Archives par mot-clé : Mai 68

La révolution Miró : encore et toujours un autre.

Invitation à l’exposition Miro au Grand Palais en 1974.

Le Grand Palais n’avait pas consacré d’exposition rétrospective à Miró depuis 1974. Un documentaire espagnol le dépeint alors comme un peintre poétique, naïf, surréaliste, aux signes énigmatiques.

L’exposition de 1974 en images.

Depuis le 3 octobre 2018 l’exposition Miró au Grand Palais attire des milliers de visiteurs chaque jour. Entre toiles, dessins, sculptures et céramiques accompagnées de poésies, l’exposition propose 150 chefs-d’œuvre de l’artiste catalan né en 1893, décédé en 1983.

Affiche exposition Miró, 2018.

Chaque période d’exposition a sa vision du peintre :

Après Jean Leymarie en 1974, c’est Jean-Louis Prat, commissaire de l’exposition et ami du peintre, qui rend hommage à 70 ans de création.

Entre 1974 et 2018, le Centre Pompidou lui avait consacré une exposition en 1999 au Capc à Bordeaux et une exposition en 2004 à Paris (240 oeuvres – dont 120 peintures).

Au-delà de la «peinture-poésie» ou de la « peinture de rêve » par lesquelles l’œuvre de Miró a été longtemps exclusivement désignée, apparaît ainsi une peinture « primordiale », une peinture à l’aube de la peinture, se cherchant elle-même dans une liberté absolue, qui sera donnée à apprécier. (Commissaire :  Agnès de la Beaumelle), 2004.

Pour Jean-Louis Prat, en 2018 :« A travers la peinture, le dessin, la céramique et la sculpture, Miró a inventé un nouveau monde. Cette exposition permet de le suivre tout au long de sa vie marquée par une création ininterrompue, en constant renouvellement ».

“Pour moi, disait Miró, conquérir ma liberté, c’est conquérir la simplicité. Alors, à la limite, une ligne, une couleur suffisent à faire le tableau.” (Pierre Bourcier, “Miró au coeur de la joie”, Les Nouvelles Littéraires, 1968).

Le carnaval d’Arlequin, 1924.
Portrait de paysan catalan, 1924.

Coups tirés, trous coupés, patchs collés : l’assassinat du support : De très réels petits trous, de la taille d’une tête d’épingle, visibles seulement à la loupe, constellaient déjà subrepticement la surface solaire de Tête de paysan catalan [1924) et entamaient l’intégrité de la toile .

Dès les années 1920, se traduit dans ses œuvres, le mot d’ordre par lequel Miró s’est rendu fameux, et qui avait des résonances profondes en lui : assassiner la peinture.

Photo : ceci est la couleur de mes rêves, 1925.

C’est cette fois le rebelle, engagé dans les combats de son temps et de son pays, qui est clairement mis en avant.

Projet d’affiche Aidez l’Espagne, 1937.

Si l’engagement de Miró aux côtés des républicains espagnols est connu, l’exposition souligne qu’il s’est également intéressé  aux mouvements politiques et culturels de son époque : il suit avec intérêt les évènements de mai 68 à Paris où il séjourne alors. Il se lie avec les mouvements étudiants et artistiques catalans qui manifestent contre le franquisme en mai 68.

Joan Miró. Mai 68. 1968–73.
© Succession Miró/ADAGP, Paris et DACS, Londres 2011.

Il ne participera à l’inauguration officielle de sa première exposition rétrospective voulue par les  autorités espagnoles à Barcelone en 1968, comme le rappelle le DVD qui accompagne l’ exposition,  Joan MIRÓ, le feu intérieur (extraits). Ce film documentaire relate l’histoire du peintre et de ses oeuvres, en donnant une grande place aux témoignages, notamment celui de son petit-fils en charge de la gestion de son œuvre, de Josep Royo avec qui il a créé des tapisseries, des héritiers de son galeriste Aimé Maeght, et de Josep Llorens Artigas avec qui il réalisa ses céramiques. 

Affiche de l’exposition Miró en 1968, sur les Ramblas, à Barcelone.
Vue de l’exposition Miró, Barcelone, 1968.

La dernière  phase de sa création, de 1969 à 1983, reflète les nouvelles recherches qu’il mène sur les matériaux, les supports, et ses préoccupations.


Miró, Oiseaux proie fonçant sur nos ombres.  1970. Huile sur peau (vache).

L’espoir du condamné à mort, 1974.
 Miró a achevé l’oeuvre le jour de l’exécution par garrot du militant catalan Salvador Puig Antich.

Plusieurs de ses oeuvres ne peuvent toutefois plus être contemplées : la première a été perdue, la deuxième effacée par l’artiste, la troisième détruite lors des attentats du 11 septembre 2001.

-La première a été créée à Paris pour le pavillon de la république espagnole à l’exposition universelle de 1937  : en avril 1937, le gouvernement espagnol commande à Miró une décoration destinée au pavillon de la République espagnole conçu pour l’Exposition universelle qui se tient à Paris du 25 mai au 25 novembre 1937. Il réalise un grand panneau mural de sept mètres de haut représentant un paysan espagnol en révolte, El Segador [Le Faucheur], qui fait face à la toile monumentale de Picasso, Guernica.

Déplacée à Valence après l’exposition, cette oeuvre ne sera jamais retrouvée, sans doute détruite par les franquistes, à la différence du Guernica de Picasso qui participait à une exposition temporaire aux USA en 1939 et qui a ainsi été mis à l’abri à New York.

Miró créant Le Faucheur, 1937.

Du Faucheur subsistent quelques photographies en noir et blanc qui ont servi  à reproduire l’œuvre originale évoquée par la Galeria Mayoral, à l’occasion de l’exposition intitulée “Artistes revolucionaris”, en 2017 à Londres, commémorant le 80e anniversaire du Pavillon de la République  espagnole de 1937 à Paris.

Pavillon de la République espagnole de 1937 à Paris. Réalisation de la copie du Faucheur.
La photographie de l’oeuvre reconstituée, en noir et blanc.

-La deuxième œuvre, c’est Miró lui même qui l’a effacée à Barcelone en 1969 après  l’avoir créée sur une surface vitrée du rez-de-chaussée de l’École technique supérieure d’architecture de Barcelone, située en dessous d’une fresque de Picasso.

Miró  ne souhaitait pas réaliser une performance. Il s’agit d’une œuvre collective éphémère, produite par Miró en collaboration avec les jeunes architectes du Studio PER entre le 26 et le 28 avril 1969 et détruite le 30 juin de la même année.

Joan Miró a raconté à Georges Raillard cette période de création (Georges Raillard, Miró. Ceci est la couleur de mes rêves, Paris, 1977).

L’action découle de l’invitation du bureau d’architecture Studio PER à participer à l’exposition Miró otro, ( “l’autre Miró”) organisée par le COAC et conçue par lui. Miró otro, qui défend les aspects les plus transgressifs de son travail, finit par devenir une contre-exposition à la grande rétrospective très officielle consacrée à l’artiste qui avait été inaugurée à l’hôpital Antic de la Santa Creu à la fin de 1968.

Sur proposition de Miró, les architectes ont préparé les surfaces vitrées en peignant un fond avec les couleurs jaune, rouge, bleu et vert, accompagné de messages en catalan en faveur de la liberté de la Catalogne. Miró a ensuite terminé la peinture murale avec de la peinture noire : Ce qui m’intéressait, c’était le geste immédiat, sur un fond préparé à l’avance avec des messages en catalan en faveur de la liberté de la Catalogne.

La peinture murale faisait 44 mètres de long, la surface peinte environ 70 mètres carrés. Le 30 juin 1969, Miró a effacé la peinture murale à midi 30 juin 1969, à l’aide d’un balai et d’un solvant. Le cinéaste Pere Portabella et le photographe Colita ont documenté l’exécution et l’effacement de la peinture murale, suivis de près par la presse de l’époque.

Miró a ensuite fait don aux architectes du studio PER qui avaient participé à l’action, du croquis de la peinture murale, dédicacé par l’artiste. A l’occasion du 40e anniversaire de la Fundació Joan Miró, ces architectes ont officialisé la donation de ce dessin à la fondation. Le croquis a été exposé à la Fondation Miró dans le cadre de l’exposition Joan Miró. 1956-1983. Sentiment, émotion, geste (2006-2007) et à l’exposition Joan Miró. L’échelle de l’évasion (2011-2012) À la Tate Modern de Londres.

Miró  disait : « Ma peinture ce n’est pas du tout un journal secret. C’est une force d’attaque qui s’extériorise ».  Georges Raillard.

Collège d’architecture de Catalogne, 1969, vue de la fresque de Picasso et de la peinture murale de Miró.
Miró achevant la peinture murale, 1969.
Miró effaçant sa peinture, 1969.

-La troisième œuvre  disparue est une tapisserie monumentale détruite le 11 septembre 2001 à New York : La “WTC Tapestry” (1974) de Joan Miró et Josep Royo, située dans le hall de la Tour Sud. C’était une tapisserie de six mètres sur dix, un mélange de laine et de chanvre.

WTC Tapestry (1974).

Célébré par l’Espagne d’après le franquisme, il restera en contact avec les jeunes artistes catalans :  Miró va peindre des costumes et des marionnettes, pour une pièce qui s’inspire d’Ubu roi d’Alfred Jarry, Mori el Mermaréalisée par la Compagnie catalane du Théâtre La Claca.

Mori el Merma a été créé en 1978 par Joan Baixas et Teresa Calafell au Teatre Principal de Palma, puis joué au Gran Teatre del Liceu de Barcelone.

Ce spectacle sera aussi présenté en 1978 au Festival d’Automne à Paris, en lien avec l’exposition que le Centre Pompidou  a consacré à ses dessins (21 septembre 1978 – 22 janvier 1979), (Commissaires du MNAM, Pierre Georgel, Isabelle Fontaine).

Vues du spectacle Mori el Merma, Archives du festival d’Automne, 1978.

Dans la dernière partie de sa vie, le peintre catalan suit de nouveaux chemins : le feu qui vient détruire ses Toiles brûlées, ses dessins d’immenses signes graphiques. Miró trempe ses doigts dans la couleur, peint avec ses poings, marche sur sa toile.

Pour Miró, il s’agit là d’un nouvel  assassinat de la peinture, à 80 ans.

Joan Miró, Toile brûlée, 1973, acrylique sur toile, déchirée et brûlée ensuite, 130× 195 cm, fondation Joan Miró, Barcelone.

-Sur la pratique de l’effacement par les artistes : Maurice Fréchuret, Effacer – Paradoxe d’un geste artistique, Les presses du réel, 2016.

-Sur Miró : Rémi Labrusse, Miró.Un feu dans les ruines, Nouvelle édition 2018.

Histoires, musées, expositions : parutions récentes pour la nouvelle année

Voici pour la nouvelle année, quelques parutions et manifestations récentes, susceptibles d’apporter d’autres éclairages sur des sujets en rapport avec l’histoire et son exposition :

– Sur l’art contemporain dans la revue Critique d’art,  dont le sommaire du numéro 49 est en ligne, voir notamment  Elitza DulguerovaPenser avec les grandes manifestations périodiques : l’espace, l’histoire, l’art .

-Sur La cérémonie publique dans la France contemporaine” : l’introduction du séminaire parue sur le site du comité d’histoire du ministère de la culture – Politiques de la culture, par Patrick Garcia, professeur à l’Université de Cergy-Pontoise, chercheur à AGORA Cergy-Pontoise et chercheur associé permanent à l’Institut d’histoire du temps présent.

-Sur l’histoire de l’art brut, à l’occasion des 40 ans du musée de Lausanne : les actes du colloque organisé en novembre 2016, sont parus :  Vincent Capt, Sarah Lombardi et Jérôme Meizoz (dir.), L’ART BRUT. Actualités et enjeux critiques, Ed. Antipodes, Lausanne, 2017.

De plus en plus de chercheur·e·s de toutes disciplines se penchent sur ces objets issus de lieux non répertoriés, tirés d’on ne sait où par des personnes sans légitimité artistique aucune. Un peu d’effet de mode, ainsi qu’un long travail de défense de l’Art Brut par des collectionneurs et par des amateurs, font de cet art hors catégorie un Sujet d’étude. Car cet objet, l’Art Brut, se révèle rapidement comme Sujet, actif, qui chahute des disciplines universitaires encore bien cloisonnées, qui les force à sortir de leur zone de confort et même à collaborer. En témoignent dans ce livre des textes d’historiens, de linguistes, de poéticiens, de sociologues, de critiques d’art et de théoriciens de l’esthétique.

-Un ouvrage du regretté Laurent Danchin sur Mai 68 : Laurent Danchin, Mai 68 : Entre Pierre Grappin et Benny Lévy.  MYCELIUM,   Les Bonbons aux  éditions LELIVREDART :

Pour ma part, de toutes ces années de lutte violente, d’agressivité et de contestation sans indulgence, j’ai gardé la conviction que l’on était à un tournant fondamental de l’histoire, dans une mutation de culture et de civilisation de très grande ampleur, dépassant de loin le cadre d’une seule vie humaine. Une époque critique où il fallait tout reconstruire à partir de nouvelles fondations.

As for me, from all these years of violent struggle, verbal agressiveness and protest without indulgence, remains the conviction we were at a fundamental turn of history, in a large-scale mutation of culture and civilisation exceeding by far the scale of a single human life. These were critical times when everything had to be rebuilt from new foundations.

Pour les autres publications de Laurent Danchin, voir notamment les Archives du site Mycelium.

– Enfin, sur une autre période historique, plus longue (1880-1930), à signaler la série de manifestations et d’expositions  actuellement  présentées à Strasbourg  :

LABORATOIRE D’EUROPE. STRASBOURG, 1880-1930
Du 23 septembre 2017 au 25 février 2018, Laboratoire d’Europe, Strasbourg 1880-1930,  cette vaste manifestation pluridisciplinaire organisée par les Musées de la Ville de Strasbourg en collaboration avec l’Université de Strasbourg, offre un ensemble d’expositions et de manifestations culturelles à travers la ville. La période chronologique retenue indique la volonté de déplacer le regard d’une histoire événementielle vers une approche d’un temps plus long, celui des productions et des échanges culturels qui  fondent aujourd’hui encore  la singularité strasbourgeoise. Le Commissariat général est assuré par Roland Recht et Joëlle Pijaudier-Cabot.

Voir l’application téléchargeable, accompagnant la visite.

L’évènement Fromanger

Cbg4RYMW4AA-Ut1

Le Centre Pompidou consacre une rétrospective à Gérard Fromanger du 17 février au 16 mai 2016.‎ Le Centre lui avait consacré une exposition en 1980 : “Gérard Fromanger Centre Georges Pompidou 80” de janvier à mars 1980.fromanger80

 

 

 

 

 

 

La rétrospective Gérard Fromanger qui a eu lieu en 2005 au musée des Beaux arts de Dôle : “Gérard Fromanger. Rétrospective 1962-2005”, est  reconnue. Anne Dary en a  été la commissaire. Gérard  Fromanger y a participé activement.

L’exposition a été organisée en coproduction avec la Villa Tamaris, à La Seyne-sur-Mer :

“On croyait bien connaître le peintre Gérard Fromanger, né en 1939 à Pontchartrain. Or l’exposition “Gérard Fromanger. Rétrospective 1962-2005”, qui a lieu à La Seyne-sur-Mer, révèle des facettes inédites d’un artiste trop souvent cantonné à la seule période de la figuration narrative des années 1960. Elle est pourtant initiée par deux spécialistes de ce mouvement : Anne Dary, conservatrice au Musée de Dole, et Robert Bonaccorsi, responsable de la Villa Tamaris, où a lieu la manifestation. Mais l’exposition itinérante de Gérard Fromanger est la plus grande rétrospective jamais organisée sur l’œuvre de ce peintre, qui fut l’ami de Deleuze, de Guattari ou de Michel Foucault et, plus tôt, de Jacques Prévert. Certains parmi eux ont écrit sur son œuvre. Avec tant de talent qu’ils l’ont oblitéré, parfois“. Harry Bellet, Le Monde, 18 août 2005.

fromanger
L’exposition, pionnière, a été itinérante de 2005 à 2007 :  un voyage au long cours qui  est passé par Séoul et Cuba : “Les quelque deux cents œuvres présentées à La Seyne-sur-Mer ne sont qu’à une étape d’un grand voyage. D’abord montrées aux Musées des beaux-arts de Dole et de Lons-le-Saunier (Jura) de mars à juin, elles quitteront la rade de Toulon le 18 septembre, pour le Musée national d’art contemporain de Séoul, en Corée, où elles seront exposées du 5 novembre au 5 janvier 2006. Elles regagneront ensuite l’Europe et le Musée national d’histoire et d’art du grand-duché du Luxembourg (du 20 janvier au 5 mars 2006), avant de repartir vers l’ouest, et le Museo nacional de Bellas Artes de La Havane (15 avril- 15 juin 2006). Après Cuba, elles reviendront en France, dans l’Eure, où elles seront montrées au Musée municipal de Louviers et à l’hôtel de département d’Evreux (15 septembre-28 novembre 2006). Du fait de la configuration de certains lieux, les expositions au centre d’art de La Seyne-sur-Mer , Villa Tamaris, et de Séoul sont les plus complètes”.

Le catalogue en français contient notamment des textes et notices de Bernard Ceyssson, Anne Dary, Robert Bonaccorsi, et Blandine Chavanne.

L’exposition a aussi été accueillie au Brésil : en 2009, à Brasilia, au Centro Cultural Banco do Brasil   

04/09/2009. Cr�dito: Iano Andrade/CB/D.A Press. Brasil. Bras�lia - DF. Artista Franc�s Gerard "Fromanger, mostra obras expostas no Centro Cultural Banco do Brasil - CCBB.
04/09/2009. Credito: Iano Andrade/CB/D.A Press. Brasil. Brasilia – DF. Artista Frances Gerard “Fromanger, mostra obras expostas no Centro Cultural Banco do Brasil – CCBB.

 

Le travail de Fromanger  a été également montré à Rio, accueilli par Luiz Camillo Osorio au MAM. Il a été rapproché de celui de Carlos Vergara, exposé au même moment, représentant de la Nova Figuração au Brésil dans la seconde moitié des années 1960 :

vergara

Gravura da série “5 problemas para 5 estampas” (1967): traço pop da Nova Figuração

Pour la rétrospective qui commence voir l’entretien entre Michel Gauthier Conservateur, musée national d’art moderne, commissaire de l’exposition et Gérard Fromanger, extraits :

GF –“L’arc-en-ciel est toujours venu à mon secours dans les périodes de doute comme dans les moments d’évidence. Les claires et les foncées, les primaires, les complémentaires et leurs intensités font socle, code et gamme permanents”.

MG – Quel rôle ont joué les événements de Mai 68 ainsi que vos rencontres avec quelques-uns des grands intellectuels de l’époque dans le développement de votre travail ?
GF – Comment traduire en bonheurs de peinture les bonheurs d’une grande fête collective comme Mai 68, sinon par un langage-couleur capable de donner à l’image une fraîcheur, une nouveauté, un enchantement ? Mai 68 confirme, enrichit et stimule la nécessité de mon code couleur. Quand Mai 68 clamait « l’énergie, c’est nous », j’y trouvais une force pour peindre l’énergie du monde. Quand les philosophes (Sartre, Deleuze, Foucault, Guattari ou Lyotard) ou les poètes (Jouffroy, Bulteau ou Bailly) me parlent de cette « énergie du monde », ils me donnent envie de leur parler en peinture, c’est ainsi à travers l’échange des langages que se crée l’amitié.

MG – Êtes-vous un peintre pop ?
GF – Si la question est « êtes-vous pop ? » comme on disait « êtes-vous cubiste, surréaliste ou dadaïste ? », ma réponse est négative. En France, seuls quelques artistes passés par Londres ou New York entre 1958 et 1965 peuvent revendiquer cette appartenance. Je n’en suis pas. En revanche, je me situe volontiers dans cette mouvance culturelle mondialisée qui se sentit en rupture avec le monde esthétique et idéologique d’avant les années 1960″.

 

 

Kudo jusqu’au 9 novembre 2013 à Paris.

La galerie Gaillard réserve jusqu’au 9 novembre une exposition à Kudo (1935-1990). C’est la première exposition européenne en galerie depuis 20 ans de cet artiste japonais qui vécut en France de 1962 à 1989.
Peu d’œuvres à voir, émouvantes, pas de catalogue mais un documentaire au sous-sol, réalisé par l’artiste Yasuhiro Yoshioka, de près de 20 minutes, qui résume la carrière de l’artiste de 1958 jusqu’en 1970.

Kudo est à Paris en Mai 68, il est frappé par les évènements. Il retourne en 1969 au Japon et souhaite faire partager cette expérience aux étudiants et à tous les jeunes japonais. Le documentaire de près de 20 minutes montre la genèse et la réalisation de sa sculpture géante réalisée alors sur la paroi du Mont Nokhogiri, près de Tokyo au Japon, qu’il baptise : “Monument of Metamorphosis”.