Archives par mot-clé : musée Maillol

Les expositions temporaires : un modèle économique menacé ?

Les expositions temporaires sont elles le fruit d’un modèle économique menacé ? Pour l’instant rien de permet de l’affirmer mais les indices se multiplient : les expositions temporaires sont à plus ou moins long terme dépassées par leurs propres succès.  Un indice, la mise en faillite de l’organisateur des expositions du musée Maillol,http://www.museemaillol.com/

 borgia

Comme l’évoque l’article de Jean-Chistophe Castelain dans le Journal des Arts : “Lieu privé, le Musée Maillol est entièrement dépendant du succès de ses expositions. Celles organisées par Tecniarte alternaient les succès (Vanités ! en 2010, Artemisia en 2012,  Canaletto à Venise en 2012) et les demi-échecs : Les Etrusques (2013) ou Le Trésor de Naples (2014). Malgré son titre accrocheur, l’exposition actuelle sur les Borgia semble avoir pâti du contexte morose parisien et plus encore d’une concurrence acharnée que se livrent les musées”. Pourtant cette dernière exposition est superbe..

Une donation d’art naïf et d’art populaire d’Amérique latine refusée

expocarcassonneCette exposition “Les imagiers de l’imaginaire” devait constituer “l’Acte I de l’installation progressive de la collection Cérès Franco au sein du musée des beaux-arts de Carcassonne“. Installée en France en 1951, Cérès Franco, d’origine brésilienne, a constitué une collection d’art populaire et d’art naïf d’Amérique latine, mais pas seulement : outre les ex-voto du Brésil ou des masques du Mexique, de nombreux créateurs sont exposés, comme par exemple Roman Cieslewicz. La collection rassemble 1 500 œuvres : http://www.ladepeche.fr/article/2014/08/30/1942105-la-ville-laisse-filer-1-500-oeuvres-d-art.html

exposantsexpo 3Captureexpo 2

http://www.carcassonne.org/carcassonneville.nsf/vueTitre/DocNiveau5201310311391326

Le nouveau maire de Carcassonne, refuse au nom de la municipalité, la donation Cérès Franco, ce que toute municipalité a juridiquement bien sûr le droit de faire, même si cette collection est semble-t-il de grande qualité :

art naif

Papillons et fleurs fanées, 1966, Huile sur toile,70 x 50 cm, de Grauben Do Monte Lima : née à Crato, Ceara en 1889 – décédée en 1972, elle est la première femme fonctionnaire de l’administration brésilienne, elle commence à peindre à l’âge de 70 ans.

La  collection Cérès Franco cherche désormais un nouveau lieu d’accueil : des mécènes potentiels suisses ont semble-t-il été approchés. Cette collection est à voir à Carcassonne jusqu’au 27 septembre 2014 :http://www.polad-hardouin.com/sites/default/files/upload/catalogue-les_-imagiers-de-l-imaginaire.pdf

Voir la bande-annonce de “Cérès” un film de Clémence Hardouin : http://vimeo.com/77220072

Depuis longtemps l’art non académique figure dans les collections et sur les cimaises des musées des beaux-arts : dans les collections publiques nationales : L’art naïf au musée national d’art moderne (MNAM) grâce à Jean Cassou : “Avec Henri Rousseau, André Bauchant, Camille Bombois et Séraphine, Louis Vivin est l’un des « cinq maîtres primitifs reconnus » par le critique d’art et collectionneur allemand Wilhelm Uhde. Jean Cassou organise une salle de « naïfs » au Musée national d’art moderne” : http://www.centrepompidou.fr/cpv/resource/c88Bp5/rqGkA5K

– à Nice : le Musée international d’art naïf Anatole Jakovsky : http://www.nice.fr/Culture/Musees-et-expositions/Musee-d-Art-Naif

– à Laval : http://musees.laval.fr/

On retrouve les créations de Séraphine à Senlis :

http://www.musees-senlis.fr/Dossiers-thematiques/seraphine-louis-dite-seraphine-de-senlis.html

ou  dans de grands musées privés comme le musée Maillol : www.museemaillol.com/

L’art brut et la neuve invention théorisés par Dubuffet sont aujourd’hui conservés à Lausanne en Suisse : http://www.artbrut.ch/fr/21036/113/publications/collection-de–fascicules-l-art-brut=)

ou à Lille au LAM : http://www.musee-lam.fr/

ou exposés à la Halle Saint Pierre à Paris : http://www.hallesaintpierre.org/

Il existe de multiples collections  dispersées sur le territoire qui ont des patronymes variés :  art singulier, hors normes, etc. Citons  par exemple :

– à Bègles, le musée de la création franche : http://www.musee-creationfranche.com/

– à Sète, le musée international des arts modestes fondé par Hervé de Rosa :  http://www.miam.org/

Et plus anciennes encore deux collections dans l’Yonne : http://musearti.hypotheses.org/?p=105

– La collection Selz à Noyers-sur-Serein : on y trouve une collection d’art naïf français et d’art populaire, notamment d’Amérique latine : http://www.noyers-et-tourisme.com/museenoyers.html

– La collection de l’architecte Alain Bourbonnais à Dicy, la Fabuloserie : http://www.fabuloserie.com/

Cofondatrice de ce musée d’art hors-les-normes, Caroline Bourbonnais est décédée le 10 août dernier à l’âge de 90 ans : http://france3-regions.francetvinfo.fr/bourgogne/2014/08/14/la-fabuloserie-perd-caroline-bourbonnais-532148.html

Pour conclure cette évocation de l’art naïf et singulier, un hommage de 1961, au Douanier Rousseau, décédé le 2 septembre 1910, tiré des ses archives, par la Revue des deux mondes : http://www.revuedesdeuxmondes.fr/archive/article.php?code=19906

“Once in a lifetime ! ” : Matisse et Malevitch à la Tate Modern

Once in a lifetime” :  c’est le même slogan qu’emploie la Tate Modern www.tate.org.uk, pour vanter ses deux expositions en cours :

– celle sur les papiers découpés de Matisse jusqu’au 7 septembre : http://www.tate.org.uk/whats-on/tate-modern/exhibition/henri-matisse-cut-outs

Vincent Noce dans son article :http://next.liberation.fr/arts/2014/08/25/matisse-decoupes-de-genie_1086747, fait allusion à la chapelle de Vence dont la décoration a été commanditée à Matisse par les dominicains. Le père dominicain Marie-Alain Couturier écrivait à ce propos :

« L’admirable vieillesse des très grands peintres. Souvent ce qu’il y a de plus pur chez un être apparaît à la faveur de certaines déchéances et de l’usure due à l’âge. La main tremble, ne fait plus que l’essentiel. Tout le reste tombe. » in Marie-Alain Couturier, Se garder libre : Journal (1947-1954),  éditions du Cerf, 1962.

672210-an-employee-poses-with-a-stained-glass-designed-by-henri-matisse-at-the-tate-modern-gallery-in-londo

Nuit de Noel», par Henri Matisse, exposé à la Tate Modern de Londres, en avril 2014.(Photo Luke MacGregor. Reuters).

et celle consacrée à Malevitch http://www.tate.org.uk/whats-on/tate-modern/exhibition/malevich, jusqu’au 26 octobre prochain.

malevichbanner

C’est l’occasion de rappeler deux expositions pionnières à Paris :

– celle organisée en 1961 par François Mathey : Henri Matisse : Les grandes gouaches découpées, mars-mai 1961, au musée des arts décoratifs, Paris :http://musearti.hypotheses.org/?p=2897

http://musearti.hypotheses.org/?p=858

–  et celle consacrée aux artistes de l’avant garde russe figurant dans la Collection Costakis au musée Maillol (http://www.museemaillol.com/)  en 2008-2009 : http://www.lexpress.fr/culture/art-plastique/l-avant-garde-russe-dans-la-collection-costakis_710555.html

9782070123490

Deux expositions italiennes et une cuisine soviétique à Paris

A l’Institut culturel italien à Paris :

126bf412a2a31ea45595bd20f92bdde8Fabriano, 750 ans d’histoire
Fabriano, Maître Papetier depuis 750 ans
Artistes, technologies et histoires extraordinaires :
http://fabriano.com/fr/337/fabriano
Pour célébrer le 750e anniversaire de Fabriano, le plus ancien papetier d’Europe, nous présentons une exposition historique, technique et artistique, qui raconte l’évolution de la fabrication du papier à l’ancienne jusqu’à la production industrielle de nos jours. Des cartes originales, des documents officiels datés du XIXe et XXe siècle, des objets historiques, des filigranes médiévaux témoignent de l’histoire qui a fait de Fabriano, la petite ville de Marches, une légende pour sa production de papier. La modernité se révèle dans les techniques de fabrication de billets de banques, du matériel pour les filigranes en 3D, des carnets échantillons modernes ou des papiers aux particules réactives luminescentes. Une section de l’exposition sera consacrée à la relation entre le papier et l’art, à travers la présentation d’œuvres d’artistes célèbres ayant travaillé sur papier Fabriano, de Michel Ange à Roy Lichtenstein, en passant par Beethoven et Fellini.
bruno-munariEntrée libre.

Bruno Munari (Ritratti di ignoti) 1970 – Dessin réalisé au feutre sur papier filigramé Fabriano

 

 

A deux pas au musée Maillol : le trésor de San Gennaro
est présenté dans une exposition exceptionnelle au Musée Maillol à Paris
JUSQU’AU 20 JUILLET 2014.

C’est une des plus grandes collections de joaillerie du monde,
comparable aux Joyaux de la Couronne de France ou d’Angleterre,
mais qui n’appartient ni aux anciennes dynasties régnantes,
ni à l’État, ni à l’Église, mais au peuple, aux Napolitains eux-mêmes.
slider_mitreSan Gennaro, saint Janvier, mort en martyr des persécutions
de Dioclétien, est le grand saint patron de la ville de Naples.
En 1527 un contrat insolite est établi devant notaire entre le saint, mort depuis plus de mille deux cents ans, qui s’engage à protéger la ville de la peste et des éruptions du Vésuve, et le peuple de Naples qui s’engage à travers la Députation à lui constituer un trésor et à lui construire une nouvelle chapelle au sein de la cathédrale.
Les plus importants chefs-d’œuvre de l’immense trésor de San Gennaro,
réalisés et accumulés au cours des siècles seront montrés dans l’exposition“. Simultanément, le musée Maillol expose;  en écho à la Monumenta au Grand Palais, une des installations de Kabakov, intitulée  La Cuisine communautaire.
“Dina Vierny a rencontré Kabakov vers la fin des années 1960, lors d’un voyage en Union Soviétique. Elle était soucieuse d’y connaître la condition des artistes ..” : http://www.museemaillol.com/expositions/kabakov/

Slider-kabakov1-974x397