Archives du mot-clé musée des arts décoratifs

Sonia Delaunay, l’exposition parisienne en vidéo

L’exposition Sonia Delaunay se poursuit à Paris jusqu’au 22 février 2014.
Une visite virtuelle et commentée par la commissaire Anne Montfort, est disponible ici : http://mam.paris.fr/flipbook/360/sonia/index.html#/soniadelaunay03/
Capture4
Capture
Capture2
Capture6
Capture7
Capture8

Arrivée en France en 1905, elle est d’abord peintre expressionniste puis se rallie à l’abstraction. Elle ne se limite pas à la peinture, son œuvre va au delà, elle s’exprime sur tous les supports, investit la mode et le design, pour que « l’art entre dans la vie ».
Après le décès de son mari Robert Delaunay, et plus précisément après 1945, elle devient pour les jeunes générations une figure, un relais historique, un témoin de l’époque de l’abstraction de l’entre deux-guerres. Elle se consacrera davantage à la peinture à partir de cette époque et l’exposition montre également ses dernières œuvres. Elle décèdera en 1979. Sonia Delaunay a été parfois oubliée, mais François Mathey l’a convie en 1965 au musée des Arts décoratifs à l’exposition qui rend hommage aux créateurs qui ont figuré au sein de l’exposition pionnière  » 1925″ (voir à ce propos : http://musearti.hypotheses.org/?p=1013 et http://musearti.hypotheses.org/?p=4451 ).

Hommage à Lucien Clergue, aux origines de l’exposition photographique

Capturelucien« Il a réalisé 800 000 clichés et est l’initiateur des « Rencontres d’Arles » : le photographe Lucien Clergue est mort cette nuit à l’âge de 80 ans. 

Le revoir : http://france3-regions.francetvinfo.fr/provence-alpes/2014/11/15/le-photographe-arlesien-lucien-clergue-est-decede-592660.html

Lucien Clergue était très fier d’avoir été exposé par Steichen au  Museum of Modern Art de New York en 1961 et au
« Louvre (musée des Arts décoratifs) » en 1962. Le commissaire de cette exposition parisienne, était François Mathey.

Dans notre entretien du 21 mai 2011 , il se souvenait avoir eu cette chance grâce à une première exposition de ses photographies à Zurich : « J’avais exposé en 1958 au musée des Arts et métiers de Zurich. Le musée était mitoyen avec l’École des arts et métiers, qui était très célèbre en Europe et où avaient étudié les grands noms de la photographie suisse : Robert Franck, Burri, Werner Bischoff (qui est mort trop jeune). L’exposition d’Edward Steichen, « Family of man », était montrée au même moment dans ce musée. C’est donc à ce moment-là qu’Edward Steichen, ou son assistante Grace Mayer ont dû voir mon travail. Il a acheté neuf de mes photos qui sont ainsi entrées dans le fonds photographique du MoMA. J’ai ensuite été exposé au MoMA deux ans plus tard, en 1961, aux côtés de Yasuhiro Ishimoto et de Bill Brandt : Edward Steichen faisait une série d’expositions intitulées « Diogenes with a camera » et m’a fait figurer dans la cinquième et dernière d’entre elles. J’avais vingt-sept ans, c’était inespéré. Edward Steichen a achevé sa carrière au musée sur cette exposition ».

«  Comment  Mathey a-t-il eu l’idée d’organiser cette exposition ? Je n’en sais rien, peut-être avait-il entendu parler de l’exposition de New York. Il était dans une veine d’expositions de photographes, il avait exposé auparavant Cartier-Bresson, puis après moi, je crois, Denis Brihat. Nous avons préparé ensemble l’exposition, avec son assistante,  (Yolande Amic) et avec qui nous avons réglé bien des détails ».

A l’époque, par exemple, j’ai réalisé et payé l’affiche (le musée n’avait pas de moyens pour cela). Je l’ai même distribuée moi-même rue de Rivoli, au grand dam de Jean Cocteau ! Avec l’accord de François Mathey, l’affiche mentionnait que l’exposition se déroulait au « Louvre, Pavillon de Marsan, musée des Arts décoratifs ». On avait l’impression d’exposer au Louvre, ce qui est vrai, d’une certaine façon, puisqu’il s’agit des bâtiments du Louvre. Pour accéder à l’exposition, on montait le grand escalier pour se diriger vers de grandes salles, à droite, munies de grandes fenêtres. »
Les lieux d’expositions étaient rares à cette époque : le musée des Arts décoratifs était connu pour favoriser la photographie mais il n’y avait pas beaucoup d’autres lieux d’exposition, ni d’ailleurs de marché :
«  Il n’y avait pas grand-chose, c’est d’ailleurs pourquoi j’ai créé en 1970 les Rencontres de la photographie d’Arles. À vrai dire, c’était le vide sidéral ! Le seul lieu valable c’était le hall de la Bibliothèque Nationale, rue de Richelieu, où une fois par an, dans le cadre d’un concours national mélangeant amateurs et professionnels, nous montions les photos sur des panneaux en bois. »

La photographie n’était pas alors considérée comme un art  :  » Le fait d’avoir exposé au MoMA à New York a déclenché toutefois des choses. L’exposition chez François Mathey a provoqué quant à elle la réaction de Jean-Marie Drot qui est venu, pour la télévision, réaliser un film sur moi, à Arles, accompagné de toute son équipe. Il avait déjà réalisé toute une série d’émissions sur les artistes contemporains, cela a donc joué un rôle certain dans la reconnaissance de mon travail. Mais il ne faut pas oublier qu’à l’époque, le MNAM ne s’occupait pas du tout de la photographie, il n’y avait pas de galeries, ni à Paris, ni à New York et pas d’amateurs ni de collectionneurs non plus : il n’y avait pas de marché. Mon exposition à New York en 1961 n’a pas abouti à la signature d’un quelconque contrat avec une galerie, cela n’existait tout simplement pas à l’époque ».

Il exposait des nus dans la mer, des animaux, des études de marécages. Lucien Clergue avait bien voulu témoigné sur Mathey et cette exposition dont il se souvenait avec plaisir : « Jean Cocteau, Georges Mathieu, Michel Tournier, César étaient présents au vernissage« . Mathey avait « un côté très humain, très direct, il se mettait au service de l’artiste, il n’y a pas eu de heurts. D’autres artistes m’ont fait part de son comportement très respectueux, il était merveilleux. Il n’était pas très grand, sa corpulence lui donnait un air un peu terrien, accroché à la terre, il était sans doute d’origine paysanne, il faisait preuve vis-à-vis de moi, si jeune, de beaucoup d’attention : c’était très agréable ».

Lucien Clergue est retourné plus tard au musée des Arts décos : « Beaucoup plus tard, car une partie de mon travail a consisté à réaliser des surimpressions de photos de nus ou de corridas sur des tableaux, j’ai eu l’accord de Marie-Claude Beaud[1] pour aller dans les salles du musée prendre quelques photos, mais je suis allé plus souvent au Louvre dans le cadre de ce travail ».

corrida


Le tournage du Testament d’Orphée par Lucien Clergue : Le photographe Lucien  CLERGUE raconte le tournage du film Le Testament d’Orphée dans le Val d’Enfer des Baux de Provence : http://www.ina.fr/video/I00006527

[1]Directrice générale des musées de l’UCAD (et directrice du musée de la Publicité), de 1996 à 1999.

« Once in a lifetime !  » : Matisse et Malevitch à la Tate Modern

« Once in a lifetime » :  c’est le même slogan qu’emploie la Tate Modern www.tate.org.uk, pour vanter ses deux expositions en cours :

– celle sur les papiers découpés de Matisse jusqu’au 7 septembre : http://www.tate.org.uk/whats-on/tate-modern/exhibition/henri-matisse-cut-outs

Vincent Noce dans son article :http://next.liberation.fr/arts/2014/08/25/matisse-decoupes-de-genie_1086747, fait allusion à la chapelle de Vence dont la décoration a été commanditée à Matisse par les dominicains. Le père dominicain Marie-Alain Couturier écrivait à ce propos :

« L’admirable vieillesse des très grands peintres. Souvent ce qu’il y a de plus pur chez un être apparaît à la faveur de certaines déchéances et de l’usure due à l’âge. La main tremble, ne fait plus que l’essentiel. Tout le reste tombe. » in Marie-Alain Couturier, Se garder libre : Journal (1947-1954),  éditions du Cerf, 1962.

672210-an-employee-poses-with-a-stained-glass-designed-by-henri-matisse-at-the-tate-modern-gallery-in-londo

Nuit de Noel», par Henri Matisse, exposé à la Tate Modern de Londres, en avril 2014.(Photo Luke MacGregor. Reuters).

et celle consacrée à Malevitch http://www.tate.org.uk/whats-on/tate-modern/exhibition/malevich, jusqu’au 26 octobre prochain.

malevichbanner

C’est l’occasion de rappeler deux expositions pionnières à Paris :

– celle organisée en 1961 par François Mathey : Henri Matisse : Les grandes gouaches découpées, mars-mai 1961, au musée des arts décoratifs, Paris :http://musearti.hypotheses.org/?p=2897

http://musearti.hypotheses.org/?p=858

–  et celle consacrée aux artistes de l’avant garde russe figurant dans la Collection Costakis au musée Maillol (http://www.museemaillol.com/)  en 2008-2009 : http://www.lexpress.fr/culture/art-plastique/l-avant-garde-russe-dans-la-collection-costakis_710555.html

9782070123490

Expo 2015, « Food in Art », Demetrio Paparoni, Celant et l’Arte povera

 » Le critique d’art Demetrio Paparoni,  a adressé une lettre ouverte au maire de Milan, Giuseppe Pisapia, au commissaire de l’Exposition universelle, Giuseppe Sala, et au commissaire gouvernemental pour l’exposition, Raffaele Cantone, pour se plaindre du salaire accordé à Germano Celant. « C’est immoral, écrit celui qui considère qu’en Italie, il existe des retraites à 800 euros par mois ; que Pompéi s’écroule ; que le jeune art italien est inexistant à l’étranger, à cause des mandarins du système de l’art italien qui ne promeuvent qu’eux-mêmes ; que le directeur des Offices de Florence gagne 1 890 euros par mois et que les salles du même musée ne sont pas correctement déshumidifiées par absence de fonds. » traduction  par le Journal des Arts :(http://www.lejournaldesarts.fr).

01_dettaglio_art_food_1280x500Expo 2015 : http://www.expo2015.org/en/explore/thematic-areas/art-and-food

Demetrio Paparoni sul caso Celant : http://www.artribune.com/2014/05/expo-2015-demetrio-paparoni-sul-caso-celant/

La réponse du commissaire Celant : http://www.artwireless.it/aw/ultima-ora/1885-presentato-arts-foods-per-expo-2015,-e-celant-risponde-alla-polemiche.html

Sur le même site, lire  : Germano Celant e la sua guerriglia culturale, di Valentina Spata : http://www.artwireless.it/aw/l-occhio-del-critico/251-germano-celant-e-la-sua-guerriglia-culturale.html

Sur Germano Celant et l’arte povera : Arte povera, une question d’image, Germano Celant et la représentation critique la néo-avant-garde, de Giuliano Sergio, Traduction de James Gussen :  » L’arte povera est un cas critique exemplaire. Inventé en 1967 par Germano Celant, ce label a eu une fortune extraordinaire qui a attiré l’attention des spécialistes et a suscité les jugements les plus divers » : http://etudesphotographiques.revues.org/3224

et 1967 : ARTE POVERA, Germano Celant,  – Flash Art  n.5 – 1967 : NOTES FOR A GUERRILLA WAR, FIRST COMES THE HUMAN : http://www.flashartonline.com/interno.php?pagina=articolo_det&id_art=352&det=ok&title=ARTE-POVERA

Site officiel de Demetrio Paparoni : http://www.demetriopaparoni.com/

Biographie : http://www.arte.rai.it/articoli-programma/demetrio-paparoni/17704/default.aspx

Site d’un acteur majeur de l’Arte povera , décédé lui en 1968,  Pino Pascali : http://www.museopinopascali.it/

Minolta DSCLe musée des Arts décoratifs à Paris (François Mathey), l’exposera en 1969, aux côtés de Ceroli, Kounellis et  Marotta .

Mathey souhaite alors exposer une œuvre « la mer faite d’eau » acquise par la Galleria nazionale d’arte moderna (GNAM), à l’époque de Palma Bucarelli : http://www.gnam.beniculturali.it/index.php?it/446/dalle-collezioni-della-galleria-nazionale-darte-moderna&pag=5

Nave,1964, tecnica mista su masonite, cm. 146 x 62

http://acoulange.wordpress.com/2013/05/13/pino-pacali-sauver-ce-qui-peut-letre-dune-forme/

Sala 40 – Pascali : http://www.gnam.beniculturali.it/index.php?it/371/sala-40-pascali

IMG_0665pino pascaliœuvre illustrant l’article du 15 juin 2011, par Lunettes Rouges :

Pour finir en beauté (Venise 6) :http://lunettesrouges.blog.lemonde.fr/2011/06/15/pour-finir-en-beaute-venise-6/

 

Richesses de la cathédrale de Sens, de son musée et de la donation Marrey

sensLa cathédrale Saint-Étienne de Sens, première cathédrale gothique,  fête ses 850 ans : c’est l’occasion de découvrir ou de redécouvrir les richesses de cet ensemble architectural, de ses vitraux et de son Trésor : http://ville-sens.fr/download/Une/2014/dp_expos-ete_mail.pdf
vue gnelale sensLes musées de Sens sont regroupés dans l’ancien Palais des Archevêques dont les bâtiments des différentes époques forment un rectangle accolé au flanc sud de la cathédrale saint Étienne. Ainsi rassemblées les collections appartenant à l’ État, à la ville et à la société archéologique offrent la possibilité de suivre l’histoire du pays sénonais jalonné d’objets et d’œuvres d’art.
Le musée offre une rapide et exemplaire traversée des siècles, d’un grand éclectisme  : http://www.musees-bourgogne.org/les_musees/musee_bourgogne_resultat.php?id=43&theme=ethnologie
Les tapisseries : ci-contre Tapiss1OK-e9249Les anges musiciens, un détail de la tapisserie du Couronnement de la Vierge. (Cliché E. Berry. Musées de Sens),
des sculptures ( Bartholdi):
bartholdi
une Adoration des mages, de Pierre Brueghel le Jeune (1564-1638), grâce à un dépôt L.et F. Marrey, 2002.
« L’importante donation Lucien et Fernande Marrey a définitivement enrichi en 2008 les Musées de Sens. Les œuvres qui la composent, sont présentées dans une nouvelle salle et dans l’ancienne galerie d’apparat des archevêques. Cette collection comprend des meubles conçus par le ferronnier d’art Raymond Subes (1891-1970), des céramiques de J. Mayodon (1893-1967), des peintures flamandes et hollandaises dont P. Brueghel (vers 1564-1638), A. Grimer (vers 1570-1618), des sculptures médiévales, deux bronzes de Rodin. Une grande toile de Louis Watteau dit de Lille « La Visite à la ferme » (1782) est entourée de peintures du XIXe et XXe : E. Boudin (1824-1898), A. Lebourg (1849-1928), A. Marquet (1875-1947) »: http://ville-sens.fr/index.php/Les%20mus%C3%A9es?idpage=162&idmetacontenu=187
La donation a été précédée d’un dépôt salué en 2002 : La collection Lucien et Fernande Marrey. 23 p. Édition : 2002 [Sens] [Musées de Sens] Auteur du texte : Baptiste-Marrey, Bernard Marrey
Vue de la table de Raymond Subes  ferronnier d’art  (1891-1970),  auprès d’une sculpture en bronze d’Auguste Rodin (1840-1917) : L’Homme d’Airain. Pour davantage d’illustrations: https://www.flickr.com/photos /tourismesens/6460474381/
Les enfants des époux Marrey,  Bernard et Jean-Claude Marrey, dit BaptisteMarrey ont déroulé une carrière dans le monde des arts et de la culture : Ils ont été ensemble les premiers directeurs de la maison de la culture d’Amiens inaugurée par André Malraux le 19 mars 1966.
Bernard Marrey  a  aussi travaillé auparavant pour le centre national de diffusion culturelle (CNDC), présidé alors par Eugène Claudius-Petit et imaginé par Émile Biasini.
Ce fut pour lui l’occasion de participer à l’organisation d’une exposition itinérante qui a figuré au musée des Arts décoratifs à Paris, l’art roman au soleil. (Octobre-décembre 1962), à découvrir dans les albums Maciet de la bibliothèque des Arts décos ( Maciet 309bis/30).
Écrivain, il a créé en 1993 une  maison d’édition consacrée principalement au monde de l’architecture,  Les éditions du linteau : http://www.aisnenouvelle.fr/article/autre-actu/bernard-marrey-revisite-la-cite-modele
Baptiste Marrey est lui aussi devenu écrivain et a notamment rédigé un portrait d’Albert Camus publié en 2013 : « J’ai eu l’incroyable chance de travailler avec plusieurs hommes admirables. Parmi eux, le plus connu, le plus exemplaire, et sans doute celui que j’ai le plus aimé fut Albert Camus. »
Il a aussi rassemblé les écrits du peintre Roger Bissière en 1994 (Écrits sur la peinture : 1945-1964,  T’en fais pas la Marie, Roger Bissière, Éditeur : Le temps qu’il fait). L’ouvrage comprend un texte de François Mathey, décédé en 1993.
Il a soutenu les créations du fils de celui-ci, Louttre B. notamment son œuvre gravée. Il a écrit notamment une monographie sur l’artiste : Louttre B : Portrait en douze esquisses. 41--TO8CXeL__SY300_Il a réalisé le catalogue de l’exposition de son œuvre gravée au musée de Sens en 2003.
200620121111
Louttre B.  Traces éparses, 2001, sable et acrylique sur toile, 201×250 reproduit dans le catalogue des Musées de Sens-Palais Synodal, 2003