Archives du mot-clé Otto Dix

Otto Dix pendant la guerre à Lens

Capture2Dans ce court reportage, présentant l’exposition sur les  » Les Désastres de la guerre. 1800-2014 « , actuellement au Louvre- Lens, Laurence Bertrand Dorléac explique comment Otto Dix a créé plus de six cents dessins après sa participation à la guerre de 14-18 à Lens. Il reprendra ce thème de la guerre, vécue et traumatisante, en 1924.

https://api.dmcloud.net/player/pubpage/4e709e80f325e11e5f000025/5388ab7094a6f6711d643ec5/b7602057cad44cfbaeaecee33ebc16a7?wmode=opaque

On peut également voir dans ce reportage d’autres tableaux et créations exposées comme cette tête de cheval de CapturePicasso pour Guernica.

Sur l’exposition, voir l’article de Philippe Dagen dans le journal Le Monde : http://www.lemonde.fr/culture/article/2014/06/02/quand-les-artistes-regardent-la-guerre-en-face_4430062_3246.html

Otto Dix au Louvre Lens pour l’exposition « Les désastres de la guerre »

Otto Dix. La Guerre, bombardement de Lens, 1924, figure dans la magistrale exposition du Louvre Lens sur les  » Les désastres de la guerre. 1800-2014  » qui débute aujourd’hui :

lens otto dix

L’exposition (dont la commissaire est Laurence Bertrand Dorléac http://chsp.sciences-po.fr/chercheur-rattache/bertrand-dorleac ), est d’une telle richesse qu’il faudra revenir encore et encore sur ce qu’elle offre si généreusement à voir et à comprendre. http://www.louvrelens.fr/expositions

LENS ESPÈRE CONNAÎTRE AVEC SON ANTENNE DU LOUVRE LE MÊME SUCCÈS QUE BILBAO AVEC LE GUGGENHEIM

1936 – 1946 : oeuvres d’Otto Dix : « C’est beau… à en vomir… »

Otto Dix qui jeune aimait tant la guerre puis l’a si bien décrite dans toutes ses conséquences dans ses nombreuses œuvres, comme dans le triptyque  » La Guerre » réalisé entre 1929 et 1932 et conservé à Dresde, au Stadtmuseum http://www.stmd.de/ : dix_wartriptycha laissé des témoignages artistiques jusque là moins vus et moins connus : certains furent retrouvés dans une maison qu’il a habitée en 1936 sur la presqu’île d’Höri sur le lac de Constance : lac de constanceconstance 2« C’est beau… à en vomir… » Ces mots sont du peintre allemand Otto Dix, arrivé sur la presqu’île d’Höri en 1936 dans le Bade Wurtemberg.[…] Il s’installe dans une magnifique villa qui surplombe le Lac.  » Arrivé ici, Dix s’est retrouvé coupé de sa source d’inspiration, la ville et les laissés pour compte de la société urbaine. Alors il a décidé de peindre ce qu’il avait sous les yeux, des paysages ! « . Sven Beckstette est le conservateur d’un petit musée très spécial : le musée de la maison d’ Otto Dix à Hemmenhofen.  » Dix était intéressé par la proximité de la Suisse, juste de l’autre côté du lac. Comme cela, en cas de coup dur – il était considéré comme un artiste dégénéré par les nazis, ne l’oublions pas – il pouvait fuir » […] Otto Dix le fêtard, a décoré sa cave d’une fresque à l’occasion d’une fête de carnaval.  » La cave n’est ouverte qu’exceptionnellement au public. Elle est très humide, et les fresques pourraient être détériorées. Même si ces fresques ne sont pas extraordinaires, nous voulons les préserver »: « http://alsace.france3.fr/2013/08/17/otto-dix-hermann-hesse-sur-le-lac-de-constance-la-presquile-de-hori-est-un-refuge-pour-les-artistes-302653.html La maison-musée  (http://kunstmuseum-stuttgart.de/index.php?site=Museum_Haus_Dix;Das_Haus&id=25&1401297170# ) est gérée par le Kunstmuseum de Stuttgart :http://www.kunstmuseum-stuttgart.de/Bild: 10_1306_MHD_EOE_167_FB_082440.jpg

ottodixatelier
 
Atelier Otto Dix © Kunstmuseum Stuttgart
Photo Frank Kleinbach © VG

 

 

 

ottodixgraffitiottodixgraffiti2Photo Frank Kleinbach © VG Bildkunst Bonn

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Très récemment le musée privé d’Unterlinden  à Colmar ( http://www.musee-unterlinden.com/) a acquis une représentation du Christ : otto_dix-a2668Otto Dix (1891-1969) Tête de Christ, 1946 Huile sur bois –   Colmar, Musée Unterlinden Photo : Musée Unterlinden Vu sur la Tribune de l’Art :  » C’est bien malgré lui qu’Otto Dix passa plusieurs mois à Colmar, prisonnier de guerre entre avril 1945 et février 1946. Il multiplia alors les représentations du Christ – dessins ou peintures – incarnation des soldats sacrifiés et d’une humanité immolée. C’est de cette période que date la superbe tête offerte au Musée Unterlinden par la Société Stihlé, qui l’a acquise dans une vente aux enchères à Belfort le 23 novembre 2013. Sa facture et son style évoquent les maîtres anciens, Schongauer, Grünewald, une influence  que le Musée Unterlinden avait plus généralement analysée dans une exposition en 1996″ : http://www.latribunedelart.com/un-tableau-d-otto-dix-pour-le-musee-unterlinden hoeri-1_1174991386_35461449Otto Dix est mort à Hemmenhofen en 1969, il est enterré dans son cimetière. La toute petite église Saint Pierre de Katterhorn, construite en 1958, possède des vitraux que l’artiste dessinés pour les habitants de la presqu’île d’Höri.