Archives du mot-clé musée d’Art moderne de Saint-Étienne

Exposer l’internationale situationniste (IS)

Un documentaire du Centre d’histoire sociale d’une  durée de 54 mn, richement illustré par sa réalisatrice, Jeanne Menjouletdonne la parole 9782130619703_v100à Anna Trespeuch-Berthelot qui raconte l’histoire de l’IS et de sa réception, relatées dans son ouvrage : L’internationale  situationniste. De l’histoire au mythe (1948-2013).L’historienne fait allusion à trois expositions temporaires consacrées à ce mouvement, incarné notamment par Isidore Isou, lettriste, Asger Jorn , Constant, Raoul Vaneigem et Guy Debord.

Une exposition de 1989 au Centre Pompidou,  intitulée « Sur le passage de quelques personnes sur une assez courte unité de temps : à propos de l’internationale situationniste ».

Du 22 novembre 2003 au 29 février 2004, l’exposition  « Après la fin de l’art (1945-2003) » organisée par le musée d’art moderne de Saint-Étienne y rassemble tout ce qui a pu, depuis l’après la guerre constituer « l’aventure des avant-gardes de la « fin de l’art » ». Paris musées

Un ouvrage, « Figures de la négation », est publié par Paris musées : il est la prolongation, sous forme de livre, de la réflexion abordée lors de cette exposition, « Une étude des « avant-gardes du dépassement de l’art » que furent l’Internationale Situationniste, l’Internationale Lettriste (et les mouvements satellites) à travers leurs protagonistes principaux : Guy Debord, Asger Jorn, Gil Wolman

expo deborddebord

Enfin, l’exposition de la BnF (intitulée Guy Debord. Un art de la guerre”),  du 27 mars 2013 au 13 juillet 2013, organisée à l’occasion de la patrimonialisation des archives de Guy Debord déclarées « trésor national « , aujourd’hui déposées à  la BnF alors qu’elles étaient convoitées par l’université de Yale :

Considérant que les biens pour lesquels le certificat d’exportation est demandé sont un ensemble exceptionnel d’archives personnelles de Guy Debord (1931-1994), essayiste et réalisateur français, principalement connu pour avoir été le fondateur de l’Internationale situationniste, mouvement de pensée avant-gardiste dans le sillon des courants dadaïste, surréaliste et lettriste ; que cet ensemble est composé de manuscrits et de documents divers, triés et organisés par Guy Debord, qui n’a conservé que les pièces considérées par lui comme essentielles pour la compréhension de son œuvre ; que les dossiers constitués contiennent l’ensemble des états préparatoires puis définitifs de ses œuvres, des premiers jets sur fiches jusqu’aux épreuves corrigées, en ce qui concerne les ouvrages, et au découpage, en ce qui concerne les films, notamment pour son ouvrage majeur, La Société du spectacle (1967) ; que ces archives, couvrant les années 1950 à 1994, sont demeurées encore largement inexploitées et représentent un matériel précieux pour la recherche ; que ces documents, qui illustrent le processus créatif complet de la pensée de l’auteur, permettent d’appréhender sa façon assidue de travailler, sa grande érudition et son style, héritier des plus grands classiques, mis au service de son analyse critique de la société moderne ; qu’il faut souligner la rareté d’un tel fonds intégral, resté dans un parfait état de conservation, dans la mesure où il n’en existe aucun dans les collections publiques françaises recouvrant si largement un même courant de pensée ; que cet ensemble s’avère unique pour l’étude de la genèse de l’œuvre de Guy Debord, l’un des penseurs contemporains les plus importants, et capital dans l’histoire des idées de la seconde moitié du xxe siècle ;
Qu’en conséquence cet ensemble d’œuvres présente un intérêt majeur pour le patrimoine national du point de vue de l’histoire et de l’art et doit être considéré comme un trésor national « .

« Classées en janvier 2009 trésor national, les archives de Guy Debord (1931-1994) ont rejoint les collections du département des Manuscrits de la BnF. Bruno Racine, président de la BnF, se réjouit « d’accueillir au sein des collections patrimoniales un penseur dont l’œuvre théorique et poétique a profondément influencé le dernier demi-siècle. La générosité de nos mécènes et le soutien du ministère de la Culture et de la Communication nous permettent de faire aujourd’hui cette exceptionnelle acquisition. » « Bien sûr, l’exposition ne pouvait pas manquer de soulever des sarcasmes quant à la récupération, l’édulcoration, la stérilisation, la fétichisation, la réification… de la pensée situationniste.”

A signaler également l’ouvrage de Fabien Danesi paru en 2008,

 Le Mythe brisé de l’Internationale situationniste. danesi_F

L’aventure d’une avant-garde au cœur de la culture de masse (1945-2008).

 

 

Fondation ELF : Climats artificiels

La Fondation EDF propose depuis le 4 octobre 2015, une exposition temporaire gratuite Climats artificiels, qui rassemble des artistes d’hier et des artistes vivants soutenus par plusieurs fondations privées. La commissaire  de l’exposition est Camille Morineau.

L’exposition  » met en perspective le changement climatique à travers la vision d’artistes contemporains de renom », parmi lesquels Marina Abramović, Hicham Berrada, Spencer Finch, Laurent Grasso, Hans Haacke, Ange Leccia, Yoko Ono.

Oublié dans cette liste, Tetsumi KUDO   (1935-1990) :20160105_143505

Parmi les 30 installations, photographies et vidéos, à signaler plusieurs artistes vivants qui sont (ou ont été) soutenus par de nombreuses fondations privées :

– Pavel Peppertsein : prix de dessin 2015 de la fondation d’art contemporain Daniel & Florence Guerlain, il a reçu le Prix Kandinsky et a été le représentant russe à la biennale de Venise en 2009. Le musée d’Art moderne de Saint-Étienne lui a consacré à l’été 2015 une exposition personnelle  :Pavel Pepperstein – The Cold Center of the Sun. « Son univers est qualifié de  » fantaisiste », qui mêle « des  références historiques et des visions futuriste ».

Après une exposition à la Pace Gallery à Londres en 2014 (Debris of the Future) Pepperstein-Cold-Center-Sun_image-gauche

il aura une exposition personnelle à la galerie Kewenig, à Berlin de janvier à avril 2016.

Pepperstein-Lissitzky-Highway_image-gauche

Pavel Pepperstein – El Lissitzky Highway in the Alps in the year 2219, 2015. 

Laurent Grasso présente son film Soleil double, La trajectoire en boucle de deux soleils à Rome, au cœur de l’EUR (pour Esposizione Universale Roma, un quartier de Rome représentatif de l’architecture fasciste).

20160105_14463520160105_14451220160105_14430120160105_144435

gazelles