Archives par mot-clé : Musée de la Vie romantique

La vie romantique en deux temps (2): les Salons littéraires

En association avec l'exposition "Paris Romantique", organisée au Petit Palais (1), le Musée de la Vie Romantique consacre ses espaces à une exposition illustrant "les pratiques des salons littéraires propres au XIXème siècle". 
Mme Gaëlle Rio, directrice du musée, présente l’exposition, notamment une œuvre de Delacroix, un portait de Baudelaire, par Émile Deroy ( 1820 – 1846), et le Panthéon Nadar.

Victor Hugo décrit  le romantisme comme “une révolution faite dans les arts qui commence par la poésie, continue dans la musique et  qui en renouvelle la peinture”.

L’exposition trace le portrait  d’une génération à laquelle appartient Alfred de Vigny (1797 -1863) dont on expose l’habit d’académicien, qui a obtenu cet honneur plutôt jeune en 1845.

Les salons littéraires sont le creuset de la création romantique, pendant la Restauration, la Monarchie de juillet. Ces salons (une quinzaine à Paris) contribuent à l’émergence  et à la gloire de cette génération qui vient tester dans ces salons leurs œuvres avant leur publication, à travers des lectures, des conversations. L’exposition montre les dessins et caricatures glorifiant les écrivains : le  Panthéon Nadar (une planche lithographiée) dresse le portrait collectif de 250 écrivains. Ils accèdent à la postérité grâce notamment à la Presse et aux caricatures.

Bustes et médailles à la gloire des écrivains, réalisés par David d’Angers et petits bustes d’hommage réalisés par Dantan, souvent caricaturaux.
Costume d’académicien d’Alfred de Vigny.
Peinture d’ Ary Scheffer.

L’exposition se déroule dans l’atelier et la maison du peintre d’origine néerlandaise Ary Scheffer (1795-1858) qui a précisément organisé là, un salon tous les vendredis. Il fut le professeur de dessin de Marie d’Orléans, fille de Louis-Philippe. Sa demeure située dans la Nouvelle Athènes a été transformée en musée.

un châle de cachemire (1820-1830) appartenant à la collection du Palais Galliera.

Si des œuvres célèbres d’Ary Scheffer (portrait de George Sand, portrait de Marie d’Orléans) ont été transportées au Petit Palais le temps de l’exposition, des oeuvred et objets appartenant au Palais Galliera, musée de la mode à Paris, au musée Carnavalet, ou au Château de Versailles sont en revanche visibles au sein de l’exposition au musée de la Vie Romantique.

L’exposition fait écho à la sociabilité romantique et mondaine qui caractérisent ces salons littéraires, et au rôle joué par les femmes collectant dans leurs albums “amicorum” ou “albums d’amis” les vers et dessins des artistes poètes qu’elles côtoyaient.

Album “amicorum” de la baronne Maria de Marches. 1833

Au Petit Palais l’exposition principale (600 numéros)  se déroule jusqu’au 15 septembre 2019 : Paris romantique, 1815-1848.

Eugène Lami, Scène de Carnaval, place de la Concorde, 1834. Huile sur toile. Musée Carnavalet. Crédit : © Musée Carnavalet / Roger-Viollet

Aides à la visite /SOUFFLEURS D’IMAGES

Depuis 2009, le service Souffleurs d’Images permet à une personne aveugle ou malvoyante d’accéder à l’événement culturel de son choix ( théâtre, exposition, cirque, danse… ). Elle est accompagnée d’un étudiant en art ou d’un artiste, bénévole, qui lui souffle les éléments qui lui sont invisibles. Le service est conçu comme un partenariat entre le CRTH, les lieux, les spectateurs et les souffleurs (écouter).


INFORMATION / RÉSERVATION/ INSCRIPTION
01 42 74 17 87 ou @ Souffleurs d’Images.
De nombreuses expositions temporaires proposent l’accessibilité Souffleurs d’Images à leurs publics. En voici quelques exemples sur Paris :
• A la BNF : Vladimir Jankélévitch, figures du philosophe :

Exposition sur le site François-Mitterrand | Galerie des donateurs : jusqu’au 3 mars 2019.


• Au Grand Palais : Eblouissante Venise ! Jusqu’au 21 janvier 2019 :


• Au Jeu de Paume : Dorothea Lange. Politiques du visible
jusqu’au 27 janvier 2019 :

Au musée Cernuschi Trésors de Kyoto, trois siècles de création Rinpa jusqu’au 27 JANVIER 2019


• Au Musée Cognacq-Jay, La Fabrique du luxe. Les marchands merciers parisiens au XVIIIe siècle.
jusqu’au 27 JANVIER 2019 :


• Au Musée de l’Orangerie, jusqu’au 14 janvier 2019 : Les contes cruels de Paula Rego


• Au Musée d’Orsay Renoir père et fils. Peinture et cinéma jusqu’au 27 janvier 2019 :

• Au Musée du Louvre : Un rêve d’Italie, la collection Campana au Louvre jusqu’au 18 février 2019 :

Visite privée Le scribe accroupi.


• Au Musée du Luxembourg : Mucha jusqu’au 27 JANVIER 2019 :

• Au Musée Yves Saint Laurent Paris : L’Asie rêvée d’Yves Saint Laurent
jusqu’au 27.01.2019

Au Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme la Visite des cinq sens le 21 février 2019 de 11 h à 12 H 30 :
Que trouve – t – on dans un musée comme le mahJ qui mêle art et histoire ? Des oeuvres et des objets, des récits, des poèmes, des musiques et des contes drôles ou nostalgiques, des odeurs et des couleurs.


Au Petit Palais : Jean Jacques Lequeu (1757-1826) Bâtisseur de fantasmes  jusqu’au 31 mars 2019 :

Vue de l’exposition.

Écouter la conférence, “Trésors de Richelieu” le 20 novembre 2018 – sur le fonds Jean-Jacques Lequeu.

Fernand Khnopff (1858-1921)
Le maître de l’énigme.
Jusqu’au 17 mars 2019 :
Sur cette exposition et sur l’exposition Khnopff, olfactive et sonorisée, qu’organisa en 1979 le musée des Arts décoratifs, lire le compte rendu du blog Paseos Art nouveau.

Vue de l’exposition.


Vue de l’ exposition.

Souffleurs d’Images peut également organiser des visites au 104, au Maif Social Club,à la Maison Balzac, au Musée Carnavalet, au Musée Bourdelle, au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris , au Musée de la Vie Romantique, à la Maison de Victor Hugo, à la Maison d’Europe et d’Orient, à la Monnaie de Paris, au Musée Zadkine, au Palais Galliera, au parc de la Villette, au Musée du Quai Branly-Jacques Chirac, au Musée National des Arts Asiatiques – Guimet.

Revue de cartels : “il n’y a rien à comprendre, il y a tout à voir”

 

 

Il fut un temps où l’on expérimentait leur suppression : Francois Mathey l’a fait lors de l’exposition  ” Equivoques” en 1973, lorsqu’il a choisi de questionner la valeur des oeuvres des peintres pompiers du XIXe siècle qu’il montrait sous un jour nouveau, démarche toujours débattue  depuis.

Daniel Cordier a effectué le même choix, lors de l’exposition consacrée à sa deuxième donation déposée  aux Abbattoirs à Toulouse, en 2009, intitulée  “Les désordres du plaisir” . Il n’y a rien à comprendre, il y a tout à voir », affirmait-il. Il avait en 2006 montré une sélection d’objets pour l’exposition  intitulée “Pas le Trocadéro, pas le musée d’Athènes”. Texte de Daniel Cordier pour l’exposition “Pas le Trocadéro, pas le musée d’Athènes”

A l’heure de la révolution numérique, les cartels des expositions temporaires  subsistent mais évoluent. Effet de mode ou recherche esthétique, le recours à une signalétique plus légère, transparente, voire parfois peu lisible, semble s’affirmer. Voici une brève revue de styles.

Au Musée de la Vie romantique à l’exposition Redouté, dans la partie de la maison-musée où sont présentées les créations contemporaines : le cartel coin de table a été adopté :

 

 

 

 

 

 

 

Les cartels figurant dans les autres pièces de l’exposition sont plus classiques, mais pas nécessairement à hauteur d’oeil.  Par exemple, ici, en bas (très en bas), à droite de cette présentation murale dédiée aux papiers peints :

ou bien le cartel est comme collé sur le mur de cet escalier, à côté de l’œuvre de Christine Coste, dont voici un détail :

L’expo ‘Redouté’ qui rencontre un grand succès, vient d’être prolongée, ce qui donnera lieu à un renouvellement des velins exposés.

Vu au Palazzo Braschi – Museo di Roma,  lors de l’exposition consacrée à Artemisia Gentileschi : accrochés sur une barre amovible, en bas des œuvres, mis à distance des murs :

L’ exposition Rodin au Grand Palais, opte pour ce buste de Victor Hugo, pour une grande étiquette mise en avant, sur le socle, en relief.

 

 

 

 

 

 

A l’exposition temporaire ” Jardins “: toujours au Grand Palais, un cartel en transparence, collé sur la vitrine qui accueille les objets en question : ici  une oeuvre en cire du militaire Louis Marie Antoine Robillard d’Argentelle, qui, passionné de botanique, s’était spécialisé dans la reproduction en cire de plantes et fruits tropicaux rencontrés lors des campagnes militaires auxquelles il participait. Ses oeuvres furent exposées à Paris une année aprés sa mort puis données par sa famille au Muséum d’Histoire Naturelle en 1887 :

Les cartels amovibles, au Château de Chantilly, sont conçus pour le Cabinet d’arts graphiques qui a ouvert ses portes au printemps. Ils ne peuvent pas être accrochés aux murs et sont posés sur la cheminée (pour renseigner sur le mobilier), ou intégrés aux vitrines qui présentent les dessins, ou bien, font comme partie du cadre :

Les rapports entre objets et cartels, la façon dont le public les perçoit, sont  essentiels et étudiés de façon appronfondie  :

“L’objet dépourvu de son étiquette dans l’exposition perd aussitôt son identité, est «muet». Inversement, une étiquette n’a de sens que lorsqu’elle accompagne un objet. Par conséquent, l’étiquette constitue la première étape de la médiation entre l’objet exposé et le visiteur”.

in Alice Chatzimanassis,  “Regarder et lire : Réflexion sur le rôle du texte dans une exposition d’art”, MuséologiesLa cybermuséologie, Volume 6, numéro 2, 2013.

Voir également  :

Anne-Sophie Grassin, « Le jonglage objet-cartel », La Lettre de l’OCIM, 110 | 2007 : mars – avril 2007.

Épilogue : quand il n’y a rien à voir ?