Archives du mot-clé mécénat

Concurrence et spotlights dans le monde des musées : comment sortir du lot ?

Dans un contexte de mise en concurrence internationale et de ressources financières contraintes, il faut attirer un public nombreux et international : chaque musée doit avoir une icône le représentant. Le musée du Louvre a sa Joconde, elle contribue grandement à sa renommée mondiale. Il n’y a pas d’icône similaire au musée d’Orsay ou au Centre Pompidou. La directrice du musée des Beaux-arts de MontréalNathalie Bondil,  voulait que son musée puisse être identifié grâce à ces images de référence. Le dernier numéro de Conserveries Mémorielles sous la direction d’Yves Bergeron, fait le tour du Canada et présente pour chaque musée l’objet emblématique  en question, autant d’occasions pour découvrir la richesse et la diversité de ces musées :

cape_spear_main_ashx-small200#19 | 2016/ Objets, phares des musées canadiens /Entre pratiques muséales et enjeux identitaires/Sous la direction de Yves Bergeron, Marie-Eve Goulet et Catia Rodrigues :

« Dans les musées nord-américains comme ailleurs dans le monde certaines œuvres et objets se démarquent. On les désigne parfois comme des œuvres de référence ou des objets icône. Les visiteurs fréquentent les musées pour les voir ou les revoir. Objets de culte et objets fascinants, ils marquent profondément l’expérience de visite. Ce chantier de recherche mené à l’Université du Québec à Montréal s’inspire des travaux de Jacques Hainard sur les objets. Rappelons le constat que le conservateur du musée d’ethnographie de Neuchâtel formulait dans « Le musée cette obsession » : l’objet n’est la vérité de rien de tout. Les objets muséaux ne sont souvent que des prétextes à raconter des histoires. En ce sens, bien des musées manipulent dans les expositions les objets en les détournant de leur sens ou tout simplement en les utilisant pour soutenir un discours qui n’a pas toujours à voir avec leur véritable signification. Il y a une dizaine d’années, je me suis penché sur un cas emblématique de la muséologie canadienne. L’étude de l’astrolabe de Champlain (1) a permis de comprendre que l’objet le plus important des collections canadiennes était probablement un faux. Pourtant, cet objet, perdu au XVIIe siècle et retrouvé l’année de la Confédération canadienne en 1867 et racheté par le gouvernement canadien en 1989 pour l’ouverture du nouveau Musée canadien des civilisations (Musée canadien de l’histoire depuis 2012), a permis de mettre en lumière comment un simple objet pouvait devenir fondamental dans la construction d’une identité nationale.

À la suite de travaux exploratoires, j’ai proposé à un groupe d’étudiants de muséologie de poursuivre cette piste et d’identifier dans les musées québécois et canadiens les objets qui synthétisent en quelque sorte la mission du Musée et auxquels on accorde un statut particulier. C’est dans ce contexte qu’a pris forme ce corpus d’œuvres et d’objets phares. L’intérêt de ces articles réside dans le constat qui s’en dégage : les musées ne sont pas comme on le répète souvent « des lieux de conservation du patrimoine national », les musées sont aussi des lieux de production du patrimoine. Ces objets phares deviennent des prétextes à diffuser des discours. En réalité, nous avons constaté que l’authenticité des objets avait finalement peu d’importance, car le véritable enjeu se situe plutôt autour de la construction d’un discours centré sur la construction d’identités collectives. Ces objets phares prennent habituellement place dans les expositions permanentes et servent de repères dans le discours des musées sur l’identité des communautés qu’elle soit nationale, régionale ou locale.Ce groupe de jeunes chercheurs en muséologie propose une analyse originale de ce corpus documentaire en apportant un éclairage neuf sur le statut des objets muséaux. Yves Bergeron« . (1) Yves Bergeron. Astrolabe de Champlain : parcours d’un objet mythique du patrimoine canadien.

Les musées veulent susciter l’intérêt du public et sollicitent de nouveaux mécènes :

2_-juan-de-zurbaranLe musée des Beaux-Arts de Besançon, actuellement fermé pour travaux, crée des évènements autour d’une œuvre-phare,  par exemple, Zurbaran. Il multiplie les expositions temporaires hors les murs :  Un siècle de dessin français – Chefs-d’oeuvre du musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besançon

WATTEAU

jeune-homme-545-ans-mecenat-crowdfunding-histoireYohan Rimaud, Conservateur au Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besançon, fermé au public pour rénovation. Confronté à la problématique d’animer le musée sans pouvoir inviter le public à le visiter, il a fait preuve d’originalité et d’audace pour faire parler du musée en lançant sa campagne de crowdfunding pour restaurer un « Portrait de Jeune homme à la roque rouge » malicieusement intitulée « Jeune homme de 545 ans cherche mécènes » : http://www.mbaa.besancon.fr/jeune-homme-de-545-ans-remercie-ses-mecenes/

sk-c-1174-1600x450Enfin, les curateurs, les commissaires d’expositions sont désormais sous les spotlights : ils peuvent, eux-aussi, être des relais efficaces de mise en valeur de certaines collections muséales solidaires, car relatives à une période  historique donnée ou à une région spécifique qui sont identifiées dans l’histoire de l’art. Voici quelques portraits: « Curator in the spotlight: Blaise Ducos, Musee du Louvre » sur le site CODART : Dutch and Flemish art in museums worldwide.

concurrenceA signaler, la parution de l’ouvrage Faire la concurrence. Retour sur un phénomène social et économique, Paris, collection Sciences sociales, Presses des Mines, 2016. qui évoque aussi le secteur patrimonial et artistique :

La concurrence est omniprésente dans nos sociétés et semble s’imposer aux acteurs qui en subissent les effets. Et s’il en était autrement ? Les auteurs de cet ouvrage invitent à changer le regard habituellement porté sur ce phénomène, pour s’interroger sur ses possibilités. Mettre en concurrence des individus, des produits, des services ou des organisations, ne va pas de soi. Cela suppose d’opérer des comparaisons et de les instrumenter, de préciser sous quel aspect les entités sont semblables ou dissemblables. Les acteurs ne restent pas passifs dans ces situations et doivent négocier, résister et s’interroger sur les bonnes conventions de mesure à adopter. Par-delà leur pertinence, c’est la  légitimité des modalités de la compétition qui peut être discutée. La perspective adoptée par l’ouvrage permet de parcourir une grande variété de terrains d’enquêtes (hôpital, industrie télévisuelle, marché du bio, musées, écoles de commerce, industrie high-tech, recherche, enseignement supérieur, secteur associatif), qui sont tous traversés par des luttes concurrentielles. Au fil des chapitres, la concurrence se révèle comme un processus collectif, aux mains de nombreux acteurs et dispositifs qui participent à la modeler, à l’organiser et à la faire évoluer sans parvenir nécessairement à la contenir. CASTEL P., HENAUT L., MARCHAL E.

VIVRE !! Une exposition de la collection d’art contemporain d’Agnès b.

Cette photographie "Le nageur" de Ryan McGinley, de 2004,
lart-contemporain-version-agnes_0_730_385 ouvre l'exposition en cours à la Cité de l'immigration. Elle regroupe 70 œuvres qui appartiennent à la styliste de mode Agnès b. Cela représente une petite partie d'une collection qui s'est constituée progressivement depuis près de 40 ans.claude-leveque-sans-titre-ensei-gnes-tubes-multicolores-1995-740x370Claude Leveque-sans titre-enseignes tubes multicolores-1995.
C’ est au gré d’affinités, de rencontres avec des cultures et des réseaux très divers, en fonction « d’histoires naturelles », qu’elle a réuni un ensemble unique.  De nombreuses expositions préalables ont permis de dessiner le portrait d’une grande collectionneuse, discrète.
 Agnès b. avait déjà exposé sa collection aux Abattoirs de Toulouse en 2004.
A Villeneuve d’Ascq, c’est une autre facette de cette collection qui a été présentée plus récemment au Lam en 2015.
Depuis longtemps,  Agnes b. mène une action de mécénat et effectue des prêts  d’oeuvres pour des expositions temporaires très diverses.
Elle a par exemple été partenaire de l’ exposition « Seydou Keïta » et de l’exposition « Carambolages », au Grand Palais en 2016.alighiero-boetti-mappa-del-mondo-tapisserie-sur-toile-1984-600x402
Alighiero Boetti-Mappa del Mondo, tapisserie sur toile-1984.
 jean-michel-basquiat-autoportrai-1983-courtesy-collection-agnes-b-498x700
JEAN-MICHEL BASQUIAT-autoportrait-1983-collection-Agnes-b
Agnès b. a ouvert dès 1984 sa galerie, la galerie du jour, qui poursuit sa programmation.
Mais elle cherche depuis quelque temps un lieu à la périphérie parisienne pour installer sa fondation :
Elle aimerait trouver dans un quartier défavorisé du Grand Paris un lieu qui serait « fonctionnel et sans luxe ». Il comporterait des salles d’exposition, une salle de spectacle et de projection, des résidences d’artistes :
A l’heure où les grands musées du centre de Paris fêtent leur 30 ou 40 ans et où les fondations privées  se focalisent sur leur installation  dans la capitale,  Agnès b. est à la recherche d’un lieu « ouvert vers des visiteurs qui ne sont pas habitués aux musées traditionnels ».

La pluie et le beau temps des grands collectionneurs

Ces collectionneurs tout-puissants qui règnent sur l’art contemporain.  Un article éloquent de Martine Robert le 24/10  paru dans les Échos   » Par leur mécénat, leurs prêts d’œuvres, leur présence dans les « boards » des musées et leurs fondations, les grands collectionneurs font la pluie et le beau temps et règnent sur l’art contemporain ».
L’article est cité sur France-Culture dans la revue de presse culturelle d’Antoine Guillot :

https://www.franceculture.fr/emission-revue-de-presse-culturelle-d-antoine-guillot-la-revue-de-presse-culturelle-d-antoine-gu-328

https://www.franceculture.fr/emission-revue-de-presse-culturelle-d-antoine-guillot-le-poids-des-gros-2013-10-30

Sur le site du syndicat des maisons de vente volontaires, SYMEV, un résumé des actes d’un colloque organisé à Marseille  « peu après le déclenchement de la crise financière sur le thème de « l’art, l’argent et la mondialisation » représentent pour tous les professionnels du marché de l’art une importante source de réflexion. Certaines interventions éclairent notamment le rôle singulier joué par les commissaires-priseurs dans un secteur en pleine mutation » :

http://symev.org/2013/10/10/regards-croises-sur-lart-largent-et-la-mondialisation/

Ralf Lauren après les Arts décos, occupe les beaux-arts

« Le défilé et le dîner jet-set organisés par Ralph Lauren mardi 8 octobre à l’Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris ont mis le feu aux poudres. Pendant cinq jours, en raison de la préparation de l’événement, les étudiants n’ont pas pu accéder à quatorze ateliers de l’école. « On s’est fait déborder », a concédé au Monde Nicolas Bourriaud, le directeur. Il a justifié la réquisition de l’établissement par le mécénat de 1,5 million d’euros conclu avec le groupe de prêt-à-porter américain pour équiper l’amphithéâtre d’honneur en matériel audiovisuel » : http://www.lemonde.fr/culture/article/2013/10/11/ralph-lauren-declenche-une-fronde-aux-beaux-arts_3493976_3246.html

 Ralf Lauren a déjà investi de façon spectaculaire, au sens propre du terme, le musée des Arts décoratifs en présentant cette fois sa collection de voitures de course (du 28 avril 2011 au 28 août 2011) : « Une sélection de ses plus prestigieuses voitures de sport des années 1930 à nos jours est présentée pour la première fois en Europe au musée des Arts Décoratifs […] A travers cette collection, Ralph Lauren démontre que l’automobile est un art majeur dessiné par les plus grands noms : Bugatti, Alfa Romeo, Bentley, Mercedes-Benz, Jaguar, Porsche et, bien sûr, Ferrari, point culminant de cet ensemble exceptionnel. »

http://www.lesartsdecoratifs.fr/francais/arts-decoratifs/expositions-23/archives-25/l-art-de-l-automobile-chefs-d/

En fait, s’agissant du caractère inédit de cette exposition, on joue ici un peu sur les mots car, le musée des Arts décoratifs a déjà par le passé exposé des automobiles, et ce à deux reprises :

« Bolide design », du 31 janvier au 30 avril 1970, est une exposition organisée par le CCI dont le commissaire était Piero Fornasetti (1913-1988). Le musée des Arts décoratifs, dans un communiqué de presse datant de mars 2011, le rappelait d’ailleurs avec justesse :

« Une exposition rendant hommage à l’automobile n’est pas tout à fait une première dans l’histoire de l’institution. En 1970, Les Arts décoratifs présentaient une sélection de voitures de compétition « Bolide Design ». Un jury particulier issu du monde de l’art et du design avait alors été constitué autour de François Mathey pour composer cette exposition. Les designers Joe Colombo, Roger Tallon, Pio Manzù, les artistes Jean-Paul Riopelle, Jean Tinguely, Victor Vasarely, auxquels il faut ajouter Robert Delpire, avaient choisi les modèles avec l’idée de montrer que « l’art et la technique, chacun à leur niveau, sont l’expression de l’homme et de ses rapports avec la création » : le bolide comme objet de design, comme œuvre d’art. »

Un quasi-circuit automobile est installé dans la nef du musée, pour présenter ces bolides. L’exposition rencontre un vrai succès, (50 00 visiteurs). Le catalogue est préfacé par Jacques Chaban-Delmas, alors Premier ministre. Le commentaire des actualités cinématographiques consacrées à cette exposition évoque le rôle mythologique joué dans la société française par l’automobile.  Jean-François Jaeger concluait alors ainsi son article dans La Quinzaine : «  Aucune confusion de genre n’a sans doute été cherchée dans la manifestation du musée des Arts décoratifs, nous y trouverons le plaisir un peu masochiste de côtoyer des vedettes dont l’usage nous sera, hélas, refusé, objets de culte et mirages pour nos instincts de puissance. »

Autre exposition, liée au « BMW Art cars » des années 1970, celle de la Mercédès dessinée (« tunée ?! »)  par Alexandre Calder à la demande d’Hervé Poulain et destinée à la course des 24 Heures du Mans. François Mathey a accepté de la montrer très brièvement au musée en 1975 car il s ‘agissait là d’un phénomène de société qui subsiste d’ailleurs encore aujourd’hui  :

http://www.les24heures.fr/index.php/1975/208-1975-voitures/287-1975-93-bmw-calder