Archives par mot-clé : Neville Rowley

Podcasts et visio- conférences sur la recherche en histoire de l’art

La série est diffusée sur la chaîne Youtube de l’INHA mais aussi sur Deezer, Spotify, Soundcloud, Apple Podcasts :

Épisode 1 : Et la lumière fut

Le Moyen Âge : 1 000 ans d’histoire, 1 000 ans d’images. Qu’est-ce que les images nous disent de celles et ceux qui ont vécu à cette époque ? Rencontre avec Isabelle Marchesin, médiéviste, pour dévoiler les liens secrets qui relient ces images aux idées qu’elles recèlent. C’est le fruit du programme de recherche de l’INHA, une nouvelle approche pour un nouveau lexique des images du Moyen Âge : L’Ontologie du christianisme médiéval en images :

Le site Ontologie du christianisme médiéval en images.Une encyclopédie visuelle de la pensée chrétienne dans l’Occident médiéval.
______________________________________

Épisode 2 : Les rouages d’un marché trouble

Plongée en période trouble. Sous l’Occupation, le marché de l’art bat son plein en France : spoliations, pillages de musées, trafics lucratifs… Ines Rotermund-Reynard nous ouvre le Répertoire des acteurs du marché de l’art sous l’occupation allemande. Des bribes d’existence qui apportent un éclairage nouveau sur des secrets bien gardés et permettront de faire avancer le dossier toujours sensible des restitutions d’œuvres spoliées. ( voir Le RAMA).

___________________________________________

Épisode 3 : L’Afrique en regard(s)

Comment dater et situer dans l’histoire les objets d’art africains ? Pour dépasser les classifications héritées de l’ère coloniale, toujours en vigueur aujourd’hui, tout commence par un inventaire : celui des objets se trouvant dans les musées français. Suivant la piste de ces œuvres, Claire Bosc Tiessé mène une enquête aux brûlants enjeux sociopolitiques, pour retrouver les traces d’un passé qui nous permettra de construire l’avenir.

    Le blog Carnet d’Afriques

________________________________________

Épisode 4 : Les écoles d’art : une histoire française

La décentralisation, déjà ? Au XVIIIe siècle, l’art ne se joue pas qu’à Paris. Un réseau d’une cinquantaine d’académies permet aux artistes de toutes les provinces de se former. Qui sont-ils, qu’apprennent-ils, quelle sera leur carrière et leur destin ? Anne Perrin Khelissa nous emmène dans une recherche qu’elle réalise avec Émilie Roffidal à la découverte de ces écoles méconnues, de ceux qui les ont animées et de leurs liens avec le territoire local, sur fond de France préindustrielle et de scintillement des Lumières.

________________________________________

Épisode 5 : Anomalies de génies

Qu’est-ce qui anime les crayons des grands artistes ? Avec Éric Pagliano, remontons le fil des œuvres tracées sur papier, pour en connaître la genèse et croquer une thématique pour le moins insolite : l’erreur et l’acte manqué dans le dessin !

 

 

Par ailleurs de nombreux groupes de recherche mettent à disposition leurs travaux en cours grâce aux vision-conférences disponibles  sur le site de l’INHA : 

La Rencontre des bibliothèques d’art et d’histoire de l’art  qui sera diffusée en direct le 24  novembre prochain sur la chaîne Youtube de l’INHA (Le programme de la journée d’études avec Jérôme Bessière (INHA), Anne-Elisabeth Buxtorf (INHA), Anne Cardinael (INHA).

 

 

 

Le musée du Louvre a également mis en ligne des conférences  de l’auditorium du Louvre, qui peuvent être suivies en direct :

La Chaire du Louvre 2020 - Les origines de l'architecture peinte (1/5) par Sabine Frommel, directeur d’études (Histoire de l’art de la Renaissance) à l’École pratique des hautes études-PSL. 

– la Conférence de Philippe Malgouyres sur les bronzes italiens de la Renaissance au musée du Louvre.

 

Les catalogues d’exposition sont toujours disponibles à l’achat, comme celui qui rend hommage à la donation de Dessins de Michel Laclotte au profit du Musée des Beaux-Arts de Rennes  et qui fait l’objet d’une exposition et d’une publication que l’on peut commander sur le site du musée. 

L’exposition (avant sa fermeture) présentait un ensemble d’une soixantaine de dessins d’artistes allant du XVIe au début du XXe siècle. Ces feuilles ont été généreusement offertes au musée des Beaux-Arts de Rennes par Michel Laclotte, conservateur et historien de l’art, premier président-directeur du musée du Louvre. Cette donation, qui s’ajoute à celle de deux peintures de José de Ribera et de Joseph benoit Suvée, est l’un des plus importants geste de générosité réalisé par un particulier en faveur du musée des Beaux-Arts depuis l’après-guerre. Natif de Saint-Malo, Michel Laclotte a souhaité que ces œuvres, glanés au hasard des occasions durant toute une vie, viennent enrichir un musée breton. L’ensemble des dessins ont fait l’objet d’une étude détaillée par une équipe de dix-sept spécialistes (Thomas Bohl, Sophie Caron, Dominique Cordellier, Natalie Coural, Jean-Pierre Cuzin, Corentin Dury, Frédéric Elsig, Aude Gobet, Guillaume Kazerouni, Guillaume Kientz, Éric Pagliano, Pierre Rosenberg, Neville Rowley, Cécile Scailliérez, Dominique Thiébaut, Françoise Viatte, Nathalie Volle) . Le résultat de ce travail est publié dans le volume n° 7 des cahiers « collection » du musée.