Archives par mot-clé : Maeght

L’exposition Braque offre une aide à la visite exceptionnelle, jusqu’au 6 janvier

braque1braque platresbarque sculpture2014-01-03 11.25.12tete mortL’exposition Braque est exceptionnelle à plus d’un titre : cette rétrospective monographique met en effet au premier plan un peintre laissé dans l’ombre de Picasso. Il ne bénéficie pas d’un musée, ces œuvres sont en général peu connues, réduites à la période cubiste. D’où l’intérêt d’une aide à la visite particulièrement riche et c’est le cas ici.
L’audioguide est particulièrement instructif, ces “notices sonores” sont longues et détaillées, elles donnent quelques indications bibliographiques : outre les rapports étroits entretenus avec Paulhan et René Char, l’amitié de Braque avec Pierre Reverdy et l’intérêt que lui porte Carl Einstein, grand spécialiste des primitivismes, sont ici précisément évoqués.
Le catalogue est, comme il se doit, complet et imposant. Le journal de l’exposition va à l’essentiel laissant la parole au “méthodique” Braque. Une chronologie est à disposition du visiteur, à l’entrée, résumant l’essentiel d’une vie.

Le DVD complète la visite: il fait parler Braque et illustre richement sa vie, grâce à un texte écrit  par Harry Bellet et dit impeccablement par le comédien Jean-François Ballmer.
Certes, l’exposition rassemble  le “grand nu”, des oiseaux, des tableaux cubistes ( tour à tour cézanniens, analytiques ou synthétiques), mais au delà du cubisme, on découvre tous les “autres Braque” : fauve, épris de Cézanne, sculpteur, inventeur de l’idée même des papiers découpés et collés, matiériste ( il crée des insertions de matières comme le sable ou la terre dans ses compositions) d’où surgissent d’ailleurs les premières lettres typographiées découpées dans les journaux ou réalisées au pochoir : C’est lui qui en est l’inventeur et non Picasso. 14/18 cueille le soldat Braque de plein fouet. Gravement blessé d’un éclat d ‘obus à la tête, il arrête de peindre pendant deux ans.

Ses grandes compositions, comme ces porteuses d’offrandes du “retour à l’ordre” des années 1920 d’après guerre, ou bien ces grandes gravures sur plâtre créées lors de sa période mythologique ( la théogonie d’ Hésiode) sont à la fois impressionnantes et délicates.

Durant l’Occupation des années 40, il peint notamment des têtes de mort et des poissons noirs. Braque, après guerre, va travailler comme d’habitude par séries : les billards, les ateliers, et bénéficier de la commande publique et privée ( Malraux et Maeght) pour qui il peint ses fameux oiseaux.

Vieillissant, il recrée des paysages de Varengeville, il peint lui même les cadres de ces tableaux : il s’agit de petits formats, rectangulaires, étroits, tout en longueur comme des prédelles, format qu’utilisent aussi en leur temps les Macchiaioli italiens. Ces petits tableaux sont remarquables car comme le note dans son journal Marie-Alain Couturier, qui accompagne Matisse lors de la décoration de la chapelle de Vence : ” L’admirable vieillesse des très grands peintres. Souvent ce qu’il y a de plus pur chez un être apparaît à la faveur de certaines déchéances et de l’usure due à l’âge. La main tremble, ne fait plus que l’essentiel. Tout le reste tombe”.

Braque a lui aussi (comme Matisse), créé des vitraux, ils sont destinés à l’église de Varengeville et sont d’un bleu profond.S’ils ne sont pas évoqués dans le parcours de visite, l’exposition s’avère en tout état de cause très complète et mérite d’être vue.

REVERDY (P.) – BRAQUE (G.), Une aventure méthodique, Paris, Maeght, 1950.

Georges Braque et l’anthropologie de l’image onirique de Carl Einstein : Dossier Carl Einstein et les primitivismes – coordonné et présenté par Isabelle Kalinowski et Maria Stavrinaki : http://gradhiva.revues.org/2294

 

.