Archives par mot-clé : Maciet

Que verra-t-on à l’exposition Lucio Fontana ?

Concetto spaziale, 1957, aniline et collage sur toile, inv. A23933, appartenant au Stedelijk Museum d’Amsterdam (Pays-Bas),

http://www.stedelijk.nl/en/artwork/4984-concetto-spaziale

un  tableau culte prêté pour l’exposition « Lucio Fontana (1899-1968), rétrospective », présentée au Musée d’art moderne de la ville de Paris du 24 avril 2014 au 24 août 2014 :

“Né en 1899 à Rosario en Argentine de père italien, sculpteur de formation, il passera la majeure partie de sa vie à Milan. Exploitant toutes les possibilités de la sculpture polychrome (terre cuite, céramique, mosaïque) et collaborant avec des architectes, il est un des premiers artistes abstraits italiens dans les années 1930. Il passe la Seconde Guerre Mondiale en Argentine. De retour à Milan en 1947, il devient la figure de proue du mouvement spatialiste qu’il définit dans divers manifestes. Ce mouvement part de l’espace et de la lumière pour concevoir des œuvres en relation avec le monde environnant et la conquête spatiale. Il s’incarne dans ses sculptures en céramique, ses toiles trouées et ses environnements. En 1949, il réalise ses premiers Concetti spaziali (Concepts spatiaux), toiles perforées sur lesquelles il intervient avec divers matériaux et couleurs vives. Après une rétrospective à la Biennale de Venise en 1958, il commence sa série de toiles fendues, les Tagli et devient une figure de référence pour les artistes des années 1960″ : http://www.mam.paris.fr/fr/expositions/lucio-fontana

Fontana a exposé  le monochrome intitulé Concetto spaziale, Attesa à la Biennale de Venise en 1958. L’artiste est exposé pour la première fois dans un musée français en 1960 au musée des Arts décoratifs à Paris, au sein de l’exposition collective sur la peinture intitulée “Antagonismes”  ( commissariat de François Mathey et Julien Alvard) : figuraient alors à ses côtés Bacon, alors peu connu, Dubuffet qui refusait en général de figurer en France dans les expositions collectives, mais aussi Soulages, Hartung, Yves Klein.. On ne dira jamais assez le rôle précurseur mené dans le domaine de l’exposition de l’art vivant, par ce musée et son conservateur durant ces années cinquante, soixante et soixante-dix.

Sa fondation : http://www.fondazioneluciofontana.it

Lucio Fontana ne manquait pas d’humour et a participé  en pleine période des ” Tagli (1958-1968)” à l’exposition collective “Antagonismes II l’Objet” au musée des Arts décoratifs en 1962 : il y présentait des robes bien entendu coupées portées par des mannequins.

L’album Maciet de la bibliothèque des Arts décoratifs en garde quelques clichés.

Les jouets au musée des Arts décoratifs “Parade” du 12 décembre 2013 au 11 mai 2014

LE MONDE DU CIRQUE,  LE MONDE DU THÉÂTRE :
http://www.lesartsdecoratifs.fr/francais/arts-decoratifs/expositions-23/prochainement-502/dans-la-galerie-des-jouets-607/parade/

« Trente ans après Le cirque et le jouet, une exposition présentée au musée des Arts Décoratifs, Parade met en scène des jouets liés au monde du spectacle. Deux univers très différents sont à découvrir : celui du cirque et celui du théâtre. Ces lieux du divertissement populaire et de culture ont été, dès la fin du XIXe siècle, une source d’inspiration pour les fabricants qui ont développé une gamme de jouets inventive et toujours renouvelée, célébrant l’extraordinaire et la malice ainsi que la tradition et l’innovation. Principalement issus des collections des Arts Décoratifs et datés de la fin du XIXe siècle à aujourd’hui, deux cents objets seront exposés, enrichis par le prêt d’une collection de clowns mécaniques. L’exposition propose également une sélection d’œuvres d’artistes, plasticiens, photographes et réalisateurs, dans lesquelles la figure du comique et l’image animée nous replongent en enfance, parfois avec une inquiétante étrangeté. Pour mettre en scène ces univers festifs, l’artiste Jean-François Guillon crée des dispositifs ludiques mêlant jeux de typographies et de lumières, jeux de mots et de silhouettes. Il réalise pour cette exposition deux installations (un théâtre d’ombres animées, une installation vidéo) et une œuvre sonore. »

Trente ans après “Le cirque et le jouet”  : c’est effectivement en 1984-1985 (18 octobre 1984-14 janvier 1985) que Monica Burckhardt organisait une exposition sur ce thème. La bibliothèque des Arts décos garde trace de cette exposition dans les albums Maciet, Collection iconographique Maciet – Mélange d’estampes, de photographies et d’impressions photomécaniques, qui sont librement consultables sous cette cote : Expositions UCAD. 1984-1987, Maciet 309bis/51.

La richesse et la diversité des expositions temporaires listées au cours de ces années-là, (qui correspondent aux dernières années de direction de François Mathey et aux premières années de direction d’Yvonne Brunhammer ) sautent aux yeux :  L’empire du bureau ; Le cirque et le jouet ; Orfèvrerie française ; Maggi Kub Maggi pub ; Photographie publicitaire au Japon ; Jean Amado ; Félicien Rops ; Bénédictus ; Diego Giacometti ; Mayo peintures ; Statue de la Liberté ; Daniel Buren.

Il peut être rappelé que dans les années 1960, une exposition « Jeux et jouets » est d’ores et déjà organisée au musée, du 10 décembre 1965 au 31 janvier 1966. Elle rencontre un certain succès (27 409 visiteurs) et une bonne presse. Mais, faute de moyens pour la mettre en valeur, la collection permanente reste en sommeil jusqu’à la création d’un département ad hoc qui n’intervient qu’à la fin des années soixante-dix. François Mathey nomme à sa tête Monica Burckhardt, qui réalise entre-temps de nombreuses expositions.  Elle est commissaire de la première exposition sur “Les jouets de RDA organisée d’octobre 1973 à janvier 1974 (« les jouets du musée de Sonneberg. » ) Il s’agit d’une exposition diplomatique organisée avec l’Allemagne de l’Est.  La galerie des jouets naît véritablement en 1975. Elle présente l’exposition des « Jouets américains de la petite enfance, 1925-1975 », du 16 novembre 1977 au 16 janvier 1978 ; les « Jouets traditionnels du Japon », du 28 octobre 1981 au 3 mars 1982 puis « Les jouets français » en 1982. Cette galerie va ensuite organiser de multiples expositions et bénéficier de dons nombreux, notamment d’entreprises privées. Cette collection rassemble actuellement plus de 14 369 jouets, jeux et iconographie, datant du XVIIe siècle à aujourd’hui.

A découvrir la richesse des collections permanentes de jouets :

http://www.lesartsdecoratifs.fr/spip.php?page=recherche&id_secteur=1&recherche=jouets&x=0&y=0

La bibliothèque des Arts décos et ses fameux albums Maciet avec Alin Avila : http://www.lesartsdecoratifs.fr/francais/bibliotheque/decouvrez-la-bibliotheque-en-video

A la une, un jouet Vilac exposé au musée en 2011 : La voiture à Raphaël, Hervé Di Rosa (né en 1959), créateur; Vilac, fabricant, France, 1997, bois peint, laqué, caoutchouc, métal. Collection Les Arts Décoratifs :

http://www.vilac.com/fileadmin/templates/vilac/medias/Arts_Deco.pdf