Archives par mot-clé : musée des Arts décoratifs à Paris

Roman Cieslewicz : les coupes sombres d’un chirurgien de l’image

“Un simple assortiment de rêve sans les associations d’idées du rêveur,  sans connaître les circonstances dans lesquelles ils survinrent, ne m’intéressent guère, et j’imagine difficilement  qu’ils puissent intéresser qui que ce soit” écrivit un jour Freud à André Breton. Pour John Barnicoat citant Freud : “Le rêve ainsi détaché de son contexte est peut-être en effet dénué de sens pour un diagnostic,  mais utilisé  en tant que méthode et principe d’art visuel,  il a apporté à toute l’histoire de l’art et à celle de l’affiche en particulier, quelques idées d’une grande richesse.” (John Barnicoat, Histoire concise de l’affiche, Hachette, 1972, p. 181).

Roman Cieslewicz a été l’un de ces brillants illustrateurs, un artiste/artisan, un affichiste qui a oscillé entre expressionnisme et surréalisme. Sa grande efficacité visuelle, ses découpages et collages ont fait son succès. Mais si son inspiration vient des grands mouvements artistiques d’avant-garde, elle est aussi liée directement aux manifestations de l’histoire politique de son temps.

 Cette exposition rétrospective, si réussie (et dont la commissaire est Amélie Gastaut), s’achève le 23 septembre prochain.  C’est grâce à la donation effectuée en 2013 par la veuve de Cieslewicz au musée des Arts Décoratifs (MAD) et aux nombreux prêts effectués par l’IMEC, et par le musée de Grenoble, que l’exposition est en mesure de retracer le parcours de ce graphiste de talent. Les créations de  Roman Cieslewicz  sont ici en pays connu. Il a  en effet (avec Jean Widmer)  réalisé les plus belles affiches des expositions et les couvertures de catalogues du  musée des Arts décoratifs, du CCI, puis du Centre Pompidou, mais aussi les couvertures de la revue Opus international dès 1967 ou bien l’affiche de la première exposition d’art contemporain, organisée par la RMN,  au Grand Palais en 1972.

Il est fêté en 1972  (18 février /17 avril 1972) par le Centre de Création Industrielle (CCI) au Musée des Arts décoratifs, l’exposition est alors vue par 3000 personnes.

Roman Cieslewicz a fait l’objet d’un livre et d’une exposition (1993), réalisés par Margo Rouard au Centre Pompidou :  il a d’ailleurs activement apporté son concours à cette première rétrospective.

 La presse évoque aujourd’huiLa grande rétrospective autour de celui qui se définissait comme « chirurgien de l’image » ou « aiguilleur de rétine », Roman Cieslewicz, […] exposition où se télescope l’incroyable travail de l’artiste avec l’histoire du XXe siècle, l’histoire de l’art, graphique et visuelle, l’histoire de la presse, du cinéma ou encore de l’édition…”. Et  surtout l’histoire politique de l’Europe, celle de la guerre, de l’après-guerre et sa  guerre froide, des tentatives de libération des pays d’Europe centrale, des années 68 et 70. Les cartels rappellent la biographie d’un créateur  au cœur de toutes les propagandes, où l’art  est éminemment politique.

Roman Cieslewicz est d’origine polonaise, né en 1930 à Lvov, Lemberg, là où ont eu lieu des pogroms, puis des exterminations de masse exécutées par les Einsatzgruppen. Ce lieu de naissance n’est pas anecdotique pour cet enfant de la guerre qui évoquera beaucoup ensuite la période nazie dans son travail.

Il entame à l’âge de douze ans dans cette ville, de 1943 à 1946, sa formation à l’École de l’Industrie Artistique de Lwów (1943-1946). La ville polonaise devient ukrainienne à la suite des accords de Yalta et intègre l’URSS. La famille de Roman Cieslewicz se déplace alors à Opole. En 1947, il va étudier à Cracovie. Diplômé en 1955 de l’école des beaux-arts, il part s’installer ensuite à Varsovie où il est engagé comme graphiste dans l’agence d’Etat WAG, qui éditait des affiches de propagande à thématique sociale, culturelle, politique.

La Pologne connaît alors une période d’ouverture qui ne dure que huit ans, et le retour au réalisme socialiste l’incitera au départ.

En 1961, il reçoit un prix du ministère de la Culture et de l’Art de son pays, pour l’ensemble de son travail. Avant de quitter la Pologne pour la France en 1963, Roman Cieslewicz a en effet réalisé une cinquantaine d’affiches, essentiellement pour des spectacles de théâtre qui sont dûment  représentées dans l’ exposition.

Son processus de création part d’images hachées menues, les critiques soulignent cette caractéristique :

Plus qu’il ne les crée, Roman Cieslewicz fabrique de toutes pièces les images. Grâce à une paire de ciseaux, de la colle, une photocopieuse, et surtout un œil acéré, il devient une figure majeure de l’art visuel en France, où il s’installe dès 1963.
Le graphiste (décédé en 1996) aura une brillante carrière de directeur artistique pour le magazine Elle, grâce à Peter Knapp, puis pour l’agence de pub Mafia dans les années 1970. Il crée l’identité visuelle des éditions 10/18 et des Guides bleus. Il s’engage au sein du groupe Panique aux côtés de Topor et d’Arrabal et de Jodorowsky et crée en 1976, la revue Kamikaze (revue d’information du groupe Panique).

La boîte rouge.

“Inlassablement, il découpe, classe, archive méthodiquement dans des boîtes thématisées : les yeux, la bouche, les mains, le cercle, la guerre, Auschwitz, États-Unis, etc., qui pourront lui servir de matériaux de création”.

L’exposition comprend 700 documents, son processus créatif et ses références sont souvent puisées dans l’iconographie de l’histoire. 

“Là, le corps féminin est disséqué et passé à sa propre moulinette, dans un esprit parfois surréaliste. On s’aperçoit que les couleurs rouge, blanche et noir, l’offset ou la trame du papier le fascinent. Il décortique absolument tout.”

Affiche polonaise de Roman Cieslewicz pour le film d’Hitchcock “Sueurs froides” (1958).

Parfums, de Chine et d’ailleurs : des parcours olfactifs

Les parfums et les parcours olfactifs ont toutes leur place dans les musées, ils participent notamment aux expositions temporaires de beaux-arts. En voici quelques exemples :

Le compte rendu du scribe accroupi résume l’exposition Parfums de Chine, réalisée avec le concours du musée de Shanghai. Elle se déroule du 9 mars  au 26 août 2018. 

Elle inclut un parcours olfactif grâce au concours d’un parfumeur-créateur qui a “réinterprété des parfums à partir des recettes anciennes. Le visiteur est invité à découvrir ces senteurs tout au long du parcours de l’exposition”.

Autre parcours significatif, qui s’est déroulé en 2017 dans les jardins du Palais Royal  :  le Centre des monuments nationaux a proposé aux visiteurs une expérience sensorielle originale, l’évocation de l’histoire du lieu par des odeurs :

© Yann Audino / Centre des monuments nationaux. DR

Ces senteurs naturelles reconstituées seront présentées dans l’univers du parfum, lors de cette reprise de l’exposition de Chantal Sanier présentée  au Grand Musée du Parfum du 12 décembre au 11 février dernier.

En 2017 le musée de la Chasse et de la Nature a présenté une exposition parfumée intitulée “Sentiment de la Licorne”.

Licorne – Maïder FORTUNÉ (née en 1973) France, 2005 – Vidéo – Inv. 005 146.    

– En 1979, c’était l’histoire d’un artiste symboliste belge, qui était déjà  mise en valeur dans l’exposition  “Khnopff” au musée des Arts décoratifs à Paris. Elle  recréait l’univers de celui  qui voulait “dissoudre silencieusement la frontière entre réel et rêve ” grâce à un environnement olfactif assez unique dans les scénographies d’alors : ” Les salles d’exposition sont décorées de fleurs, parfumées d’encens”.

Retour aux années 1920 : la Villa Bouilhet, “L’ ange volant” Garches, Paris, France – Giò Ponti

La revue “Connaissance des arts” rend hommage à Albert Bouilhet : ” Celui qui a consacré toute sa vie à la maison de luxe familiale Christofle est décédé le 14 février à l’âge de 86 ans.
C’est à Garches dans les Hauts-de-Seine, là où il naquit en 1929, qu’Albert Bouilhet s’est  éteint dimanche dernier.
Diplômé d’Oxford, il était rentré en 1949 comme stagiaire aux cotés de son père chez Christofle, la marque d’orfèvrerie française fondée en 1830 par son aïeul, le bijoutier Charles Christofle. Devenu PDG de la maison familiale en 1969, Albert Bouilhet fut le grand artisan de l’expansion de la marque à l’international. […] il quitte son fauteuil de PDG en 1993. La trajectoire d’Albert Bouilhet était étroitement liée au monde de l’art. Comme il l’avait rappelé lors d’une interview pour le magazine italien Living en 2008, son grand-père Henri Bouilhet était l’un des fondateurs du musée des Arts décoratifs à Paris.

Albert Bouilhet est mort à « L’Ange Volant », villa conçue en 1928 par son grand-oncle, l’architecte milanais Giò Ponti, dans laquelle il aura vécu sa vie durant”.

cover

Retour aux années 1920 : Giò Ponti souhaitait d’abord surnommer la villa “ La Saint-Cloudienne”, pour cette construction “palladienne”  conçue en 1926 pour Tony Bouilhet et construite à Garches, en dehors de Paris à proximité du club de golf de Saint-Cloud : un endroit qui semblait stimuler les créations architecturales  dans les années 1920 : la villa conçue par Le Corbusier construite entre 1927 et 1928 pour les quatre Américains de Paris, Gertrude, Leo, Michael et Sarah Stein 420px-Stein_11

ou la Villa construite par Auguste Perret pour Nubar BeyCNAM-30-03-0119

Giò Ponti a finalement donné à cette maison familiale le nom de “L’Ange Volant”, en référence à Carla Borletti, l’épouse de Tony Bouihet, mais aussi la nièce par alliance de Gio Ponti (par son épouse milanaise Giulia Vimercati).

Cette villa à deux étages a été la première maison que Ponti  a construite à l’étranger.  Il reprendra  sa conception pour d’autres projets. Son plafond peint a été conçu par Ponti, il s’agit d’une sorte de grande tente colorée, suspendue au-dessus de la salle.

Il est aussi l’architecte de la villa Borletti à Milan en 1928, il crée également en 1929-1931  le caveau familial des Borletti sur le bord du lac d’Orta,  au Cimitero monumentale de Milan.

A l’époque Gio Ponti est  déjà un designer reconnu qui a remporté un grand prix à  l’Exposition internationale des Arts décoratifs  en 1925. Il travaillera beaucoup pour la maison Christofle, comme le rappelle une exposition de 2008 qui se tiendra dans le cadre du salon du meuble de Milan dans l’enceinte du Palais de la Triennale.

Bonbonnière Flèche, créée par Gio Ponti en 1928 à l’oChristofle_Bonbonniereccasion du mariage de Carla Borletti avec Tony Bouilhet, héritier et directeur à l’époque de Christofle.

Gio Ponti crée en 1928 la revue Domus, une revue d’architecture et de design qui fera l’objet d’une exposition rétrospective au musée des Arts décoratifs à Paris en 1973.