Archives par mot-clé : Napoléon

Histoires de dragons, de containers et un chapeau géant, Dada

Pour sa septième édition, Monumenta accueille Empires, installation conçue par Huang Yong Ping. L’artiste d’origine chinoise a imaginé un parcours dans un paysage invitant les spectateurs à observer les transformations du monde et à questionner la notion de puissance sous la verrière du Grand Palais.

Hang Yong Ping est né en 1954. Cet artiste contemporain français, d’origine chinoise est une figure majeure de l’art d’avant-garde chinois des années 1980. Ce grand admirateur de Marcel Duchamp est inspiré par Dada qui renvoie à la destruction, à la révolte culturelle et politique contre la tradition. Il fonde le mouvement Xiamen Dada  dont le mot d’ordre est « Le zen est Dada, Dada est le zen », il manifeste très tôt son goût du paradoxe et de la déconstruction, produite par l’assemblage de significations hétérogènes. Ses œuvres monumentales s’attachent ainsi le plus souvent à réinterpréter librement les philosophies et mythes occidentaux dans le but d’en révéler les non-dits, en mettant à jour leurs côtés obscurs.

En 1986, Events, la première exposition de Xiamen Dada à Fujian, au sud-est de la Chine, est censurée par les autorités. Le collectif répond en brûlant ses toiles dans la cour du musée, et les remplace par des déchets et des objets ramassés aux alentours.

En 1989, il profite de l’invitation qui lui est faite par le commissaire Jean Hubert Martin à participer à l’exposition “Les Magiciens de la terre” à La Villette. Il s’installe alors en France où il réside toujours. Ce goût certain pour “le paradoxe et la contestation par l’absurde”se traduit dans plusieurs expositions auxquelles il participe et dont Jean-Hubert Martin est le commissaire. Huang Yong Ping en 1995 expose au Musée national des arts d’Afrique et d’Océanie, du 21 septembre 1995 au 15 janvier 1996. L’artiste figure à  la Biennale de Venise (Un Homme, neuf animaux, 1999) où ses animaux mythologiques transperçaient le toit du Pavillon Français, l’originalité de ces installations réside dans leur caractère éminemment contextuel : chaque œuvre est directement inspirée du contexte historique, politique, sociétal et architectural de son lieu d’exposition.

Sources : Expositions et marché de l’art : la postérité des « Magiciens de la terre ». Par Judith Benhamou-Huet , Galliffet art centerEditons Dilecta.

Plus récemment l’artiste a exposé au parc Monceau dans le cadre de l’exposition  conçue  par le MuséeCernuschi, à Paris, en 2011 (déjà évoquée ici).

hyp_10-81

Porte-avions de béton.2011. Installation : Iron, cement, water. 382 x 190 x 169 cm. View of the installation, © ADAGP Huang Yong Ping. Photo. Fabrice Seixas. Courtesy the artist and Kamel Mennour, Paris.

monumenta-1-1024x768

Si le chapeau de Napoléon attire l'œil, les containers eux, donnent lieu à plusieurs interprétations
possibles. La première a pour thème la mondialisation et les échanges, bien sûr. 
POUR PASCAL LAMY, ANCIEN DIRECTEUR DE L'OMC,LE PORTE-CONTENEUR EST AVEC INTERNET « L'UN DES DEUX MOTEURS DE LA MONDIALISATION ».
 SYMBOLE DES ÉCHANGES COMMERCIAUX, LE CONTENEUR INVESTIT ÉGALEMENT LE TERRAIN DE L'ARCHITECTURE, 
COMME SOLUTION À LA PÉNURIE DE LOGEMENTS.

Mais ces containers font aussi écho avec une certaine actualité évoquée par cet article de G. Bowley et D. Carvajal dans le New York times : The World’s Greatest Art Collections Hides Behind This Fence : les œuvres d’art stockées dans des ports francs.