Archives par mot-clé : Papiers peints

Ecomusées, musées de société : quelques expositions d’été

Grâce à la carte interactive établie par la FEMS – Fédération des écomusées et des musées de société, il est possible de faire un tour des expositions de l’été dans ces musées  de toutes sortes qui ne sont ni Beaux-arts, ni consacrés aux sciences. Il sont destinés à valoriser le patrimoine matériel (outils, habitat…) et immatériel (savoir-faire, métier…) d’un territoire et d’une population. Leurs expositions temporaires racontent  une histoire locale, nationale et internationale,  à travers la photographie, le cinéma, les métiers et leurs outils,  la céramique ou les papiers peints panoramiques. En voici  quelques exemples :

–  Dans le Nord, à Lewarde, le Centre Historique Minier créé en 1982 et qui reçoit 150 000 visiteurs par an en moyenne, propose une exposition des photographies de Thierry Girard, qui a photographié l’environnement des mines dans les années 80, au moment de leur fermeture. Cette exposition présente un “avant – après”, conçu comme un carnet de voyage, mêlant des photos des années 70-80 et d’aujourd’hui. Carnets du Nord :

Au sein de l’exposition, un espace de consultation permet de découvrir les travaux d’autres photographes qui ont travaillé sur le thème du paysage : Naoya Hatakeyama, Charles Delcourt, Sophie Deballe à travers leurs catalogues d’expositions. Par ailleurs, les visiteurs sont invités à réaliser leurs propres photographies.

-Sur la façade Atlantique, en Bretagne “L’Empreinte de Rome” – au Port musée de Douarnenez  :

“Parfois perçue comme une région peu romanisée, la péninsule armoricaine dévoile aujourd’hui aux scientifiques un tout autre visage : cette pointe avancée de la province lyonnaise a connu une intégration complète à l’Empire romain.

Le  nom du Douarneniste le plus ancien connu, Caius Varenius Varus, figure sur une dédicace à Neptune. A la faveur de cette exposition, le Port-musée questionne l’héritage latin insoupçonné d’une région revendiquant sa celticité”.

 

 

A l’occasion du 30e anniversaire du musée des Phares et Balises d’Ouessant, Le Port-musée s’associe à cette démarche en programmant 2 films :

Le Chant de la mer. Film irlandais d’animation pour enfants  de Tom Moore, et Un Feu d’enfer. Documentaire 2018 .

Dans les Landes, le plus ancien des écomusées, celui de Marquèze,  évoque un photographe,  Émile Vignes, le “Nadar du pignadar”. Du 3 juillet au 31 août : Les photographies constituant cette exposition ont été puisées parmi les photographies les plus célèbres et représentatives de l’œuvre d’Emile Vignes, photographe landais (1896-1983) qui a immortalisé les scènes de vie quotidienne des Landes de 1916 aux années 1950.

Emile Vignes, « Après la tempête. Le Ellen échoué ». Capbreton, hiver 1928. Photo éditée dans le Pictorial Photography in America  et primée.

A Mane, dans les Alpes-de-Haute-Provence, au Prieuré de Salagon,  le céramiste et peintre chinois Bai Ming est accueilli du 29 juin au 28 octobre : Ming / La Lumière : Artiste largement reconnu en Chine, Bai Ming expose depuis plusieurs années en Europe : après le musée Cernuschi à Paris et Lisbonne, il a souhaité présenter ses œuvres – céramiques et peintures – dans l’église du prieuré de Salagon, sous les vitraux d’Aurélie Nemours.

salagon-museeprogramme-2018

Au musée Dauphinois à Grenoble,  ce sont les jeux Olympiques de 1968 qui font l’exposition : l’héritage culturel des Jeux  comprend notamment la fresque de l’artiste Pierre Vasarely qui avait orné les tribunes de l’Anneau de vitesse dans le parc Paul-Mistral).

Jean Dewasne avait aussi contribué  au décor en créant  des panneaux pour la pour le Stade de Glace de la ville :

Jean Dewasne (1921 – 1999) /Projet pour la décoration du stade de glace de Grenoble : 4ème élément/1967 – 1968/Gouache sur papier bristol/20 x 44,9 cm/Donation M. Daniel Cordier, 1989. Centre Pompidou.

-L’écomusée du Creusot évoque Mai 68 en photographies :

MAI 68, 50 ANS APRÈS En 1968, au Creusot, Paul Dalliance, photographe amateur, immortalise les acteurs et les événements. 50 ans après, il décide de faire don à l’Écomusée de la centaine de clichés préservés par le temps. Près de 80 ont été sélectionnés pour constituer la colonne vertébrale de l’exposition. Ils sont complétés par un fonds d’archives privé, prêté à l’Écomusée pour l’occasion. L’exposition s’appuie également sur la presse de l’époque, les archives des syndicats, les rapports et les télégrammes échangés entre les différents services de l’État et donne la parole aux principaux témoins ou acteurs pour proposer une radiographie locale des événements.

-En Haute-Saône au Musée départemental des arts et traditions populaires Albert et Félicie Demard à Champlitte :

L’exposition Murs & Merveilles. La papier peint s’expose au salon  : le musée s’est associé avec  le Musée du papier peint à Rixheim, le Centre de documentation Joseph Dufour à Tramayes, le Château de Saulx-de-Vesoul. Le musée de Champlitte présente des papiers panoramiques, prêtés ou issus de ses collections permanentes. Le panoramique Les Sauvages de la mer Pacifique de Dufour, (1804), dernière installation des marquis de Toulongeon au château de Champlitte, en est le point de départ. Œuvre réalisée pour agrémenter un salon d’hiver, ce décor fantasmé et exotique projette toutes les envies des propriétaires de l’époque. Installé au début du siècle, il témoigne de l’engouement de ce type de sujet auprès de différents collectionneurs.

-En Haute Vienne :

 

 

 

 

A Saint-Léonard-de-Noblat au Moulin du Got, une dizaine d’artistes présentent leurs créations originales en papier sur le thème des contes des cinq continents. Des sculptures, tableaux, découpages, peintures, pop up … illustrent les récits d’un patrimoine universel, plongent petits et grands dans un univers familier et les fait voyager vers d’autres cultures.

D’autres écomusés, en Alsace, dans les Vosges et ailleurs, ont rejoint la FEMS qui inclut également des musées des pays voisins.

 

Quelles expositions temporaires pour un musée des arts décoratifs ?

Dans un article documenté de Roxana Azimi, paru dans le journal Le Monde du 6 avril 2016, intitulé “Le Musée des Arts décoratifs veut devenir le temple de la French touch”, sont mis en regard les stratégies respectives des deux musées consacrés aux arts décoratifs et à la mode, au champ des arts appliqués : le français, ( Les Arts Décoratifs) et le britannique, le Victoria & Albert Museum (V & A).  La fréquentation des Arts décoratifs a chuté, alors que l’autre grand musée le Victoria & Albert Museum (V & A), a le vent en poupe, comme le montrent  ces chiffres :

 Date de naissance : 1851 pour le V & A, 1882 pour les Arts décoratifs.

  1. Fréquentation : 3,3 millions de visiteurs pour le V & A, Le V & A a triplé sa fréquentation de 2001 à 2009. Aux arts décoratifs : 300 000 visiteurs en 2015 , contre 603 000 en 2012.
  2.  Surface : 50 000 mètres carrés pour le V & A, rue de Rivoli à peine 10 000 m2.
  3. Stratégie de rénovation :  les collections permanentes  du Musée des arts décoratifs ont fermé leurs portes  pendant dix ans (1996/ 2006). Au V & A, la rénovation n’a conduit qu’à des fermetures partielles.
  4. Complexité et articulation : pas toujours évidente entre le Musée des arts décoratifs, la bibliothèque des Arts décoratifs, le Musée Nissim de Camondo à la Plaine-Monceau, et l’école Camondo, qui forme en architecture intérieure et en design. Les musées des Arts décoratifs  : il s’agit en fait de plusieurs départements-musées : celui de la Mode et du Textile, celui des arts décoratifs et de la Publicité, le musée Nissim de Camondo.
  5. La subvention octroyée au musée parisien a augmenté de 1,5 million d’euros depuis 2014. Le V&A, lui, “a ses tutelles dans la poche” et perçoit de 2 à 3 millions de livres sterling (2,4 à 3,7 millions d’euros) grâce à ses produits dérivés. Aux Arts décoratifs, la concession de redevance du restaurant et de la boutique ne rapporte que 630 000 euros.

La programmation du V & A : une exposition consacrée au styliste Alexander McQueen en 2015,  une  exposition, érudite, consacrée au postmodernisme en 2011.

Aux arts Décos, la collection d’art asiatique a été sortie des réserves. Et pour l’année France -Corée, le musée a organisé l’exposition “Korea Now ! design, mode et graphisme en Corée”,  du 19 septembre 2015 au 3 janvier 2016. L’exposition retour prévue à Séoul n’aura pas lieu et a eu des conséquences inattendues en Corée.

Les remèdes avancés pour le musée parisien sont les suivants :

  • S’investir sur des projets ambitieux d’expositions temporaires plafonnés à 6 ou 8, contre 12 en moyenne actuellement ;
  • Adopter une présentation des collections à l’horizon 2017, avec de plus fortes ponctuations extra-occidentales. A l’accrochage patrimonial par siècle va se greffer un autre parcours davantage pluridisciplinaire, mêlant mode, design, graphisme, photos, livres et vidéos. Histoire d’épouser le rythme et le foisonnement de la création contemporaine.

Il semblerait en fait qu’il ne s’agisse pas d’un match entre la French touch  et la Britishitude, mais plutôt d’un débat entre art contemporain et Design : “A Paris, on a l’impression que l’art contemporain a le monopole de la créativité  » dixit Pierre-Alexis Dumas, président des Arts décoratifs, directeur artistique d’Hermès, “On doit emmener le public vers l’idée que ce musée est celui de tous ceux qui travaillent dans le champ des arts appliqués. On doit faire en sorte que les jeunes designers âgés de 20 à 30 ans aient envie d’exposer ici plutôt qu’au Palais de Tokyo. ».

Les créateurs qui, depuis le milieu des années 1960,  ont été formés dans des écoles d’arts décoratifs sont devenus des phares de l’art contemporain (Daniel Buren ouvrant le bal).

. Mot clé “Design” sur le site du Palais de Tokyo.

Voir l’entretien d’Olivier Gabet, directeur des musées des Arts Décos, sur les perspectives et la stratégie des Arts Décos.

CfQtfbjW8AAfD8g

Pour de belles photographies de l’exposition temporaire en cours, aux Arts Décos, “Fashion Forward. Trois siècles de mode – 1715 – 2016”, du 7 avril au 14 août, voir le carnet d’hypothèse :  (Histoire de mode).

L’autre exposition en cours aux Arts décos,  porte sur “Barbie”: elle est source de produits dérivés et devrait contribuer aux finances du musée.

A signalerlast but not least,  Le Contemporain dessiné – Parcours aux Arts Décoratifs, présenté à l’occasion de la 10e édition de DRAWING NOW PARIS I LE SALON DU DESSIN CONTEMPORAIN
du 17 mars au 28 juin 2016, aux Arts décoratifs, 107 rue de Rivoli, Pavillon de Marsan, étages 5 à 9, commissariat d’Agnès Callu.

CP-LeContemporainDessine_1

enfin, les Papiers peints sont de retour aux Arts décos, du 21 janvier au 12 juin 2016 : présenté dans les galeries d’études, cet événement révèle le fonds exceptionnel du département des papiers peints, en rendant publiques trois cents pièces emblématiques de la collection qui compte aujourd’hui plus de 400 000 œuvres en réserve.

  • mais aussi au musée des maisons comtoises à Nancray, “Paper is not dead #2”, du 27 mars au 3 juillet 2016.
  • Au musée de Rixiem : à voir actuellement  « MADE IN FRANCE » Le papier peint en 2015 12 juin 2015 – 31 octobre 2016.
  •  “La collection Zuber : 100 000 documents, du début du XIXème siècle à 1983) et celle du Musée de l’impression sur étoffes de Mulhouse ont été complétées par des milliers d’autres documents acquis depuis l’ouverture du Musée; ils restituent un panorama complet, des dominos du XVIIIème siècle aux créations les plus récentes, avec des papiers peints de toutes origines géographiques”. 

Actuellement, au V&A, à Londres, l’exposition en cours est consacrée aux chefs-d’œuvre des Lumières :

  • Les vingt conservateurs du département ont réuni une sélection de deux cents chefs-d’œuvre, sous la direction de Lesley Miller, qui leur avait demandé de dresser « la liste des objets les plus importants pour raconter des histoires ». « On a eu dix-huit mois de débats, reconnaît-elle, le département est riche de 90 000 pièces de cette période. » Au total, les 1 100 retenues – 300 françaises, 800 européennes – proviennent pour la plupart de la donation John Jones, un collectionneur de la fin du XIXe siècle, fan absolu de l’art décoratif du XVIIIe. Entrée libre : www.vam.ac.uk

 D’autres musées du Design développent des stratégies alternatives de présentation de l’objet, très originales, à partir de collections plus modestes, c’est le cas du musée de Francfort le Museum Angewandte Kunst :

Depot Show. Happiness and Promise February – 10. April 2016 more

Richard Meier. A Style Room Continuing Presentation more

Elementary Parts. From the Collections Continuing Presentation more

Stylerooms. From the Collections Continuing Presentation more

Secret Compartments July 2015 – 06. March 2016 more