Archives par mot-clé : Monnaie de Paris

Aides à la visite /SOUFFLEURS D’IMAGES

Depuis 2009, le service Souffleurs d’Images permet à une personne aveugle ou malvoyante d’accéder à l’événement culturel de son choix ( théâtre, exposition, cirque, danse… ). Elle est accompagnée d’un étudiant en art ou d’un artiste, bénévole, qui lui souffle les éléments qui lui sont invisibles. Le service est conçu comme un partenariat entre le CRTH, les lieux, les spectateurs et les souffleurs (écouter).


INFORMATION / RÉSERVATION/ INSCRIPTION
01 42 74 17 87 ou @ Souffleurs d’Images.
De nombreuses expositions temporaires proposent l’accessibilité Souffleurs d’Images à leurs publics. En voici quelques exemples sur Paris :
• A la BNF : Vladimir Jankélévitch, figures du philosophe :

Exposition sur le site François-Mitterrand | Galerie des donateurs : jusqu’au 3 mars 2019.


• Au Grand Palais : Eblouissante Venise ! Jusqu’au 21 janvier 2019 :


• Au Jeu de Paume : Dorothea Lange. Politiques du visible
jusqu’au 27 janvier 2019 :

Au musée Cernuschi Trésors de Kyoto, trois siècles de création Rinpa jusqu’au 27 JANVIER 2019


• Au Musée Cognacq-Jay, La Fabrique du luxe. Les marchands merciers parisiens au XVIIIe siècle.
jusqu’au 27 JANVIER 2019 :


• Au Musée de l’Orangerie, jusqu’au 14 janvier 2019 : Les contes cruels de Paula Rego


• Au Musée d’Orsay Renoir père et fils. Peinture et cinéma jusqu’au 27 janvier 2019 :

• Au Musée du Louvre : Un rêve d’Italie, la collection Campana au Louvre jusqu’au 18 février 2019 :

Visite privée Le scribe accroupi.


• Au Musée du Luxembourg : Mucha jusqu’au 27 JANVIER 2019 :

• Au Musée Yves Saint Laurent Paris : L’Asie rêvée d’Yves Saint Laurent
jusqu’au 27.01.2019

Au Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme la Visite des cinq sens le 21 février 2019 de 11 h à 12 H 30 :
Que trouve – t – on dans un musée comme le mahJ qui mêle art et histoire ? Des oeuvres et des objets, des récits, des poèmes, des musiques et des contes drôles ou nostalgiques, des odeurs et des couleurs.


Au Petit Palais : Jean Jacques Lequeu (1757-1826) Bâtisseur de fantasmes  jusqu’au 31 mars 2019 :

Vue de l’exposition.

Écouter la conférence, « Trésors de Richelieu » le 20 novembre 2018 – sur le fonds Jean-Jacques Lequeu.

Fernand Khnopff (1858-1921)
Le maître de l’énigme.
Jusqu’au 17 mars 2019 :
Sur cette exposition et sur l’exposition Khnopff, olfactive et sonorisée, qu’organisa en 1979 le musée des Arts décoratifs, lire le compte rendu du blog Paseos Art nouveau.

Vue de l’exposition.


Vue de l’ exposition.

Souffleurs d’Images peut également organiser des visites au 104, au Maif Social Club,à la Maison Balzac, au Musée Carnavalet, au Musée Bourdelle, au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris , au Musée de la Vie Romantique, à la Maison de Victor Hugo, à la Maison d’Europe et d’Orient, à la Monnaie de Paris, au Musée Zadkine, au Palais Galliera, au parc de la Villette, au Musée du Quai Branly-Jacques Chirac, au Musée National des Arts Asiatiques – Guimet.

Centenaire de 14/18 : des expositions pour dépeindre la guerre

Alors que le rendez-vous des historiens à Blois débute prochainement pour évoquer la puissance des images, de nombreuses expositions temporaires font le point sur quelques réalités de la guerre de 14/18, à l’occasion de la célébration prochaine du Centenaire de l’armistice.

Parmi l’ensemble de ces manifestations, voici quelques expositions temporaires (dont certaines ont déjà débuté), soutenues ou pas par la Mission Centenaire 14-18 et qui peuvent retenir l’attention. Quel que soit leur format, leur localisation ou leurs ressources, elles mettent toutes l’accent sur des aspects moins connus de la Grande Guerre et sont accueillies dans des lieux très variés :

En Alsace tout d’abord – la Maison des arts de Bischwiller, De 14 à 18 : des tranchées aux avenues est une exposition bilingue français allemand, (labellisée par la Mission Centenaire 14-18 et soutenue par le Souvenir Français). Elle s’achève le 31 décembre 2018. Elle est organisée par Bénédicte Mathey-Fuss, et évoque le contexte de cette guerre s’attachant à ceux qui l’ont vécue des deux côtés du front, soit près de 180 pièces issues de musées, archives et collections privées :

Les Dernières Nouvelles d’Alsace en font un compte rendu élogieux :    En fond sonore, des morceaux de musique patriotiques, allemands, ou de la chanson française datant de l’époque 14-18. Sous les lumières, protégés par leurs vitrines, des objets riches de leur histoire. Les pièces d’une mosaïque qui raconte la Grande guerre autrement. Qui évoque ceux qui l’ont subie, au front ou à l’arrière. Ceux qui en ceux revenus aussi. Difficilement le plus souvent.. Financée en partie par la Mission Centenaire 14-18, elle prend la forme d’une collection d’objets répartis en espaces thématiques, pour mieux aborder les différents aspects de la vie pendant le conflit.

Le premier thème abordé est celui du climat qui règne en Alsace entre 1870 et 1914. De la francophilie de certains Alsaciens à la « poudrière des Balkans », le jeu d’alliances qui fait basculer l’Europe dans la guerre après l’assassinat de l’archiduc François-Ferdinand le 28 juin 1914. Le parcours conduit ensuite le visiteur à s’intéresser à « la tendre enfance des conflits ». D’un côté, des éléments d’uniformes. Le stirnpanzer, casque allemand de plus de 6 kilos, est posé à côté du casque Adrian en métal léger. 

Le monde de l’enfance en temps de guerre est également traité :

Les petits soldats français sont des prêts du Musée du jouet de Colmar et du Musée Tomi Ungerer de Strasbourg, explique Bénédicte Mathey-Fuss, commissaire de l’exposition et chef du service culture de Bischwiller. Les soldats germaniques sont un prêt de particuliers allemands : il est extrêmement difficile d’en trouver aujourd’hui.

Le destin des combattants ensuite est évoqué : une pelle, quelques douilles, et des plaques commémoratives allemandes et françaises affichant une liste de noms. Des Alsaciens, morts sous l’un ou l’autre uniforme. Une affiche confronte la vision dépassée qu’entretient l’état-major au sujet de la guerre, de la victoire par « le choc des masses formées par les armées », à la réalité des centaines de milliers d’hommes envoyés à la mort.

L’exposition décrit également l’après-guerre : le retour des gueules cassées, leur inventivité pour compenser leurs handicaps. Un espace est spécialement consacré à la prise en charge des blessés de guerre, avec notamment quelques photos du lazaret de Bischwiller. 

L’exposition s’attarde ensuite sur la place des femmes pendant le conflit. les infirmières,  mais aussi la question de la place de la  femme dans la société d’après-guerre. Il y a une sorte de tension entre ces hommes qui reviennent et ces femmes qui se sont émancipées.  On demande aux femmes de quitter leur travail pour que les hommes puissent reprendre leur place.  La dernière pièce de l’exposition est quant à elle consacré au libérateur de Bischwiller, le général Camille Rampont.

 

L’exposition suivante, Familles à l’épreuve de la guerre, est présentée par le Musée de la Grande Guerre à Meaux et reconnue d’intérêt national par le ministère de la Culture. Elle bénéficie à ce titre d’un soutien financier exceptionnel de l’Etat : elle adopte une orientation résolument intimiste, Jean-Yves Le Naour, le commissaire, s’attache à présenter les bouleversements et les répercussions de la Grande Guerre pour des millions de familles.

Affiche de l’exposition au Musée de la Grande Guerre.

« Quelles répercussions la Grande Guerre a-t-elle eues sur ces millions de familles qui ont subi le conflit ?
En quoi la Première Guerre mondiale a-t-elle bouleversé la vie des foyers ? Dans le cours de l’histoire européenne et mondiale, comme sur les destins individuels, la rupture provoquée par la guerre est profonde et brutale ».

L’exposition 14 graffiti 18 

bénéficie également du soutien de la Mission du Centenaire, elle est organisée jusqu’au 30 novembre 2018, en Ardèche par Aude Poinsot au MuséAl. Elle évoque les graffitis de la cité souterraine de Naours et s’accompagne d’un programme de conférences données par des archéologuesConfrontée sans le vouloir au devoir de mémoire, l’archéologie de la Grande Guerre fournit aujourd’hui de précieuses informations permettant de nuancer et d’enrichir le discours historique. Les graffitis, écrits par les soldats au crayon gris sur les murs de la cité souterraine de Naours, racontent des histoires humaines bouleversantes. Voir le dépliant :ICI

14-18, La monnaie ou le troisième front à la Monnaie de Paris, qui bénéficie également du soutien de la Mission Centenaire 14-18, traite  d’un tout autre sujet à partir du 6 novembre 2018 :

La Grande Guerre, ce sont d’abord deux fronts. Le premier, sanglant, fut militaire, tenu par les soldats dans les tranchées, les mers et les airs. Le second, laborieux fut celui de « l’arrière », tenu par les mineurs, les ouvrier(e)s, les paysans. Dans cette guerre de positions et d’usure, le premier protège le deuxième, qui lui-même permet au premier de tenir à l’ennemi. Mais ces deux fronts n’auraient su résister si un troisième ne s’était mis en place, dès avant même le déclenchement de la Guerre : un front monétaire ! Au moyen de son exceptionnelle collection que viennent éclairer les documents d’archives prêtés par les institutions partenaires, l’exposition entend expliquer cette période clef de l’histoire monétaire moderne que caractérisent en particulier la démonétisation progressive de l’or puis de l’argent, et l’accroissement de l’usage de la monnaie papier (et du chèque postal).

Enfin, l’exposition : « Peindre les ruines. Noyon en 1918″ – est organisée par le musée du Noyonnais dans l’Oise,  du 21 avril au 16 décembre 2018 : Noyon en 1918 clôt un cycle d’expositions temporaires entamé en 2015. L’ exposition « s’appuie très largement sur les riches collections du musée du Noyonnais et valorise pour la première fois un ensemble d’œuvres peintes, graphiques et photographiques entré dans les collections du musée dès les débuts de celui-ci.

Après la Première Guerre mondiale, la peinture de guerre connaît une transformation profonde, que les œuvres sélectionnées pour l’exposition veulent refléter, sur le territoire noyonnais, tout en illustrant les graves destructions que subit la ville et la région au cours de l’année 1918. Les prêts généreux de collectionneurs privés viennent étoffer le parcours et enrichir la connaissance sur des artistes méconnus aux talents insoupçonnés.

Le catalogue de l’exposition, co-écrit par la Société historique, archéologique et scientifique de Noyon et la conservation des musées, constitue un prolongement de cette exposition.

 

Trois expositions à l’italienne, à Paris. La Fondation Etrillard entre en scène

Afficher l'image d'origine La Fondation Etrillard  mécène des expositions Carambolages au Grand Palais et Paul Klee, l’ironie à l’œuvre organisée au Centre Pompidou, se lance dans l’organisation d’expositions temporaires et présente jusqu’au 18 décembre 2016 à l’Hôtel de La Salle, au 21 rue de l’Université, 75007, Paris l’exposition « Renaissances, Un hommage contemporain à Florence« , une exposition d’art contemporain sous la direction d’Anna Morettini. Cette fondation va décerner pour la première fois, le prix MorettiniLe jury, associant des figures importantes du monde de l’art florentin, est composé de Caterina Biagiotti, la directrice de la Fondazione Biagiotti, Arturo Galansino, directeur du Palazzo Strozzi, Giandomenico Semerano, directeur adjoint de l’académie des Beaux-Arts de Florence, Stefania Gori, historienne de l’art, l’artiste Laurent Grasso, et d’Anna Morettini. En décembre 2015, Gilles Étrillard, homme d’affaire ayant fait fortune dans le rachat de PME, a lancé sa fondation éponyme qu’il a confiée à Anna Morettini. Depuis sa base genevoise, la fondation propose de soutenir les jeunes artistes tout en réconciliant « la tradition et l’histoire européennes et le monde contemporain ».

Dans cette exposition, « La commissaire encourage un dialogue idéalisé d’œuvres d’artistes contemporains qui se réapproprient le territoire et l’héritage de Florence.  Les quatorze artistes présents sont européens en majorité, ou américains, ils ont déjà exposé dans de nombreux musées. Leur travail renvoie à l’Art florentin de la Renaissance, à ses matériaux, ses techniques, sa manière et son message universel » : Sandow BIRK, Guillaume BRESSON, Glenn BROWN, James Lee BYARS, Jan FABRE, Ryan GANDER, Laurent GRASSO, Candida HÖFER, Patrick NEU, Adrian PACI, Gerhard RICHTER, Thomas STRUTH, Pieter VERMEERSCH et Massimo VITALI.

etrillard-3

Candida Höfer, Palazzo Vecchio Firenze I, 2008, Courtesy Ben Brown Fine Arts, London © ADAGP, Paris 2016.

A la Monnaie de Paris, c’est Chiara Parisi qui présente l’exposition  « Maurizio Cattelan,  Not Afraid of Love » : « une exposition qui sera profondément « habitée » par Cattelan. Un choix d’œuvres, dont l’image reste pour toujours accrochée à la rétine, seront exposées dans les salons XVIIIème siècle de la Monnaie de Paris« .Maurizio Cattelan Untitled

Enfin, à l’ambassade d’Italie en France l’exposition « Léonard en France. Le maître et ses élèves 500 ans après la traversée des Alpes. 1516 – 2016 ».

Afficher l'image d'origine

Ouverte gratuitement au public du 20 septembre au 20 novembre 2016, cette exposition est une initiative lancée en collaboration avec le Musée du Louvre et plusieurs Musées italiens, se situe dans le cadre des actions de la diplomatie culturelle italienne pour la promotion du patrimoine artistique et affirme la volonté de valoriser la culture commune italienne et française dans la dimension européenne. L’exposition célèbre l’anniversaire de l’arrivée du grand Maître en France – à l’automne 1516 – en proposant au public français et international des peintures emblématiques du Maître et de ses élèves. On y verra la présentation comparée d’œuvres de Léonard de Vinci et de ses plus proches élèves (Francesco Melzi, qui le suivit en France, et Gian Giacomo Caprotti dit Salaì, qui se rendra à Amboise pendant le séjour français de Léonard) en mettant en valeur le chef-d’œuvre de Léonard «Visage de Femme» dite «La Scapigliata», provenant de la Galerie de Parme (Complesso della Pilotta), au terme d’un parcours avec des références liées au trois tableaux apportés en France par Léonard (La Gioconda, Saint Jean- Baptiste, Sainte Anne).Entre autre, l’exposition présente – sur la base d’études inédits du Louvre et de documents originaux – la reconstruction de l’itinéraire de Rome à Amboise, en traversant les Alpes au Mont-Cenis.