Archives par mot-clé : Max Ernst

Tous saisis par la Préhistoire

Dans le cadre de la parution de son dernier ouvrage et de l’exposition actuellement présentée au Centre Pompidou, Maria Stavrinaki, universitaire et co-commissaire de l’exposition, raconte à Patrick Boucheron comment les artistes modernes ont été saisis par la Préhistoire :

Le livre : Saisis par la préhistoire – Enquête sur l’art et le temps des modernes.

De Cézanne, Dada, Bataille, Picasso, Miro…à Robert Smithson, d’Altamira, Lascaux, à l’ère d’Hiroshima :

Paul Cézanne. Les carrières de Bibémus.
Robert Smithson, Spiral Jetty,Rozel Point, Great Salt Lake, Utah. 1970.

Rémi Labrusse, autre co-commissaire de l’exposition, travaille sur ce sujet depuis longtemps. Il publie en 2019 PRÉHISTOIRE. L’ENVERS DU TEMPS, qui permet d’approfondir le sujet pour ceux que la question passionne :

L’exposition. Quelques oeuvres.

Femmes artistes européennes et inspirées

La chaîne européenne Arte diffuse une série documentaire sur les femmes artistes – leur demandant de réaliser une exposition virtuelle mettant en avant leurs inspiratrices.

A la Villa Médicis, Tatiana Trouvé en a choisi plusieurs : voici ses coups de coeur (En ligne jusqu’au 31/05/2019) :

Découvrez l'offre VOD-DVD de la boutique ARTE

Plasticienne d’origine italienne travaillant en France, Tatiana Trouvé s’est imposée en quelques décennies comme une voix originale de l’art contemporain. Exposée à la Biennale de Venise et à travers le monde, elle explore dans ses installations et ses dessins le rapport entre espace, temps et mémoire. Dans l’exposition virtuelle dont elle est la commissaire, la plasticienne convoque les travaux des femmes artistes qui l’ont inspirée : la Suissesse Heidi Bucher, la Canadienne Liz Magor, la New-Yorkaise Martha Rosler, l’Afro-Américaine Beverly Buchanan, la Brésilienne Maria Martins ou sa compatriote, Lina Bo Bardi.

Liz Magor : depuis presque trente ans elle explore la trivialité quotidienne, le statut des objets :

Liz Magor.

Maria Martins — sculptrice :

A New York de 1939 à 1948, Jacques Lipchitz lui fait connaitre le travail du bronze, lequel devient son matériau de prédilection. elle fond d’étroites lianes d’airain. Cette longue saison américaine constitue sa période la plus féconde. A New York elle rencontre Marc Chagall et Piet Mondrian, et, à partir de 1942-1943, rejoint le groupe des surréalistes en exil (André Breton, Max Ernst, André Masson et Marcel Duchamp), devient « Maria » et rallie les thématiques surréalistes.(Archives of Women Artists, Research and Exhibitions). Ses sujets, en revanche, restent brésiliens et puisent abondamment aux sources des légendes amazoniennes.

Sculptures de Maria Martins.

Heidi Bucher Official website of Heidi Bucher:

Lina Bo Bardi — architecte installée au Brésil :

Beverly Buchanan, artiste qui a créé des oeuvres rappelant les petites habitations précaires (en cours de disparition), construites par les descendants des esclaves afro-américains dans le Sud du pays.

Beverly Buchanan (1940-2015) a exploré la relation entre la mémoire – personnelle, historique et géographique – et le lieu. S’engageant avec les mouvements les plus avant-gardistes de son époque, dont le Land Art, le post-minimalisme et le féminisme, elle a lié la conscience politique et sociale à l’esthétique formelle de l’abstraction. (Brooklyn Museum).

Brooklyn Museum: Beverly Buchanan—Ruins and Rituals.

Beverly Buchanan.

L’américaine Martha Rosler :

Martha Rosler, “Empty Boys”,
de la série : “House Beautiful: Bringing the War Home”, 1967-1972.
Photomontage.

Cette série documentaire sur les femmes artistes se poursuit avec d’autres expositions virtuelles proposées par :

-Monica Bonvicini (En ligne jusqu’au 07/06/2019), qui orchestre une exposition virtuelle d’artistes engagées, parmi lesquelles Andrea Bowers :

Radical Hospitality, détail. Andrea Bowers. 2015.

Sharon Lockhart, Mona Hatoum :

et Simone Forti :

Née en 1965 à Venise, Monica Bonvicini vit et travaille à Berlin, où elle enseigne la sculpture. Décorée de nombreux prix, dont un Lion d’or à la Biennale de Venise 1999, l’artiste est célèbre pour ses installations parfois monumentales dans lesquelles elle interroge et critique les structures de pouvoir, les valeurs traditionnelles ou les codes de l’architecture.

-Ursula von Rydingsvard (En ligne jusqu’au 14/06/2019), qui rend hommage aux plasticiennes contemporaines qui ont accompagné ses années de création : Kiki Smith, Judy Pfaff :

Judy Pfaff. Vues d’expositions.

Arlene Shechet mais aussi Sarah Sze, l’une de ses anciennes élèves.

Sarah Sze.

Née en 1942 d’une famille polonaise dans l’Allemagne en guerre, Ursula von Rydingsvard a passé les premières années de sa vie ballotée d’un camp de réfugiés à l’autre. Elle avait 8 ans quand sa famille s’est installée aux États-Unis. 

-Berlinde de Bruyckere, en ligne jusqu’au 21/06/2019. Elle rend hommage aux femmes artistes qui l’ont inspirée : Cristina Iglesias, Artemisia Gentileschi, Patti Smith Edith Dekyndt, Kara Walker :

Edith Dekyndt.
Kara Walker.


Berlinde de Bruyckere est connue pour ses sculptures et installations hyperréalistes, à la fois poétiques et profondément dérangeantes, la plasticienne belge se joue des frontières entre l’humain, l’animal et le végétal, le vivant et le mort :

Cette série documentaire est réalisée par Claudia Müller.

Bijoux d’artistes au Musée des Arts Déco

Très agréable promenade pour les amateurs de bijoux au Musée des Arts Décoratifs à Paris : du 7 mars au 1er juillet 2018, le musée présente l’exposition Bijoux d’artistes, de Picasso à Jeff Koons, inspirée des collections personnelles de Diane Venet, journaliste de formation, épouse de l’artiste Bernar Venet, qui collectionne depuis trente ans les bijoux d’artistes et cherche à comprendre le cheminement de chaque objet, leurs histoires et garde les souvenirs de ses rencontres avec les artistes qu’elle évoque  dans un livre paru  en 2011 : Bijoux d’artistes, de Picasso à Jeff Koons.

Le parcours  est essentiellement chronologique et revisite les courants artistiques internationaux, de l’art moderne à l’art contemporain, en mettant en regard quelques tableaux face aux vitrines :  des surréalistes aux nouveaux réalistes, du pop art au cinétisme, les bijoux dans leur vitrine  sont valorisés face aux quelques oeuvres de Dali, Ernst, Hains, Soto ou Roy Lichenstein,  Niki de Saint-Phalle, qui sortent de la  pénombre. La scénographie a été confiée à l’architecte d’intérieur Antoine Plazanet et aux graphistes Éricand Marie.

Niki de Saint-Phalle fait partie des donatrices qui ont enrichi le fonds des collections permanentes du musée. Alexandre Calder, Louise Bourgeois, Arman, Mathieu, César,  Wilfredo Lam, les young british artists et Weiwei, ont aussi créé des bijoux qui figurent dans ce parcours.

soit 15artistes français et internationaux et 230 bijoux. 

Le bijou d’artiste est une œuvre en soi et la joaillerie,  un terrain d’expérimentations.  Avec cette exposition, Diane Venet et la commissaire Karine Lacquemant illustrent un chapitre de l’histoire de l’art peu connu.

Claude Lévêque  et Jean-Luc Moulène ont réalisé, à la demande de Diane Venet, des bijoux inédits. Le parcours s’achève sur une scène contemporaine anglaise très active, la Young British Artists, à l’instar de Damien Hirst. 

L’ exposition est effectivement Non exhaustive, subjective et poétique. Ce peut être l’occasion aussi de revisiter les collections permanentes du musée des Arts décoratifs, qui en ce domaine, également, sont d’une grande richesse.

Suivre le fil à la maison rouge

Pour apprécier l’exposition Inextricabilia, enchevêtrements magiques , à la maison rouge, il peut être utile de lire la brochure fournie avec le billet d’entrée, et de débuter la visite, non pas à la suite de l’exposition parallèle, mais en suivant le chemin qui se dessine à main gauche. Deux têtes – rapiécées et recousues- ouvrent le parcours : l’une est de Louise Bourgeois, l’autre de Michel Nedjar. On entre dans le sujet grâce aux étonnants documentaires- vidéos  de l’anthropologue Manoël Pénicaud. Pour demander l’accomplissement  d’un vœu, pour qu’une prière soit exaucée, chaque année, le jour de la Saint Georges,  des femmes  des deux confessions, catholique et musulmane, déroulent des bobines de fil sur le chemin d’un monastère sur  l’île de Büyükada, au large d’Istanbul : chaque fil matérialise ce voeu, cette prière.

Dans le même esprit, toujours en Turquie, dans la région d’Éphèse, considérée comme le lieu de mort de la Vierge, un foisonnement de noeuds couvre un mur de la ville près d’un sanctuaire :  des milliers de pèlerins de toutes les confessions, nouent un ruban de tissu de papier ou de plastique, laissant ainsi des traces de leurs voeux et de leurs prières.

Le parcours de visite s’éclaire ensuite et il est  impossible de perdre le fil d’une illustration agencée dans des espaces adaptés et différenciés pour les oeuvres d’art brut, d’art religieux, d’art contemporain notamment grâce à des pièces exceptionnelles de Louise Bourgeois, Annette Messager, Chen Zhen, Max Ernst..

Amulettes et objets magiques du Musée de l’Homme collectés au Sénégal dans les décharges de Dakar,  par Alain Epelboin (médecin et anthropologue au CNRS ) côtoient un sac magique prêté par le musée du quai Branly et des reliques de saints conservées par des pèlerins du XIXe siècle.

 

 

 

 

 

 

 

 

La commissaire de l’exposition, Lucienne Peiry, est fascinée par l’oeuvre de Judith Scott.

Elle tente des interprétations de son œuvre et propose,  plus classiquement cette fois, des rapprochements formels, décelant des  affinités insolites, s’inspirant en cela de ce que réalise souvent Jean-Hubert Martin dans ses expositions, depuis Artempo,  en 2007.

Anonyme, Tomeligi, amulette (Togo, Lomé), bois, cauris, coton sans date. Musée du Quai Branly.

Elle suscite le débat, la comparaison ne valant pas raison, elle met aussi en avant des constantes : Protéger et occulter, conserver précieusement la chose en la dissimulant, la cacher en la montrant, c’est le principe qui unit toutes les œuvres de l’exposition.[…] C’est la technique (maîtrisée) orientée vers une fin (constante) qui fait de l’art humain une famille humaine.

 C’est peut être en sous-sol que les créations brutes de Marc Moret peuvent susciter, chez certains, surprise ou effroi. Mais, comme à son habitude, Lucienne Peiry, ancienne directrice à Lausanne de la Collection de l’Art Brut pendant dix ans (de 2001 à 2011),  a pris soin de faire figurer  dans le parcours un documentaire où ce créateur raconte  son cheminement.

Marc Moret, 1999-2000 – Photo : Mario Del Curto – Coll. particulière

Comme de coutume à la maison rouge, une  autre exposition se déroule en parallèle : il s’agit d’art purement contemporain, une carte blanche à Hélène Delprat :  I did it my way. Un art cultivé, coté, un art de citation, qui ne manque pas de force et d’humour,  dans un décor de “conte de fée”, soutenu par une bande-son délicieuse et éclectique.

A voir jusqu’au 17 septembre.

Philippe Hiquily, un sculpteur “baroque” presque oublié

Né en 1925, à Montmartre, décédé en 2013, Philippe Hiquily n’a pas cessé de créer durant les  années 1950 à 1960, il appartient alors à la même génération de sculpteurs en vogue, comme César et Arman, mais sa carrière s’infléchit vers 1965. Il n’a jamais souhaité intégrer un quelconque mouvement d’artistes comme les Nouveaux Réalistes : http://www.hiquily.com/fr/biographie?PHPSESSID=pa02isoe9o88c93b7bpuiuj0n5

Ses sculptures girouettes monumentales  http://culturebox.francetvinfo.fr/expositions/sculpture/le-sculpteur-philippe-hiquily-est-mort-134071

image4girouettesphshanghaip_0

font l’objet d’une exposition- vente, en cours au Donjon de Vez jusqu’au 14 septembre 2014 :

affiche_vezPhilippe Hiquily, Girouettes (Marbella-Shanghaï),1963/2010, acier, 3,5m. © Bruno Simon courtesy Artcurial.

Ses œuvres proches au début de celles de Germaine Richier, sont d’inspiration fantastique, onirique, et qualifiées en 1962 de baroques :  http://www.hiquily.com/fr/oeuvres

Pour une liste de ses expositions personnelles, voir : http://www.hiquily.com/en/expositions?PHPSESSID=pa02isoe9o88c93b7bpuiuj0n5

Le musée des Arts décoratifs à Paris met en valeur actuellement l’une de ses créations datant de 1960, un guéridon au cristal de roche : Linda Pinto propose un « piano-bar  à vin » avec un guéridon Onirique en laiton doré et cristal de roche créé à la fin des années 60 par Philippe Hiquily. Les claviers, que l’on retrouve d’un côté et de l’autre du guéridon, et son centre faisant office de « bar » projettent le visiteur dans une ambiance « jazzy » : http://galeriecaroledecombe.com/2014/08/19/ad-au-musee-des-arts-decoratifs/

997-81gueridon hiquily

 

 

 

 

 

 

 

Philippe Hiquily a créé au cours des années 1960 d’autres objets- sculptures comme ce plafonnier exposé en 1962 au musée des Arts décoratifs :

plafonnier2

Feuille de laiton martelée, 48 cm x 100 cm. Edition limitée à 8 exemplaires + 4 E.A., signés et numérotés, Edition suivant un modèle original de 1960 Ancienne Collection de la Galerie du Dragon : http://www.jmlelouch.com/268/

(l’exposition Antagonisme II l’Objet, mars 1962 ), a réuni de très nombreux artistes qui ont proposé près de 500 objets : sculpture, peinture, dessin, bijoux d’artistes, meubles, mobilier, lampe, luminaires, architecture, céramique, tapis, tapisserie, vitrail (commissariat François Mathey et Yolande Amic): http://www.librairiedesarchives.com/Antagonismes-2-L-Objet.html

Yolande Amic, 1962Yolande Amic, au milieu des “objets” de l’exposition, 1962 (INA)

Dans cette exposition, Philippe Hiquily figure auprès de : Henri-Georges Adam, Yaacov Agam, Kosta Alex, Constantin Andréou, Willy Anthoons, Jean Hans Arp, Helen Ashbee, François Baschet, Frédéric Benrath, Harry Bertoia, André Bloc, Hans Bischoffshausen, Bocian, Martine Boileau, André Borderie, Marc Boussac, René Brault dit Bro, James Brown, Nino Calos, Alexander Calder, Agustin Cardenas, Carlos, Léonora Carrington, César Baldaccini dit César, Gaston Chaissac, Jean-Claude Champagnat, Louis Chavignier, Jean-Marie Chourgnoz, Jean Cocteau, Christo Coetzee, Gio Colucci, Pietro Consagra, William N. Copley, Costas Coulentianos, Michel Courcelle, Harold Cousins, Vincent de Crozals, Gérard Cyne, Olivier Debré, Jacques Delahaye, Jean Dubuffet, Nadine Effront, Max Ernst, Claire Falkenstein, Jean Filhos, Lucio Fontana, Günter Fruhtrunk, André Gaillard, Frans de Geetere, Michel Genier, Piotr Kowalski, Philippe Muel, Alberto & Diego Giacometti, Marcel Gili, Émile Gilioli, Roseline Granet, Juan Gris, Julio Gonzales, Michel Guino, Brion Gysin, Shamal Haber, Étienne Hajdu, Davos Hanich, Pierre Héricher dit Herry, George Him & Jean Le Witt, Paul van Hoeydonck, Ping Ming Hsiung, Jean Ipousteguy, Robert Jacobsen, Marcel Jean, Paul Jenkins, Élisabeth Joulia, Iaroslav-Jean Kapera, Alain de la Bourdonnaye, Norbert Kricke, Berto Lardera, Guy Lartigue, Henri Laurens, Le Corbusier, Adrien Liegme, Frank J. Malina, Michel Mangematin & Roger Bruny, Marie-Laure, Étienne-Martin, Georges Mathieu, Janine Matthey, Roberto Echaurren Matta, Brigitte Meier-Denninghoff, Claude Mercier, Jean Messagier, James Metcalf, Meylan, Luiza Miller, Richard Mortensen, Alicia Moï, Isamu Noguchi, Alexandre Noll, Meret Oppenheim, Joan Pala, Martha Pan, Georges Patrix, Alicia Penalba, Charlotte Perriand, Philolaos, Pablo Picasso, Édouard Pignon, Edgar Pillet, Marie-Thérèse Pinto, Marc du Plantier, Henri Plisson, Gio Pomodoro, Arnaldo Pomodoro, Antoine Poncet, Man Ray, Germaine Richier, Larry Rivers, Suzanne Rodillon, Félix Roulin, Saint-Maur, Valentine Schlegel, Nicolas Schöffer, Signori, Adam Sjohölm, Yerassimos Sklavos, K.R.H. Sönderborg, Ettore Sottsass, François Stahly, Pierre Szekely, Antoni Starczewski, Vassilakis Takis, Yves Tanguy, Dorothea Tanning, Torun Bulow-Hube, Marino di Teana, Paolo Vallorz, Victor Vasarely, Raymond Veysset, André Vigneau, Claude Viseux, Jean Weinbaum, Ossip Zadkine…).

On retrouve dans les catalogues de vente des objets exposés en 1962 au musée des Arts décoratifs, une occasion de redécouvrir des créateurs comme Michel Mangematin (né en 1928) :  une grande table basse ovale, circa 1962, piètement tripode en bronze :

mangematin