Archives du mot-clé Magritte

« Face à Face » avec Henri Michaux – Centre Walloni

 

Henri Michaux n’aurait probablement pas réalisé de selfie. Face au Centre Pompidou, donnant sur la piazza, le Centre Wallonie-Bruxelles présente une exposition, jusqu’au  21 mai 2017, qui s’intitule « Face à Face » sur Henri Michaux.

L’ artiste « Cobra » Alechinsky ( l’un des prêteurs de cette exposition) découvre les oeuvres de Michaux en 1945 avec celles de Jean Dubuffet et des surréalistes. 

A la question : « quel est le premier peintre dont vous avez acheté une oeuvre  après la guerre ? » , Daniel Cordier répond : « Henri Michaux. Une toute petite gouache qui était présentée chez une libraire qui vendait des livres de la collection La Pléiade, (introuvables à ce moment-là) : elle était située à proximité du café de Flore, boulevard St-Germain. Elle avait eu une très bonne idée : on lui apportait des petits dessins, de petites sculptures et elle les vendait « .

Daniel Cordier, devenu galeriste, exposera Michaux à de nombreuses reprises. Parmi les  très nombreuses expositions temporaires d’Henri Michaux, signalons les premières expositions organisées dans les années 1960, dans des musées : les oeuvres  d’Henri Michaux ont été exposées en 1965 au musée national d’art moderne, à Paris, après avoir été présentées  au Stedelijk Museum, en 1964 à Amsterdam. L’exposition de 2017 inclut  des dessins, des peintures,  des livres  d’artistes, des lettres et des photographies, ainsi que la projection d’un film consacré au poète et dessinateur qui aimait Klee, Zao Wou Ki ou Magritte, artistes dont quelques oeuvres figurent dans l’exposition.

Anne-Elizabeth Alpern, spécialiste de son oeuvre, donnera au Centre une conférence le 7 mars prochain. 

 ☆Sur le site du Centre Wallonie Bruxelles, l’annonce d’une autre conférence en mai et d’un spectacle consacré à Henri Michaux :

Centre Wallonie Bruxelles

henri michaux

Il a choisi de se retirer et refusé qu’on fixe son image, il s’agit de montrer paradoxalement tous les visages qu’il fait surgir sous nos yeux, par le texte et les images. C’est cette confrontation à laquelle fait référence le titre de l’exposition « Face à face ».

☆D’autres documents en ligne dressent son portrait ou récitent ses textes :

☆ Lecture : Dans les appartements de la Reine.

☆ Vues d’une exposition en 2013  au musée des beaux-arts de Winterthour,  le Kunstmuseum Winterthur, en Suisse.

☆  L’exposition Henri Michaux à la galerie Antoine Laurentin en 2015.

Magritte a aussi été « impressionniste » ou « vache »

Le musée Magritte est situé dans le même ensemble que le musée fin de siècle près de la gare centrale de Bruxelles : http://www.musee-magritte-museum.be/Portail/Site/Typo3.asp?lang=FR&id=languagedetect

Un audio guide de qualité, fait partager une vie et des créations multiples  : toutes les périodes de création sont représentées, notamment la période impressionniste durant la guerre et l’Occupation et la période « vache » adoptée pour l’exposition provocatrice de 1948 à Paris. Les relations tumultueuses de Magritte avec André Breton ou de Magritte avec les communistes sont retracées avec humour à travers des commentaires sonores de l’artiste ou témoignages de ses amis Marcel Lecomte, Paul Nougé, E.L.T. Mesens, Camille Goemans, Louis Scutenaire, Irène Hamoir, Marcel Mariën
« 1930 • 1950:   Frappé par la crise économique des années trente, Magritte se consacre à ce qu’il appelle ses « travaux imbéciles », autrement dit son travail dans la publicité, qui est d’une importance capitale dans son appréhension de la notion d’image et de sa répétition. Cette période est également marquée par son rapprochement avec le Parti communiste de Belgique. Mis au banc par les nazis, Magritte se fait discret pendant la Seconde Guerre mondiale où il se lance dans le surréalisme en plein soleil, version impressionniste de sa peinture :

moisson

La Moisson (1943)

 

 

 

 

A la Libération, il renoue de façon ambiguë avec Paris en exposant la série dite de la période vache :  http://www.musee-magritte-museum.be/Portail/Site/Typo3.asp?lang=FR&id=languagedetect

wpid-1226009078image_webRené Magritte
L’Ellipse (The Ellipsis), 1948
Oil on canvas, 50,3 x 73 cm
Royal Museum of Fine Arts of Belgium, Brussels
© Charly Herscovici, London 2008 / c/o ADAGP, Paris

 

 

 

interieur5
Tableaux figurant dans la salle  » période vache ».

 

Alexandre Iolas son galeriste, a manifestement pesé sur la production ultérieure de l’artiste  et orienté le style de Magritte vers ces grandes compositions qui séduisaient davantage le public et les mécènes.

 

A la une : René Magritte – Souvenir de voyage (Memory of a journey) 1955

Memory-of-a-Journey-1955