Archives par mot-clé : musée Fabre

Bien aimable Biennale Paris 2019

Un accueil aimable et pédagogique a été réservé aux visiteurs de ce lieu éphémère de vente d’objets d’art, mis en valeur au Grand Palais pour quelques jours mi-septembre. Dans chaque stand (ou presque), médiatrices et médiateurs vous décrivent peintures et objets sous l’œil vigilant du galeriste : seriez-vous un acheteur sérieux, ou bien un visiteur-amateur qui n’a pas renoncé à venir malgré le coût du billet d’entrée ?

Vues du Grand Palais. L’entrée de la Biennale Paris 2019.
Le décor métaphysique de Vincent Darré.

La scénographie est belle, aérée. Parmi les 71 exposants, aux spécialités très variées, voici quelques œuvres choisies :

  • L’hommage à Carlos Cruz-Diez. Son œuvre se situe au fond de la nef.
Vues de l’œuvre de Carlos Cruz-Diez
« Transchromie ». 1965. Paris.

Figure de l’art cinétique, il est décédé le 27 juillet à l’âge de 95 ans, la biennale le met à l’honneur, en partenariat avec La Patinoire Royale – Galerie Valérie Bach, en exposant une œuvre majeure de l’artiste franco-vénézuélien, « Transchromie ».

Carlos Cruz-Diez lors de son exposition « Carlos Cruz-Diez. El Color Sucede, Museo de Arte Abstracto Espanol, Cuenca, Espagne, 2009 © Courtesy Atelier Cruz-Diez Paris (DR).

Cette œuvre se découvre après la traversée du pavillon du BAHREÏN, Pays invité d’honneur de la biennale (le catalogue est uniquement en anglais). Il comprend essentiellement des œuvres figuratives d’artistes contemporains.

Les regroupements des stands dans les allées, ne sont pas thématiques : ainsi deux galeries, très éloignées l’une de l’autre au Grand Palais, se consacrent à l’art aborigène d’Australie, la jeune Galerie Aborigène de Nicolas Andrin (qui propose un petit catalogue très instructif )et la galerie Arts d’Australie de Stéphane Jacob qui voisine avec un joaillier de Saint-Tropez.

La galerie Capazza basée à Nancay en Sologne, présente un dôme en vitrail 6m x 1,30m, aux motifs gravés et peints avec grisailles, réalisé par Éric Bonte, maître verrier à Paris.

Éric Bonte, Rêveries étoilées, Paris.

La galerie réserve ses espaces aux œuvres récentes de Goudji :

Une sculpture de Dubuffet au détour d’une allée, un peu seule :

et, à la galerie Bayart, la découverte d’un sculpteur, Christophe Charbonnel : ses statues en bronze, monumentales, séduisent.

Christophe CHARBONNEL
Poséidon monumental, photo d’atelier, ca. 200 x 95 x 90 cm, 2018 © M. di Maggio (DR).
Galerie Bayart, vue du stand.

L’historique galerie Claude Bernard  qui a longtemps exposé Goudji, expose Sam Szafran décédé il y a peu :  l’ artiste fera l’objet d’une future exposition rétrospective prévue à l’Orangerie.

Une conférence organisée  par le cabinet des Arts graphiques du Louvre lui rendait hommage en décembre 2018. Elle s’intitulait “Sam Szafran et l’art du pastel”, avec Xavier Salmon, directeur du département des Arts graphiques et Daniel Marchesseau, conservateur général honoraire du patrimoine et historien d’art :

Dans une toute autre galerie figure un portrait exécuté en 1919 par Matisse (“une femme au fauteuil”) dont voici le cartel :

Simon Hantaï, Blancs (détail), 1973, huile sur toile, 212 x 220 cm ©Opera Gallery , Paris (DR).

Dans deux ans, cette manifestation se tiendra ailleurs qu’au Grand Palais, pour cause de travaux.

(Re)Découvrir des musées en régions

Exposition temporaire en cours au musée des Beaux-Arts de Lyon.

Grâce aux cours dispensés par L’École du Louvre  en régions, voici une série de musées à  (re)découvrir sur l’ensemble du territoire : ces cours débutent en septembre ou début octobre 2019 : leurs thèmes sont sans rapport direct avec les expositions temporaires en cours (ou à venir) dans ces divers lieux :
 

À Limoges, à l’école publique d’ingénieurs,  l’ENSIL:
De la manie érigée en art : portraits de collectionneurs, des Borgia aux Rotchschild 
Cycle thématique à partir du 3 octobre 2019.
Musée  Adrien Dubouché
Inscription en ligne. 
 
 
Exposition archivée : Entre Chine et Limoges, une expérience de céramique contemporaine. 1er février - 23 avril 2018.

À Lyon, au musée des Beaux-Arts :
Initiation à l’histoire générale de l’art en Europe (deuxième année) 
Cycle d’initiation à l’histoire générale de l’art à partir du 7 octobre 2019.
Musée des beaux-Arts de Lyon
Inscription en ligne .

 
Exposition en cours : Jusqu'au 22 septembre :L’art et la matière. Prière de toucher vous invite à vivre une nouvelle expérience sensorielle de la sculpture. Offrez à la paume de vos mains une contemplation tactile de chefs-d’œuvre de la figure humaine de l’Antiquité au XXe siècle.
 
À Marseille, au MuCEM
Initiation à l’histoire générale de l’art en Europe (troisième année)
Cycle d’initiation à l’histoire générale de l’art à partir du 2 septembre 2019.
MuCEM
Inscription en ligne.
Exposition en cours : Jean Dubuffet, un barbare en Europe. Vue de l'exposition© Solene de Bony Dubuffet(DR). 
 
À Montpellier, au Musée Fabre
“Bonjour Monsieur Courbet” : l’art vivant de Gustave Courbet
Cycle thématique à partir du 17 septembre 2019.
Musée Fabre
Inscription en ligne.
Exposition en cours : VINCENT BIOULÈS - CHEMINS DE TRAVERSE

15 juin 2019 - 6 octobre.
 
À Nancy, au musée des Beaux-Arts
Michel-Ange : grandeur et postérité
Cycle thématique de 5 séances à partir du 3 octobre 2019.
Musée des Beaux-Arts de Nancy
Inscription en ligne.
Exposition à venir :

Arlene Gottfried :
La rue nous appartient - New York, 1970-1980. Exposition temporaire présentant environ 80 photographies de l'artiste ; en lien avec "Fire on fire - Art Music/Street Club Studio" organisé dans la galerie Poirel.
 
À Nevers, au Palais Ducal
Tout ce qui brille : l’apogée des arts précieux 
Cycle thématique à partir du 23 septembre 2019.
Musée de la Faïence
Inscription en ligne.
Exposition en cours : Le verre au cœur de la France 7 avril – 22 septembre 2019


À Nice, au musée d’art moderne et d’art contemporain
Initiation à l’histoire générale de l’art en Europe (première année) 
Cycle d’initiation à l’histoire générale de l’art à partir du 19 septembre 2019.
Musée d’art moderne et d’art contemporain
Inscription en ligne.
 
Exposition en cours : le diable au corps*. Quand l’Op Art électrise le cinéma. Dans le cadre de la biennale des arts Nice 2019 : L’Odyssée du cinéma. La Victorine a 100 ans. 17 mai - 29 septembre 2019.


Henri-Georges Clouzot, Serge Bromberg et Ruxandra Medre, L’Enfer,1964, Photogramme Scénario de Henri-Georges Clouzot, José-André Lacour et Jean Ferry Avec Romy Schneider et Serge Reggiani . © 2009 Lobster Films / France 2 Cinéma Avec l’autorisation de mk2 films.(DR)


A Nîmes, au Musée de la Romanité
L’art romain : un art à part entière. 
Cycle thématique à partir du 8 octobre 2019.
 

Buste masculin, détail du décor incisé. Époque
préromaine, VIè siècle av. J.C.  Sainte-Anastasie, Gard. Camp Guiraud. Photographie Claire Buttner (DR).
Exposition en cours, prolongation exceptionnelle jusqu’au 20 octobre 2019: Pompéi,un récit oublié.
À Niort, au musée Bernard d’Agesci
Les cabinets de curiosités, entre découverte et connaissance (XVe siècle -XVIIe siècle).
Cycle thématique à partir du 8 octobre 2019.
Musée Bernard d’Agesci
Inscription en ligne. 
Exposition en cours:Bernard d’Agesci, Forgeur d’Histoires à Niort.
À Reims, au Musée des Beaux-Arts de Reims
Lumière et couleurs : quelques aspects de l’histoire de l’art du vitrail.
Cycle thématique à partir du 7 octobre 2019.
Musée des Beaux-Arts de Reims
Inscription en ligne.
 
Exposition en cours : 
Regard sur... Le portrait au siècle de Colbert. 

La vie romantique au Petit Palais (1)

L’exposition actuellement visible au Petit Palais, s’attache à décrire la période romantique, entre 1814 et 1848 :  une réaction contre les règles de l’académisme et du néo-classicisme, en littérature, en musique, en peinture comme en sculpture. Le but de l’artiste romantique serait d’exprimer ses émotions en adaptant l’esthétique à ses besoins. 

Cette génération artistique vit une période historique mouvementée  : défaite du premier l’Empire (1814),  trois Restaurations (Louis XVIII, Charles X, Louis-Philippe) et deux révolutions (1830, 1848).

Politiquement, le jeune artiste romantique  est, au début du siècle,  un peu perdu, il s’avère difficile de l’associer à une culture politique donnée :

S’il fallait résumer l’idéologie romantique à son aurore, de 1820 à 1827, par exemple, on pourrait la réduire semble-t-il à trois caractères essentiels. Sur le plan des idées les romantiques sont essentiellement religieux et chrétiens. Sur le plan pittoresque et historique, ils sont admirateurs fervents du Moyen Age; […] De la Révolution ils ont hérité pourtant une idée profonde, qui, peu à peu, dominera et englobera les deux autres tendances; cette idée, c’est le culte de la liberté, l’importance nouvelle accordée au moi, à son développement intégral, à tout ce qu’on appellera l’égoïsme ou l’égotisme.

Pierre Paraf, Le Romantisme et la Politique, Revue d’Histoire du XIXe siècle – 1848, Année 1930, 132, p. 11-25.
 

 Ce n’est qu’en 1830 que s’affirme un romantisme libéral et révolutionnaire avec notamment Lamartine, Victor Hugo, George Sand, Alexandre Dumas. Le Romantisme se scinde ensuite entre légitimistes (Chateaubriand , Vigny, Balzac) et ceux qui demeurent auprès des insurgés, comme Dumas et Victor Hugo.

 Le parcours de l’exposition met en scène divers lieux d’expression du Romantisme à Paris : lieux de pouvoir (Les Tuileries), lieu d’exposition des beaux-Arts (Le Salon au Louvre),  lieux de plaisir et de distraction (Le Palais -Royal,  les grands boulevards dont le “boulevard du crime”, qui accueillent les théâtres), lieux d’habitation, ( les ateliers,  la sociabilité  de la Nouvelle Athènes,  du quartier latin), les places et les monuments qui vont incarner la révolution et la République, et une section consacrée à Notre-Dame, symbole du goût des romantiques pour le Moyen-Âge.

Le parcours n’est donc que partiellement chronologique  : le tableau de la duchesse  de Berry  réalisé en 1825 (égérie de la première restauration qui tentera après 1830 de soulever le sud de la France puis la Vendée contre le gouvernement de Louis-Philippe), figure donc au sein de la  section consacrée aux Tuileries, aux côtés de la famille de Louis- Philippe, au pouvoir de 1830 à 1848.

Christophe Leribault, commissaire de l’ exposition, résume le parcours.
Horace Vernet. La barrière de Clichy . Défense de Paris le 30 mars 1814 , détail.

L’exposition débute avec ce tableau, qui, comme le précise le cartel : immortalise la défense héroïque fin mars 1814, aux derniers jours de la campagne de France, de la barrière de Clichy, contre les troupes russes, par la garde nationale, composée alors d’un ensemble hétéroclite d’étudiants, d’invalides et de bourgeois sans expérience. La capitulation de Paris fut signée dans la nuit du 30 au 31 mars.

Voici quelques vues de la promenade parisienne proposée et de sa scénographie :

Devant les devantures du Palais Royal :

Au Salon : diverses œuvres présentées aux différents Salons organisés au Louvre durant cette période.

Au premier plan : Pierre-Jean David, dit David d’Angers, La jeune grecque au tombeau de Marco Botzaris, plâtre, Angers, Galerie David d’Angers.
Eugène Delacroix, Le Christ au jardin des Oliviers, 1826, Salon de 1827, huile sur toile, Paris, église Saint-Paul-Saint-Louis. Détail.
Auguste Préault. Tuerie, fragment épisodique d’un grand bas-relief. Bronze. Salon de 1850. Détail. Plâtre antérieur, Salon de 1834.

Notre-Dame, le goût des romantiques pour le Moyen-Âge :

Pendule de Notre-Dame, 1835-1845, bois incrusté de filets de laiton, bronze ciselé et doré, Paris, musée Carnavalet.
Charles de Steuben, La Esméralda, Salon de 1839, huile sur toile, Nantes, Musée d’Arts. Détail.

La vie de Bohème au quartier latin :

La Nouvelle Athènes : une évocation des ateliers, des salons de musique ( là où s’installèrent Chopin, George Sand, Ary Scheffer) :

Reconstitution d’un salon de musique. Un petit dispositif permet d’écouter des morceaux de piano créés à cette époque.

La représentation d’un modèle féminin :

Joseph-Désiré Court, Femme à mi-corps, couchée sur un divan,1829, huile sur toile, Montpellier, musée Fabre.

Le Paris des monuments :

Jean-Pierre Dantan, Portrait charge de l‘ingénieur Appolinaire Lebas dansant sur une corde en portant l’obélisque. Plâtre patiné.

Le parcours intègre de nombreuses caricatures, notamment d’œuvres d’Honoré Daumier, rappelant que la révolution de 1830 est liée à une demande de reconnaissance de la liberté de la Presse.

La  scénographie immersive, conçue et réalisée par Véronique Dolfus est  réussie même si elle ne crée pas le même effet spectaculaire obtenu pour l’exposition sur les chefs-  d’oeuvre du XVIIIe siècle des églises parisiennes, organisée au même endroit en mars 2017.

Les panneaux informatifs qui bouclent la fin du parcours traitent du sentiment des romantiques vis-à-vis de la révolution de 1848. Ils affichent le point de vue désenchanté du seul Gustave Flaubert (romantique ou réaliste ?), en reproduisant quelques lignes de son roman L’éducation sentimentale, paru en 1869. Pourtant Flaubert est rapidement hostile à la République, comme le rappelle Gisèle Séginger :

“Dans les années 1830, sous l’influence de son entourage familial et scolaire, le jeune Gustave [Flaubert] se dit libéral, et dans ses lettres de 1835, il tient des propos contre la censure et contre la répression des émeutiers de 1834 (Corr., I, 21 et 22), avec une exaltation de républicain. Flaubert est alors l’élève d’Adolphe Chéruel, un disciple de Michelet, et il commence à lire le grand historien dans ces années. […] Toutefois, à partir de ses études de droit à Paris, son entourage change. Il fréquente l’atelier de James Pradier, un sculpteur qui reçoit des commandes officielles de la Monarchie de Juillet. Il se lie avec Maxime du Camp vers 1842, puis avec Louis Bouilhet à partir de 1846, qui ne sont ni l’un ni l’autre des républicains. Maxime Du Camp présentera à Flaubert son ami Louis de Cormenin, le fils d’un homme politique conservateur, hostile à la Monarchie de Juillet. Les trois amis accompagnés de Bouilhet assisteront ensemble à la proclamation de la Seconde République, qui ne suscite pas leur enthousiasme. On sait par ailleurs, grâce à Maxime Du Camp, que Flaubert ainsi que lui-même se sont abstenus de voter au moment de l’élection présidentielle de décembre 1848. À 27 ans, Flaubert est devenu tout à fait sceptique en politique et antirépublicain.

Honoré Daumier, Le gamin de Paris aux Tuileries.

Victor Hugo quant à lui, donne un autre éclairage sur les journées historiques de 1848, dans un discours resté célèbre, prononcé en 1849, Le “grand discours de Victor Hugo contre la misère” sur le site Retronews – site de presse de la BnF.

Gravure de Victor Hugo en jeune homme ; source : Gallica-BnF .
A consulter :

Communiqué de Presse
cp_paris_romantique.pdf (PDF – 1M)

Dossier de Presse
dp_parisromantique_fr.pdf (PDF – 2M)

Visuels presse
presentation-_icono-paris_romantique.pdf (PDF – 8M)

 

Trois expositions de l’été 2018

Elles ou ils sont des spécialistes dans leur domaine : Elles ou ils ont visité des expositions temporaires cet été et les ont particulièrement appréciées.

Ces comptes rendus sont à partager :

-A Rouen : jusqu’au 25 février 2019 :

Fleur d’oeillet, modèle botanique en papier maché du Docteur Auzoux, XIXE siècle.

Une exposition du musée national de l’Education, Munaé, intitulée « Belles plantes ! Les modèles en papier mâché du Docteur Auzoux ».

A découvrir sur le site de Peccadille,  Orion en aéroplane.

– A Montpellier : jusqu’au 2 septembre 2018 :

Le Musée Fabre parle de la restauration des oeuvres . Compte rendu du critique d’art  Étienne  Dumont.

L’exposition s’avère originale.

A Paris, jusqu’au 16 septembre 2018 au Musée de l’ordre de la Libération l’exposition « De l’Asie à la France Libre »,  retrace le parcours de Joseph et Marie Hackin, archéologues et compagnons de la Libération,  en retraçant leur parcours, de l’archéologie Afghane à l’engagement dans la France libre aux côtés du Général de Gaulle en passant par le Musée Guimet, la croisière jaune ou leur séjour nippon. A découvrir grâce au compte rendu publié par ARIANE DA CUNHA sur le site Tokonoma.

Un hommage clair-obscur pour le critique Diderot

A l’occasion du tricentenaire de la naissance de Denis Diderot (5 octobre 1713 à Langres), le musée Fabre est le seul à lui rendre hommage : il a réuni 80 tableaux commentés en leur temps par le critique Diderot pour la revue de son ami Grimm.

Voir la critique de l’exposition dans le journal Libération :
http://www.liberation.fr/culture/2014/01/01/denis-diderot-epris-de-critique_970047

Le parcours thématique de l’exposition est en ligne : http://museefabre.montpellier-agglo.com/Visiter/Les_expositions/Le_gout_de_Diderot/sections_diderot
Espérons que le colloque international « Diderot et le temps », des 14-15 novembre derniers donnera lieu à publication.
L’exposition sera reprise pour quatre mois début février à la Fondation de l’Hermitage à Lausanne : http://www.fondation-hermitage.ch/
Un ouvrage de référence sur les salons, dit les mémoires de Bachaumont :salons

Les Salons des “Mémoires secrets” 1767-1787, édition ENSBA, dans la collection Beaux-Arts histoire, établie et préfacée par Bernadette Fort.

les salons vus par Diderot :essaisurlapeinture

Denis Diderot, Essais sur la peinture , Salon de 1759, 1761, 1763,  présenté par Jacques Chouillet et Gita May aux éditions Hermann, 2007.

 

A la une : timbre Diderot, une émission de la France le 9 juin 1958. Charles Mazelin / Postes.