Archives du mot-clé Mahj

Exposition Abel Pann. Oeuvres de guerre (1915-1917) au Musée d’art et d’histoire du Judaïsme

60 estampes de la collection du Mahj, du 29 avril au 30 novembre 2014

Célébré dans le monde juif pour ses peintures sur les thèmes bibliques, Abel Pann (Kreslawka, 1883 – Jérusalem, 1963) est l’auteur d’une œuvre peu connue, aussi multiple par ses supports (peintures, dessins, estampes) que par ses sujets (héros et scènes bibliques, judaïsme d’Europe orientale, scènes de Palestine, société française) ou que par ses tonalités (romantique, lyrique, caricaturale).

Né Abba Pfeffermann en Lettonie, Abel Pann est issu d’un milieu juif orthodoxe. Après avoir quitté sa famille, il travaille dans une imprimerie et apprend le métier de graveur. Puis il étudie à l’Académie des beaux-arts d’Odessa et se spécialise dans la peinture, le dessin d’humour et la caricature, dont le portrait-charge.

Il arrive à Paris en 1905 et fréquente les artistes de la Ruche. Ses dessins sont publiés dans diverses revues. De 1912 à 1913, il séjourne à Jérusalem et enseigne à l’École des beaux-arts de Bezalel.

Sioniste convaincu, il rentre à Paris pour organiser son départ définitif ; mais ses projets sont empêchés par la déclaration de guerre. De 1914 à 1917, Abel Pann réalise des affiches populaires, destinées à éveiller le sentiment patriotique et à renforcer le moral des Français.
Il s’inquiète aussi de la situation de ses coreligionnaires sur le front oriental. Dès juillet 1914, les juifs subissent des exactions de la part de l’armée tsariste et de la population polonaise. Abel Pann dénonce ces persécutions par une impressionnante suite de dessins exécutés entre décembre 1915 et la fin de 1916. Mais l’ambassadeur russe à Paris intervient pour en empêcher la publication. En 1917, certain que les juifs de la diaspora seront toujours perdants, Abel Pann part pour les États-Unis. Il s’établit en Palestine à partir de 1920, enseigne à l’école de Bezalel et entame la création d’une œuvre sur la Bible.

L ‘exposition est présentée dans le foyer de l’auditorium.

Le dossier de presse : http://www.mahj.org/documents/dossier-presse-Abel-Pann.pdf

La Tête de larmée, Paris, Éditions « La Guerre », 1915 – lithographie coloriée @ Mahj

Abel-Pann-La-Tete-de-l-armee-12672-1-BD

Alain Geismar : une histoire de Mai 68

Au MAHJ, Dimanche 16 mars 2014 à 11 h  : Rencontres « Livres vivants »

Alain GeismarAlain Geismar
©DR

Dimanche 16 mars 2014 à 11 h : Mai 68 Avec Alain Geismar
« Né dans une famille juive alsacienne laïque, Alain Geismar est élevé à Paris dans un milieu très attaché à la République et à la France.  Au cours de ses études d’ingénieur, il entre au Parti socialiste unifié. Devenu professeur d’université, il adhère ensuite au Syndicat national de l’enseignement supérieur.
Certains événements, tels que la guerre d’Algérie, aiguiseront sa conscience politique et son engagement. En 1968, il rejoint la contestation étudiante. Il évoquera sa rencontre avec Pierre Mendès France, les rapports avec les communistes, la création de la Gauche prolétarienne, l’écriture de Vers la guerre civile avec Serge July et Erlyn Morane. Mais aussi son lien avec Benny Lévy, les échanges avec Sartre, son emprisonnement en 1970, la question palestinienne, les comités Palestine, la condamnation de l’attentat de Munich (1972), le meurtre de Pierre Overney (tué le 25 février 1972), Lip et la dissolution de la Gauche prolétariennne » :
http://www.mahj.org/fr/1_musee/mediatheque_livres-vivants-Mai-68.php?niv=5&ssniv=4

Hélène Berr, une jeune fille dans Paris occupé : un documentaire projeté au Mahj

Le mercredi 29 janvier 2014 à 19 h 30 : le MAHJ diffuse  Hélène Berr, une jeune fille dans Paris occupé, de Jérôme Prieur

France, documentaire, 2013, 1 h 23
D’après le Journal d’Hélène Berr (Tallandier, 2008)

Le 7 avril 1942, quelques jours après avoir fêté ses vingt et un ans, Hélène Berr commence à écrire son journal intime. Étudiante brillante et violoniste douée, Hélène est promise à un bel avenir. Le statut des juifs promulgué par Vichy l’empêche pourtant de passer l’agrégation d’anglais… « Hélène est la voix du film. C’est le personnage principal, le seul – même s’il est presque invisible. L’image montre ce que les yeux d’Hélène ont vu, ce qu’elle aurait pu voir. Des archives qui paraissent fantastiques tellement elles sont proches d’aujourd’hui, des images anciennes venues surtout de petits films amateurs tournés en noir et blanc et même en couleurs, comme les rushes oubliés d’un film qui n’aurait pas pu être monté » ( J. P.).

Projection suivie d’une table ronde animée par Anaïs Kien, chercheuse en sciences humaines, productrice à France Culture

Avec Mariette Job, nièce d’Hélène Berr, Jérôme Prieur, réalisateur et Henry Rousso, historien :

http://www.mahj.org/fr/5_auditorium/projection-Helene-Berr-une-jeune-fille-dans-Paris-occupe.php

 

Conférence  » Les carnets de Maryan » : se cracher sur une toile et dessiner son être négatif.

AU Mahj, le mercredi 4 décembre 2013 à 19 h 30, Les carnets de Maryan, par Gérard Wajcman, écrivain, psychanalyste, maître de conférences au département de psychanalyse de l’université Paris VIII, directeur du Centre d’étude d’histoire et de théorie du regard : « Dans l’art pariétal, il y a ce qu’on nomme les mains négatives. L’artiste collait sa main sur la paroi et crachait la couleur contenue dans sa bouche. Il y a quelque chose comme ça chez Maryan. Pas peindre simplement, comme tout le monde, avec ses souvenirs, son histoire, ses pensées intimes, mais peindre avec son corps, ce qui l’habite, tout ce qu’il contient, se cracher sur une toile et dessiner son être négatif. »G.W. »

Maryan-Dessin-du-carnet-n-2
Maryan
Dessin du carnet no 2, 1971
Encre de Chine sur papier
Paris, Centre Pompidou, Musée national d’art moderne/Centre de création industrielle, don de Annette M. Maryan en 2012
© Centre Pompidou, MNAM-CCI, Dist. RMN-Grand Palais /Philippe Migeat.

Sur le site de la galerie Claude Bernard, 53 gouaches ou pastels à découvrir, des années 1950 aux années 1970.

Regards sur les ghettos

Le Mémorial de la Shoah inaugure, le 13 novembre 2013, sa nouvelle exposition « regards sur les ghettos« . La rencontre inaugurale de cette exposition se tiendra le 14 novembre à 19 h au Mémorial, en présence de Daniel Blatman et Judith Cohen, et a pour thème « Photographier les ghettos : entre propagande et témoignage pour l’Histoire ».

A signaler également au Mahj l’exposition des œuvres de Maryan (1927-1977):  » La ménagerie humaine », du 6 novembre 2013 au 9 février 2014 :

« Peuplée de juges, de gardiens de camps, de clowns, d’inquisiteurs, de bourreaux, d’imbéciles – une humanité avilie ou terrorisée –, l’œuvre de Maryan (Pinchas Burstein, 1927-1977) est puissante, tragique, grinçante, inclassable » :
http://www.mahj.org/fr/3_expositions/expo-Maryan.php?niv=3&ssniv=3

Le Mahj publie, en coédition avec Flammarion, la première monographie en français consacrée à Maryan, comprenant deux des neuf carnets de 1971 et des textes de Ziva Amishaï-Maisels, de Philippe Dagen et de Gérard Wajcman
Commissaire : Nathalie Hazan-Brunet

Le dossier de presse : http://www.mahj.org/documents/dossier-de-presse-Maryan.pdf