Archives du mot-clé mosaïque identitaire

Vie et mort des musées au miroir de l’identité

Vu sur les réseaux sociaux : « Aujourd’hui, le Centre Historique des Sœurs de Sainte-Anne vit son dernier jour d’ouverture. Il disparait dans l’indifférence totale… » La dernière exposition temporaire accueillie est une exposition itinérante réalisée par le musée des religions du mondehttp://www.museedesreligions.qc.ca/

La mission du Centre historique des Sœurs de Sainte-Anne à Lachine, au Québec, consistait à faire revivre, à travers des objets témoins, la vie d’un couvent du XIX e siècle au Canada.  » Le mandat du Centre historique des Sœurs de  Sainte-Anne est de conserver, d’inventorier, de cataloguer, de mettre en  valeur et d’assurer la gestion et la documentation des objets qui ont une  valeur historique et/ou artistique et qui sont reliés à la Congrégation, dans  les secteurs de la vie consacrée et apostolique tout en transmettant un message  essentiel de sens et d’engagement » :http://www.ssacong.org/musee/fr/index.html

CHSSA-Pains-2scolaireeducation

Comme tout musée communautaire (notion ambigüe déjà évoquée ici : http://musearti.hypotheses.org/?p=4684), ce musée renvoyait une image, proposait une identité, à un public susceptible de « s’y retrouver » comme le confirment les commentaires des visiteurs :  http://www.ssacong.org/musee/fr/commentaires.html

L’analyse de Serge Chaumier donne ici des clés pour comprendre ce qui se joue : « L’identité, un concept embarrassant, constitutif de l’idée de musée » : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/pumus_1766-2923_2005_num_6_1_1371

Le musée communautaire cesserait faute de public pouvant se reconnaître dans le miroir identitaire que le musée lui tend. À moins qu’une fermeture annoncée  (thème déjà évoqué ici : http://musearti.hypotheses.org/?p=4288)  ne relance justement le processus d’identification.. Car comme l’écrit Serge Chaumier (citant notamment David Le Breton) :

 » Chaque acteur est aujourd’hui amené à une production de sa propre identité à travers un bricolage dont la mondialisation culturelle, c’est-à-dire la transformation en signes, en esthétique, de la culture des autres, multiplie les matériaux possibles. Nous sommes désormais les artisans de nos existences », écrit David Le Breton (Le Breton, 2002). Les cultures deviennent ainsi des stocks d’options disponibles dans lesquels l’individu puise des biens matériels et symboliques pour se construire une représentation de soi. « Le bricolage de sens caractérise désormais la relation au monde », poursuit l’auteur. L’individualité aux multiples visages découvre l’errance identitaire, où la personne habite des lieux d’identification ponctuels et variables, en constante évolution. Apparaît de ce fait une certaine ambivalence, l’individu revendiquant fortement ses attaches lorsque celles-ci deviennent plus insaisissables, incertaines, voire construites ou mythiques. Plus encore, l’espace privé des références se mélange aux investissements de l’individu dans l’espace public et propose une reconstruction d’un paysage, traditionnellement divisé. La mosaïque identitaire compose un individu qui ne trouve sa cohérence que par la spécificité incomparable de son parcours, comme elle élabore un monde interconnecté où le métissage donne lieu à de nouvelles cultures. Car ce qui se joue au niveau individuel s’exerce également au niveau global. Les échanges mondiaux conduisent à une nouvelle culture que les ethnologues décrivent. Si des niches écologiques existent où s’affirment des identités ponctuelles, délimitées, qui offrent des lieux de reconnaissance et d’identification aux individus, cela ne les empêche pas d’être en proie aux métissages et de les revendiquer. […] Le nomadisme identitaire est une composition, entre escapades dans l’exotisme et arrimages à des repères aux valeurs de fétiches. L’ancrage et l’affirmation de soi passe par des supports qui ne sont pas définitifs, mais eux-mêmes en constante transformation de leurs significations et de leurs contenus, même si des attaches symboliques sont d’autant mieux proclamées. La déshistoricisation des identités collectives n’a pas davantage de pertinence que la naturalisation de l’identité individuelle. Or, l’une comme l’autre y sont sans cesse ramenées, offrant une image rassurante de stabilité et de permanence, alors qu’elles sont en proie aux incessantes transformations [… ] . Ainsi, l’individu prend la mesure de son identité, en jouant de ses identités rassemblées qui ont chacune leur public spécifique. Il est devenu le producteur de sa propre identité, qu’il met en scène, identité provisoirement acceptable, jamais définitive. Si elle demeure Une, par définition, c’est une unité labile, souvent virtuelle, aux limites poreuses, dont les composantes sont démultipliées en autant de fragmentations. La réponse à la question identitaire pourrait se formuler : “je suis multiple”. »