Archives du mot-clé Paris

Sonia Delaunay, l’exposition parisienne en vidéo

L’exposition Sonia Delaunay se poursuit à Paris jusqu’au 22 février 2014.
Une visite virtuelle et commentée par la commissaire Anne Montfort, est disponible ici : http://mam.paris.fr/flipbook/360/sonia/index.html#/soniadelaunay03/
Capture4
Capture
Capture2
Capture6
Capture7
Capture8

Arrivée en France en 1905, elle est d’abord peintre expressionniste puis se rallie à l’abstraction. Elle ne se limite pas à la peinture, son œuvre va au delà, elle s’exprime sur tous les supports, investit la mode et le design, pour que « l’art entre dans la vie ».
Après le décès de son mari Robert Delaunay, et plus précisément après 1945, elle devient pour les jeunes générations une figure, un relais historique, un témoin de l’époque de l’abstraction de l’entre deux-guerres. Elle se consacrera davantage à la peinture à partir de cette époque et l’exposition montre également ses dernières œuvres. Elle décèdera en 1979. Sonia Delaunay a été parfois oubliée, mais François Mathey l’a convie en 1965 au musée des Arts décoratifs à l’exposition qui rend hommage aux créateurs qui ont figuré au sein de l’exposition pionnière  » 1925″ (voir à ce propos : http://musearti.hypotheses.org/?p=1013 et http://musearti.hypotheses.org/?p=4451 ).

14-18 : Photographies de Paris et carnet de chant

du 15 janvier 2014 au 15 juin 2014 : pour les amateurs de photos : La galerie des bibliothèques de la Ville de Paris présente un très bel ensemble de 200 agrandissements de photographies prises par Charles Lansiaux, illustrant la vie à Paris pendant la guerre 14-18 : http://www.paris-bibliotheques.org/cycles-et-thematiques/paris-14-18-guerre-au-quotidien/

105094_1391786780_10-c-c-lansiauxbhvproger-viollet_623x187

 

 

A signaler également : 14-18, carnet de chant : les chansons de l’arrière à la Bibliothèque Hergé – Paris 19e – le 30 avril  à 19h
Conférence de Bertrand Dicale. Pendant les quatre années de la Grande Guerre, les Français ont chanté. Avec enthousiasme, avec désespoir, avec haine, avec pitié, avec humour, avec patience… Pendant quatre ans, des milliers de chansons ont été écrites : il fallait mobiliser contre l’Allemagne et l’Autriche-Hongrie, donner courage aux Poilus, justifier les sacrifices énormes de la nation, mais aussi critiquer les profiteurs de l’arrière, amuser les permissionnaires, faire rêver les soldats, soulager les endeuillés. Des caf’ conc’ bruyants aux temples de la musique classique, des casernes aux hôpitaux, des écoles primaires aux trains de permissionnaires, des ouvroirs des dames de charités aux salons des maisons closes, on a chanté la guerre de manière obsessionnelle.En avant-première de deux séries documentaires diffusées cet été sur les ondes de France Info et France Bleu, Bertrand  Dicale fait découvrir cet extraordinaire patrimoine, témoignage des souffrances et des espoirs d’une nation en guerre d’abord avec les chansons des combattants (des refrains martiaux aux complaintes antimilitaristes), puis avec les chansons de l’arrière (du « bourrage de crâne » à l’insolence de l’esprit faubourien). Il dévoile notamment quelques éléments de l’ambitieux programme d’exhumation et de réenregistrement de chansons de la Grande Guerre mené avec le Chœur de la Maîtrise de Radio France : http://www.paris-bibliotheques.org/actualites/#news-7239

Future communication le vendredi 30 mai à Fontainebleau, FHA 2014. Cette année : Les collectionneurs, la Suisse

Bientôt la vie de château ! Voici le titre de ma communication du vendredi 30 mai prochain au Festival de l’histoire de l’art à Fontainebleau :  Une exposition emblématique : « Ils collectionnent », 1974 au musée des Arts décoratifs, Paris. Le vendredi 30/05/2014 – 15h30 à 16h30 au Château de Fontainebleau – Salon des fleurs.

 » La communication se propose de mettre en perspective une exposition temporaire organisée en 1974 par François Mathey conservateur du musée des Arts décoratifs, intitulée « Ils collectionnent ». Considérée à l’époque comme une exposition  sociologique inédite, elle suscite l’intérêt et pose une partie des questions qui intéressent aujourd’hui le festival de l’histoire de l’art : Quelles sont les fonctions sociales de la collection ? Pourquoi crée-t-on une collection ? Que révèle la collection de l’identité de son auteur ? Quels objets collectionnent-on et pourquoi ? Quelles en sont les implications esthétiques ? Son approche renouvelle non seulement les thèmes d’expositions temporaires mais questionne également, et de façon radicale, le rôle de la collection privée vis-à-vis du musée, lieu par excellence de la légitimation du bon goût » :

http://festivaldelhistoiredelart.com/programmes/une-exposition-emblematique-ils-collectionnent-1974-au-musee-des-arts-decoratifs-paris-2

Le site du festival : http://festivaldelhistoiredelart.com/festival/edition-2014-collectionner-et-la-suisse/

A signaler parmi les 128 événements,  la communication d’Alain Schnapp, «   Les collections dans le monde antique, l’exemple de la « chronique de Lindos », le  31/05/2014 – 12h00 à 13h00 au Château de Fontainebleau – Salle des Colonnes : http://festivaldelhistoiredelart.com/programmes/linventaire-de-lindos/

L’intervention de  l’artiste collectionneur suisse Olivier Mosset  ( voir http://musearti.hypotheses.org/?p=2424 ) : « Olivier Mosset, un artiste collectionneur » le 01/06/2014 – 15h30 à 16h30 au Château de Fontainebleau – Chapelle de la Trinité : http://festivaldelhistoiredelart.com/programmes/olivier-mosset-un-artiste-collectionneur-itre-provisoire/

Une intervention sur « Harald Szeemann et Jean-Christophe Ammann « , le 31/05/2014 – 10h00 à 11h00 au Château de Fontainebleau – Chapelle de la Trinité, Intervenants : Tobia Bezzola, Bice Curiger.

http://festivaldelhistoiredelart.com/programmes/harald-szeemann-et-jean-christophe-ammann/

Une table ronde  sur le thème  de la «  Présence des restitutions : quelle place dans les collections ? (titre provisoire) Géopolitique des collections »  avec notamment Neville Rowley, collaborateur scientifique, Bode-Museum (Berlin) et chargé de mission, École du Louvre : le  30/05/2014 – 13h30 à 15h00 au théâtre municipal – Foyer.

Et bien sûr la Conférence inaugurale de Krzysztof Pomian, le 30/05/2014 – 10h00 à 11h00, Château de Fontainebleau – Salle des Colonnes