Archives par mot-clé : musée national de l’éducation

Trois expositions de l’été 2018

Elles ou ils sont des spécialistes dans leur domaine : Elles ou ils ont visité des expositions temporaires cet été et les ont particulièrement appréciées.

Ces comptes rendus sont à partager :

-A Rouen : jusqu’au 25 février 2019 :

Fleur d’oeillet, modèle botanique en papier maché du Docteur Auzoux, XIXE siècle.

Une exposition du musée national de l’Education, Munaé, intitulée « Belles plantes ! Les modèles en papier mâché du Docteur Auzoux ».

A découvrir sur le site de Peccadille,  Orion en aéroplane.

– A Montpellier : jusqu’au 2 septembre 2018 :

Le Musée Fabre parle de la restauration des oeuvres . Compte rendu du critique d’art  Étienne  Dumont.

L’exposition s’avère originale.

A Paris, jusqu’au 16 septembre 2018 au Musée de l’ordre de la Libération l’exposition « De l’Asie à la France Libre »,  retrace le parcours de Joseph et Marie Hackin, archéologues et compagnons de la Libération,  en retraçant leur parcours, de l’archéologie Afghane à l’engagement dans la France libre aux côtés du Général de Gaulle en passant par le Musée Guimet, la croisière jaune ou leur séjour nippon. A découvrir grâce au compte rendu publié par ARIANE DA CUNHA sur le site Tokonoma.

L’éducation par l’image, une exposition, un blog

CjoJe70VAAAJlLyanimaux tigres

La représentation des animaux est aussi une voie d’accès privilégiée vers l’art pour les tout petits. A signaler Une exposition, à Rouen, sur l’image des animaux dans l’éducation : Les animaux, leurs images, l’évolution de leur représentation… sont au centre de l’exposition qui se tient au musée national de l’éducation, à Rouen, Munaé jusqu’au 2 octobre 2016. On remarque une modification de l’esthétisme dans les manuels scolaires (remplacement des illustrations scolaires par des photographies, valorisation de certaines espèces en fonction de leur apparence) et dans d’autres produits destinés aux enfants. La présentation de l’homme comme un animal trônant au sommet de l’évolution, ayant entraîné des dérives racistes remises en cause après la Seconde Guerre mondiale, est également évoquée dans l’exposition.

A signaler également, sur un blog italien, un spécial “Eléphants” richement illustré : Bizzarro e surreale: l’elefante nell’arte 

elefante-annone-raffaello

Eléphant blanc de Raffaello

elefante-rosso-fiorentino

Rosso Fiorentino a peint, dans la galerie de François Ier au château de Fontainebleau, cet éléphant royal.