter au moment de l’élection présidentielle de décembre 1848. À 27 ans, Flaubert est devenu tout à fait sceptique en politique et antirépublicain.

Honoré Daumier, Le gamin de Paris aux Tuileries.

Victor Hugo quant à lui, donne un autre éclairage sur les journées historiques de 1848, dans un discours resté célèbre, prononcé en 1849, Le “grand discours de Victor Hugo contre la misère” sur le site Retronews – site de presse de la BnF.

Gravure de Victor Hugo en jeune homme ; source : Gallica-BnF .
A consulter :

Communiqué de Presse
cp_paris_romantique.pdf (PDF – 1M)

Dossier de Presse
dp_parisromantique_fr.pdf (PDF – 2M)

Visuels presse
presentation-_icono-paris_romantique.pdf (PDF – 8M)

 

Sonia Delaunay, l’exposition parisienne en vidéo

L’exposition Sonia Delaunay se poursuit à Paris jusqu’au 22 février 2014.
Une visite virtuelle et commentée par la commissaire Anne Montfort, est disponible ici : http://mam.paris.fr/flipbook/360/sonia/index.html#/soniadelaunay03/
Capture4
Capture
Capture2
Capture6
Capture7
Capture8

Arrivée en France en 1905, elle est d’abord peintre expressionniste puis se rallie à l’abstraction. Elle ne se limite pas à la peinture, son œuvre va au delà, elle s’exprime sur tous les supports, investit la mode et le design, pour que “l’art entre dans la vie”.
Après le décès de son mari Robert Delaunay, et plus précisément après 1945, elle devient pour les jeunes générations une figure, un relais historique, un témoin de l’époque de l’abstraction de l’entre deux-guerres. Elle se consacrera davantage à la peinture à partir de cette époque et l’exposition montre également ses dernières œuvres. Elle décèdera en 1979. Sonia Delaunay a été parfois oubliée, mais François Mathey l’a convie en 1965 au musée des Arts décoratifs à l’exposition qui rend hommage aux créateurs qui ont figuré au sein de l’exposition pionnière ” 1925″ (voir à ce propos : http://musearti.hypotheses.org/?p=1013 et http://musearti.hypotheses.org/?p=4451 ).

14-18 : Photographies de Paris et carnet de chant

du 15 janvier 2014 au 15 juin 2014 : pour les amateurs de photos : La galerie des bibliothèques de la Ville de Paris présente un très bel ensemble de 200 agrandissements de photographies prises par Charles Lansiaux, illustrant la vie à Paris pendant la guerre 14-18 : http://www.paris-bibliotheques.org/cycles-et-thematiques/paris-14-18-guerre-au-quotidien/

105094_1391786780_10-c-c-lansiauxbhvproger-viollet_623x187

 

 

A signaler également : 14-18, carnet de chant : les chansons de l’arrière à la Bibliothèque Hergé – Paris 19e – le 30 avril  à 19h
Conférence de Bertrand Dicale. Pendant les quatre années de la Grande Guerre, les Français ont chanté. Avec enthousiasme, avec désespoir, avec haine, avec pitié, avec humour, avec patience… Pendant quatre ans, des milliers de chansons ont été écrites : il fallait mobiliser contre l’Allemagne et l’Autriche-Hongrie, donner courage aux Poilus, justifier les sacrifices énormes de la nation, mais aussi critiquer les profiteurs de l’arrière, amuser les permissionnaires, faire rêver les soldats, soulager les endeuillés. Des caf’ conc’ bruyants aux temples de la musique classique, des casernes aux hôpitaux, des écoles primaires aux trains de permissionnaires, des ouvroirs des dames de charités aux salons des maisons closes, on a chanté la guerre de manière obsessionnelle.En avant-première de deux séries documentaires diffusées cet été sur les ondes de France Info et France Bleu, Bertrand  Dicale fait découvrir cet extraordinaire patrimoine, témoignage des souffrances et des espoirs d’une nation en guerre d’abord avec les chansons des combattants (des refrains martiaux aux complaintes antimilitaristes), puis avec les chansons de l’arrière (du « bourrage de crâne » à l’insolence de l’esprit faubourien). Il dévoile notamment quelques éléments de l’ambitieux programme d’exhumation et de réenregistrement de chansons de la Grande Guerre mené avec le Chœur de la Maîtrise de Radio France : http://www.paris-bibliotheques.org/actualites/#news-7239