Archives du mot-clé musée communautaire Shan Dany

Des « musées communautaires » : essai de définition(s)

Qu’est-ce qu’un « musée communautaire » ? Quels types de musées regroupe-t-on communément sous ce vocable ? Quelles sont les différences de conception pour ces musées aux Amériques ? En Afrique, en France ?

L’expression « musées communautaires » a davantage d’émules dans le monde anglo-saxon qu’en France. L’expression est banalisée au Canada, qui adopte cette appellation pour présenter par exemple les musées de la ville d’Ottawa: http://ottawa.ca/fr/residents/arts-culture-et-communaute/musees-et-patrimoine/musees-communautaires Le financement de ces musées au Canada provient en partie de subventions émanant des États fédérés.

Le Musée des Ursulines du Québec, (http://www.museedesursulines.com/fr/le_musee/) renvoie cette fois-ci à une communauté religieuse catholique installée au Canada. Pour apprécier la diversité des musées canadiens, voir le site du vmc-logo-frmusée virtuel canadien : http://www.museevirtuel.ca/expositions-virtuelles/?mu=on&R=NGUIDE_ABRX&lang=fr

L’expression est généralement banalisée en Amérique du sud , voir à ce propos l’article publié par l’ICOM : L’exercice du pouvoir communautaire. Comment les musées communautaires renforcent l’identité et l’autodétermination, de Teresa Morales et Cuauhtémoc Camarena, Consultants, Union des musées communautaires de l’État d’Oaxaca, Union nationale des musées communautaires du Mexique, Réseau pour les musées communautaires d’Amérique, in  N°2, 2012 | LES NOUVELLES DE L’ICOM, page 9 :   » En 1986, le musée communautaire Shan Dany a ouvert ses portes à Santa Ana del Valle, un village zapotèque d’Oaxaca, dans le sud du Mexique.. » : http://icom.museum/fileadmin/user_upload/pdf/ICOM_News/2012-2/FR/p9_2012-2.pdf

ou bien le musée communautaire de Santiago de Okola en Bolivie : http://www.viventura.fr/blog/musee-santiago-de-okola

Teamarbeit

camerounEn Afrique,  au Cameroun, le Musée communautaire de Bamendjinda est à l’origine de la première charte d’aménagement culturel de territoire au Cameroun. Il a pour objet, la préservation et la valorisation du patrimoine matériel et immatériel des chefferies Bamiléké : http://www.anneauxdelamemoire.org/fr/acteurs-du-reseau/afrique/associations/item/383-musee-communautaire-de-bamendjinda.html

« Art, Chasse et Tradition «  Le Musée de Bangoua se veut être le reflet de la mise en évidence de toutes les vertus reconnues de manière séculaire à ce peuple, qu’elles soient liées à son génie créatif notamment sur le plan de la production plastique, à sa construction sociale emprunte des valeurs chères à sa cohésion sociale (cérémonies culturelles et cultuelles célébrées depuis des siècles) ou à l’activité première de son Roi fondateur LEUKEMEGNE : la chasse. http://www.routedeschefferies.com/fr/index.php?/Les-Cases-Patrimoniales-des-Chefferies/bangoua.html

Pour une étude des musées communautaires en Afrique de l’Est voir :  Exposer l’objet ethnographique, mettre en scène la nation :  la muséographie incertaine des musées communautaires au Kenya, de Chloé Josse-Durand : http://halshs.archives-ouvertes.fr/docs/00/76/12/02/PDF/Mambo_2012_JOSSE_DURAND.pdf

 

Qui utilise en France le mot « communautaire » accolé au terme de musée ?

Cette notion de communauté , s’étend à la notion de musée d’histoire locale, qui engloberait dans ce cas de très nombreux musées essentiellement d’écomusées.  Sur la crise de cette notion voir, Alexandre Delarge , Des écomusées, retour à la définition et évolution : « Un écomusée est un instrument qu’un pouvoir et une population conçoivent, fabriquent et exploitent ensemble. Ce pouvoir, avec les experts, les facilités, les ressources qu ‘il fournit. Cette population, selon ses aspirations, ses savoirs, ses facultés d’approche » : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/pumus_1164-5385_2000_num_17_1_1159

On regroupe sous ce terme :

Des musées locaux, municipaux qui se reconnaissent sous ce vocable, comme le Musée municipal de Saint-Cloud. Dans ce dernier cas  « Le territoire, est l’élément constitutif de l’identité ». Or pour les exilés qui conservent une culture mais qui ont été chassée d’un territoire donné, cette définition ne peut s’appliquer : http://memsic.ccsd.cnrs.fr/docs/00/33/49/41/PDF/mem_00000570.pdf

Des musées de communautés en exil, il s’agit en fait de musées qui rassemblent une communauté qui se considère  « en exil » , qui se définit « à partir de son exil », celui-ci peut être bien réel, tragique, vécu (comme pour les Arméniens accueillis en France, voir une brève précédente : http://musearti.hypotheses.org/?p=4664) ou ressenti par les générations suivantes, les descendants de populations soumises à l’esclavage, colonisées et/ou déplacées.

Des musées locaux, ruraux, d’art populaire, des petites structures muséales implantées sur un territoire, qui le reflètent, que se relient au territoire, dont les collections sont très hétérogènes, comme le musée Communautaire Opale-Sud à BERCK-SUR-MER : http://www.les-musees-de-france.fr/musee/musee-communautaire-opale-sud.html ou le Musée communautaire Camos à  Bargemon :http://www.dracenie.com/index.php/camos :

« Logé dans l’ancienne chapelle Saint-Etienne construite vers le XIe siècle pour les moines de l’ Abbaye Saint Honorat le musée-galerie Camos propose au visiteur la collection d’ex-voto provenant de la chapelle Montaigu à Bargemon. La reconstitution d’un atelier de cordonnerie. Le souvenir des activités qui ont prospéré à Bargemon : miel, pâtes alimentaires, liqueurs. L’évocation des événements de la Résistance à Bargemon. L’horloge du village de 1768. Ainsi que le buste en cire d’Honoré Camos, réalisé par le Musée Grévin en 1988 qui est présenté avec quelques-unes des œuvres du peintre provençal. Le musée Camos accueille également des expositions temporaires d’artistes contemporains, des expositions à thèmes et un marché de Noël ».

camos04