Archives du mot-clé Niemeyer

Claude Parent, un architecte utopique parmi les artistes

L’architecte Claude Parent, qui vient de décéder,  est « connu pour son architecture originale au service de l’imaginaire et de l’utopie, Claude Parent est le créateur de l’architecture oblique. Élu membre de l’Académie des beaux-arts en 2005, au fauteuil de l’architecte Jean Balladur, il raconte d’un humour distancié, son parcours, son engagement passionnel au service de l’architecture et ses rencontres avec les artistes du monde de la peinture et du théâtre. Fernand Léger, Yves Klein, Michel Carrade, Sylvain Dhomme, Polieri, les architectes Nicolas Shöffer, Lionel Mirabaud, le théoricien Paul Virilio et beaucoup d’autres ont nourri ses expériences de créateur. »

Dans une émission proposée par  Marianne Durand-Lacaze, l’Académie a salué en 2008 l’un des siens : Claude Parent, l’architecte de l’oblique , entretien avec l’académicien des beaux-arts  :

Avant l’académisme,  dans les années 1950 et 1960, Claude Parent a en effet été l’acteur d’une époque qui associait dans un même mouvement utopique, sans distinction, artistes peintres, sculpteurs et architectes  : Claude Parent a revendiqué pour sa création l’importance primordiale des rencontres et compagnonnages successifs. Les duos formés avec Ionel Schein, André Bloc, et Paul Virilio en témoignent, marquant l’actualité architecturale et intellectuelle des années 1950 et 1960.

Dès le début des années 1950, il multiplie les collaborations artistiques (Nicolas Schöffer, Yves Klein, Jean Tinguely, André Bloc) et adhère au Groupe Espace créé par André Bloc en 1951 (avec Jean Dewasne, Étienne Béothy, Jean Gorin, Félix Del Marle, Edgard Pillet, Victor Vasarely et Nicolas Schöffer), qui défend une nouvelle synthèse des arts.

De sa rencontre en 1963 avec Paul Virilio naîtra le groupe Architecture Principe (1963 – 68) – dont l’Église Sainte-Bernadette du Banlay (1963 – 66) à Nevers deviendra le projet-manifeste. Paul Virilio et Claude Parent imaginent le concept de « fonction oblique » cherchant ainsi à redéfinir nos espaces de vie en édifiant des bâtiments perturbateurs, aux sols et aux murs inclinés. L’expérimentation est son champ d’investigation permanent. Des bâtiments faits de rampes, de pentes, d’angles, privés d’ameublement – l’espace lui-même est censé déterminer la surface. Des concepts tels que « mur », « sol », « au dessus », « en dessous » sont écartés de leur signification première. Les relations sociales sont dynamisées par l’oblique et par une compréhension de l’espace pleine de spiritualité.

A la fin des années 1950, il mène une collaboration pionnière et intense avec l’artiste Yves Klein :

Au printemps 1959, Yves Klein travaille avec l’architecte Claude Parent sur son projet de Fontaines d’eau et de feu ; il dessine un projet de sculpture aéromagnétique. L’architecte Claude Parent évoque le projet des fontaines de feu dont Klein souhaitait doter les jardins du palais de Chaillot : « Ce qui intéressait Klein au maximum c’était la rencontre de l’eau et du feu avec le dégagement des fumées produites qui flattait certainement le goût wagnérien du théâtre qu’il avait. Il m’avait demandé de travailler aux fontaines de Varsovie devant le palais de Chaillot. Avec ce principe de l’eau et du feu de la rencontre d’un peu d’eau frappée diagonalement à son sommet par un jet de flamme qui dégage à ce moment-là une vapeur d’eau, une fumée dans l’atmosphère ». À travers son délire créatif, Klein avait su conférer un mythe à son personnage, celui du vide. En échange d’une « zone de sensibilité picturale et immatérielle », il exigeait suivant les dimensions de son œuvre entre un kilogramme et quelques grammes d’or fin, et dans son journal du vide, il écrivait, « Le territoire doit ressembler aux yeux de l’espace ». Actualités cinématographiques de Gaumont-Pathé « Yves Klein, quatrième dan », 3 mns 38 s, 1969.

Ainsi, Claude Parent a participé à l’exposition pionnière organisée par François Mathey, au musée des Arts décoratifs à Paris : l’exposition Antagonismes II, l’Objet, au printemps 1962 : elle associait aussi bien des peintres et sculpteurs, que des architectes : Michel Ragon, critique d’art, a salué la maquette d’un théâtre à scènes multiples d’AGAM réalisée avec l’aide de Claude Parent, mais aussi, la création d’Yves Klein présentée au sein de l’exposition : un panneau documentaire, présentant   » l’architecture de l’air » et « la climatisation de l’atmosphère à la surface de notre globe ». Le panneau était composé d’esquisses d’architecture immatérielle, faites par l’architecte.

archi13

Michel Ragon a écrit sur Parent une monographie critique d’un architecte.

claude-parent-480x582

A la demande de Michel Ragon, en 1963, Claude Parent expose à la galerie Anderson-Mayer, aux côtés de Gilioli, Chavignier, Kowalski, Niemeyer, Gaudi, André Bloc, Claude Parent, Jacques Polieri, Alain Bourbonnais, Labourdette, Stahly, di Tinea, Schöffer, Szekely, Ionel Schein.

L’Espace de l’Art Concret à Mouans-Sartoux a consacré une exposition sur la collaboration entre l’architecte Claude Parent et l’artiste Yves Klein, du 31 mars au 25 août 2013 : YVES KLEIN / CLAUDE PARENT À MOUANS—SARTOUX.

Claude Parent a prolongé cette collaboration unique avec Yves Klein avec un projet de monument qui vise, selon ses termes, « à une interprétation architecturale de la pensée d’Yves Klein dans ce qu’elle propose de plus fondamental ».

g_ArtConcret13crKleinMemorial05a

Claude Parent/Mémorial Yves Klein, 1964 -1965/Maquette Bois 40 x 49.5 x 49.5 cm, inv. 008 59 01, Collection FRAC Centre.

 

Hommages à Ricardo Porro

L’architecte franco-cubain Ricardo Porro est décédé à l’âge de 89 ans, le jeudi 25 décembre à Paris.
http://www.lemoniteur.fr/159-culture/article/actualite/26905886-disparition-de-l-architecte-ricardo-porro
Un hommage lui est rendu par le Ministère de la culture :
http://www.culturecommunication.gouv.fr/Presse/Communiques-de-presse/Hommage-de-Fleur-Pellerin-a-Ricardo-Porro

PORR_000_01_44École d’Arts Visuels, La Havane, Cuba, 1960-1965.

Le FRAC Centre résume ainsi sa carrière : Architecte, mais aussi sculpteur et peintre, dessinateur de mobilier, homme de culture, Ricardo Porro est le maître d’œuvre d’une architecture vitaliste, qui plonge ses racines dans les projets de Gaudi, Mendelsohn, Asplund, Frank Lloyd Wright ou Rudolph Steiner, mais aussi dans toute forme vernaculaire d’architecture. Ricardo Porro a grandi à La Havane, au cœur des Caraïbes, où il fait ses études. En 1960, Fidel Castro et le gouvernement cubain lui offrent la possibilité de réaliser une première commande d’importance à travers un programme d’écoles, plus particulièrement l’École des arts plastiques et l’École de danse moderne de La Havane. On trouve déjà dans ses premières réalisations tous les éléments qui définiront l’architecture de Ricardo Porro : un sens fulgurant de l’ellipse spatiale, une exubérance sensuelle de la forme. Ici, l’architecture est image : image figurative à l’anthropomorphisme toujours présent, mais aussi image symbolique qui relève de l’ordre cosmique de l’univers. Le syncrétisme de son architecture, qui relie l’homme au monde, apparaît comme un immense corps dans lequel les éléments architectoniques sont équivalents à des fragments de corps humains. Images symboliques explicites, les œuvres de Ricardo Porro n’en sont pas moins l’expression de véritables programmes, attachant autant d’importance à la forme qu’au contenu, qui sont pour lui deux notions indissociables.
http://www.frac-centre.fr/collection/collection-art-architecture/index-des-auteurs/auteurs/porro-ricardo-58.html?authID=154
« R. Porro a développé une idée de son métier largement dérivée du romantisme allemand, proclamant qu’il fallait, par le biais de l’architecture, « romantiser la vie ». Mais c’est peut-être sa vision de la sexualité, de l’érotisme et des mythes de la fécondité en tant que ferments de son œuvre qui constitue la dimension la plus originale de son travail. Il la doit notamment à son ami le peintre surréaliste Wilfredo Lam, et à un désir de ressusciter à Cuba ce qu’il appelle la « tradition noire », celle du vaudou par exemple. Cette intention culminera dans son chef-d’œuvre, l’école des arts de la Havane, réalisée à la demande de Castro et Che Guevara au lendemain de la révolution castriste. » Présentation des émissions de France Culture, consacrées à cet architecte, réalisées par François Chaslin dans le cadre des « jeudis de l’architecture », diffusion des 9 juin et 8 octobre 2011.

François Mathey avait remarqué cet architecte et tenté de l’aider après son arrivée en France. Il écrivait en sa faveur à Pierre Moinot qui répondait à son intervention en ces termes le 28 octobre 1968 : « Le second point de votre correspondance concerne Riccardo Porro que vous estimez être l’architecte le plus important avec Niemeyer. Je donne votre lettre à Francis Raison en insistant sur le sérieux de l’affaire et de façon qu’un des futurs équipements puissent s’enorgueillir d’avoir été fait par un homme dont vous dîtes tant de bien ».

Retour au sentiment et à l’art social avec le brésilien Portinari

Autre exposition au Grand Palais, celle du retour au sentiment et à l’art social avec le brésilien Portinari et sa fresque Guerre et paix, installée dans le Hall d’entrée de l’Assemblée Générale du siège de l’ONU en 1957, offerte par le gouvernement brésilien : http://www.grandpalais.fr/fr/evenement/guerre-et-paix-de-portinari#sthash.hf3V5uu2.dpuf

aff-portinari-rmn2014_0_0be490bdd1a362863ca72cb23d3559af5Portinari n’a pas eu le visa souhaité pour assister à son installation à New York.

La scénographie de l’exposition est variée, étonnante et ces espaces du Grand Palais rarement visibles pour le grand public. Profitant dès 2007 des travaux de rénovation à l’ONU et de la restauration de la fresque qui s’est déroulée au Brésil, le fils de l’artiste a lancé une  imposante exposition itinérante dont la dernière étape est Paris. Ensuite ces fresques (constituées de 14 parties différentes) retourneront à leur place au siège de l’ONU.

Candido Torquato Portinari est né à Brodowski le 29 décembre 1903. Il décède à Rio de Janeiro le 6 février 1962 : sa maladie est liée aux produits toxiques contenues dans les encres qu’il utilisait. Il était à la fois, illustrateur d’ouvrages comme Graham Greene chez Gallimard : GREENE~2

GREENE~1

 

 

 

 

 

 

 

ou Dom Quixote de Cervantes , avec Carlos Drummond de Andradequixote-039789722028608

 

soit plus de 250 illustrations. Il est aussi muraliste, portraitiste, peintre d’art sacré. Il peint  son village et ses habitants, témoignage d’humanité  : fils d’immigrés italiens (du Nord de la Vénétie), il passe son enfance dans ce milieu rural, puis se forme aux beaux-arts à Rio puis à Paris dans les années vingt. Il étudie le dessin figuratif avec Lucílio de Albuquerque (1877-1939) et la peinture avec Rodolfo Amoedo (1857-1941), Baptista da Costa (1865-1926) et Rodolfo Chambelland (1879-1967). Ayant obtenu le prix du voyage d´études à l´étranger, il part en Europe, en 1929, et parcourt plusieurs pays pendant deux ans. En 1935, il reçoit le prix du Canegie Institute, de Pittsburgh, pour la toile Café [Café] : coffeeet devient ainsi le premier moderniste brésilien à obtenir un prix à l´étranger […] En 1941, il peint les panneaux muraux de la Bibliothèque du Congrès, à Washington D.C.,Réalisés en tempera, d´une grande luminosité, les panneaux présentent à nouveau les ouvriers :  http://www.itaucultural.org.br/aplicExternas/enciclopedia_ic/index.cfm?fuseaction=artistas_biografia_fra&cd_verbete=3745&cd_item=1&cd_idioma=28556

discovery

Proches des artistes et architectes  modernistes ( voir Portinari e Niemeyer no lvoradailLe partenariat entre Oscar Niemeyer et Candido Portinari a commencé avec la construction du siège du ministère de l’éducation et de la santé publique en 1936. Dans les années 40, Portinari collaboré à d’autres projets conçus par Niemeyer, parmi eux, l’Église Pampulha 6408002_b2be4934_640et

le Collège Cataguases, dans la région du Minas Gerais. En 1956, Niemeyer se consacre aux premiers projets de la nouvelle capitale, Brasilia: http://www.docomomo.org.br/seminario%208%20pdfs/164.pdf

Portinari s’engage politiquement, s’inspire de Picasso et de Guernica.

8677189433_98e44d1fed_z

Il expose en 1939, au pavillon brésilien, à la foire mondiale de New York ( au pavilhão brasileiro da Feira Mundial de Nova York ) : http://blogs.estadao.com.br/arquivo/2012/02/06/antes-da-onu-portinari-ja-havia-conquistado-eua/cenas_emNY_1940_ed

 

 

 

 

 

 

 Le projet Portinari par  Vincent Noce : Figure contradictoire, artiste polymorphe, Cândido Portinari n’est pas aisément définissable. A l’instar de Guerre et Paix, mis à l’honneur au Grand Palais, il est l’auteur de grandes compositions aux angles cassés et aux découpes chromatiques : http://next.liberation.fr/arts/2014/05/05/portinari-du-village-au-monde_1011095