Archives par mot-clé : musée Carnavalet

La vie romantique en deux temps (2): les Salons littéraires

En association avec l'exposition "Paris Romantique", organisée au Petit Palais (1), le Musée de la Vie Romantique consacre ses espaces à une exposition illustrant "les pratiques des salons littéraires propres au XIXème siècle". 
Mme Gaëlle Rio, directrice du musée, présente l’exposition, notamment une œuvre de Delacroix, un portait de Baudelaire, par Émile Deroy ( 1820 – 1846), et le Panthéon Nadar.

Victor Hugo décrit  le romantisme comme “une révolution faite dans les arts qui commence par la poésie, continue dans la musique et  qui en renouvelle la peinture”.

L’exposition trace le portrait  d’une génération à laquelle appartient Alfred de Vigny (1797 -1863) dont on expose l’habit d’académicien, qui a obtenu cet honneur plutôt jeune en 1845.

Les salons littéraires sont le creuset de la création romantique, pendant la Restauration, la Monarchie de juillet. Ces salons (une quinzaine à Paris) contribuent à l’émergence  et à la gloire de cette génération qui vient tester dans ces salons leurs œuvres avant leur publication, à travers des lectures, des conversations. L’exposition montre les dessins et caricatures glorifiant les écrivains : le  Panthéon Nadar (une planche lithographiée) dresse le portrait collectif de 250 écrivains. Ils accèdent à la postérité grâce notamment à la Presse et aux caricatures.

Bustes et médailles à la gloire des écrivains, réalisés par David d’Angers et petits bustes d’hommage réalisés par Dantan, souvent caricaturaux.
Costume d’académicien d’Alfred de Vigny.
Peinture d’ Ary Scheffer.

L’exposition se déroule dans l’atelier et la maison du peintre d’origine néerlandaise Ary Scheffer (1795-1858) qui a précisément organisé là, un salon tous les vendredis. Il fut le professeur de dessin de Marie d’Orléans, fille de Louis-Philippe. Sa demeure située dans la Nouvelle Athènes a été transformée en musée.

un châle de cachemire (1820-1830) appartenant à la collection du Palais Galliera.

Si des œuvres célèbres d’Ary Scheffer (portrait de George Sand, portrait de Marie d’Orléans) ont été transportées au Petit Palais le temps de l’exposition, des oeuvred et objets appartenant au Palais Galliera, musée de la mode à Paris, au musée Carnavalet, ou au Château de Versailles sont en revanche visibles au sein de l’exposition au musée de la Vie Romantique.

L’exposition fait écho à la sociabilité romantique et mondaine qui caractérisent ces salons littéraires, et au rôle joué par les femmes collectant dans leurs albums “amicorum” ou “albums d’amis” les vers et dessins des artistes poètes qu’elles côtoyaient.

Album “amicorum” de la baronne Maria de Marches. 1833

Au Petit Palais l’exposition principale (600 numéros)  se déroule jusqu’au 15 septembre 2019 : Paris romantique, 1815-1848.

Eugène Lami, Scène de Carnaval, place de la Concorde, 1834. Huile sur toile. Musée Carnavalet. Crédit : © Musée Carnavalet / Roger-Viollet